masquer le menu
   

19 Français seront au Day 4

- 15 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

En un jour normal - c'est à dire en un jour où la barbarie n'aurait pas aveuglément frappé de plein fouet des innocents de tous âges et de toutes origines - nous nous serions réjouis d'écrire de belles choses à propos des performances Françaises dans cette troisième journée du Main Event des WSOP.

Nous nous serions réjouis de détailler les jolis coups de poker de Gaëlle, Antoine, Aurélie, Guignol, Pierre, Jimmy, Thi et les autres. Nous nous serions réjouis des belles perspectives qui s'offrent à eux pour les jours à venir dans la plus passionnante des compétitions de poker de l'année. Nous nous serions réjouis de leur motivation, de leur esprit de compétition, de leur rage de vaincre.

Mais forcément, en un jour comme celui-ci, eux comme nous avions la tête ailleurs, et c'est donc intérieurement, et à moitié seulement, que nous avons apprécié les prouesses de nos champions dans l'Amazon Room, au cours d'une triste journée qui n'a pas laissé de place à la gloire et au triomphe, et appelle au receuillement.

Nous adressons toutes nos condoléances aux familles et aux proches des victimes de l'attentat de Nice.

Le classement

Antoine Saout 1 111 000
Gaëlle Baumann (Team Winamax) 845 000
Aurélien Guiglini (Staff Winamax) 808 000

Pierre Merlin 669 000
Lorenzo Lavis 610 000
Jérémie Sarda 581 000
Sébastien Comel 570 000
Martial Blangenwitsch 350 000
Thi Nguyen 340 000
Jimmy Guerrero 300 000

Maxime Chilaud 300 000 (à dix minutes de la fin)
Nicolas Cardyn 278 000
Benjamin Ané 262 000
Victor Saumont 235 000
Timothée Marlin 231 000
Aurélie Quélain (Team Winamax) 214 000
Ronan Monfort 133 000
Alexandre Réard 120 000
Gaël Onillon 26 000

Blindes 3000/6000 ante 1000
Tapis moyen 421 000


Rendez-vous à midi (21 heures en France) pour le Day 4.

Sprint sur la dernière ligne droite

- 15 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Le Day 3 se termine par une avalanche d'éliminations

Après l'éclatement de la bulle, la structure prévoyait 90 minutes de poker supplémentaires. Sans surprise, cette période a été le théâtre d'une véritable frénésie d'éliminations : plus de 200 joueurs, parmi lesquels nombre de shorts, voire très short-stacks, ont perdu leurs jetons et rejoint le bureau des paiements, la plupart avec un grand sourire. Le rythme fut tellement rapide que l'on a progressé d'un barreau sur l'échelle des prix. Ce Day 3 s'achève donc avec 800 joueurs restants, après les sorties de, en vrac : Kitty Kuo, Noah Schwartz, Eli Elezra, McLean Karr, Shannon Shorr, Scott Clements, et plein d’autres joueurs dont vous vous foutez probablement. Étonnamment, un seul des 20 Français rentrés dans l'argent a été éliminé durant cette période frénétique.

C'est un formidable rêve qu'a vécu Allan Lorant. S'étant inscrit en janvier dernier sur le KING5, ce joueur amateur vient de voir son aventure s'arrêter six mois plus tard dans l'Amazon Room avec une 833ème place sur le Main Event des championnats du monde ! « C'est génial, c'est un rêve... » a commenté Allan à sa sortie. Et tous les membres de son équipe des Frères Pétards étaient présents pour l'accueillir lors de son élimination. « T'es énorme, tu nous as fait rêver ! » Assis aux côtés de Greg Raymer durant la fin de partie, Allan a vu ses dernières blindes s'envoler avec As-Valet contre paire de Valets. « Mais 15,000 dollars, c'est déjà énorme ! » sourit-il. 16,000 dollars, je lui précise alors, car un palier a été passé ! À cette annonce, tout heureux de gagner dix billets de 100 supplémentaires, ses amis l'ont secoué comme un cocotier, imaginant déjà ce qu'ils allaient faire de tout cet argent durant la longue nuit qui les attend... Bravo Messieurs !

