masquer le menu
   

Impossible n'est pas Français

- 18 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

27 joueurs restants
Antoine Saout est en position pour atteindre une seconde fois la table finale du plus gros tournoi du monde
Le Breton est short stack mais tout est possible


Entre Antoine Saout et la finale du Main Event, il reste encore un peu de chemin...

La première moitié du contrat est remplie : dernier Français en lice d'une épreuve qui avait rassemblé plus de cent tricolores au départ, Antoine Saout a franchi le sixième tour du Main Event, l'avant-dernier avant la finale. Il ne reste plus que 27 joueurs : 18 éliminations le séparent donc d'un second costard de "November Nine".

La performance serait historique, mais il y a un hic : son Day 6 ne s'est pas tout à fait passé comme il l'aurait voulu, et il entame les demi-finales avec seulement 25 blindes. Cependant, comme le Breton nous l'a confié lors d'une séance de Periscope en direct avec Veunstyle, la sérénité règne : "C'est comme un home game entre amis, cette fin de tournoi. La table est cool, on a beaucoup parlé et plaisanté, on s'est bien amusé. On n'a pas l'impression de jouer un tournoi avec des millions à gagner !" Cette détente est sûrement due au fait qu'Antoine est déjà passé par là, ayant vécu en 2009 toutes les phases du Main Event, de A jusque Y - seul le duel final et la victoire lui avaient échappé.

La journée d'Antoine avait pourtant bien débuté, avec l'élimination d'un short-stack Américain (Dylan Thomassie), puis un gros pot remporté avec As-Roi contre un Paul Volpe décidé à transformer sa paire de Dames en bluff. Malheureusement, ces deux mains allaient se réveler être les deux seules d'importances remportées par le Français, qui allait ensuite être forcé de "fermer la boutique", faute de cartes, et de jouer la serrure après avoir perdu plusieurs pots en sucession. "Je suis resté patient, comme il faut savoir l'être en tournoi."

Sa position au classement (25e sur 27) est un trompe l'oeil : avec 25 blindes, les chances d'Antoine sont certes moindres que celles des chip-leaders, mais tout peut aller très vite : "La structure est belle, les niveaux durent deux heures, si je peux choper des premiums, je peux monter et me relancer."

"Je suis dans un bon run, et je pense jouer un bon poker", résume Antoine lorsqu'on lui demande d'expliquer son exceptionnelle forme à Vegas cet été (une semaine avant le Main Event, il a déalé un gros tournoi au Wynn pour 260,000 dollars). "J'essaie de prendre l'ascendant sur mes adversaires, de conserver une bonne poker face et une bonne image pendant le jeu. Je me bats sur tous les pots !"

Lundi, au cours de sa longue marche vers la finale (enfin, on l'espère longue), Antoine démarrera loin de la pole position, mais avec un avantage décisif sur ses adversaires : l'expérience. Il est le seul à connaître véritablement la marche à suivre. Tandis que la stratégie de ses adversaires comportera forcément une part plus ou moins grosse d'improvisation, lui a toutes les étapes en tête.

Ils ne verront pas les demi-finales

Pas mal de stars ont chuté aujourd'hui. C'était inévitable au cours d'une journée qui a vu le field se rétrecir de 80 à 27 joueurs.

- Daniel Colman (31e) a débuté sa journée en se faisant craquer les as par Tony Bracy, qui trouvait un brelan sur la rivière avec une paire de Huit en main. Par la suite il n’a cessé de laisser filer des jetons dans tous les sens, chez Cliff Josephy notamment. Bien qu’il ait éliminé un joueur, Mitchell Watson, puis trouvé un double up contre Max Silver (TT vs 99), Dan Colman a surtout perdu deux coups importants contre l’Espagnol Fernando Pons, le 2e coup ayant entrainé son élimination, As-Valet pour l’Espagnol contre Valet-Neuf pour Colman, sur un board affichant un Valet en carte haute.

- Max Silver (33e) a démarré avec 3,5 millions de jetons et livré une belle bataille face à Paul Volpe notamment. Grimpant jusqu’à près de 10 millions de jetons, en remportant quelques coups postflop face à Jerry Wong, l’Anglais a commencé a degrind de plus en plus, jusqu’à ce fameux pot perdu contre Daniel Colman comme écrit plus haut. Il ne s'est jamais vraiment remis de ce coup.

- Per Linde (68e) a été plutôt malchanceux : sa paire de Rois n’a pas tenu face à la paire de Dix de Sergi Reixach à tapis préflop, dans un pot de près de 90 blindes. Par la suite, le Suédois n’a jamais trouvé le moyen de remonter des jetons, et c’est finalement Dietrich Fast qui a obtenu le reste de ses jetons, avec une paire de Rois contre As-Dix chez Per Linde.

