masquer le menu
   

Il n'a pas dit son dernier mot

- 17 juillet 2016 - Par Flegmatic

Event #69 - NLHE Little One for One Drop 1111$
Guillaume Diaz encore en course pour le bracelet à 12 joueurs restants

Les 80 joueurs restants du Main Event ont déjà quitté l'Amazon Room depuis de longues minutes lorsque Guillaume Diaz et ses onze autres compères du Little One for One Drop placent consciencieusement leurs leurs jetons dans les sacs prévus à cet effet. Douze ultimes combattants, sur les 4360 au départ de la toute dernière épreuve de ces WSOP 2016, assurés d'un gain minimum de 35,269 dollars et qui, au moment de remettre les pieds au Rio demain sur les coups de 14 heures, penseront forcément au bracelet et au gain de 525,520 dollars promis au vainqueur.

Avec 2,685 millions de jetons, soit un peu plus d'une vingtaine de blindes, au départ de ce futur Day 4 pas tout à fait prévu au programme de l'organisation, Volatile38 devra batailler durant les premières minutes mais crois à fond en ses chances. "Je le sens plutôt bien, nous a avoué Guillaume. Il y a encore de très bons joueurs, mais tout peut aller très vite. Et tout reste possible." Il en sait d'ailleurs quelque chose. Tombé aussi bas que 18 blindes, à la suite d'un retour de dinner break pas franchement idyllique - un flip perdu contre un short-stack puis une confrontation difficilement évitable avec As-Dame contre une paire d'As - le Grenoblois a réussi à revenir dans la partie. Il aurait même pu terminer encore plus haut, sans ce pot de 3 millions perdu avec As-Dame contre les Rois du Suédois Michael Tureniec, assurément l'un des meilleurs joueurs restants dans le field, avec les deux Américains Calvin Anderson et Ryan D'Angelo, respectivement deuxième et troisième au chipcount de fin de journée.

Une chose est sûre, nous serons autour des deux dernières tables de cet Event demain, pour vous faire vivre la suite et la fin du dernier membre du Team Winamax en lice sur ces WSOP, en espérant bien sûr que cette dernière intervienne le plus tard possible.

Chipcount complet

1/ Thai Tran (USA) 6,7 millions
2/ Calvin Anderson (USA) 5,87 millions
3/ Ryan D'Angelo (USA) 5,35 millions
4/ Carl Martel (Canada) 3,685 millions
5/ Shai Zurr (Israël) 3,58 millions
6/ Sam Ho (USA) 3,4 millions
7/ Michael Tureniec (Suède) 3,105 millions
8/ Samer Al-Shurieki (USA) 3,03 millions
9/ Guillaume Diaz (France, Team Winamax) 2,685 millions
10/ Lucas Blanco (UK) 2,215 millions
11/ Mohammad Abediarani (USA) 2,16 millions
12/ Johnny Ngo (USA) 1,735 millions

Tableau de bord
12 joueurs restants (sur 4360 entrées)
Blindes au départ du Day 4 : 60 000/120 000, ante 15 000
Payout minimum : 35 269$

Antoine Saout, éternel recours

- 17 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Fin du Day 5
Antoine Saout est le dernier représentant Français dans le Main Event parmi 80 joueurs restants

 

Day 6 !

Son premier mot d’interview post-fin de journée, Antoine Saout l’a eu pour ses compatriotes qui n’auront pas la chance de l’accompagner au tour suivant : « C’est dommage pour les autres Français… » Tout au long de la journée, le Breton nous a régulièrement demandé des nouvelles de Gäelle, Pierre et les autres. Pour finalement se retrouver seul Tricolore à l’arrivée, alors que le field a rétréci à rythme soutenu pour passer de 251 à 80 joueurs restants aux alentours de minuit.

Comme lors de la mémorable édition 2009 du Main Event, Antoine Saout est donc encore une fois le dernier Français en course dans le plus beau tournoi du monde. A la différence près que cette année, cet accomplissement survient deux jours plus tôt qu’il y a sept ans, année où l’on comptait encore trois de nos joueurs autour des trois dernières tables de l’épreuve.

Ce qui revient à dire qu’il reste encore à Antoine pas mal de coups de poker à jouer, et à gagner, pour espérer rééditer son incroyable exploit de 2009 qui l’avait vu atteindre la table finale avec un stack moyen, avant d’accomplir la performance d’une vie sur le podium télévisé trois mois plus tard, n’échouant en troisième place qu’à cause de deux méchants bad beats infligés en l’espace de dix minutes par le vainqueur final de l’épreuve, l’Américain Joe Cada.

Mais admettons que demain, Antoine parvienne à jouer aussi bien que lors des deux journées qui viennent de s’écouler, et à garder la réussite de son côté… Alors il se pourrait bien que ses chances de devenir « November Nine » pour la seconde fois deviennent bien réelles.