De son côté, Guignol a vécu une fin de journée très intéressante, avec deux très gros spots, l’un gagné, l’autre perdu. D’abord, Guignol envoie trois salves sur un board A47JQ, culminant avec une mise à tapis. Son adversaire va réfléchir très, très longtemps, tellement longtemps que la plupart des tables autour d’eux vont complètement se vider après que les joueurs aient fini se ranger leurs jetons et se taper dans les mains avec satisfaction. Finalement, le joueur paie, engageant tout son stack. Guignol montre A7 pour deux paires qui semblent bien faibles sur un tel board, et son adversaire montre… rien. La moitié de la table l’a regardé avec des yeux grands ouverts, l’air de demander « mais t’avais quoi, là ? »

Le deuxième spot est encore plus fou. Le voisin de Guignol relance et notre Français 3-bet. La parole revient au relanceur qui complète. Flop hauteur Roi avec deux carreaux. Guignol envoie une salve. Check/call adversaire. Turn : 3. Guignol revient à la charge. Check/call. Rivière : une brique. Les deux joueurs check. Guignol montre les As : son adversaire retourne les Rois pour le brelan gagnant ! "J'aurais du partir à tapis préflop !" rigole t-il. Sans déconner !

Au sein du Team Winamax, les femmes ont fait le boulot ! Possédant un petit tapis tout au long de la journée, Aurélie Quelain a trouvé une occasion salvatrice de doubler son tapis avant la bulle. Pour sa première participation au Main Event, elle entre ainsi dans l'argent et aura plus de trente blindes à faire fructifier au Day 4. Chipleader du clan tricolore au départ de la journée, Gaëlle Baumann a vu son tapis monter progressivement avant de se faire attraper en bluff. Mais son image dégradée a payé : un joueur a jugé bon de 4-bet à tapis avec Neuf-Six alors que la pro Winamax avait sur-relancé avec As-Roi. Sa main est restée en tête et Gaëlle sera à la tête d'un joli tapis de plus de cent blindes pour attaquer la quatrième journée de la compétition.

Tableau de bord
800 joueurs restants (sur 6737 au départ)
Blindes au départ du Day 4 : 3000/6000 ante 1000 (pendant 30 minutes)
Tapis moyen : 421 000

Journée de rêve pour Kenny Hallaert : le Belge est en tête du classement avec 1,7 millions

La véritable histoire d'une vraie-fausse bulle

- 15 juillet 2016 - Par Flegmatic

La fin du Day 3 de ce Main Event 2016 restera dans les annales à double titre. En premier lieu, à cause d'une période pré-bulle proprement interminable, où les joueurs ont commencé à jouer les statues bien avant l'heure habituelle. Essayez d'imaginer la scène : les ultimes short-stacks s'accrochent tant bien que mal à leurs derniers jetons, des "Floor ! Floor !" sont lancés à intervalles régulières de la part de croupiers aux aguets, faisant courir d'un bout à l'autre de la salle des superviseurs soucieux de garantir, au minimum, la fluidité d'un tournoi plus que jamais au ralenti.

Ce n'est que 80 minutes après l'entrée de l'ensemble des derniers joueurs de ce Main Event dans l'Amazon que la véritable bulle pouvait démarrer. Au final, il n'aura même pas fallu recourir au sacro-saint processus de main par main pour que l'identité du bubble-boy ne soit dévoilé. Un fait rarissime aux WSOP, certains années nous ayant offert près de deux heures sans aucune élimination. 

Récit complet d'une fin de journée en apnée, riche en tensions et événements marquants, minute après minute : 

22h45 : les derniers joueurs en provenance de la Brasilia Room font leur entrée dans l'Amazon. La clock du tournoi affiche alors 1044 joueurs restants, soit la capacité maximum de celle dans laquelle tout va désormais se jouer cet été, jusqu'à connaître lundi prochain les neuf finalistes, qui auront la chance de revenir dans la Cité du Vice dans un peu plus de deux mois.

22H47 - Le moment est crucial, et la tension peut parfois faire commettre des gaffes. Témoin Timothée Marlin, qui relance de petite blinde sans avoir vu que le joueur UTG avait déjà relancé. Du coup, lorsque la grosse blinde passe, Timothée retourne ses As, pensant avoir volé les blindes. Le superviseur applique la règle usuelle : le coup est joué normalement, sauf que forcément, son adversaire à une info de taille. Le flop tombe 10-4-3 : Timothée mise et son adversaire passe As-Roi assortis, assurant au Français qu’il était prêt à s’engager préflop !

22H55 - Scénario catastrophe au pire moment possible pour Victor Saumont : le couvreur trouve deux paires de Rois consécutives… et va perdre avec leurs deux ! Sur la première, il fait doubler un joueur qui avait trouvé les As. Bilan comptable : moins 180,000. Quelques minutes plus tard, Victor retrouve les barbus… Et voit le massif chip-leader Shaun Deebb (photo) lui titiller les narines avec une énorme sur-relance. Prudent, et peu désireux de sortir si près de la bulle, Victor abandonne. Incroyablement, Shaun lui montre… les As !

23h04 : Aurélien Guiglini a mieux à faire que de simplement viser les places payées. Avec As-Roi, Guignol place à un 5-bet shove et remporte le plus classique des coin flips face à une paire de Dames. Le voilà propulsé à 600,000 jetons.

