masquer le menu
   

En immersion sur le One Drop

- 4 juin 2017 - Par Veunstyle72

Event #6: High Roller for One Drop No-Limit Hold'em 111,111$
Trente minutes au milieu du tournoi le plus cher de ces WSOP

table TV

La dernière demie-heure de ma vie, je viens de la passer dans la peau d'une petite souris. Mais pas une souris qui traine dans les égouts, non non, plutôt celle qui s'inscruste au milieu des tables d'un tournoi à plus de 100 000$, pour découvrir une ambiance inédite. Sur ce genre de tournoi, il suffit de tourner la tête à droite, puis à gauche, de faire un petit pas en arrière, un autre en avant, et on arrive toujours à récupérer quelques moments gold ! Ah la magie des WSOP...

dealer

14h30. Début de l'immersion. Le tournoi a repris depuis une petite demie-heure, et je décide directement d'aller me renseigner au près de ce dealer en photo, pour connaitre les noms des derniers entrants : "Il n'y a pas beaucoup de monde en plus, tu verras", me glisse-t-il en me montrant les petits bordereaux blancs : Stephen Chidwick, David Sands, Noah Schwartz et quatre noms de joueurs qui me sont complètement inconnus. Ouais, pas la folie. Ça fait 126 inscriptions sur le tableau tout ça, c'est vrai que c'est peu. Mais au moins, ça fera plaisir à Leon Tsoukernik.

elky_rempe_seidel

14h32. La table 701 casse. Esfandiari et Colman la partageait. Désormais, le magicien est déplacé à la table d'ElkY. Ce dernier dispute justement un coup contre Rainer Kempe et Erik Seidel. Le Français a open, les deux autres ont défendu depuis les blindes. Check des deux blindes sur un flop QT5 et la parole revient sur ElkY. Il tank un bon moment... à tel point que la croupière parait complètement paumé. Elle fixe l'Allemand à sa gauche sans voir qu'ElkY a déjà tapé la table. Bref, tout s'arrange et la turn K apparait. Check du premier. Seidel s'envoie alors une sorte de riz très étrange, coloré, qui a l'air nourrissant mais surtout pas appétissant... et tout le monde attend sa décision en le fixant s'envoyer une bouchée. Il finit par bouger sa main vers ses jetons, et mise. Snap fold d'ElkY et de Kempe. "The leeeegend continues", claque alors Esfandiari, qui signe à sa manière son arrivée à table. Il tape une énorme bise à ElkY dans la foulée, et c'est parti pour de nouvelles sacoches entre bons copains.

tsoukernik

14h37. J'arrive sur la table de Léon Tsoukernik. Il concède un pot face à un adversaire inconnu qui a bien chatté river. Leon s'en moque, il ne joue pas sa vie sur ce tournoi, et préfère féliciter celui qui vient de lui grapiller quelques jetons, en lui mettant un gros pouce en l'air. L'ambiance est bonne, c'est incroyable : j'ai couvert des tournois à 200 balles où les mecs se prenaient la tête pour un flip perdu. Ici, on est riche ET gentleman. Leon est une vraie pipelette, et passe beaucoup de temps à chuchoter des mots doux à son ami Tony G.

kurganov_morgan

badbeat

14h39. "OOOOOH !" Un cri retentit dans cette Brasilia. Ce n'est pas dans l'habitude de ces joueurs de laisser leurs émotions prendre le dessus, je suis surpris. Ah d'accord, il s'agit en fait d'un riche amateur qui n'a pas du voir beaucoup de bad beat dans sa vie. Igor Kurganov vient d'éliminer John Morgan. L'Américain a tous mis à la turn, après avoir trouvé une paire... et Igor a frappé un 8 sur la rivière, pour faire brelan. "C'est complètement rigged, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?" lâche Kurganov depuis son petit nuage. On dirait que les WSOP commencent plutôt très bien pour le chéri de Liv Boeree...

colman fast

14h41. Et alors, on est pas bien là sur cette table ? Entouré de Dietrich Fast, Martin Jacobson, Noah Schwartz, Andrew Robl, Daniel Colman et Adrian Mateos (siège 9, mais on ne le voit pas sur la photo). Il s'agit clairement pour moi de la plus grosse table de cette journée. Je viens d'observer le double up de Robl contre l'Espagnol, sur un random flip. Robl est relancé alors que le tapis de Mateos semble à peine affecté. Ici, on ne parle pas ou très peu, et quand vous entrez dans un coup, vous avez intérêt à supporter tous les regards qui se posent sur vous. Ici, on dirait bien que Jacobson va prendre très cher, vu les yeux de ses adversaires. C'est aussi ça un tournoi à 100,000$, on n'est pas là pour se faire des amis.

juanda

14h47. J'observe John Juanda sacocher contre un adversaire que je n'ai pas identifié. Cet homme n'a jamais l'air dans le mal quand on l'observe, et pourtant, il passe sa vie entre les doigts de masseuses, comme s'il était stressé. Et quand je vois les doigts de celle-ci s'écraser sur son cou, j'ai envie de tout balancer et de kidnapper l'une de ses collègues pour qu'elle s'occupe de moi aussi bien et pendant des heures. Sauf que ça ne marche pas comme ça, et qu'à 2$ la minute, je vais vite me broke dans cette histoire. Au final, je me suis évadé deux minutes grâce à ce massage (sans qu'elle me touche, c'est dire si j'en aurais bien besoin quand même) et je n'ai rien vu de ce coup qui a couté un peu cher à Juanda. Allez next.

elky_seidel_esfandiari

14h51. Retour sur la table d'ElkY. C'est à dire que bon, il est le seul Français, et j'aimerais bien le voir monter un peu de jetons, histoire de vibrer un peu d'envoyer des "allez papa !" en table finale. On en est encore un peu loin. ElkY open et Antonio Esfandiari défend depuis sa BB, non sans éclater de rire très fort avant ça, après une magnifique petite blague racontée par un adversaire à une autre table. Puis sur un tableau AJ4JT, ElkY va c-bet au flop, et plus aucun jeton ne sera déposé au milieu de la table ensuite. Le magicien retourne A9, c'est la main gagnante. Raté pour cette fois ElkY.