Car Antoine a continué d’appliquer sa stratégie aujourd’hui, affinée au cours de sept années de présence intensive sur le circuit pro : un jeu sérieux, où l’on choisit ses spots avec soin, où l’on gagne le plus de petits pots avant le flop, où l’on construit de gros pots avec de grosses mains, sans oublier de saisir les opportunités de bluff qui se présentent à coups de 3-bets, 4-bets voire 5-bets judicieusement choisis. « Il y avait plus de très bons joueurs à mes tables aujourd’hui, du coup je n’ai pas relancé avec des mains ‘merguez’ », dit ce joueur finalement assez difficile à lire, peut-être à cause de son attitude perpétuellement nonchalante à table : en 2009 comme en 2016, pendant un coup, son visage ne trahit jamais la moindre émotion.

La journée d’Antoine avait très bien commencé avec l’élimination d’un joueur ayant tenté le tout pour le tout avec un tirage couleur : la top-paire d’Antoine a tenu, lui permettant de se placer parmi les chip-leaders. « Ensuite, je me suis maintenu. Comme les blindes sont grosses, on peut tenir très longtemps si l’on réussit à prendre les blindes ou passer un c-bet de temps à autre. »

Même si je me sens un peu bête de poser la question à l’un de ces rares joueurs qui ont déjà vécu l’expérience de disputer ce tournoi de huit jours jusqu’au bout (ou presque !), je demande tout de même : le tournoi est-il de plus en plus dur à mesure que l’on progresse ? « Il reste encore plein d’opportunités », me dit-il. « Même les joueurs qui sont censés ne pas faire d’erreur, je les vois faire des trucs bizarres. »

Prenons les choses dans l’ordre : avant de penser à la table finale, Antoine va devoir continuer de faire croître son tapis durant le Day 6, passer entre les balles, réussir ses bluffs, et ne pas voir ses grosses mains craquées. C’est ce que nous espérons observer dimanche à partir de midi, heure locale (soit 21 heures en France).

Le field est très, très costaud

On retrouve le mélange habituel de fin de Main Event : de grosses pincées de joueurs très connus, pas mal dont nous n’avons jamais entendu parler (jusqu’à aujourd’hui), une majorité d’Américains mais encore beaucoup de joueurs venus de très loin, bref : tout est envisageable pour la table finale.

Vous voulez du gros pro, de la tête de série qui déboîte ? Je vous déballe Paul Volpe (5 millions de gains, deux bracelets), Tom Marchese (énorme cador online ayant aussi beaucoup en live, dont un titre au Venetian), Daniel Colman (le vainqueur du One Drop à un million de dollars l’entrée), Cliff « JohnnyBax » Josephy (méga légende online et stacker extrême qui, au fait de sa gloire, finançait l’entrée de plus de 200 joueurs dans le Main Event, y compris les vainqueurs), Tony Gregg (11,5 millions de dollars de gains, un spécialiste des High-Rollers)…Citons aussi Valentin Vornicu, 11e au classement : il était chip-leader dès le Day 2A/B. Belle régularité !

Et les Européens ? L’Anglais Max Silver a pour modèle Davidi Kitai, et espère que son dixième ITM WSOP de l’été soit le plus mémorable. Il ne reste plus qu’un Suédois, mais pas n’importe lequel : le robotique Per Linde, 1 million de dollars de gains sur une troisième place au WPT Paris en 2010. Et le meilleur joueur du Vieux Continent dans le Main Event jusqu’à présent est Kenny Hallaert, figure incontournable du circuit - ce mec ne fait que voyager toute l’année, et s’il y a bien un reg qui méritait un deep run cette année, c’est lui. Il entamera le Day 6 avec le troisième plus gros tapis. Encore plus loin de Vegas : le Libanais Jeffrey Hakim incarne l’expression « Toujours placé, jamais gagnant ». Le mec a deep run des tas d’EPT sans jamais soulever de gros trophée. Il reste aussi des Australiens, des Brésiliens, des Russes, un Bulgare, un Israélien, un Hong-Kongais mais aussi un  habitant de l'île de Trinité-et-Tobago ! Il s'appelle Ryan Goindoo et on lui souhaite bonne chance.

Et les personnalités un peu folles, comme le Main Event nous en offre chaque année ? Allez, je vous en donne deux, pas identiques : le jovial Alex Keating, qui a mis tous ses adversaires dans sa poche avec ses tours de magie, chip-tricks et bons mots (c’est aussi lui qui élimine Gaëlle Baumann, ce qui est moins sympa), et le beaucoup trop bavard William Kassouf, dont le moulin à paroles lui a valu deux tours de pénalité rien qu’aujourd’hui. Mais il paraît qu’il est sympa !

Enfin, le chip-leader Jerry Wong ne sort pas de nulle part, mais son palmarès est loin d’être le plus impressionnant parmi les 80 joueurs restants. Serait-il en train d’utiliser son proverbial one time ?

Ils n'accompagneront pas Antoine au Day 5

Ce Day 5 n'a pas débuté de la meilleure des manières pour nos Français. Pour Lorenzo Lavis, il n'a en tout cas pas démarré à l'heure. Une panne de réveil subie au pire moment de l'année l'a fait manquer les 45 premières minutes de ce qui allait être sa dernière journée au Rio. Après un degrind progressif, Lorenzo n'a pu éviter une confrontation à tapis préflop avec As-Roi contre deux As, laissant dans l'affaire ses 33 dernières blindes. Sa première place payée sur un tournoi WSOP (197e) lui permet de repartir avec 42,285 dollars.

