masquer le menu
   

251 joueurs franchissent le Day 4

- 16 juillet 2016 - Par Flegmatic

Top 10

1/ Bryan Piccioli (USA) 4 026 000
2/ Daniel Colman (USA) 3 711 000
3/ Thomas Miller (USA) 3 684 000
4/ Pierre Merlin (France) 3 396 000
5/ Farhad Jamasi (USA) 3 380 000
6/ Goran Mandic (Croatie) 3 216 000
7/ Adi Abugazal (USA) 3 180 000
8/ Daniel Zack (USA) 3 085 000
9/ Melanie Weisner (USA) 3 078 000
10/ Tom Middleton (UK) 3 025 000

5 Français

4/ Pierre Merlin 3 396 000
27/ Antoine Saout 2 283 000
39/ Lorenzo Lavis 2 077 00
60/ Gaëlle Baumann (Team Winamax) 1 791 000
129/ Maxime Chilaud 1 140 000

Reste du field (sélection)

16/ William Kassouf (UK) 2 713 000
23/ Christopher Frank (Allemagne) 2 437 000
34/ Tom Marchese (USA) 2 108 000
36/ Nathan Gamble (USA) 2 100 000
58/ Max Silver (UK) 1 810 000
59/ Per Linde (Suède) 1 796 000
62/ Michael Gathy (Belgique) 1 770 000
69/ Kenny Hallaert (Belgique) 1 684 000
75/ Alex Lindop (UK) 1 619 000
76/ Mike Gorodinsky (USA) 1 612 000

84/ Cliff Josephy (USA) 1 554 000
109/ Dietrich Fast (Autriche) 1 344 000
111/ Dan Heimiller (USA) 1 334 000
120/ Marc-Andre Ladouceur (Canada) 1 245 000
128/ Scott Montgomery (Canada) 1 175 000
134/ David Pham (USA) 1 107 000
136/ Bradon Adams (USA) 1 095 000
139/ Shaun Deeb (USA) 1 089 000
152/ Sorel Mizzi (Canada) 1 000 000
156/ Greg Raymer (USA) 992 000

157/ Jennifer Shahade (USA) 976 000
158/ Johnny Chan (USA) 968 000
196/ Maria Ho (USA) 691 000
202/ Paul Volpe (USA) 640 000
212/ Todd Brunson (USA) 548 000

Tapis moyen 1 342 031
Blindes 12,000/24,000 ante 4,000

Marée basse

- 16 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Fin du Day 4 - Il ne reste plus que 251 joueurs, dont 5 Français

C’est aujourd’hui que le Main Event des World Series of Poker a opéré sa transition, pour passer de « plus gros tournoi du monde » à « plus beau tournoi du monde ». Terminé, l’océan de tables et les trois salles remplies à ras bord des premiers jours. Au soir du quatrième tour (qui correspondant à la septième journée du tournoi au total), on ne compte plus que 251 joueurs en course : après l’élimination de plus de 500 joueurs ce vendredi, le tournoi a enfin atteint une taille humaine. Un observateur peut faire le tour des tables en quelques minutes (il n'en reste plus que 27), regarder tous les joueurs les yeux dans les yeux, et commencer à se demander lesquels ont de vraies chances d’arriver en finale. Pour les joueurs, les récompenses promises augmentent à mesure que les éliminations se poursuivent, et une certaine nervosité aussi : les caméras de télévision sont là pour capturer vos moindres gestes, et la moindre erreur peut coûter très cher. Rappelons le : 8 millions de dollars sont à aller chercher, ainsi que l'immortalité pokérienne !