23h12 : Jay Pee débarque sur le banc de presse. C'est l'occasion d'apprendre que Benjo vit sa dixième bulle de Main Event et que, selon leurs estimations, 83% des superviseurs portent un costume trop grand pour eux. Ça annonce du lourd pour la radio de demain.

23h25 : Ole Schemion ne rentrera pas dans l'argent cette année. Parti à tapis avec As-Dame sur un board hauteur Dame, l'Allemand se fait sortir par une paire d'As trouvée à point nommé par son adversaire.

23h27 : Déception pour Florian Decamps. Comme à Dublin, le Top Shark quitte ce tournoi juste avant la bulle. Un ultime coin flip perdu avec une paire de Valets face à As-Dame a raison de ses dix dernières blindes.

23h29 : Le niveau sonore augmente d'un cran dans l'Amazon Room. La clock affiche 1020 puis 1017 joueurs restants. Les premiers cris se font entendre. Ils ne seront pas les derniers.

23h32 : Les 1016 derniers joueurs de ce Main Event se lèvent de leur chaise pour savourer une pause de quinze minutes. L'organisation du tournoi en profite pour retirer de la circulation les jetons de 500, inutiles à partir du prochain niveau (blindes 3000/6000, ante 1000).

23h51 : Les joueurs font leur retour dans l'Amazon. Une élimination a eu lieu sur la dernière main avant le break à en croire le chiffre 1015 affiché en gros sur tous les écrans.

23h57 : Jack Effel (de dos, au centre), le directeur de tournoi des WSOP savoure ses derniers instants de tranquilité devant une vidéo du site TMZ.com. "De la bonne grosse paparazzade," me précise Jay Pee. La détente est totale.

00h01 : Les runners (en rouge), chargés d'escorter les futurs sortants jusqu'au bureau des payouts, reçoivent leurs dernières consignes avant de se disperser entre les tables. Rien ne doit être laissé au hasard quand à l'ordre des éliminations.

00h03 : "Génial, il n'y a pas de main par main !" "Super, utilise ça à ton profit, tank toute ta vie !" - Signé, un joueur avec 2,5 blindes devant lui et un ami contacté par SMS visiblement de bon conseil.

00h05 : Martin Staszko, runner-up en 2011 face à Pius Heinz, se fait sortir par l'Allemand Kilian Kramer (décidément) avec As-Dame contre une paire de Rois.

00h06 : Il ne sont plus que 1012. Les croupiers sont invités à se lever sitôt leur main terminée. La vraie bulle peut commencer.

00h12 : Harper et Veunstyle (dans le rail) se lancent dans une bataille de Periscope avec, dans le rôle de l'invité d'honneur, une Aurélie Quélain qui s'apprête à entrer dans l'argent pour son tout premier Main Event. "Je serais incapable de jeter deux As," avoue RunGood4Love. Rassure-toi Aurélie, tu n'auras pas à le faire.

00h18 : "Vous êtes prêts pour le main par main ?, annonce au micro un Jack Effel particulièrement enthousiaste, et un chouia taquin. Dommage pour vous parce qu'il n'y en aura pas. Félicitations à tous, vous êtes dans l'argent !" Tonnerre d'applaudissements, cris de joie, feu d'artifice, trompettes et clairons (non pardon, là c'est moi qui extrapole). Tous les joueurs présents sont assurés de repartir chez eux avec, au minimum, 15,000 dollars en poche.

Effel prend tout de même le temps de remercier celui sans lequel tout cela n'aura pas été possible, le bubble-boy officiel de ce Main Event 2016 : Adam Furgatch. Alors qu'il n'avait plus qu'une blinde en main, l'Américain est parti à tapis avec Dame-9 et s'est fait payer par As-7. Il ne repart cela dit pas complètement les mains vides, puisque comme le veut la tradition, il remporte son invitation pour l'édition de l'année prochaine.

Au total, vingt Français font partie de ces 1011 joueurs récompensés, dont deux membres (féminins) du Team Winamax et un vainqueur du KING5. Un immense bravo à eux, ainsi que leurs 991 compères du jour. Pour beaucoup, c'est le rêve d'une vie qui se réalise, la matérialisation de nombreux espoirs, l'accomplissement de nombreuses heures d'efforts, non seulement cette semaine à Vegas, mais aussi et surtout en amont. Pour d'autres, ce n'est que le début. Une première étape, certes cruciale, mais qui ne doit servir que de tremplin vers un objectif bien plus élevé. Nous ne le répèterons jamais assez, le Main Event des World Series of Poker est le plus beau des tournois du monde. Ce soir, ils sont 1011 à avoir, quoi qu'il arrive, gagné leur petite place dans le grand livre de son histoire.