Décortiquons les candidats au titre

Le chipleader actuel de ce tournoi, Vojtech Ruzicka, nous vient de République Tchèque et s’est construit un tapis de 26,41 millions de jetons ! Hormis le fait que son nom est imprononçable (les commentateurs Américains risquent d’en baver), Vojtecha un rapport avec les Français bien particulier : c’est en effet  à Deauville qu’il a réalisé en 2013 ce qui reste sa plus belle performance jusqu’à présent, une victoire sur le HighRoller de l’EPT, pour un gain de 313,000€. Détenteur de 1,14 million de dollars de gains, il a déjà réalisé 17 cashs sur les WSOP, dont une table finale l’an passé sur un tournoi Bounty à 1500$. Il abordera ce Day 7 avec 132 blindes.

Le Belge Kenny Hallaert a vécu un Day 6 bien compliqué, qui a commencé par une paire de Rois craquée par As-Roi chez Kakwan Lau. Tombé à 6,5 millions, le finaliste de l’EPT Deauville 2011 a été solide pour remonter doucement mais surement. De nature plutôt souriant, Kenny a du sortir sa plus belle poker face pour s’imposer sur sa table, ce qu’il a parfaitement réalisé, puisqu’il termine avec 15,4 millions de jetons, de quoi le place dans le Top 10 du tournoi. Le dernier Belge du field concluerait bien un été assez parfait pour les Diables Rouges, en atteignant la table finale de ce Main Event.

L’OVNI de ce Day 7 nous vient d’Espagne. Il s’appelle Fernando Pons et ses gains en carrière arrivent à peine à couvrir le prix d’entrée sur le Main Event. Oui, Fernando Pons n’a gagné que 10 589$ en live, et abordera pourtant cette dernière journée avec le septième plus gros tapis du tournoi. « Il y avait bien Darvin Moon à mon époque, et même moi je n’avais que 8,000$ de gains à ce moment là », confiait un Antoine Saout qui a bien grandi depuis cette époque. Fernando Pons a gagné 99 contre AA, puis il a remporté un flip face à Jan Suchanek (JJ contre AQ) et enfin c’est lui qui s’est chargé de renvoyer Daniel Colman chez lui. Une journée de rêve qui se conclut avec un tapis de 17,27 millions de jetons, soit 10 millions de plus qu’au début du Day.

Tom Marchese, 13,2 millions de dollars de gains en carrière, et grand régulier des tournois super HighRoller de 25 000$ à 100 000$ l’entrée, débutera le Day 7 en 10e position, avec un tapis de 15,42 millions (77BB). Jeffrey Hakim est également encore là, dans la position dans laquelle nous vous l’avions présenté hier, fidèle à son modus operandi : toujours là dans les deepruns, mais jamais bien placé au final. Il commencera en 2e position, mais en partant de la fin, avec seulement 4,375 millions (21BB). Quant à James Obst, 4e au chipcount avec 19,56 millions de jetons, il tentera de conclure de la plus belle des manières, un été WSOP qui l’a vu terminer runner up du tournoi de HORSE à 10 000$ l’entrée, pour un gain de 261 354$. 98e à la fin du Day 3, 11e à la fin du Day 4, 29e à la fin du Day 5, le voilà 4e à la fin du Day6. Une régularité et une constance qui font de l’Australien l’un des grands favoris pour la suite de ce Main Event. Enfin comment ne pas parler de Cliff Josephy, un demi siècle au compteur, double détenteur d’un bracelet WSOP et vétéran du poker online, sous le pseudo 'JohnnyBax'. Il possède un palmarès long comme mon bras, cumulant 2,6 millions de dollars de gains en tournoi live. Son dernier bracelet date de 2013, alors que son premier remonte à 2005, et demain, c’est avec presque 24 millions de jetons qu’il abordera ce Day 7. S’il manquait un grand nom de ce jeu, Cliff Josephy pourrait bien être la fameuse tête de série idéale de ce tournoi.

Les demi-finales débuteront à midi (21 heures en France). Comme lors des cinquante journées précédentes, nous seront sur le pont pour vous raconter l'action en direct. Ne loupez pas ce Day 7 : après, les World Series of Poker se mettent en pause jusque novembre...

Les 27 candidats au poste de November Nine

- 18 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Un tiers de ces joueurs reviendra en novembre pour participer à la plus grosse partie de poker du monde...

La partie reprendra à midi (21h en France) aux blindes 100,000/200,000, avec une ante de 30,000. Le tapis moyen est de douze millions.

1/ Vojtech Ruzicka (Rep. Tchèque) 26 415 000
 

2/ Michael Ruane (USA) 24 565 000

3/ Cliff Josephy (USA) 23 860 000
4/ James Obst (Australie) 19 560 000
5/ Myung Mike Shin (USA) 19 345 000
6/ Valentin Vornicu (USA) 17 450 000
7/ Fernando Pons (Espagne) 17 270 000
8/ Thomas Miller (USA) 17 185 000
9/ Kenny Hallaert (Belgique) 15 465 000
10/ Tom Marchese (USA) 15 420 000

11/ Matthew Moss (UK) 15 250 000
12/ Kakwan Lau (Hong Kong) 15 110 000
13/ Jerry Wong (USA) 12 975 000
 