Ce Day 4 n’a pas été tendre pour le clan Français : 14 de nos 19 joueurs ont été éliminés aujourd’hui, recevant des récompenses comprises entre 17,232 et 36,708 dollars. La plus cruelle de ces éliminations fut pour nous la dernière, celle de notre confrère Victor Saumont, l’un des rares joueurs purement amateurs encore en course parmi les Tricolores. Nous avons aussi perdu Ronan Monfort, Timothée Marlin, Aurélien Guiglini, et les deux couples les plus performants du poker Français, Thi Nguyen/Jimmy Guerrero et Aurélie Quélain/Alexandre Réard (liste complète en fin d’article)

Cinq Français seront au Day 5, et la hauteur de leurs tapis laisse présager de très belles choses… De gauche à droite :

Pierre Merlin - 3,396 millions (141 BB)

« Une très belle journée ! » C’est un homme fatigué, heureux et en même temps légèrement dépassé par ce qui lui arrive qui termine dans dans le top 5 du classement de ce Main Event. Ce soir, Pierre Merlin plane : « J’étais très concentré et bien dans mon jeu, même si vers 16 heures, j’ai commencé à ressentir la fatigue. Ce qui m’inquiète un peu pour la suite d’ailleurs, car ce tournoi est très éprouvant. Mais je suis évidemment très heureux. » Un jus d’orange et une barre de céréales plus tard, c’est un autre homme qui se présentait pour aborder la fin de journée : « Ça a bien marché jusqu’au dinner break, et puis en revenant, je n’ai pas joué pendant deux heures, quasiment. J’avais un peu le moral en baisse, car je suis rapidement affecté quand il ne se passe plus rien. Et puis il y a eu ce fameux coup où je fais full avec As-Deux [contre Jean Gaspard, NDLR]. Le spot me paraissait bien, même si j’ai eu de la réussite, c’est sûr. Mais il en faut sur ce tournoi ! » Et il ne faut surtout pas manquer de réussite : « Je n’ai pas eu de confrontations KK contre AA par exemple. Je ne suis jamais parti à tapis couvert de tout le tournoi non plus, c’est la première fois que ça m’arrive. » Conscient d’avoir également « run good », Pierre n’aura qu’un objectif demain : « Etre concentré au maximum et jouer mon meilleur poker. L’objectif de résultat ne sert à rien, ça me met en tilt plus qu’autre chose. Il va falloir être focus sur le jeu. »

Antoine Saout - 2,284 millions (95BB)

« You played very well today ! » Le Day 4 est terminé et un joueur étranger vient serrer la main d’Antoine Saout, accompagnant sa poignée de main d’un compliment qui semble sincère. Et il est vrai que le Breton a tenu son rang aujourd’hui : il avait entamé la partie à midi en tête du clan Français avec 1,1 million : il l’achève avec le double (bon pour être parmi les trente joueurs les mieux classés) et sa progression fut linéaire et sans heurts majeurs. « J’ai joué sérieusement, et j’ai reçu de belles livraisons », sourit Antoine. La combinaison magique… Tout en nous sortant de temps à autre quelques coups fumants dont il a le secret, comme ce 5-bet préflop avec un maigre As-3 dépareillé contre un joueur un poil trop agité préflop : ce dernier abandonne et Antoine ne lui montre évidemment qu’une seule carte. Forcément, nous avons été obligés de lui poser la question : est-ce que ce Main Event n’aurait pas des airs de déjà-vu, sept ans après celui qui l’a révélé au grand jour, se soldant par une mémorable apparition en finale stoppée en troisième place par un bad beat ? « Cela fait deux fois qu’on me pose la question ! Si je me rappelle bien, en 2009 c’est lors du Day 5 que je me suis vraiment lâché, lors du Day 4 je n’ai pas fait de vagues. » Même s’il est encore un peu tôt pour rêver à une fin de Main Event similaire, Antoine reconnaît qu’il a beaucoup progressé depuis : il n’est plus l’inconnu venu de nulle part de jadis : « J’ai gagné énormément d’expérience depuis mon premier Main Event! »

Gaëlle Baumann - 1,791 million (74 BB)