Quelques minutes auparavant, Maxime Chilaud avait ouvert le bal des sortants tricolores (211e). Le short-shart officiel du clan français (avec un tout petit moins de la moyenne) a tout d'abord perdu un gros pot avec top paire contre une couleur rentrée backdoor avant de subir un dernier badbeat avec Roi-8 contre 6-5.

Ce fut ensuite de Gaëlle Baumann, dernière joueuse en lice dans ce Main Event pour la deuxième fois après sa fameuse 10e place de 2012 – record de Maria Ho égalé – de nous quitter aux portes du Top 100 (102e, 49,108$). Assise en table télévisée une bonne partie de la journée, O RLY a vécu un Jour 5 assez catastrophique. Privée de cartes et en manque flagrant de spot favorables, l'Alsacienne a progressivement vu son tapis fondre comme neige au soleil de Las Vegas. Tombée à quatre blindes, la dernière des W rouges a trouvé un premier double up miraculeux, unanimement salué par une foule entièrement sous le charme, avant de prendre la porte sur une main anecdotique. Une dernière journée ô combien frustrante, que Gaëlle ne devrait pas porter dans son cœur, mais qui lui permet tout de même d'engranger 49,108 dollars.

Enfin, alors que nous pensions pouvoir suivre deux Français au Day 6, Pierre Merlin nous abandonna lors du tout dernier niveau au programme. Lenchanteur n'a pas réussi à se défaire d'une situation fort compliquée avec top paire et tirage couleur max au turn contre deux brelans. Il signe tout de même son meilleur résultat aux WSOP, le deuxième de sa carrière avec un gain de 57,494 dollars venant récompenser sa belle 92e place.

Parmi les éliminés internationaux du jour, on retiendra pas mal de joueurs célèbres, qui ont tous remporté entre 36 708$ et 67 855$ : Maria Ho (242e), Simeon Naydenov (230e),  Shaun Deeb (221e), Max Altergott (193e), Jordan Cristos (189e), Johnny Chan (180e), Adam Friedman (177e), Nathan Gamble (176e), Fernando Brito (163e), Sorel Mizzi (157e), Todd Brunson (154e), David Pham (152e), Alex Goulder (151e),  Scott Montgomery (140e), Marc Andre Ladouceur (139e), Dan Heimiller (137e), Melanie Weisner (127e), Greg Raymer (122e), Brandon Adams (117e), Andrew Chen (113e), Alexander Debus (112e), Michael Gathy (107e), Jon Turner (100e), Mike Gorodinsky (87e) et Bryan Piccioli (84e).

Rendez-vous à midi (21H en France) pour l'avant-dernière journée de Main Event de l'été !

80 joueurs franchissent le Day 5

- 17 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Top 10

1/ Jerry Wong (USA) 11 555 000
2/ Jan Suchanek (Australie) 10 305 000
3/ Kenny Hallaert (Belgique) 10 050 000
4/ Griffin Benger (Canada) 9 860 000
5/ Joshua Weiss (USA) 8 330 000
6/ William Kassouf (UK) 8 300 000
7/ David Lhonore (UK) 8 265 000
8/ Chang Luo (USA) 8 090 000
9/ Jared Bleznick (USA) 7 955 000
10/ Fernando Pons (USA) 7 930 000

1 Français

15/ Antoine Saout 6 705 000

Reste du field (sélection)

13/ Paul Volpe (USA) 7 290 000
14/ Tom Marchese (USA) 7 155 000
18/ Daniel Colman (USA) 6 345 000
22/ Lance Keating (USA) 6 000 000
29/ James Obst (Australie) 4 880 000
30/ Per Linde (Suède) 4 570 000
32/ Jeff Hakim (Liban) 4 485 000
39/ Max Silver (UK) 3 545 000
59/ Tom Middleton (UK) 2 100 000
66/ Chris Klodnicki (USA)1 875 000
71/ Tony Gregg (USA) 1 405 000
77/ Jonathan Karamilikis (Australie) 1 120 000
80/ Dylan Thomassie (USA) 395 000

La table d’Antoine Saout

1/ Paul Volpe (USA) 7 290 000
2/ Vojtech Ruzicka (Rép. Tchèque) 4 255 000
3/ Michael Niwinski (USA) 6 400 000
4/ Jeff Hakim (Liban) 4 485 000
5/ Nicolas Fischer (Pays Bas) 1 525 000
6/ Antoine Saout (France) 6 705 000
7/ Max Silver (UK) 3 545 000
8/ Dylan Thomassie (USA) 395 000

Moyenne 4 210 625
Blindes 40 000/80 000 ante 10 000

Il nous a joué un mauvais tour

- 17 juillet 2016 - Par Flegmatic

Pierre Merlin quitte le Main Event en 92e position sur une main à dormir debout
Blindes 30,000/60,000, ante 10,000