14/ Joshua Weiss (USA) 11 580 000


15/ Michael Niwinski (Canada) 10 660 000

16/ Andrew Christoforou (UK) 9 450 000


17/ Gordon Vayo (USA) 8 795 000
18/ Jared Bleznick (USA) 8 300 000
19/ Adam Krach (USA) 7 540 000
20/ Griffin Benger (Canada) 6 530 000

21/ Christopher Kusha (USA) 6 530 000
 

22/ William Kassouf (UK) 6 095 000

23/ John Cynn (USA) 5 760 000
24/ Antoine Saout (France) 5 525 000
25/ Qui Nguyen (USA) 4 790 000
26/ Jeffrey Hakim (Liban) 4 375 000

27/ Philip Postma (USA) 2 225 000

Les prix qui seront distribués lors du Day 7 :

10e et 11e : 650 000$
12e à 15e : 427 930$
16e à 18e : 338 288$
19e à 27e : 269 430$

La table de départ d'Antoine Saout 

1/ Joshua Weiss (USA) 11 580 000
2/ Adam Krach (USA) 7 540 000
3/ Vojtech Ruzicka (Rep. Tchèque) 26 415 000
4/ Griffin Benger (Canada) 6 530 000
5/ Andrew Christoforou (GB) 9 450 000
6/ Jerry Wong (USA) 12 975 000
7/ Antoine Saout (France) 5 525 000
8/ Kakwan Lau (Hong Kong) 15 110 000
9/ John Cynn (USA) 5 760 000

Les demi-finales sont (déjà) prêtes

- 18 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Level 31 - Blindes 100 000/200 000, ante 30 000

22 heures 30 à Las Vegas : le Day 6 s'est terminé avec une bonne heure et demie d'avance sur les journées précédentes. L'objectif des organisateurs (atteindre les trois dernières tables) a été atteint très rapidement, et ils n'ont pas souhaité terminer le niveau en cours, préférant envoyer les 27 derniers joueurs au lit, pour affronter ce qui sera donc probablement une très longue journée demain. J'ai des frissons d'horreur en repensant à quelques éditions très tardives du Main Event, comme par exemple celle de 2010, où le soleil était levé depuis longtemps quand on a finalement assisté à l'élimination de Brandon Steven en dixième place.

Mais qu'importe. Nous sommes prêts à faire face à un nouveau marathon, car cocorico : Antoine Saout fait partie des 27 demi-finalistes qui reviendront lundi au centre de convention de Rio pour tenter de décrocher une des neuf places pour la finale, qui se jouera en Novembre prochain. Malgré le concentré de talent encore en course, il est le seul à être déjà passé par là...

On y reviendra, mais avant cela, un mot sur les trois derniers éliminés :

30/ David L'Honore (UK) 216 211$
A joué un pot de 20 million (!!!) avec un énorme tirage (couleur max plus ventrale) : il fait face au brelan max floppé du Tchèque Vojtech Ruzicka, qui reste en tête, et terminera donc la journée en position de chip-leader.

29/ Paul Volpe (USA) 216 211 $
Deux Dames contre deux As. Tout est dit.

28/ Elliott Peterman (UK) 216 211$
Le coin-fliop le plus classique de l'histoire du poker : deux Dames contre As-Roi !

Parmi les prétendants à la finale, il y a...

Le Libanais Jeffrey Hakim : toujours placé, jamais gagnant, il entamera le Day 7 avec l'un des plus petits tapis.

Cliff Josephy, légende ultime du poker en ligne (les anciens se souviennent de "JohnnyBax") qui a disputé cette année son premier Seniors Event ! Il est troisième au classement : attention !

Kara Scott est fidèle à son poste de présentatrice des WSOP, pour notre plus grand plaisir.

La fin n'est plus très loin

- 18 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Level 30 - Blindes 40 000/80 000, ante 10 000

Antoine ne progresse pas

« R.A.S. sur ce niveau. » Il faut savoir être patient dans ce tournoi, ce qu'a exactement fait Antoine Saout lors de ce niveau. « Je n’ai pas eu grand chose à jouer, et puis je suis un peu card Dead aussi. J’aurais 25 blindes à la reprise, tout est jouable encore si je double. Je ne suis pas encore inquiet, ça va, mais j’aimerais juste pouvoir faire des paires quand je défend mes blindes par exemple. »

En photo, vous découvrez le tapis d'Antoine Saout, avec notamment ce fameux jeton de 500,000, tenue par une charmante croupière que je n'avais toujours pas croisé depuis 1 mois et demi que je suis ici. Vegas n'en finit jamais de nous surprendre...

Les pros tombent comme des mouches

Daniel Colman est parti à tapis, et comme ne le montre pas du tout cette photo, il était largement favori avec une paire de Dix, contre une paire de Neuf. La meilleure main est restée devant jusqu'à la rivière, et le vainqueur du One Drop à 1 million de dollars l'entrée en 2014, a pu tranquillement reprendre son siège... Pour quelques minutes seulement. Car il va de nouveau se retrouver à tapis plus tard, et de nouveau se relever pour appeler les bonnes cartes. Après avoir ouvert UTG à 360 000, Daniel Colman va observer l'Espagnol Fernando Pons poser la même somme depuis le Hi-Jack. Puis sur un flop J72, les deux joueurs ne vont pas bouger d'un poil, avant de s'enerver sur la turn 3 : check de Colman, mise à 350 000 de Pons, tapis chez Colman pour 3,6 millions, payé par Pons. Colman va montrer J9 alors que son adversaire Espagnol a tablé AJ. Une top paire chacun, un meilleur kicker pour le copain ibérique, et une rivière qui ne change rien, une Q. L'aventure de Daniel Colman prend fin en 31e position.