Le Day 4 de Gaëlle Baumann peut être divisé en deux phases bien distinctes, correspondant très exactement aux deux tables sur lesquelles elle a pris place aujourd'hui. Au cours de la première, O RLY n'a connu qu'une lente mais régulière dégringolade. Partie avec 845,000 jetons, la dernière membre du Team Winamax encore en course a enchaîné les mauvaises rencontres. « C'était la débandade, » nous a-t-elle avoué après coup. Avec moins d'une trentaine de blindes, Gaëlle rejoint alors la zone Violette de l'Amazon Room, en table 435. Ce sera son havre de paix et son terrain de jeu. « La table était géniale, ajoute-t-elle. Je serais bien restée un peu plus longtemps ! En plus j'ai bien touché, et j'ai fait quelques bons calls. » Surtout, celle qui fait partie des six dernières joueuses de ce Main Event a livré une véritable démonstration de force, en rentrant dans un maximum de mains, le plus souvent avec succès. « Ils se laissaient faire ! », justifie une Gaëlle qui ne s'est évidemment pas fait prier pour en profiter le plus possible. Ajoutez à cela une élimination réussie en toute fin de journée (brelan avec 9-8 contre paire de Valets) et vous obtenez un tapis d'1,791 million qui laisse toutes les portes ouvertes avant d'aborder le Day 5.

Lorenzo Lavis - 2,077 millions (86 BB)

Lorenzo Lavis accède au Day 5 de ce Main Event avec trois fois plus de jetons qu’à la reprise de midi. Lui aussi a emballé des jetons avec un large sourire : « J’ai très peu joué au début, pendant les deux premières heures, et puis j’ai pu commencer à placer quelques 3-bet ici et là, j’avais une très bonne image à table. » Monté à 1 million, redescendu à 700,000, remonté à 1,7 million, le tapis du Sudiste a légèrement swingué, avant de se stabiliser par la suite. Une paire de 9, une paire de Dames, voilà ce qui aura fait du bien à Lorenzo cet après midi pour avancer sereinement. « La fin de journée était plus difficile, jusqu’au moment où un joueur m’a presque donné ces jetons, alors que j’étais muni d’une paire d’as. » Inutile de raconter toutes les mains dans le détail, Lorenzo les a plutôt très bien joué à chaque fois, tout en restant calme dans sa gestion de tapis : « Je n’ai pas pris de risques inconsidérés depuis le début du tournoi, et c’est clairement ce qui m’a réussi jusque là. » Conscient d’avoir un niveau de jeu légèrement moins élevé comparé à certains de ces adversaires, Lorenzo a levé le pied et accepté de leur laisser plus ou moins le contrôle de la table. Il n’empêche, à l’heure d’emballer des jetons dans le sac, Lorenzo écrivait fièrement « 2 millions », une hauteur qu'il n'avait jamais réussi à atteindre jusque là. Heureux comme un gosse, il va désormais falloir trouver le sommeil, ce qui lui manque depuis le début du tournoi. C’est pourtant grâce à cette fraicheur sur le long terme que la différence pourrait se faire.

Maxime Chilaud - 1,140 million (47 BB)

Doucement mais sûrement, Maxime Chilaud a fait son trou lors de ce Jour 4. « Je suis monté petit à petit, commente le jeune grinder. J'ai joué très peu de gros coups, ce qui m'a permis de toujours me maintenir assez haut. » En clair, Daghemuneguu a suivi tout au long de la journée l'évolution de la moyenne, pour terminer finalement assez près, avec 1,14 million de jetons. « Je pense que je parviens mieux à m'adapter au field américain cette année que l'an passé, explique celui qui dispute ses deuxièmes WSOP, pour autant de « Big One ». Même si les résultats ont été assez catastrophiques avant ce Main Event, je suis assez content de mon jeu sur l'ensemble de mon Vegas. » Maxime s'est même offert le luxe d'un passage de plusieurs heures sur l'une des tables annexes du vaisseau ESPN. « J'étais peut-être un peu tendu au début, mais quand j'ai vu que tout le monde à table jouait globalement de la même façon qu'avant, ça m'a rassuré. En tout cas c'était une bonne expérience. » Et de l'expérience, Maxime aura l'occasion d'en accumuler demain pour son tout premier Day 5 de Main Event. Il est déjà assuré de faire mieux que sa 449e place de l'an passé. Désormais, ce n'est plus que du bonus.