Il n'y aura pas de Day 6 sur ce Main Event pour Pierre Merlin. Pour sa troisième participation au plus gros tournoi du monde, le membre du Team PMU s'est incliné à la 92e place, bonne pour un prix de 57,494 dollars. Que de chemin parcouru pour le Français depuis février 2014, date de sa première grande victoire - et meilleur résultat à ce jour - sur la finale du Winamax Poker Tour. "Je n'ai aucun regret, avouait Pierre peu après sa sortie et sans se départir de son sourire habituel. Je me sentais vraiment bien tout au long du tournoi. J'ai run plutôt bien du Day 2 au Day 4. Aujourd'hui, ça a été plus compliqué. Je me suis assez vite retrouvé plus en difficulté, j'étais sûrement un peu moins concentré. Je peux peut-être jouer différemment la dernière main... Mais globalement, c'est un bon tournoi." Et si Pierre s'en veut un peu, sa dernière main sur ce Big One 2016 n'avait pourtant rien d'évident. Jugez plutôt.

UTG+1, le Français ouvre à 125,000 et est payé deux fois, par Chris Klodnicki en milieu de position et Ronald Giles au cutoff. Tout ce beau monde check d'un commun accord un flop Q87 avant que le turn 3 ne précipite l'action. Pierre checke une seconde fois et voit Klodnicki miser 425,000. La parole revient à Giles (un joueur d'une soixantaine d'années coiffé d'un sublime chapeau de cowboy) qui pousse au milieu ses 700,000 jetons restants. 'Lenchanteur' réfléchit quelques secondes avant d'annoncer lui-aussi tapis pour 1,435 million...

C'est payé par Klodnicki ! Les jeux sont alors dévoilés, dans cet ordre :

Pierre Merlin : AsQ pour la top paire et le tirage couleur max
Chris Klodnicki : 77 pour un brelan floppé
Ronald Giles : 88 pour un autre, et meilleur brelan floppé

Le Français a absolument besoin de trouver un pique pour espérer conserver son siège sur ce Main Event, mais assiste impuissant à l'arrivée d'une Q sur la rivière lui donnant un inutile brelan.

Son rêve de finale s'éteint pour cette année, mais pas ses ambitions. Ses troisièmes WSOP d'affilée sont aussi et surtout ses meilleurs, et sans nul doute ceux durant lesquels il aura le plus appris. De quoi revenir encore plus fort l'année prochaine, et attaquer la saison à venir pied au plancher.

Sous la barre des cent joueurs

- 17 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Level 26 - Blindes 30 000/60 000

C'est un palier hautement symbolique qui vient d'être franchi : moins de cent joueurs peuvent encore prétendre au titre, alors qu'il reste moins d'une heure à jouer. Tous sont garantis un prix minimum de 57,794 dollars...

De bonnes histoires Belges

L’élimination de Michael Gathy en 107ème place est l’occasion de saluer l’incroyable été du Belge à été : sept places payées, deux secondes places (en Razz et Deuce to Seven) et un bracelet en No-Limit ! Bilan : plus de 900,000 dollars de gains dans la Ville du Vice pour ce joueur qui fait désormais sérieusement concurrence à Davidi Kitai pour le titre de meilleur joueur Belge de tous les temps...

Et nos cousins du Nord sont loin d’avoir dit leur dernier mot dans ce Main Event ! Le nouveau chip-leader n’est autre qu'un grand régulier du circuit Européen ne manquant jamais une visite estivale à Vegas : Kenny Hallaert, après un incroyable strike qui l’a vu éliminer deux joueurs d’un seul coup. Les jeux ? Deux Rois pour Kenny qui font face à As-10 et deux Dames : un As va tomber sur le flop mais Kenny va trouver quatre carreaux pour faire une couleur gagnante ! Son tapis avoisine désormais les neuf millions…

Ils remportent 49 108$ :
102e / Gaëlle Baumann (France, Team Winamax)
107e / Michael Gathy (Belgique)
111e / Alex Lindop (UK)
113e / Andrew Chen (Canada)

Magique, une fois de plus

- 17 juillet 2016 - Par Flegmatic

Gaëlle Baumann est éliminée en 102ème place
Pour la deuxième fois en quatre ans, elle est la meilleure femme du plus gros tournoi du monde
Blindes 25,000/50,000, ante 5,000

Une heure sans recevoir ne serait-ce qu'une carte supérieure à 8. Le 25e niveau de ce Main Event commençait à sérieusement ressembler à une longue et inexorable traversée du désert pour Gaëlle Baumann. Revenue du dinner break avec une douzaine de blindes, O RLY n'en finissait pas de ne pas trouver le moindre spot favorable pour pousser ses derniers jetons. Débarquée du plateau télévisé d'ESPN pour retrouver une place sur le floor principal de l'Amazon Room, au bord du rail, la dernière joueuse de ce Big One 2016 voyait son tapis fondre, en même temps que les curieux s'agglutinaient de plus en plus nombreux derrières les barrières.