Dix minutes plus tôt, c'est l'Anglais Max Silver (de dos en blanc) qui s'est retrouvé à tapis, après avoir défendu sa grosse blinde, suite à une relance à 360 000 de John Cynn. Le flop est venu 864 et Silver a mis ses 550 000 derniers jetons au milieu de la table. Il s'est fait payer par KJ... et un 9 puis un A sont apparus sur la turn et la river, offrant une flush "par la porte de derrière" à John Cynn ! Nos collègues Anglais étaient effondrés par cette terrible nouvelle. Oh, calmez vous, il vous reste encore cinq prétendants !

Anecdotes, statistiques et citations à la con 

Kara Scott : "Alex Keating, comment ça va après avoir sauté du Main Event ?"

3 : le nombre d'éliminations qu'il manque encore avant que la journée ne s'arrête.

4 : le nombre de joueurs de ce Main Event que va représenter la grosse blinde, à la reprise de cette pause.

12 : le nombre de personnes travaillant pour ESPN et qui entourent la dernière table qui n'est pas télévisée. Une table sur laquelle on retrouve notamment Kenny Hallaert, Jeffrey Hakim et William Kassouf.

Ils remportent 216 211$ :
31e / Daniel Colman (USA)
32e / Lance Keating (USA)
33e / Max Silver (UK)
34e / Hari Bercovici (Israel)
35e / Alex Keating (USA)

 

Tableau de bord
30 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes à la reprise : 100 000/200 000, ante 30 000
Tapis moyen : 11 228 333

L'étau commence à se resserrer

- 18 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Level 30 - Blindes 40 000/80 000, ante 10 000

Antoine Saout n'a disputé un qu'un seul pot d'importance durant cette heure qui a suivi la pause diner. Premier de parole, il relance et trouve deux payeurs, l'Anglais David L'Honore et l'Américain Valentin Vornicu en grosse blinde. Un flop 843 va entrainer un check raise d'Antoine à 1,25 million, suite à une mise de l'Anglais à 450 000. Aucune action sur la turn K, et après l'apparition d'un 5 à la rivière, Antoine va devoir répondre d'une dernière mise de L'Honore, à 1,15 million. « J’ai un Roi ici », confiait le Breton, « j’ai check raise le flop et trouvé la carte magique turn. Mais du coup quand il mise sur la rivière, je ne sais plus trop s’il bluff ou s’il est en value. » Antoine a fini par fold. Et la réponse, on l'aura d'ici deux mois mon cher Tonio, en regardant à la télévision comme tout le monde. Bilan, Antoine Saout est tombé en dessous des 6 millions, soit encore 37 blindes. 

Depuis, il n'a pas disputé de gros pot, et s'est contenté de 3-bet une fois, à 990,000 depuis la petite blinde, sur une ouverture à 340,000 de Christopher Kusha. Son tapis a légèrement diminué donc, pour atteindre les 6,01 millions.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

"Un quarter pounder, une boite de 10 nuggets, des frites et beaucoup de ketchup." Signé Antoine Saout, qui nous décrit le repas Mcdo d'un champion lors d'un dinner break du Day 6 du Main Event.

2 : Le nombre de joueurs restants sur le tournoi Little One for One Drop : Calvin Anderson affronte en ce moment même Michael Tureniec pour remporter un bracelet et plus d'un demi million de dollars.

18 : Date à laquelle les premiers épisodes des WSOP seront diffusés à la télé. On parle du mois de septembre.

16 : Le nombre de joueurs non-Américains encore en lice pour aller remporter ce tournoi. Soit près d'un joueur sur deux, tout simplement.

216 211 : En dollars, le gain que chaque survivant de ce tournoi est déjà assuré de remporter, en faisant partie des 35 derniers joueurs. 

L'actuel chipleader de ce tournoi est Américain, il s'appelle Michael Ruane, et possède 23,6 millions, soit 14% des jetons en circulation. Sur sa fiche hendon mob, on se rend compte qu'il a remporté 45,000$ de gains en tournoi live sur l'ensemble de sa carrière. Son dernier cash remonte à 2012...

