masquer le menu
   

La frustration perdure

- 2 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

Après deux heures en forme de cauchemar, Alexandre Luneau atteint une nouvelle WSOP, mais chute rapidement en neuvième place
Event #57 : Omaha/Stud High-Low 2 500$ (Day 3 et Finale)


Alexandre Luneau
"Attention, je n'ai que 25 big bets. Si je perds cinq coups demain, je suis dehors !"

La mise en garde émanait d'Alexandre Luneau, proférée vendredi soir aux alentours de trois heures du matin, lorsqu'il s'est rendu compte qu'il venait d'atteindre la troisième et dernière journée de l'épreuve 57 des World Series of Poker en position enviable de chip-leader parmi les 14 derniers joueurs, après avoir passé quatre heures à gagner grosso modo tous les coups dans lesquels il s'était impliqué - et ils furent nombreux.

Une douzaine d'heures plus tard, impossible ne pas repenser à ces mots. Deux niveaux après la reprise de la partie, le chip-leader du jour se levait de son fauteuil et saluait ses adversaires : il quittait le tournoi éliminé en neuvième position, après avoir vécu une partie en tous points différente de celle de la veille. Alexonmoon étant Alexonmoon, ses adversaires ont cependant eu besoin d'un peu plus de cinq coups pour en venir à bout.

Finale Event 57
Ces coups, on ne va pas tous vous les résumer. A quoi bon ? L'information se suffit à elle-même : le spécialiste des variantes du Team Winamax devra encore attendre avant d'accrocher le bracelet à son poignet. Bon, détaillons un peu, tout de même. Format "Limit" oblige, c'est lentement que la saignée s'est opérée. On a notamment pu observer plusieurs coups où Alex s'est fait "quarteriser", c'est à dire des mains où il trouvait le meilleur jeu "low", mais perdait quand même des jetons car son adversaire possédait une main identique en bas, assortie de la meilleure main "high", lui assurant les trois-quarts du pot. Comme par exemple un As-2-10-3 sur un board Q-7-J-8-6 face à As-2-4-4 et As-2-Q-6 : tout le monde a le même low (As-2), mais les deux paires Q-6 adverses font la différence. Alex a aussi abandonné plusieurs tirages prometteurs qui ne sont arrivés nulle part, l'opération lui coûtant cher à chaque fois. Les quelques fois où sa main fut bonne, le français a du se contenter d'un split... Quand il ne se faisait tout simplement pas scoop par un jeu encore plus fort.

Après une heure de partie, trois joueurs avaient pris la porte de sortie : Abdel Hamid, Esther Taylor, et Chad Eveslage. Alex avait perdu la moitié de son stack : la pire entame de match possible, mais rien n'était encore joué. En témoigne ce scoop avec 10-2-10-2-5-7-7 face à un board A-A-Q-6-4-7-10 en Stud High-Low : son premier scoop de la journée, enfin. Mais cet oasis au milieu du désert n'était qu'un mirage : quelques minutes plus tard, Alex faisait doubler le fantasque Samoeun Moon, ce dernier se retrouvant à tapis sur le quatrième tour d'enchères avec X-38AA face au X-A8Q2 d'Alex, qui montrera KK10 en guise de cartes cachées : une paire de Rois et un tirage couleur qui n'est pas rentré, pas de taille face à Samoeun, qui montrera 2410 pour une paire d'As et un low gagnants.

Après 90 minutes de partie, le japonais Nahoya Kiraha quittait la scène en dixième place : la finale pouvait débuter. Alex était en position critique avec six "big bets" seulement. Un scoop, un de plus (des mains de Larry Tull : A-6-3-3 contre K-2-5-6 sur un board 7-9-5-10-4) allait enfoncer Alex un peu plus. Il lui restait à peine de quoi se mettre à tapis dès le second tour d'enchères. Alex survécut à une première confrontation (split pot), puis une seconde (la même), avant de finalement s'incliner sur un ultime coup de Stud contre Smith Sirisakorn, qui a trouvé le moyen de slowroll le Team Pro sur le dernier tour d'enchères, hésitant dix bonnes secondes avant de payer les trois derniers jetons d'Alex avec deux paires (Alex avait une simple paire d'As).

Sortie d'Alexonmoon
Une neuvième place frustrante, forcément. "C'est dommage. De tous mes deep runs cet été, c'est aujourd'hui que le field était le plus beau. Il y avait vraiment quelque chose à faire... J'aurais d'ailleurs pu sauter plus tôt que ça, car certains de mes adversaires ont manqué de value contre moi." Alexandre Luneau aura l'occasion de se rattrapper dès demain, avec la Rolls Royce des tournois de variantes des WSOP : le Poker Players Championship à 50,000 dollars l'entrée. Rendez-vous dimanche à 15 heures (minuit en France).

Les WSOP 2017 d'Alexandre Luneau

Event #11 - Dealer's Choice 1500$ : 15e / 364
Event #21 - 8-game Mix 1500$ : 9e / 472
Event #24 - Limit Hold'em 1500$ : 48e / 616
Event #48 - Stud High-Low Championship 10 000$ : 8e / 125
Event #57 - Omaha / Stud High-Low 2500$ : 9e / 405

Event 57
Esther Taylor-Brady a manqué de peu une troisième finale cet été (13e), mais l'incroyable Samoeun Mon continue d'épater la galerie avec son style de jeu atypique et sa voix de canard, qui peut retentir à tout moment, y compris au beau milieu d'un coup, ce qui a le don de faire sursauter les badauds qui passent là par hasard.

Barry Greenstein
Barry Greenstein est short stack, mais s'il venait à "run" mieux qu'Alex, on ne serait pas surpris de le voir remonter pour arracher la victoire.

Jared Bleznick
Jared Bleznick a joué les demi-finales hors de la vue d'Alex : il est arrivé en finale en tant que chip-leader. Le favori incontestable, qui dispute sa cinquième finale WSOP aujourd'hui.

Bonnie Rossi
Bonnie Rossi, elle, dispute sa troisième finale WSOP. Les premiers ITM de la joueuse de Washington remontent à 2003.