Et puis est arrivée cette fameuse main. En milieu de position, Gaëlle place ses 195,000 derniers jetons au milieu de la table (moins de quatre blindes) et reçoit une première ovation du public. Tout le monde passe jusqu'à Maxim Sorokin en petite blinde. Avec plus de 5,5 millions devant lui, le Russe paie sans sourciller et retourne T3. Gaëlle montre la plus petite paire possible : les 2. "C'est maintenant que débute le plus grand comeback de l'histoire du poker," lance Alex Keating, le jovial magicien barbu qui fait le show sur ce Main Event depuis deux jours. T8K6 : les quatres premières cartes de ce board ne sont pas franchement à l'avantage de la membre du Team Winamax. "Un 2 ! Un 2 !," se mettent alors à appeler la quasi totalité des spectateurs - à commencer par un Guillaume Diaz venu faire un tour pendant la pause de son Little One for One Drop - ainsi que, et c'est un fait plus rare, plusieurs des adversairede table de Gaëlle. Magie du spectacle, la carte tant attendue fera son apparition à la rivière, permettant à l'Alsacienne de continiuer à espérer. Tout le monde exulte dans une salve d'applaudissements. Un beau moment d'excitation dans une journée bien trop tranquille.

Mais cette embellie toute relative ne fut finalement que de courte durée. C'est le même Alex Keating qui se chargera de mettre fin à la prophétie qu'il avait lui-même lancée quelques minutes plus tôt, en payant avec As-Roi le tapis de Gaëlle, un tapis poussé avec une main dominée : As-Valet.

Le dernier board est anecdotique et laisse la meilleure main devant. Pour la deuxième fois de sa carrière, après sa désormais célèbre 10e place en 2012, Gaëlle est la dernière femme à quitter un Main Event des World Series of Poker. Elle se classe à une 102ème place qui vaut un prix de 49,108  dollars. Un gain qui en contenterait sûrement beaucoup, mais pas la compétitrice acharnée qu'est Gaëlle Baumann. Et surtout pas après un Day 5 aussi frustrant.

On refait le match avec Gaëlle

« En fait, je crois que je suis encore plus déçue qu’il y a 4 ans, c’est fou ça. » En parcourtant le long couloir du centre de convention du Rio menant vers la sortie, Gaëlle Baumann semble légèrement abattue. Ses World Series of Poker ont pris fin aujourd'hui, après avoir passé une journée qui ne restera pas comme l’une des plus belles de sa carrière de sa joueuse : « Si on compare avec 2012, je dirais que cette journée est aussi horrible que le Day 7 de l'époque, où je n'avais pas vu une carte jouable. Là aussi, rien du tout. J’ai été card dead de folie. 8 et 2, 3 et 5, 9 et 4… j’ai passé mes cinq dernières heures à fold fold et encore fold. Même à la table, ils se moquaient de moi à la fin. » Gaëlle a passé de longs moments sur son téléphone, pas pour de distraire sur Facebook, mais surtout pour vérifier la stratégie à adopter : « Je regardais mes ranges pour faire tapis, mais à chaque fois j’étais juste en dessous. Je n’ai pas eu de spots, c’est frustrant ! Par exemple, à un moment j’ai ouvert Roi-Neuf au bouton, mais il y a un joueur qui avait open UTG. Ce n’est jamais bon ici. Le seul bon spot que j’aurais pu avoir, j’ai refusé de le prendre, parce que les joueurs en blindes avaient une tendance à trop me payer souvent. »

Gaëlle me raconte alors avoir joué solide, très solide. Jamais évident de gérer un tapis quand on est shortstack à ce point et que tout le monde n’attend qu’une chose, c’est de vous voir à tapis. "J’ai défendu une paire de 6 dans les blindes, notamment, lorsque j'avais juste 10BB, après une relance et un call. Ce dernier n’attendait que ça : que je fasse tapis préflop. Le flop est venu 9-9-5 et j'ai lâché l'affaire après le c-bet du mec. Au showdown, le relanceur initial a montré les as, alors que le second joueur détenait les 8 ! »

Gaëlle va tout de même tenter de garder un bon souvenir de ce Main Event, et pour ça, rien de tel que de bonnes vacances… à moins que ?... « J’avais dit qu’on partirait en vacances uniquement si je gagnais. Du coup, on achètera des couches je crois ! » Harper intervient : « Non non non, moi je pense plutôt qu’on va aller se faire un petit repas chez Robuchon demain » Harper, dont la mission immédiate est de consoler ce soir sa petite femme qui a quitté le Rio les larmes aux yeux. Last woman standing ou pas, personne n’aime sauter du Main Event des WSOP.

Gaëlle Baumann : 102ème pour 49 108$

Gaëlle est la dernière femme en course

- 17 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Niveau 25 - Blindes 25 000/50 000 ante 5000
114 joueurs au compteur

La sortie de Mélanie Weisner en 127ème place fut des plus cruelles : la New Yorkaise à 4-bet all-in avec As-Roi après une relance et une sur-relance, et le premier joueur l'a payée avec... 53 ! Elle tremble sur un flop 4-4-2, puis un turn 2, et sombre sur la rivière, un 5.

Son élimination permet à une Gaëlle Baumann désormais TRES short-stack (moins de huit blindes) d'officiellement devenir la dernière femme en course dans le plus gros tournoi du monde, et ce pour la seconde fois depuis 2012 !