Tableau de bord : 

35 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes : 80 000/160 000, ante 20 000
Tapis moyen : 9 624 286

Il remporte 216 211$ : 
36e / Carlon Tartar (USA)

Ils remportent 174 826$ : 
37e / Jonas Lauck (Allemagne)
38e / Tony Bracy (USA) 
39e / Daniel Retallick (USA)

À 30 places du bonheur

- 18 juillet 2016 - Par Flegmatic

Level 29 - Blindes 60 000/120 000, ante 15 000

Antoine reste à flot

Depuis qu’Antoine Saout est arrivé sur l'une des deux annexes télévisées, son activité à table a grandement diminué. "C'est lent, il ne se passe pas grand chose," nous a même glissé le Français. On retiendra deux coups disputés par le Breton :
1ère main : Antoine relance à 280,000 en début de parole, avant de se faire 3-bet à 780,000 par Christopher Kusha au bouton. Antoine répond par un 4-bet à 1,3 million et doit abandonner lorsque l’Américain pousse son tapis.
2e main : Vojtech Ruzicka relance à 280,000. Quelques sièges plus loin Valentin Vornicu 3-bet à 850,000. Le Breton choisit l’option agressive en plaçant un 4-bet à 1,97 million… et tout le monde passe sa main. Le voilà revenu à un tapis de presque 8 millions.

La bonne étoile de Fernando Pons

C'est un Day 6 de rêve que vit pour l'instant Fernando Pons. En un peu plus de cinq heures de jeu, celui qui était déjà parti avec le dixième plus gros tapis ce midi (7,93 millions) a réussi à plus que doubler pour grimper au-dessus des 16 millions. Tout s'est joué en deux coups clés pour l'Espagnol. Tombé à moins de 3 millions, il est dans un premier temps parvenu à sauver sa peau sur ce Main Event en doublant avec une paire de 9 face aux deux As de Kakwan Lau, grâce à un heureux 9 débarqué sur le turn.

Deux heures plus tard, un second double up lui permet de se propulser dans les plus hautes sphères du chipcount. Fernando paie tout d'abord une ouverture à 275,000 de Jan Suchanek, et voit Adam Krach placer un squeeze à 1,1 million depuis le bouton. La parole revient au Néo-Zélandais, qui envoie alors son tapis pour 5,42 millions. Après un petit temps de réflexion, Pons shove à son tour ses 6,445 millions. Krach s'écarte du chemin et les jeux sont dévoilés : AQ chez Suchanek, JJ pour Fernando. Le flop apporte un As mais le Valet sur la rivière fait tomber la pièce du côté de l'Espagnol qui élimine Suchanek et grimpe du même coup à 13,3 millions. Il a depuis poursuivi son ascension et n'est devancé au classement que par l'Américain Cliff Josephy.

 Ils remportent 174 826$ :
40e / Jason Les (USA)
41e / Ronald Giles (Canada)
42e / Mitchell Watson (Australie)
43e / Chang Luo (USA)
44e / Paul Hoefer (Allemagne)
45e / Chris Klodnicki (USA)

 Ils remportent 142 447$ :
46e / Sergi Reixach (Espagne)
47e / Matthew Reed (USA)
48e / Andrei Konopelko (Belarus)
49e / Jan Suchanek (Nouvelle-Zélande)
50e / Tony Gregg (USA)
51e / Jesse Cohen (USA)
52e / Farhad Jamasi (USA)
53e / Pavlin Karakikov (Bulgarie)

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Nous ne l'avions pas précisé jusque-là, mais depuis ce Day 6, tous les joueurs éliminés sont annoncés un par un au micro par l'un des superviseurs du tournoi, offrant un petit côté théâtral à leur sortie, saluée par des applaudissement plus ou moins nourris (on a par exemple compté plusieurs dizaines de décibels d'écart entre Dietrich Fast et Pavlin Karakikov).

"T'es sûr qu'il n'y a pas quelqu'un sur le Deepstack à 235 dollars ?" - Signé un Antoine Saout un peu taquin, lorsqu'on lui dit qu'il est le dernier Français à jouer dans l'Amazon Room, après l'élimination de Guillaume Diaz en 9e place du Little One for One Drop.

PAUSE-DINER 60MN / REPRISE DE LA PARTIE A 19H45 (4H45 EN FRANCE)

Une finale qui tourne court

- 18 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Event #69 - NLHE Little One For One Drop 1111$ (Day 4 et finale) 
Guillaume Diaz s'incline en 9e position.

 « Ce n’était pas vraiment le plan… » Guillaume Diaz est légèrement « frustré » de la tournure qu'a pris cette table finale du Little One For One Drop à 1111$ l'entrée, puisqu'il a fini par rendre les armes en 9e position, pour un gain de 45 254$. Sa plus grosse performance cet été sur ces championnats du monde.

« Je pense avoir bien joué malgré tout, je savais ce que j’avais à faire en arrivant en demi finale, je me sentais vraiment bien. Et puis j’ai perdu ce flip qui m’aurait pourtant mis très bien pour la finale. »

Débarquant en table finale avec un tapis en dessous de la moyenne, Guillaume a alors adopté une stratégie conservatrice : « J’ai joué de façon assez tight, je n’avais pas trop le choix, il fallait sélectionner les bons spots. J’ai relancé puis fold avec As-Dame alors que j’avais 18 blindes, mais je pense que c’était la meilleure chose à faire. C’est dommage de ne pas avoir joué longtemps aujourd’hui, même si je n’ai pas trop de regrets en fait, notamment sur le dernier coup. »

Ce dernier coup est assez classique sur ce genre de tournois où tous les joueurs n'ont que très peu de profondeur : Guillaume a directement fait tapis, 17 blindes, depuis le bouton avec 77 et le joueur en grosse blinde, Thai Tran, s'est réveillé avec JJ. Malgré un rail Français concentré à prier pour qu'un troisième Sept apparaisse sur la table, le croupier va se contenter de dérouler un tableau 2T556

« Place à la fête maintenant, car même si je n’imaginais pas terminer 9e, je pense qu’il faut savoir en profiter. »

Cette élimination de Guillaume Diaz marque la fin de l'aventure pour le Team Winamax sur ces WSOP 2016. Promis l'an prochain, ils reviendront avec encore plus d'envie ! 