Ah ! Attendez, la main suivante, le joueur UTG (inconnu complet) open et ElkY flat au siège suivant. Ils sont deux à check tout du long un board 7QT4K. Le monsieur retourne KJ, ce qui fait une paire trouvée à la rivière... et ElkY fait une sale moue. Si on était en train de lire une BD, je verrais une bien une bulle au dessus de la tête avec des têtes de morts et des points d'exclamation. Ce n'est pas la folie pour Bertrand, qui ne progresse pas beaucoup en ce début de journée, il lui reste encore 600 000 jetons.

marchese_lauren

14h56. Un joueur déambule entre les tables. Il s'agit de Tom Marchese. Son aventure dans ce One Drop vient de prendre fin. Mais plus que son élimination, l'Américain semble embêté par autre chose. Il n'arrive pas trouver de jetons du Rio dans les poches des joueurs de poker présents dans cette salle. Muni de jetons de 25,000$ de l'Aria, il cherche désespérement quelqu'un pour l'aider.

"C'est quand même dingue de se dire qu'aujourd'hui, c'est plus facile d'obtenir des jetons de l'Aria que du Rio", remarque David Sands.
"Tu cherches de l'argent ? J'ai tout ce qui faut", lui glisse Lauren Roberts, la seule femme de ce tournoi. Elle se met alors à fouiller dans son sac, dans le but de chercher des jetons. Il faut savoir que tout brille chez elle. Ses chaussures, son énorme diamant sur la main gauche, sa montre main droite, son nez, ses paumettes, tout !

"Ne t'inquiètes pas, j'ai tout ce qu'il faut normalement".
"Elle va te sortir un million de dollars comme ça, tu vas voir ! Prend les prend les !"
plaisante Mustapha Kanit à table, ce qui fait bien marrer tout le monde.

Au bout de quelques instants de recherche (un sac de fille hein), elle finit par trouver de quoi satisfaire le bonheur de Marchese. Tout le monde éclate de rire de nouveau, Marchese s'en va et la partie peut reprendre. Ah ce monde des ballas...

mateos°ipad

15h05. Adrian Mateos Diaz vient d'avoir une idée : et si je prenais un maximum d'informations gratuites sur mes adversaires, sans bouger de mon siège. Il sort alors son Ipad pour regarder la table télévisée, sur laquelle on retrouve notamment Daniel Negreanu, Sergio Aido ou encore Doug Polk.

colman_moue

15h08. L'heure est grave ! J'assiste à ce moment là à... une émotion chez Daniel Colman ! Celui qu'on prenait pour un robot semble avoir bien changé. Désormais régulier de toutes ces parties chères, l'Américain n'est plus aussi froid qu'avant, lorsqu'il avait remporté ce One Drop face à Daniel Negreanu, avec un zéro de plus sur le buy in. Il n'est plus du tout rare de le voir sourire, plaisanter, échanger avec les autres. Comme si, le grand surdoué qui n'avait pas d'amis, avait finit par s'ouvrir un peu aux autres. Vous me direz, tout ça c'est bien beau, mais là il fait la gueule sur la photo, non ? Et bien oui et non : il venait, 15 secondes plus tôt de chatter un joli coup de poker comme on les aime, face à Martin Jacobson. Et OUI, il a réagi après la rivière, en faisant cette moue. Ce n'est peut-être qu'un détail pour vous, mais pour moi, ça fait une photo inédite.

qq_coleman

tsoukernik_carrel

15h10. Mon tour de salle va s'arrêter là, j'ai déjà vu beaucoup de choses. Ne me reste plus qu'à trouver un chipleader. Et pour le coup, je n'ai pas eu trop de mal à le trouver. Il s'agit de Leon Tsoukernik. Comment je le sais ? Tout simplement parce que Leon s'est levé pour montrer à ses "amis" sur son téléphone, le chipcount de Pokernews. Il a commencé par Kurganov, en lui glissant ensuite, "Tu vois que t'es ami avec la bonne personne." Kurganov s'est contenté d'un simple "Absolutly !", que je vous laisse interprêter à votre sauce. Puis il est parti voir Charlie Carrel, pour lui raconter à peu près la même chose.

"Mais comment t'as doublé ?", lui demande l'Anglais. 
"Contre lui là... mais je ne connais pas les noms des gens moi."

Leon Tsoukernik étant, ma foi, un monsieur sympathique et francophone au passage, je me suis permis d'aller le voir pour qu'il me raconte ce coup. De ce que j'en ai compris, il a gagné A7 contre AK, qui a trouvé un flop avec As et Sept. Son adversaire s'est emballé puis empalé contre lui, pour le faire grimper à plus de 2 millions !

Allez Leon !