Félicitations aux 20 Français ITM dans le Main Event

- 15 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

La bulle du Main Event 2016 a éclaté à minuit passé de vingt minutes. Nous vous préparons un récit complet de ce moment que l'on pourra résumer en paraphrasant Shakespeare : "Beaucoup de bruit pour rien." En attendant, voici l'identité des vingt Français assurés de remporter un minimum de 15,000 dollars (en cas d'élimination rapide) et plus que jamais dans la course pour le premier prix de huit millions. Vous y reconnaîtrez pas mal de regs du circuit, et quelques belles surprises comme la présence d'un membre de l'équipe gagnante du KING5. Bravo à tous !

Et pour l'anecdote, nous avons pas moins de DEUX couples de joueurs/joueuses Français ITM : Thi Nguyen / Jimmy Guerrero, et les jeunes mariés Aurélie Quélain / Alexandre Réard. C'est chou !

De gauche à droite et de haut en bas :

Gaëlle Baumann (Team W), Aurélie Quélain (Team W), Thi Nguyen
Allan Loran (vainqueur KING5), Aurélien Guiglini (Staff W), Jimmy Guerrero
Timothée Marlin, Maxime Chilaud, Alexandre Réard
Victor Saumont, Antoine Saout, Nicolas Cardyn
Martial Blangenwitsch, Lorenzo Lavis, Benjamin Ané
Sébastien Comel, Pierre Merlin, Ronan Monfort
Gaël Onillon, Jérémie Sarda







Florian Decamps trébuche avant l'ITM

- 15 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

C'est un Florian Decamps déçu qui quitte l'Amazon Room tandis que tout le monde autour de lui, joueurs, superviseurs, spectateurs, se prépare à ce moment toujours joyeux qu'est l'entrée dans les places payées du plus beau tournoi du monde. Short-stack tout au long de la journée, le Top Shark a fini par trouver une paire de Valets avec laquelle il a poussé ses dix blindes après la relance d'un gros stack. Cela valait sans doute mieux que d'abandonner, et prendre le risque de se faire "blind off" durant les tours suivants : au moment où Florian s'engage, le compteur affiche encore 1020 joueurs, les blindes vont bientôt augmenter, et il figure probablement parmi les dix ou vingt plus petits tapis de la salle. Mieux vaut prendre un bon risque maintenant, que de faire une tentative désespérée trente minutes plus tard. Problème : la petite blinde a trouvé As-Dame et décide de tenter sa chance.

Florian ne restera pas en tête au terme des cinq cartes communes : son premier Main Event au sein du Team Winamax s'arrête après presque trente heures de jeu, récompensées par rien d'autre qu'un "Good game" de rigueur.

En d'autres nouvelles, le niveau 16 va débuter : il sera le dernier du Day 3, avec des blindes passant à 3000/6000, ante 1000, pour un tapis moyen de 331,000. Nous ne sommes plus qu'à quatre éliminations des places payées, et 20 Français peuvent potentiellement inscrire leur nom au palmarès du Main Event 2016. C'est plus ou moins assuré : la bulle éclatera durant ce niveau. Une délivrance pour toute la salle car le rythme s'est extrêmement ralenti. Jamais dans mes souvenirs je n'ai vu une période de pré-bulle commencer aussi tôt, et marquée par les habituels "stalls" de joueurs en difficulté prenant un maximum de temps pour folder leurs mains préflop, même les plus évidentes. Les organisateurs ont fort à faire pour arbitrer les litiges crées par ces situations, et sont autant sur les nerfs que les joueurs.

Aux portes de l'argent

- 15 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Level 15 : Blindes 2500/500, ante 500

22 heures 20 à Las Vegas : le compteur du nombre de joueurs restants dans le plus gros tournoi du monde vient de passer sous la barre des 1050. La structure prévoit que 1011 seront récompensés. Les superviseurs sont fébriles : d'ici très peu de temps, il leur faudra mettre en branle la lourde mécanique du main-par-main, d'une importance sans commune mesure avec aucun autre tournoi dans le monde, car ce processus de "hand for hand" où toutes les tables vont progresser à l'unisson, main après main, concerne 113 tables simultanément !

Nous allons rester entre les tables pour rester concentrés sur nos Français. En attendant, les dernières infos pré-bulle :

 Mesbah Guerfi a été l'un des derniers joueurs éliminés dans la Brasilia Room : celle-ci est sur le point de fermer définitivement ses portes. L'Amazon Room peut contenir 1044 joueurs : bientôt, tous les survivants seront réunis dans cette salle.
Johan Guilbert n'atteindra pas l'argent... Pourtant muni d'un gros tapis, le Français a fait brelan contre brelan : paire de Quatre contre les Dix sur K-T-4 ! Il est éliminé.
 Nicolas Cardyn a doublé son tapis en remportant un coin-flip avec 77 contre As-Dame.