Qui d’autre au départ du Day 5 ? En vrac : un chip-leader qu’on ne connaît pas (du moins pas encore), Bryan Piccioli avec 4 millions, derrière, un Daniel Colman qu’on connaît bien (3,7 millions), Mélanie Weisner (3 millions), Tom Marchese, Max Silver, Per Linde, Michael Gathy (photo), Kenny Hallaert, Mike Gorodinsky, Cliff Josephy, Dan Heimiller, Marc-André Ladouceur, Scott Montgomery, David Pham, Brandom Adams, Shaun Deeb, Sorel Mizzi, Johnny Chan, Maria Ho, Todd Brunson

Les éliminés Français du Day 4

257e / Victor Saumont 36 708$
294e / Martial Blangenwitsch 32 130$
363e / Aurélien Guiglini (Staff Winamax) 28 356$
396e / Jérémie Sarda 28 356$
467e / Benjamin Ané 25 235$
474e / Timothée Marlin 25 235$
483e / Aurélie Quélain (Team Winamax) 22 648$
484e / Thi Nguyen 22 648$
497e / Alexandre Réard 22 648$
544e / Nicolas Cardyn 20 499$
557e / Gaël Onillon 20 499$
582e / Jimmy Guerreo 20 499$
666e / Sébastien Comel 18 714$
739e / Ronan Monfort 17 232$

Ils ont aussi quitté le Main Event durant le Day 4 : Tom McEvoy, Liv Boeree, Andrew Lichtenberger, Marc-Etienne McLaughlin, Alexander Kostritsyn, Jason Somerville, Ryan Riess, Stephen Odwyer, David Wamplew

Tableau de bord
251 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes 12 000/24 000 ante 3000
Tapis moyen 1,38 millions

Reprise de la partie à midi (21H) en France. Il faudra aussi  que l'on surveille la conclusion du tournoi de consolation en marge de ce Main Event, le Little One for One Drop à 1,111 dollars : il ne reste plus que 107 joueurs et un certain Guillaume Diaz est chip-leader !

C'était la dernière séance

- 16 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Le Day 4 se termine sur une immense déception dans le clan des journalistes accrédités sur les World Series of Poker, avec l'élimination d'un des leurs : Victor Saumont. Revenu de pause-dîner avec un stack confortable de 1,7 millions, le réalisateur a vécu une seconde partie de journée en tous point opposée à la première : rien n'a fonctionné, ni ses relances préflop, ni ses 3-bets, ni ses c-bets.

Arrivé à une nouvelle table et désormais en infériorité numérique face à ses adversaires, Victor a patienté, patienté, et patienté... Jusque trouver une vraie main alors que le superviseur avait annoncé au micro que l'on jouait les dernières mains de la journée : AK. De grosse blinde, sa décision est logique après la relance à 40,000 du joueur au cut-off : tapis ! Pour 542,000 au total.

Son adversaire va longuement hésiter - on le sentira tout près de l'abandon - avant de finalement annoncer "call". Il retourne... Une paire de 5.

C'est le proverbial flip d'une vie, et Victor gardera espoir sur le flop 298 et le turn 9 (qui lui donne trois outs supplémentaires) avant de recevoir un coup de poing dans l'estomac sur la rivière, un inutile 4.

La chute est dure, particulièrement pour un amateur comme Victor qui disputait pour la première fois le plus gros tournoi du monde. Ce sont quatre belles journées de poker qui s'achèvent un peu brutalement, sans qu'il n'ait pu véritablement se défendre en fin de partie. Mais on espère qu'il saura mesurer à sa juste valeur son accomplissement. Cette 257ème place (parmi 6737, excusez du peu !) lui vaut d'être récompensé de 36,708 dollars, evidemment le plus gros gain au poker pour celui qui a passé plus de temps à observer des tables et raconter les progrès des champions qu'à les affronter. Du coup, impossible de ne pas se poser la question : reverra t-on Victor au Main Event l'année prochaine ?