Bonus : j'ai réalisé un petit Periscope en compagnie du team Winamax, à la sortie du Rio, que je vous propose de découvrir sans plus attendre.

Antoine sur sa lancée

- 18 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Level 28 - Blindes 50 000/100 000, ante 15 000
Où le Français remporte un nouveau gros pot et est déplacé en table télévisée.

Le rush continue

Le moins que l'on puisse dire, c'est que depuis le début de ce Day 6, Antoine Saout voit du jeu. Pour preuve, ce coup récemment remporté par le Français avec... une paire d'As. "J'ai envoyé trois barrels sur 8-7-2-Roi-3, détaille le Breton. 315,000, 685,000 et 1,985 million." L'Américain Adam Krach a payé les trois fois, pour permettre à Antoine de retrouver son stack acquis un peu plus tôt : 9,5 millions, ce qui représente ni plus ni moins que 95 blindes. La sérénité est donc de mise. Le field vient à l'instant de se réduire à 53 joueurs, soit six tables. Celle d'Antoine était la prochaine à casser, le Français est désormais assis autour de l'une des deux annexes du plateau ESPN, en compagnie notamment du fantasque barbu Alex Keating.

Oh mon Dieu, ils ont badbeaté Kenny !

Coup dur pour le Belge Kenny Hallaert sur la feature table ESPN. Le dernier Belge en course sur ce Main Event a perdu une bonne partie de son énorme tapis de départ à cause d'un vilain badbeat infligé par le Hongkongais Kakwan Lau. Les jetons ont volé préflop selon l'action suivante : ouverture à 250,000 depuis le bouton de Kenny, surrelance à 750,000 chez Lau, 4-bet pour 1,65 million du Belge, et tapis à hauteur de 5,805 million de l'ami Kakwan, qui retourne AsK. Il est derrière les deux Rois du compatriote de Davidi Kitai mais trouvera un As dès le flop pour venir à sa rescousse, et empêcher Hallaert de prendre une gigantesque avance en tête du chipcount. Ce dernier chute du même coup à 6,545 millions, ce qui équivaut encore à un peu plus de la moyenne tandis que Lau se propulsé à 11,68 millions.

Statistiques pas du tout à la con

Après huit journées passées à vous présenter des statistiques débiles, en voici des 100% sérieuses et vérifiées, en provenance directe du bureau de presse des WSOP. Elles concernent l’ensemble des 69 épreuves jouées au Rio cet été.

Nombre total d’entrées : 107 833
Dotation totale : plus de 221 millions de dollars
Nombre total de joueurs ITM : 15 767
Dotation du Main Event : plus de 68 millions de dollars
Premier prix le plus important : 8 millions (Main Event)
Moyenne des prix alloués à la première place : 555 475$
Moyenne des inscriptions : 1 563 par tournoi (un record)
Age moyen des participations : 41,12 ans (ce chiffre est en augmentation année après année. Chez les femmes, l’âge moyen est de 44,71 ans)
Proportion de joueuses : 5,12% (5 522 inscriptions)
Pays représentés : 107
États-Américains représentés : 50 plus le District de Columbia (tous, donc)
Nombre de joueurs ayant remporté plusieurs bracelets : 3 (Jason Mercier, Benny Glaser et Ian Johns)

Classement des pays par inscriptions

1/ USA 84 027 inscriptions
2/ Canada 4 586
3/ Royaume-Uni 4 388
4/ France 1 293
5/ Russie 1 280
6/ Allemagne 1 169
7/ Brésil 970
8/ Australie 955
9/ Autriche 667

Vous avez bien lu : la France est la quatrième nation participante aux WSOP, et donc la première dont l’Anglais n’est pas le langage d’origine ! Pas mal pour des joueurs ayant la réputation (de moins en moins justifiée) de parler un très mauvais Anglais, et de détester les Américains (si l’on en croit nos nombreuses conversations avec des tas d’inconnus croisés à Vegas ces dix dernières années, ils sont nombreux à le penser très fort. Je leur réponds que ça va mieux depuis l'élection d'Obama, mais qu'un Trump à la Maison Blanche serait un pas en arrière d'environ 200 ans.)

Attention cependant : ces chiffres ne correspondant pas au nombre de joueurs de chaque pays venus jouer les WSOP, mais au nombre d’inscriptions. Ainsi, un joueur disputant cinq tournois comptera pour cinq.