Ils ne seront pas ITM :

Le Champion en titre Joe McKeehen
Anthony Zinno
Matt Salsberg
David « ODB » Baker
Lacey Jones
Hasan Habib
Toby Lewis
Mustapha Kanit
Amir Lehavot
Mark Kroon
Isaac Baron
Roberto Romanello
Jens Kyllonen

Dans le Top 10 selon WSOP.com :

Marc-Andre Ladouceur
Melanie Weisner

Kenny Hallaert

Pierre n'a pas peur du grinder

Assis face à Michael Mizrachi, Pierre Merlin n'a pas vraiment peur de celui qu'on surnomme le grinder. Je retrouve les deux joueurs sur un tableau Q22AJ alors que le pot fait déjà 125,000. Le finaliste du Main Event 2010 envoie une salve à 75,000 et le Français entre dans une longue réflexion. Je vous donne sa main : A9. Pas évident à ce moment du tournoi de payer quinze blindes avec une simple top paire... Mais Pierre sent de la faiblesse chez son adversaire et engage la somme. « Good call » acquiesce Michael en montrant un simple K. Pierre s'empare du pot et passe du côté des gros tapis avec plus de 600,000 jetons devant lui !

Level 14, je me boirais bien une Coors

- 15 juillet 2016 - Par Harper

Blindes 2000/4000, ante 500

« Put all in ! »

Comme son compagnon Jimmy Guerrero, Thi N'Guyen aime prendre le contrôle de la table en parlant afin de destabiliser ses adversaires. « Il faut faire tapis ! » dit-elle en riant alors que sa table s'énerve (gentiment bien sûr) parce qu'elle joue toutes les mains. « Moi, je relance tout et après je mise sur tous les flops » continue Thi, « si vous voulez faire quelque chose contre moi, faites tapis ! » poursuit-elle en se marrant, ce qui déclenche quelques autres rires à table. Avec 480,000 de tapis, elle figure parmi les Tricolores les mieux placés.

Ça double les copains

Le retour de dinner break ne s'est pas fait sans casse pour Timothée Marlin et Victor Saumont. Les deux potos, qui ont disputé ensemble le Tag Team Tournament, ont chacun perdu une bonne partie de leur stack dans les minutes suivant leur retour au Rio... pour mieux doubler par la suite !

En ce qui concerne Timothée, tombé de 240,000 à 120,000, il peut remercier son voisin de table, qui a décidé de le 4-bet shove un tantinet light avec As-4 dépareillés. Après s'est acquitté de la somme, le jeune Français est tout content de retourner sa paire de 9, et ne tremblera pas vraiment à l'issue durant un board Roi-Roi-8-Roi-3.

Quelques minutes plus tard, je retrouve Victor juste devant les portes de l'Amazon. "J'ai bust, tente-t-il de bluffer pour la quatorzième fois de la journée. Nan, j'ai doublé, finit-il par lâcher. Sur mon premier coup à tapis payé du tournoi. À ton avis j'avais quoi ?" Disons, au hasard, les As. Bingo ! "J'ouvre en MP à 10,000, payé par Shaun Deeb au hijack. Peter Eichhardt au cutoff fait 46,000, je shove pour 160,000 et il paie avec As-Roi." Un Roi débarque sur le flop histoire d'offrir un petit peu de suspense, mais le reste du board sera sans accident pour Tapis Volant, qui grimpe donc à 350,000. Et ça, on ne se le cache, ça fait plaisir.

« Le flip d'une vie ! »

Aurélie Quélain est radieuse : elle vient de doubler son tapis au moment le plus opportun. Le coup n'était pas gagné d'avance : un coin-flip classique mais ô combien crucial. "Un joueur en début de parole ouvre à 9500, je paie au bouton avec une paire de 10. Le bouton fait 35,000. Le PFR abandonne. Il me reste 88,000, je 'New-York back raise' à tapis, il paie avec Roi-Dame dépareillés. Flop As-3-5. Je hurle 'le flip d'une vie !' en faisant un signe de croix. Turn : 10, j'exulte mais je m'arrête net dans mon élan, il peut encore gagner. Rivière : une brique."

Jimmy va trop vite

Un confrère est venu nous raconter un coup joué et remporté par Jimmy Guerrero, en bataille de blindes. Après un flop 64K, son adversaire puis lui checkent un 4 au turn. Nouveau check de la SB sur le K sur la rivière. Jimmy prend alors trois bonnes minutes pour envoyer 75,500 au milieu, soit les trois quarts du pot. Intense réflexion chez son adversaire, qui finit par payer. Il renverra illico ses cartes dans le muck après avoir vu la main du Français : KQ pour une formidable maison pleine.