Pour quelques relances de plus

- 16 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Level 21 - Blindes 10 000/20 000, ante 3000

Départ Martial

Cette photo de Martial Blangenwitsch (à la droite de Maxime Chilaud) sera la dernière publiée dans ce reportage en direct du Main Event 2016 : le Français a été éliminé au cours du dernier niveau de la journée. Il évoluait sur l'une des trois tables télévisées, où l'action précise (hauteur des mises, cartes en jeu) est très difficile à observer. Il faudra que l'on se renseigne auprès de Maxime une fois la journée terminée - il est minuit à Vegas il ne reste plus que 45 minutes à jouer !

Merlin nous enchante

« Je m'apprêtais à écrire qu’il ne se passait grand chose du côté de mon poulain. » Notre collègue de PMU Greg Céran-Maillard perdait presque espoir de revoir Pierre Merlin faire voler quelques jetons au milieu de la table. Il n’a pas été déçu par qu'il vient d'observer, et nous non plus d’ailleurs. Pierre a relancé à 45,000 en fin de parole et s’est fait immédiatement 3-bet à 115,000 par la petite blinde, Jean Gaspard, vainqueur notamment de l’Event #11 cette année (un tournoi Dealers Choice en 6-max à 10 000 dollars l’entrée). Réponse de Pierre :  4-bet, pour 260,000. Les jetons du Français ne sont pas encore complètement posés sur la table que l’Américain a déjà envoyé trois jetons blancs (les nouveaux jetons en circulation de 100,000) au milieu de la table en guise de call.

Sur AA4, Jean Gaspard va check/call une mise 175,000 de Pierre - à la vitesse de l’éclair ! La turn est un 2, qui va exciter l'ami Jean, puisque ce dernier va prendre les devants en misant 275,000. Pierre paye calmement avant de mettre à tapis son adversaire sur une rivière 3. Il reste 321,000 à l’Américain qui ne se pose pas de questions et annonce « call » dans la foulée. En tout détente, Pierre Merlin retourne A2 pour une maison pleine trouvée à la turn... alors que Jean Gaspard, frustré car éliminé sur ce coup, retourne AsQ. Le vainqueur du WiPT 2014 passe à 2,6 millions, soit 130 blindes alors que nous disputons le dernier niveau de la journée.

Aurélien Guiglini semble avoir tout autant apprécié que Pierre Merlin ce 2 sur la turn

(EDIT : Pierre a rentré une couleur dans la foulée, pour grimper un peu plus haut : 3,5 millions, ce qui le place dans le Top 3 du tournoi)

Tapis s'effiloche

Ce Main Event en est arrivé à un point où une surrelance préflop suivie d'un continuation bet non concluant peuvent coûter très cher. Notre confrère couvreur Victor Saumont vient d'en faire l'amère expérience. Déjà passé de 1,7 à 1 million lors du dernier niveau, Tapis Volant vient de chuter à 750,000. Après une ouverture à 50,000 du joueur au bouton – toujours en train de ranger les nombreux jetons qu'il a remporté lors du coup précédent – payé par la petite blinde, le Français fait monter les enchères à 175,000. Semblant à peine concerné, le relanceur initial paie dans la seconde, mais pas la SB. Victor effectue une mise de continuation classique sur le flop 3QK en ajoutant 115,000 de plus au milieu. Plus rien ne sera ensuite misé sur le 5 au turn et le 2 sur la rivière. En découvrant le Dame-Valet adverse, Victor muck ses cartes et lâche donc ce pot. "J'avais l'As," glisse-t-il ensuite à Antoine Saout, venu demander de ses nouvelles, avant de se diriger vers sa nouvelle table, où il tentera rapidement une relance préflop, qui se fera 3-bet par le joueur de petite blinde : Victor est encore une fois obligé d'abandonner sans même avoir vu le flop.