Plus un poil sur le caillou

La classe de Greg Raymer : éliminé par Kenny Hallaert, le Champion du Monde 2004 laisse un souvenir dédicacé au Belge, sous la forme d'un de ces fossilles qui sont sa marque de fabrique à table. "Congratulations Kenny : tu m'as eu !" Raymer était le dernier joueur encore en course dont la photo était affichée dans l'Amazon Room : c'est donc un nouveau Champion qui sera couronné cette année. La dernière victoire d'un Champion existant remonte à 1997, lorsque Stu Ungar est revenu (presque littéralement) d'entre les morts pour capter un troisième titre.

(Crédit photo : Remko de PokerNews)

Comment intégrer le Top 3 ?

Quand deux bons joueurs se rencontrent et que le croupier sert une bonne main à l’un, une très bonne main l'autre, les jetons volent, un joueur laisse éclater sa joie dans une salle de l’Amazon plutôt calme, et les caméras d’ESPN accourent à toute vitesse. C’est exactement ce qu’il vient de se passer, et le grand bénéficiaire de ce coup, c’est l’Américain Jared Bleznick. On parie que vous verrez ce coup dans votre canapé dans deux mois ?

L’action est terminée quand on débarque sur cette table. Le board 6228T est sorti, et Jared Bleznick est tout tremblant en poussant ses jetons au milieu de la table, pour que le croupier compte son tapis. L’Américain, plus connu sous le pseudo online harrington25 , vient de remporter ce pot énorme (7,7 millions) avec un carré floppé ! Muni d’une paire de deux, il explique brièvement aux quelques couvreurs l’entourant, qu’il a check/call le flop, check/call la turn, avant de prendre le lead sur la rivière. Il mise 500,000 quand il a le bonheur d’entendre « all in » chez le Tchèque Vojtech Ruzicka (à droite sur la photo) pour plus de 3,2 millions… lui qui s’était retrouvé dans ce cul de sac avec une paire de Huit en main, pour un full trouvé sur la turn !

Bilan : Jared Bleznick intègre le Top 3 du tournoi avec 7,7 millions, les caméras d’ESPN ont de quoi s’amuser au montage et vous, vous découvrez un visage de plus à suivre dans ce tournoi. Pendant ce temps, Vojtech parle aux oiseaux, comme le noterez sur la photo.

En bref

 Tableau de bord
114 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes 25 000/50 000 ante 5000
Tapis moyen 2,95 millions

Ils remportent 49 108$ :
117e / Brandon Adams (USA)
122e / Greg Raymer (USA)
127e / Melanie Weisner (USA)

Statu quo chez les Français

- 17 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Level 24 - Blindes 20 000/40 000, ante 5000
127 joueurs au compteur


Un niveau plutôt calme pour les trois derniers Français du Main Event : ils n'ont guère bougé ces deux dernières heures, tandis que l'on n'a perdu qu'une vingtaine de joueurs au global. Si, avec leurs gros tapis, Pierre Merlin et Antoine Saout peuvent se permettre l'attentisme, Gaëlle Baumann dispose de moins en moins de marge de manoeuvre. La pro du Team part en pause-dîner avec l'équivalent de 13 blindes, et sera plus ou moins obligée de faire quelque chose qu'elle n'a pas encore fait durant ce Day 5 pour garder intact ses espoirs de finale : trouver une paire !

Voici les dernières nouvelles en vrac...

Le deep-run de l'excellent Québécois Marc-André Ladouceur s'est interrompu en 139ème place après un ultime coin-flip perdu : paire de 8 contre A10

L'arrivée de Max Silver et son gros tapis (5,8 millions) à la gauche d'Antoine Saout force ce dernier à être prudent. Le November Nine 2009 affiche un tapis confortable de 4,4 millions. Rien à signaler sur ce premier niveau, si ce n'est qu'il est brièvement monté à 5,2 millions. A ce stade du Main Event, le différentiel ne représente que quinze blindes !

Coucou, vous le reconnaissez ? Dan Colman ! Le controversé vainqueur du tout premier (et seul à ce jour*) One Drop à million de dollars l'entrée (il avait refusé de se faire prendre en photo ou interviewer, argumentant qu'un joueur de poker pro ne doit pas être mis en avant car il ne contribue en rien à la société) est désormais chip-leader après avoir éliminé Dan Heimiller. Les 15 millions qu'il avait remporté durant l'été 2014 consituaient la plus grosse première place de l'histoire du poker. Au Main Event, il joue pour deux fois moins...

*EDIT : Coucou, c'est moi Benjo, le mec qui a complètement oublié que le One Drop à 1 million est né en 2012 et que Antonio Esfandiari l'a remporté. J'étais là, pourtant. Merci aux insomniaques vigilants qui nous ont fait la remarque à cette heure tardive. On vous aime !