Au total, les Tricolores ont atteint l’argent à 215 reprises sur ces WSOP : étant donné le taux de 15% d’ITM sur chaque tournoi, nos joueurs se sont classés plus que ce qu’on pouvait espérer sur le papier ! (15% de 1293 = 194)

Vous pouvez consulter le classement des Français primés sur les WSOP 2016 en cliquant ici. Nous allons prochainement l'actualiser avec les résultats des deux derniers tournois de l'été (Main Event et One Drop 1111$)

Mais aussi...

 500 000 : la valeur des nouveaux jetons mis en circulation. Ils sont rouge mais surtout de diamètre deux fois supérieur aux autres. On ne vous cache pas que l'effet produit est pour l'instant assez étrange.

 Tableau de bord
53 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes : 50 000/100 000 ante 15 000
Tapis moyen : 6 355 660

 Il remporte 142 447$ :
54e / Adi Abugazal (USA)

 Ils remportent 116 963$ :
55e / Dietrich Fast (Autriche)
56e / Tom Middleton (UK)
57e / Gorki Oliveira (Brésil)
58e / Jasthi Kumar (USA)
59e / Robert Park (USA)
60e / Brian Yoon (USA)
61e / Cole Jackson (USA)
62e / Caufman Talley (USA)
63e / Tyler Hancock (USA)

Une dernière finale, pour le plaisir

- 17 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Event #69 - NLHE Little One For One Drop 1111$ (Day 4 et finale) 
Guillaume Diaz est en table finale ! 

D'accord, il n'y a plus qu'un seul représentant Français sur le Main Event, Antoine Saout, et on est forcément tous déçus d'avoir vu nos compatriotes tomber les uns après les autres... mais en atteignant la table finale de ce tout dernier tournoi de ces WSOP 2016, le Little One For One Drop, Guillaume Diaz nous offre encore un peu de rêve, un dernier kiff, et pourquoi pas un premier et dernier bracelet cet été ! 

'Volatile38' a réalisé un départ en fanfare aujourd'hui, éliminant notamment le premier joueur de la journée, Mohammad Abediarani. Sur un flop J73, Guillaume a annoncé tapis en position, suite à une mise de ce même Mohammad. Ce dernier a payé avec 65 pour un tirage flush et un tirage quinte, alors que Guillaume possédait le deuxième meilleur jeu possible sur ce flop, avec 77 en main. Rien n'est venu contrecarrer les plans du Grenoblois avec l'arrivée d'un A au turn puis d'un K sur la river, et moins de 30 minutes après la reprise, le field était déjà tombé à 11 joueurs.

Puis Guillaume a connu a un petit coup d'arrêt en perdant un coin flip 30 minutes plus tard. La bonne vieille rencontre classique entre son AK et le TT d'un adversaire, en l'occurence Johnny Ngo, faisant chuter le Top Shark Winamax 2014 à 32 blindes. Et c'est finalement ce même Johnny Ngo qui a été éliminé 20 minutes plus tard, par ce diable de Michael Tureniec, qui a trouvé deux paires au flop, quand son adversaire avait finalement manqué son tirage couleur.  

Place à la table finale désormais, la dernière de cet été ! Oui, il reste le Main Event me direz vous, mais la table finale aura lieu à l'automne prochain. Alors savourons ce dernier moment de ces WSOP 2016, et allez 'Volatile38', le vainqueur sera tout de même plus riche de 525,520$ !

Dernier rail de folie, avec notamment Sylvain Loosli, Aurélie Quelain, Davidi Kitai et le coach Stephane Matheu pour soutenir Guillaume Diaz


Table finale officielle :

1/ Michael Tureniec (Suède) : 5 800 000 (36 bb)
2/ Calvin Anderson (USA) : 1 300 000 (8 bb)
3/ Lucas Blanco (UK) : 7 100 000 (44 bb)
4/ Thai Tran (USA) : 5 400 000 (34 bb)
5/ Samer Al-Shurieki : 2 800 000 (18 bb)
6/ Shai Zurr (Israel): 2 900 000 (18 bb)
7/ Sam Ho (USA) : 3 300 000 (21 bb)
8/ Carl Martel (Canada) : 2 500 000 (16 bb)
9/ Ryan D'Angelo (USA) : 7 200 000 (45 bb)
10/ Guillaume Diaz (France) : 3 900 000 (24 bb)

Echelle des prix :

Vainqueur : 525 520$
Runner up : 324 597$
3e : 239 232$
4e : 177 695$
5e : 133 028$
6e: 100 380$
7e : 76 351$
8e : 58 543$
9e : 45 254$
10e : 35 269$

Pendant ce temps, à l'ombre du Main Event...

Il reste 63 joueurs

- 17 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Level 27 - Blindes 40 000/80 000 ante 10 000

Avec 17 éliminations recensées en 90 minutes, on peut dire que ce Day 6 a démarré sur un bon rythme.

Il est partout

Antoine Saout est pour le moment un rêve de couvreur : le Breton met de l'argent au milieu sur tous les coups, ou presque. Outre une fausse alerte à tapis préflop qui ne nous aura guère fait vibrer (As-Roi contre As-Roi face à un joueur moins bien stacké), Antoine nous a régalé avec une nouvelle main au long cours qu'il a qui plus est remporté.