Environ 90 minutes restent à jouer. La lutte sera rude jusqu'au bout.

Gaëlle avance contre le vent

C'est le genre de confrontations qu'il ne faut pas perdre trop souvent si l'on veut rester deep : les coups à tapis préflop contre des short-stacks. Le dernier joué par Gaëlle la voyait en position de favorite, avec deux Valets contre AJ : son adversaire avait poussé 275,000 au total après une relance à 50,000 d'un joueur. Gaëlle s'est contentée de payer, et l'autre joueur s'est écarté. Le flop apporte un As, et Gaëlle retombe à 800,000, soit quarante blindes. Sur un EPT, cela correspondrait à la moyenne : c'est donc encore très correct.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Tableau de bord
279 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes : 10 000/20 000, ante 3000
Tapis moyen : 1,2 million

Ils remportent 36 708$ :
277e : Steve Billirakis (USA)
294e : Martial Blangenwitsch (France)
304e : Jean Gaspard (USA)
316e : Ivan Luca (Argentine)


Voilà à quoi ressemble un coup à tapis qui implique l'une des six dernières joueuses encore en course (exemple au hasard : Gaëlle) : au moins deux caméras pour ne rien louper de l'action

Voici l'homme Tetris, qui a réussi à s'imbriquer parfaitement pour prendre le moins de place possible

Nombre de tables restantes dans la zone Orange de l'Amazon : zéro. Avec moins de 31 tables encore actives, le Main Event entier est désormais contenu dans la zone Violette, plus les trois tables télévisées.

Gaëlle se reprend

- 16 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Level 20 - Blindes 8000/16 000 ante 2000

La dégringolade semblait ne pas vouloir s'arrêter. Les coups s'enchaînaient inlassablement, et trop peu souvent les jetons étaient tournés dans sa direction. Arrivée dans l'Amazon Room ce midi avec 845,000 jetons Gaëlle Baumann n'en comptait plus que 300,000 au moment de pousser son tapis en milieu de position, après un premier shove de ce voisin de droite pour une somme très légèrement inférieure. Le Britannique William Kassouf au bouton - dont nous reparlerons - se tâte mais finit par passer. Les jeux sont alors dévoilés : une superbe paire d'As trouvée au bon moment pour O RLY et QJ chez son adversaire. Le flop AsJ4 fait passer quelques frissons chez Gaëlle et le clan Winamax présent dans le rail mais le 3 et le K qui suivent permettre à la dernière des W rouges de doubler pour grimper à 650,000. Pas encore de quoi sabrer le champagne, mais largement assez pour respirer un peu mieux. "Bien joué ! Allez les Bleus !," lâche alors Kassouf, en français dans le texte.

Malheureusement, l'Alsacienne laisse échapper 100,000 jetons sur les deux coups suivants, perdus à chaque fois face à un joueur Britannique. Le premier à la suite d'une mise de ce dernier sur le turn d'un board J462, où il détenait une paire de 10, et le second à cause d'un 3-bet préflop pour 100,000 avec As-Roi, après que Gaëlle a ouvert UTG à 35,000 avec une paire de 6. La voilà désormais à 540,000, à un peu moins de trois heures de la fin de ce Day 4. Tout reste possible.

Peu après, Gaëlle va se retrouver du bon côté d'une confrontation entre deux Rois et deux Dames... Mais sans partir à tapis préflop ! "Il n'y a pas de dynamique de 3-bet à table", m'explique Harper depuis le rail. C'est donc pour cela que Gaëlle a slowplayé. Un As au flop a ralenti l'action : Gaëlle a misé le turn, et payé une mise rivière, remportant un pot de taille modeste.

A noter que Jennifer Shahade a été déplacée à la droite de Gaëlle. D'ailleurs, il reste combien de joueuses ? Mélanie, Maria, Gaëlle, Jennifer... Il faut que l'on compte.