C'est un Gavin Smith en état d'ébriété avancée (il est 18 heures, bordel !) qui est venu saluer quelques amis autour des tables, notamment Cliff "JohnnyBax" Josephy. Ce mec est perpetuellement en teuf : on le croise tous les soirs au bar du casino Rio (il laisse courrir une belle ardoise depuis le début des WSOP : il paiera à la fin) ou aux tables de black-jack à 300 dollars la main.

Indéboulonnable des tables de cash-game de Vegas, Todd Brunson a réalisé son 4e ITM au Main Event. Cependant, le fils de Doyle n'améliore pas son meilleur score : 13ème en... 1992 ! A cette époque préhistorique, il n'y avait que 201 joueurs en course et Brunson avait remporté... 10,100 dollars. Oui, vous avez bien vu : cela correspond à une profit de 100 dollars ! Avis à ceux qui se plaignent tout le temps de l'échelle des prix ces jours-ci : vous êtes bien mieux lotis que jadis. Cette fois, il empoche presque cinquante mille balles.

En bref

Tableau de bord
127 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes après la pause-dîner : 25 000/50 000, ante 5000
Tapis moyen : 2,65M

Les stacks Français :
Antoine Saout 4,4 millions
Pierre Merlin 2,6 millions
Gaëlle Baumann 665,000


Ils remportent 49 108$ :
137e / Dan Heimiller (USA)
139e / Marc-André Ladouceur (Canada)
140e / Scott Montgomery (Canada)
152e / David Pham (USA)
154e / Todd Brunson (USA)
157e / Sorel Mizzi (Canada)


"Je suis déçu, j'ai bien cherché mais je n'ai trouvé aucun joueur s'appelant 'Average' sur Hendon Mob. Ca aurait pu faire un bon jeu de mots." - Signé : un collègue en panne de blagues. Elles sont où, les citations à la con ? C'est qu'il devient un peu trop sérieux, ce Main Event...

PAUSE-DINER 60MN / REPRISE DE LA PARTIE A 19H50 (4H50 EN FRANCE)

Un deeprun peut en cacher un autre

- 17 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Event#69 : NLHE Little One For One Drop 1111$
Guillaume Diaz domine largement le dernier tournoi des WSOP 2016, organisé en parallèle du Main Event

Alors que le monde entier (ou presque) a les yeux rivés sur ce Main Event des WSOP, jetons un oeil sur un tournoi se déroulant en ce moment même dans l'Amazon Room : le fameux One Drop, mais en version 100 fois moins chère que son ainé : 1111$ l'entrée.

A l'heure où nous écrivons ces lignes (18h, heure locale), il reste 50 joueurs alors que 4360 inscriptions avaient été enregistrées au cours des Day 1 organisés avec re-entry illimité. Le chipleader ne nous est pas inconnu, bien au contraire, puisqu'il s'agit du Team Pro Guillaume Diaz, qui possède un tapis assez impressionnant de 3,2 millions. Pour info, la moyenne est à... 436,000 !

Volatile38 est en plein rêve sur ce tournoi : « J’ai vraiment run good pour en arriver là, mais j’ai aussi eu des tables parfaites. Sur ma dernière table, les autres joueurs avaient carrément abdiqué, ils me laissaient faire ce que je voulais ! » 

Un coup de poker disputé par le Top Shark 2014 suffit à montrer à quel point il est important que les cartes soient de votre côté pour aller loin dans un tournoi : Guillaume possédait A7 sur un board 774K. Les tapis ont volé à ce moment là, et l'adversaire de Guillaume a retourné A2 pour flush max. Mais un miraculeur 4 est venu compléter ce board, pour offrir le full à notre Français.

Et hop le 4 sur la rivière !

Occupé par un massage qui a l’air plus qu’agréable vu de l’extérieur, Guillaume ne se réjouit pas encore, car il sait que seule une très grosse performance vaudra quelque chose sur ce tournoi. Un bracelet par exemple ? Parlons d'une table finale pour commencer, et tout le monde sera déjà ravi pour le Grenoblois. Les 50 derniers survivants sont actuellement garantis de remporter 9,418$. Le tarif augmentera à 45,254$ en cas de table finale, avec un gros lot de 525,520$ promis au vainqueur, en plus du fameux bracelet bien sûr.

C’est la première fois depuis les WSOP 2006 qu'un tournoi est organisé en parallèle du Main Event. De quoi occuper tous les grinders et joueurs amateurs éliminés du Main Event, mais aussi ceux qui tentent pour la dernière fois cet été, de sauver des Series qui auraient pu mal se passer : « Mon Day 1 s’est déroulé comme sur le Main Event, à la perfection. La grosse différence, c’est que le Day 2 se déroule beaucoup mieux. » Il s'agissait d'un tournoi re-entry, option dont n'a pas profité Guillaume, puisqu'il n'a buy in ce tournoi qu'une seule fois. La structure prévoyait la fin de ce tournoi pour aujourd'hui, mais avec 106 participants au départ de cette journée, on doute que la partie ne se finisse au milieu de la nuit. En tout cas, on croise fort les doigts pour vous reparler de ce tournoi dès demain...

Guillaume est le dernier Français en course après les éliminations de Dimitri Dier (75e) et Ilan Boujenah (45e).