Tout commence par une ouverture UTG de Qui N'Guyen à sa droite (photo), à 185,000. Le Breton lui répond par une surrelance à 535,000, comme il l'a déjà fait une bonne demi-douzaine de fois lors de l'heure précédente. Les deux hommes checkent de concert un flop Q9J, avant que N'Guyen ne choisisse de donk bet pour 585,000 sur le 9 au turn. Antoine reprend ensuite les devants sur un K river qui fait rentrer absolument tous les tirages. Une longue bataille de regards se lance alors entre les deux joueurs, finalement rompue par le Français qui place 1,01 million au milieu. Longue réflexion chez N'Guyen qui tente sans succès de lire le visage impassible du November Nine 2009, et finit par jeter ses cartes. "J'avais un 10," déclare peu après l'Américain. Aurait-ce été suffisant s'il avait payé ? Vous devriez le savoir dans quelques mois, les caméras d'ESPN n'en ayant pas raté une miette et gardant cette fâcheuse habitude, qui me fait me hérisser les poils du dos, de regarder les jeux placés dans le muck lors de chaque gros coup. Entertainment, quand tu nous tiens.

De son côté, Antoine n'en a que faire, et remonte à 8,25 millions, après avoir abandonné 1,67 million en faisant doubler un short-stack quelques minutes plus tôt.

Per Linde, raconte moi un bad beat

Les Dieux du Poker sont impitoyables, en témoigne la brutale dégringolade de Per Linde : deux Rois craqués par deux 10, deux Dames qui se mangent les mêmes Rois, et voilà le Suédois qui passe de "solide espoir pour le Day 7" à "éliminé en 68ème place".

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Nombre de tables "non-télévisées" encore actives : 5. Cela correspond aussi au nombre de tables où il nous est facile de suivre l'action, puisque l'accès aux trois podiums télévisés est bien entendu rendu compliqué par la présence de tonnes de caméras, techniciens, grues, assistantes avec un décolleté plongeant, etc. Truc bien pratique, cependant : ces deux écrans installés sur le côté de la zone presse, montrant les tables en mode "poker online" avec taille des tapis, hauteur des relances, position du bouton, etc. Du coup, si Antoine venait à être déplacé sur une des trois tables TV (et cela va forcément arriver, sauf accident industriel), nous ne pourrons pas nous approcher de lui, mais nous pourrons tout de même suivre sa progression sans trop de difficulté.

On peut tirer au moins deux enseignements de cette photo : 1/ même si Doyle Brunson a pris sa retraite des WSOP, les cow-boys Texans n'ont pas dit leur dernier mot dans le Main Event et 2/ Alex Keating ne gagnera pas si facilement le concours de la plus belle barbe des WSOP.

Max Silver mange des jetons, Paul Volpe mange un plat à 25$ de chez All American Dave, dont le food truck est encore en service, contrairement à la tant décriée Poker Kitchen. En même temps, avec plus de 100,000$ garantis, les joueurs encore en course peuvent se le permettre.



Bouillonnantes d'activité cinquante jours durant, les salles Brasilia et Pavilion ne sont plus que des coquilles vides que quelques gros bras s'activent à nettoyer de fond en comble. Sur quoi portera la convention qui succèdera aux WSOP après lundi ? Durant les années précédentes, les joueurs de poker ont tour à tour été remplacés par des tables de billard, de l'équipement agricole, et des produits pour WC.

 Tableau de bord
63 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes : 40 000/80 000 ante 10 000
Tapis moyen : 5 346 625

Ils remportent 96 787$ :
64e / Matthias Habernig (Autriche)
65e / Nicolas Fischer (Allemagne)
66e / Maxim Sorokin (Russie)
67e / Wesley Brockhoeft (USA)
68e / Per Linde (Suède)
69e / Michael Banducci (USA)
70e / Chad Freid (USA)
71e / James Cappucci (USA)
72e / Aaron Johnson (USA)

Ils remportent 80 721$ :
73e / Ryan Goindoo (Trinité-et-Tobago)
74e / Andrew Sayegh (USA)
75e / Marcos Exterkotter (Brésil)
76e / Jonathan Karamalikis (Australie)
77e / Roman Soybelman (USA)
78e / Jason Mcconnon (UK)
79e / Dylan Thomassie (USA)
80e / Jeffrey Kostolni (USA)

Les prix promis aux éliminés du jour

À partir de maintenant, chaque cassage de table va entraîner un saut dans l'échelle des prix.

63 à 55e : 116 963$
54 à 46e : 152 447$
45e à 37e : 174 826$
36e à 28e : 216 211$

"Wow, le saut dans l'échelle des prix représente un an de ton salaire !" - Signé : un Jared Bleznick facétieux s'adressant à Remko Rinkema, l'un des journalistes poker les plus en vue sur le circuit.
 "Peut-être, mais je dois moins d'argent à mes stackers que toi !" - Signé : un Remko Rinkema a la répartie bien aiguisée.