masquer le menu
   

Mike d'Inca vit le rêve américain

- 19 juin 2017 - Par Flegmatic

Event #37 : No-Limit Hold'em 1 000$ (Day 1)
Le leader de Sinsémilia s'amuse comme un petit fou pour son premier tournoi WSOP

Mike d'Inca

C'est peu dire que Mike d'Inca vit une année 2017 de rêve. En tournée dans toute la France en mode soundsytem avec son compère de Sinsémilia Riké, et quelques semaines après avoir assuré une pool party 100% reggae d'anthologie au SISMIX de Marrakech, one-dread - son pseudo sur Winamax - a pris la direction de Vegas pour y jouer pour la première fois de sa vie un tournoi des World Series of Poker. "J'ai remporté le challenge des people sur Winamax, explique Mike. On m'a offert une enveloppe à répartir comme je le voulais, et j'ai choisi de jouer ce tournoi." Un classement qu'il avait déjà remporté il y a deux ans, sans pouvoir honorer l'invitation, à cause d'un calendrier trop chargé. Toujours très sérieux sur nos tables online, et particulièrement en 4-max, format où il excelle, il s'est cette fois bien tiré la bourre avec Ludwig 'Mimisiku' Briand, finissant tout de même par l'emporter d'une courte tête. Et cette année, pas question de laisser passer l'occasion !

Alors Mike, comment ça se passe jusque-là ce petit 1 000 dollars ? "Je suis en méga kiff ! Ah tiens, tu veux une main marrante, parce que là, j'en ai une bonne. Je découvre 7-2 en grosse blinde, et déjà je décroche un petit sourire. Un joueur min-raise UTG, et toute la table paie. Évidemment, j'ai une poubelle, mais en même temps la cote est trop belle, je n'ai que 100 à ajouter. Le flop vient 7-2-3 avec un tirage couleur. Un joueur en milieu de position ouvre à 400, payé par un second. Je fais 1 000 et les deux restent dans le coup. Le turn est un Valet, et je pousse mon tapis d'environ 2 500. Les deux joueurs tank mais finissent  par fold." Dommage, on aurait aimé voir Mike claquer son 7-2 sur la table en demandant à tout le monde 20 euros. Ah non, ça c'est ailleurs. "J'ai quand même du mal à croire que j'ai envoyé tapis avec 7-2 sur un tournoi des World Series !" Une fois qu'on a fait ça Mike, on peut mourir tranquille. Le plus tard possible, mais on peut.

Denis Drapier

À quelques tables de là, un autre joueur vit un petit rêve éveillé. Qualifié via son club de POKER@LYON, après avoir remporté un championnat online en treize manches, Denis Drapier découvre lui aussi Sin City pour la première fois en tant que joueur. "Ce n'est pas évident pour l'instant, je n'ai pas beaucoup de jeu, avoue-t-il. J'ai quand même réussit à sauver mon tournoi en jetant une quinte au turn face à deux joueurs qui avaient trouvé une couleur." Professeur de tennis dans le civil - de quoi plaire au Coach Stéphane Matheu -, Denis s'est offert une petite virée à Los Angeles pendant quelques jours, avant de se lancer dans le grand bain. Il navigue à vue pour l'instant avec un tapis légèrement inférieur au stack de départ.

Romain Lewis

Du côté du Team Winamax, l'heure n'est pas encore à l'embellie après la déconvenue de dimanche. Pour preuve, l'élimination rapide de Gaëlle Baumann, victime d'un joli setup avec Roi-Dame en main contre une paire d'As sur un board As-Roi-9-9-Roi. Les espoirs reposent donc entièrement sur les épaules des trois petits nouveaux de nos W rouges. Et pour l'instant, tout se passe à merveille pour Romain Lewis et Ivan Deyra, qui comptent respectivement 20 000 et 15 000 jetons sur les 5 000 de départ. Au sein d'un field de plus de 1 700 joueurs, tout reste évidemment à faire, mais personne ne fera la fine bouche.

Aladin Reskallah
Ce n'est pas la tête des grands jours pour Aladin Reskallah, pointé autour de 1 500.

Erwann Pécheux
Déjà au moins un Français à terre sur ce tournoi en la personne d'Erwann Pécheux. Le membre du Team PMU a tout envoyé avec 9-7 sur un board 9-7-2-8-As et est tombé contre 9-8. Dommage, sa voisine, l'Anglaise Natalia Breviglieri n'avait visiblement d'yeux que pour lui.

Alexis Fleur
Alexis Fleur tente de faire le ruling à table sur une question de pot extérieur, mais n'obtient pas gain de cause face à une table visiblement peu convaincue.

Adrien Allain
"Le niveau est tellement faible sur ce tournoi. Mon voisin de droite vient de recevoir une énorme livraison. Je croise les doigts pour que ça m'arrive." C'est évidemment tout ce qu'on souhaite à Adrien Allain.

Ktorza - Greenstein
Pointé à tort hier parmi les places payées du tournoi à 1 500 dollars, Philippe Ktorza rempile aujourd'hui sur cette épreuve. Le Parisien a trouvé une table pour le moins friendly avec notamment Barry Greenstein.

Jo Teanotoga
Habitué du Rio, Jo Teanotoga fait partie de la cohorte de vingt Tahitiens débarqués cette année à Vegas. Tombé avec une paire d'As hier sur le Super Seniors, il a déjà réussi à doubler son tapis aujourd'hui.

Jonathan Duhamel
On peut avoir gagné le plus beau tournoi du monde, compter plus de 17 millions de dollars de gains en tournoi live, et vouloir tenter le coup sur une bonne petite boucherie comme celle-ci. N'est-ce pas Jonathan Duhamel ?

Federico Butteroni
Le quota de November Nine est respecté, avec également la présence de l'Italien Federico Butteroni.