Un pot à près d'un million !

Oh que Melanie Weisner a tremblé... L'Américaine a joué un pot de 970,000 jetons avec le jeu absolument max. Mais en face, un tirage l'a fait grandement frissonner... Tout se passe sur un turn 5KJ4. Alors qu'il y a déjà 350,000 jetons au milieu, Melanie pousse son tapis pour un peu plus de 300,000. Pour que vous vous rendiez compte, le pot initial représente plus d'un tapis moyen et ce qu'elle envoie au milieu ensuite également ! Mais pour cause : elle a KK en main ! Penchons-nous maintenant sur son adversaire... Avec quoi peut-il payer ? Deux As ? Brelan de Valets ? Brelan de Cinq ? Non, non, ce dernier engage la somme avec J7 ! Une paire et tirage couleur... Le stress monte chez Melanie mais la rivière est une belle brique, elle peut s'emparer de ce pot pour passer parmi les chipleaders.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Nombre de joueurs au compteur après quatre heures de jeu : 1161. Soit 2,44 éliminations par minute depuis le début du Day 3 : on observe un petit ralentissement du rythme sur le dernier niveau de jeu. Normal, car...
Nombre d'éliminations nous séparant des places payées : 150

Joueurs Français éliminés avant l'argent aujourd'hui : 16
Joueurs Français pouvant encore prétendre à l'ITM :  23

 « La table ne répond déjà plus » - Signé : un Antoine Saout visiblement ravi d'être en période de pré-bulle avec un tapis de 540,000 jetons.

Nous ne savons pas si la fêtarde de tout à l'heure a sauté, ou n'avait plus soif au moment d'être changée de table...

Level 14, c'est le moment de jouer les warriors

- 15 juillet 2016 - Par Harper

Blindes 2000/4000, ante 500

Un Français, un adjectif

Le poker est un jeu d’émotions, et l’affirmation n’a jamais été aussi vrai qu’à l’approche de la bulle du plus gros tournoi de l’année… Alors que nous en sommes encore assez loin : 300 éliminations nous séparent des places payées, mais au vu de la taille et et des enjeux inégalés du Main Event, cette bulle est déjà dans toutes les têtes. Et chacun des Français que nous avons croisés dans l’Amazon Room affiche une émotion bien particulière. Essayons de décrire ces émotions à l’aide d’un verbe

Ronan Monfort : apaisé

Le grinder Maltais vient de vivre son meilleur niveau depuis le début de tournoi. Avec 270,000 unités, la machine tourne désormais à plein régime et Ronan est tout sourire : il sait qu’il va pouvoir dicter ses règles pendant la bulle.

Victor Saumont : inquiété

Victor a souri en débarquant à sa nouvelle table, qui le voit désormais assis hors de position sur un Shaun Deeb au tapis monstrueux. A la gauche immédiate de Deeb, on trouve aussi le Suédois Peter Eichhardt, qui a remporté son premier bracelet cette année et possède lui aussi beaucoup de jetons. Trente minutes plus tard, la mine se fait plus grave : "C'est chaud... J'ai 150,000 !" Il n'a pas besoin d'en dire plus pour que je comprenne son inquiétude.

ElkY : blasé

Avec seulement 42,000 devant lui (10BB à peine) ElkY a toutes les raisons de paniquer : ses chances sont grandes de ne pas atteindre le main par main. Au lieu de ça, le gamer discute aimablement avec son voisin de table, un certain Greg Raymer. Forcément, le triple champion EPT/WSOP/WPT en a vu d’autres : pourquoi se faire du souci pour une petite bulle de rien du tout ?

[EDIT : ElkY sera éliminé quelques minutes plus tard. Nous n'avons pas les détails exacts, mais il ne s'agissait certainement pas d'un triple check/raise avec un tirage ventral manqué.]

Maxime Chilaud : défait

La déception se lit sur le visage de Maxime Chilaud, qui a subi une des dégringolades les plus impressionnantes du clan Français, ayant chuté de 440,000 à moins de 100,000 en très peu de temps. Assis en face d'un Lorenzeo Lavis au tapis confortable, Maxime a l'air éteint. La rumeur dit que c'est son colloc' de Vegas Michael Gathy qui lui a pris beaucoup de jetons en début de journée.

Allan Lorant : excité

Le dernier vainqueur KING5 en course a un sourire jusqu’aux oreilles : il s’est sorti d’une situation délicate en début de journée pour atteindre les cinquante blindes de tapis et, sauf tremblement de terre, devrait pouvoir être acteur de l’un des moments les plus réjouissants de l’année pour tout joueur de poker.