Les esprits s'échauffent

- 17 juillet 2016 - Par Flegmatic

Level 22 - Blindes 15 000/30 000 ante 4 000
151 joueurs restants

William Kassouf fait monter la température

On le dit on le répète, le Main Event n'est pas un tournoi comme les autres. Avec les millions de dollars qu'il fait miroiter, il matérialise les rêves de gloire et de fortune de bons nombres de joueurs, amateurs comme professionnels. En résulte forcément une tension qui peut devenir par moment carrément palpable. Nous venons d'en vivre une démonstration grandeur nature il y a quelques minutes.

Sur la rivière d'un board 5328TWilliam Kassouf (siège 5, avec les lunettes) demande le tapis d'une joueuse short stack en siège 8 répondant au nom de Stacy Matuson. Le Britannique, qui avait déjà fait le show la veille à la table de Gaëlle Baumann lance alors à sa voisine en train de réfléchir : "Si tu as une paire, tu es derrière." Pas forcément du goût de l'Américaine, qui demande alors l'intervention d'un floor. Car si le Britannique ne donne pas d'information directe sur sa main, son commentaire joue très clairement avec les limites de ce qu'un joueur à le droit de dévoiler à ce moment-là. "J'ai une très bonne main, je ne veux pas la jeter," lâche Matuson. "J'ai un bon jeu aussi, lui rétorque Kassouf, Je veux que tu me paies. C'est une table sympa, quoi qu'il arrive je resterai amical, je te montrerai ma main." "La seule façon dont vous pouvez rester amical maintenant, c'est d'arrêter de parler," lui lâche alors Charlie Ciresi, l'un des superviseurs, appelé en renfort pour gérer la situation. Les caméras et les micros d'ESPN, présents en nombre autour de la table, n'en ratent évidemment pas une miette. C'est alors que le joueur au siège 3 appelle la clock. 

Stacy n'a plus que 50 secondes pour prendre sa décision. Un laps de temps qui suffit à Kassouf pour tenter la méthode de la communication verbale : le voilà en train de mimer en direction de son adversaire, essayant de lui dire qu'il montrera sa main si elle montre la sienne ! Naturellement, il prendra un nouvel et dernier avertissement de la part de Jack Effel, débarqué juste à sa gauche. Le Britannique n'avait déjà plus le droit de parler. Il n'a maintenant plus le droit de faire le moindre geste. "Après cette main, nous allons avoir une conversation vous et moi," lui explique le directeur de tournoi. Le temps imparti s'écoule, et Stacy finit par jeter une paire de Dames. "Six-Nine like a boss !," s'exclame alors William en claquant ses cartes sur la table : un bluff incroyablement culotté ! Dans la foulée, il écoppe d'un, puis de deux tours de pénalité pour son comportement particulièrement borderline, et se fera remonter les bretelles par Jack Effel sous les yeux des caméras d'ESPN : les fans des WSOP verront probablement l'échange lors des diffusions télévisées du Main Event.

L'histoire aurait pu s'arrêter là. Sauf que l'ensemble des joueurs de la table se tournent alors vers le joueur au siège 3 pour lui reprocher un Time qu'ils jugent tous comme excessif, surtout à 170 joueurs restants sur un Main Event WSOP. "Vous auriez voulu dix minutes de plus ?," demande-t-il alors à Matuson, qui répond par l'affirmative. "Les gens travaillent toute leur vie pour gagner huit millions de dollars (sic), appuie alors Charlie. Le Main Event des World Series of Poker leur permet d'accéder à cela. Leur laisser cinq ou dix minutes de plus pour réfléchir ne change pas grand chose pour vous, et peut faire toute la différence pour eux." Le joueur pointé du doigt se confond alors en excuses et le jeu peut finalement reprendre. Pour la petite histoire, Stacy Matuson, à qui il restait moins de 500,000 jetons après ce coup ubuesque, a quitté ce Main Event quelques minutes plus tard. Elle termine 169e pour 42,285 dollars. Loin des huit millions donc.
 

En bref

Tableau de bord
151 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes 20 000/40 000 ante 5 000
Tapis moyen 2,23 millions

Les stacks Français
Gaëlle Baumann 915 000 (23BB)
Pierre Merlin 2,4 millions (60BB)
Antoine Saout 4,15 m. (100BB)

Le Top 10 selon le site officiel WSOP.com. On reconnaît du monde !

Ils remportent 42 285$
169e / Stacy Matuson
176e / Nathan Gamble
177e / Adam Friedman
178e / Daniel Cheater
180e / Johnny Chan
189e / Jordan Cristos

« Putain j'ai fait un cauchemar cette nuit, je perdais un flip ». Signé un célèbre joueur/couvreur qui n'a vraisemblablement pas digéré son élimination de la veille. On le comprend : on perdrait le sommeil pour moins que ça.

Après l'élimination du toujours mystérieux Johnny Chan en 180ème place, Greg Raymer est dans le dernier vainqueur Main Event encore en course. Il possède 2 millions de tapis. On se rappelle qu'un an après sa victoire (c'était en 2004), il avait terminé 25ème sur 5619 du tout premier Main Event organisé au Rio...