Let's gamble !

Décidément, je pense qu’on va engager Lorenzo Lavis en stage chez Winamax pour les coverages. Ce n’est pas la première fois dans ce tournoi qu’il nous interpelle pour nous parler de mains complètement folles. Celle à venir est à ranger au rayon WTF.

Tout part d’une relance d’un certain Nathan Gamble. En vrai, on devrait s’arrêter simplement à ce nom. Gamble. Vraiment ? Il relance à 75,000 premier de parole. « Il missclik, il a mis deux jetons verts de 25,000 en trop » précise Lorenzo, « mais je l’ai vu et je pense que tout le monde l’a vu, y compris Dietrich Fast à côté de lui en Big Blinde, qui en profite pour envoyer 180,000 » . A votre avis, quelle est la réponse de monsieur Gamble ? Tapis pour 1 million ! « Depuis qu’il est arrivé à table, il n’a pas arreté de 3-bet dans tous les sens, c’est un fou ce mec », confiait le Français. Sauf que Dietrich a une main ici, AK et décide de jouer le coup à fond, alors que les deux joueurs ont presque le même tapis. C’est à ce moment que mr Gamble retourne un splendide JT qui n’avait pas trop trop le temps de jouer postflop. Ça paraît tellement gros ce nom, ça fait un peu penser à Chris Moneymaker en 2003 ou à Daniel Cheater qui joue en table TV en ce moment.

Et là, la magie du spew va opérer : 843K9, couleur backdoor pour Nathan Gamble qui s’empare de ce pot de 2 millions de jetons ! « Je préfère encore qu’ils aillent chez lui plutôt que chez l’Allemand », savourait après coup Lorenzo. Et oui parce que maintenant, Dietrich Fast est à moins de 10 BB. Non non, vous n’êtes pas sur le coverage d’un tournoi à 100€, mais bien sur le Main Event des WSOP avec un peu plus de 300 joueurs restants.

Quant à Lorenzo, parlons-en : eh bien il n’y a pas grand chose à dire : « Je joue tight, j’ai un virage de cinglés à ma droite. Je suis d’ailleurs très content qu’il soit à ma droite ce virage… » Le Sudiste possède toujours un joli tapis, avec 1,8 million au compteur.


Anecdotes, statistiques et citations à la con

Tableau de bord
315 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes 10 000/20 000 ante 3 000
Tapis moyen : 1,069 million
Il reste deux heures à jouer ce soir.

Quand trois joueurs partent à tapis avec AK, AK et QQ, les caméras d'ESPN sont partout et les pros du rail en ont pour leur argent 

Ils remportent 32 130$ :

320e / Jason Sommerville (USA)
339e / Ray Dehkharhani (USA)
350e / Lee Markholt (USA)

442 : le numéro de la table où il faut se rendre pour rigoler un bon coup. Un joueur barbu (montré en photo dans l’article précédent) fait se pisser dessus de rire toute la table, croupiers compris, avec ses chip-tricks et tours de magie.

Exemple lorsqu’il s’apprête à payer la relance d’un joueur préflop : il s’empare des jetons avec la main droite, et ferme le poing sur eux avant d’abattre le dit poing sur la table. Il ouvre le poing : les jetons ont disparu… pour réapparaître dans sa main droite ! Dix minutes plus tard, il 3-bet un joueur et ce dernier passe. En un véritable tour de passe-passe, il révèle un As, le fait claquer, et un autre As surgit. Il aurait bien aimé être relancé !

« C’est vraiment génial», commente un joueur hilare. « Ca vous dirait pas d’arrêter de jouer et de juste le regarder jouer ? » Je suis plié en deux : j’acquiesce.

Il reste de grands noms dans ce tournoi... notamment sur ce virage : Todd Brunson, Brandon Adams, Daniel Colman et Griffin Banger. Un virage à 33 millions de dollars de gains cumulés en live...