Nicolas Cardyn : concentré

Même lorsqu’il ne prend pas part à une main, le Londonien ne loupe pas une miette de l’action à table, scrutant le visage de ses adversaires à la recherche du moindre indice qui pourrait lui être bénéficiaire par la suite.

Le Top Shark en danger

Florian Decamps a une décision... Son adversaire vient de le mettre à tapis alors que nous sommes à 300 places de l'argent. Sur un flop 629, le Top Shark, après avoir défendu sa blinde, a check-raise de 11,000 à 27,000. Payé, Florian voit apparaitre un quatrième carreau sur un turn 4. Le pro Winamax ralentit alors le rythme en checkant et c'est le moment que choisit son opposant pour envoyer tapis. Le Français fait la moue puis passe sa main : il tombe à 75,000, soit moins de vingt blindes.

Jérémie Sarda meilleur grimpeur

S'il fallait décerner le maillot blanc à poix rouges à l'issue de la première moitié de ce Day 3, il échouerait sans conteste sur les épaules de Jérémie Sarda. Le Français vient d'emmener de la Brasilia à l'Amazon Room un sac contenant 358,000 jetons. « C'est 300,000 de plus que ce matin, » fait-il justement remarqué. Parti dans le Top 5 à l'envers du clan tricolore, il peut désormais aborder la période de pré-bulle avec sérénité. Un coup lui a notamment permis de prendre son envol. « J'ai récupéré un bon spew, raconte-t-il amusé. Je flat JT de petite blinde. Check, check sur un flop 3-5-6 avec un pique. Turn 4, je mise 40% du pot, il paie. River 2, j'envoie 26,000 et il shove 83,000 avec As-Roi sans pique. » Merci monsieur, vous êtes bien aimable. Quelque chose me dit que ces jetons sont maintenant en de bien meilleures mains.

« Show the nuts ! »

Après avoir misé 38,500 sur un flop T52, Johan Guilbert a décidé de ralentir le rythme sur un turn 6 après avoir été payé une fois. Et quand son adversaire a misé 57,000 à l'apparition d'un 4 à la rivière, le Français a préféré passer. « Montre ton top set ! » a-t-il alors hurlé, sans obtenir de résultat concret. Tombé à un tapis de 190,000, la situation de Yoh_ViraL commençait à devenir préoccupante mais, quelques minutes plus tard, nous l'avons à nouveau retrouvé assis derrière un tapis de 300,000. 

La détente de Lorenzo

Le Français Lorenzo Lavis semble parfaitement gérer le fait d'avoir un imposant tapis. Vous allez me dire que c'est bien plus facile d'avoir une tonne de jetons que d'avoir dix blindes à la bulle et vous avez parfaitement raison... Mais je veux dire par là qu'il arrive régulièrement de voir des joueurs ne pas supporter la pression se mettre à sur-relancer à tout va et commencer à faire n'importe quoi. Ce n'est pas le cas de Lorenzo qui pratique un poker très sage à la table de Nicolas Cardyn. Avec 600,000 jetons, il partage la position de leader du contingent français en compagnie de Gaëlle Baumann.

Viard : au revoir

J'arrive à la table d'Alexandre Viard alors qu'il a envoyé au milieu sa petite dizaine de blindes, payé par le bouton. Paire de Rois chez ce dernier, Valet-10 pour le Français, qui ne parvient pas à passer devant malgré l'irruption d'un Roi et d'une Dame au flop qui lui ouvraient quelques outs.

Peu de temps après, le joueur assis là où se trouvait précédemment Bruno Soutavong m'indique l'élimination de ce dernier, portant le total provisoire de sortants de la journée à 16.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

 Nombre de reporters Winamax s'étant retournés en voyant passer la femme d'Antonio Esfandiari : tous.

66 : Le pourcentage de reporters Winamax ayant dégusté leur repas en vitesse sur le banc de presse APRÈS la pause dîner, la faute à un restaurant peu enclin à les servir rapidement. Heureusement que le "doggy bag" est une institution aux USA.

Nombre de joueurs au compteur après quatre heures de jeu : 1233. Soit 2,64 éliminations par minute depuis le début du Day 3 : le rythme est extrêmement linéaire !
Nombre d'éliminations nous séparant des places payées : 222

Joueurs Français éliminés aujourd'hui : 16
Joueurs Français pouvant encore prétendre à l'ITM :  23

Level 13, personne ne veut quitter sa chaise

- 15 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Blindes 1500/3000, ante 500

Allan, t'es haut

« Yes ! » À quelques mètres de la table d'Allan Lorant, un membre des Frères Pétards exulte en voyant Allan s'emparer d'un pot. Alors qu'il y a déjà 45,000 au milieu sur un flop KQQ, Allan décide de checker derrière un check de la grosse blinde. Cette dernière mise alors 14,500 sur un turn J, est payée par le Français, puis envoie 11,000 à l'arrivée d'un 6 sur la rivière. Allan prend une bonne minute puis relance à 31,000. Alors que Paul Volpe s'agace à table en voyant que l'action va se poursuivre encore plus longtemps, la grosse blinde demande deux minutes de réflexion supplémentaire avant d'engager la somme. Mauvais choix : Allan a KK pour un full floppé ! Ce pot lui permet de grimper à 200,000 : atteindre l'argent devient clairement envisageable pour le vainqueur du KING5...

Florian : paire et passe

Après avoir relancé UTG+2 avec KT, Florian Decamps est tout heureux de trouver un flop T83 suite à une défense de la grosse blinde. Mais cette dernière place un donk bet à 14,000 ! Florian paie une fois et voit la situation se compliquer quand son adversaire envoie un parpaing à 45,000 sur un turn 4. « Tu me montres si je passe ? » demande le Top Shark. « Seulement si tu montres aussi ! » rétorque la grosse blinde. Alors le pro Winamax montre un T, ce à quoi son adversaire répond en retournant un 8. « Je pense qu'il avait » sourit Florian qui conserve un tapis de 120,000.

Jimmy la balance

Ce qu'il y a de bien lorsque l'on se rend autour de la table de Jimmy Guerrero, c'est que l'on est rarement déçu du résultat. « Tapis Volant c'est un fou dangereux !, a ainsi lâché le membre du Team Onpok à propos de l'actuelle forme étincelante de notre confère sur ce Day 3. Il fait des check/raise river en bluff, on dirait un mec qui joue des High Rollers. C'est devenu un vrai degen. » Et à part ça Jimmy, comment se passe ce début de journée. « Tranquille, j'ai 200,000. C'est beaucoup que Thi, elle a encore 430,000. Et elle continue d'envoyer des parpaings. Faudrait que tu ailles faire un tour à sa table d'ailleurs, ça la calme quand il y a des couvreurs autour. » Pas de problème, c'est prévu.

Martel destitué

« Maintenant il faut doubler ! » Tels étaient les paroles de Vincent Martel il y a quelques minutes au moment où nous quittions sa table. Malheureusement pour notre qualifié Winamax, ce voeu ne s'est pas réaliser. Tombé à 75,000 après un début de journée où il a perdu plus ou moins tous les coups qu'il a disputé, Vincent a finalement pris la porte alors que nous avions le dos tourné, ce nouveau joueur ayant pris place sur sa chaise ne trompant guère quant à l'issue de son destin. [EDIT : Nous avons appris juste après que Vincent a sauté sur le plus emblématique des flips : As-Roi contre deux Dames]

Au même moment, Franck Eburderie et Teddy Palermo ont subi le même sort. Le clan Français part en pause-dîner avec 26 représentants restants.

Phil se défile

Cela faisait un moment que Phil Hellmuth était dans la zone rouge (avec un tilt de plus en plus palpable à mesure que son tapis fondait). J'ai loupé son élimination : cette photo a été prise quelques minutes à peine avant que Sara Hall ne mette fin à ses espoirs de faire son premier deep run sur le Main Event depuis 2008 (il avait terminé en 45e place parmi 6844 joueurs).

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Beaucoup : l'estimation, assez approximative vous en conviendrez, du nombre de jetons de 100, 500 et 1000 en train d'être comptabilisés par l'organisation et mis hors de la circulation de ce Main Event.

Nombre de joueurs au compteur après quatre heures de jeu : 1393. Soit 2,64 éliminations par minute depuis le début du Day 3.
Nombre d'éliminations nous séparant des places payées : 382

Joueurs Français éliminés aujourd'hui jusqu'à présent : 13
Joueurs Français pouvant encore prétendre à l'ITM :  26

Ils ont quitté le Main Event durant la dernière heure :

Fabian Quoss
Michael Binger
Neil Channing
Phil Hellmuth
JC Tran
Daniel « Jungleman » Cates
Franck Eburderie
Vincent Martel
Teddy Palermo


On pensait avoir tout vu, mais on continue d'être surpris : faisant fi des requêtes classiques auprès des serveurs (eau, café, jus d'orange, bières sont gratuites mais il ne faut pas oublier le pourboire), cette joueuse a carrément commandé une bouteille entière, et pas une marque à deux sous.. On suppose que dans ce cas-là, la gratuité n'est plus de mise. Si vous voulez notre avis, cette dame célèbre son ITM avec un peu trop d'empressement : nous sommes encore à 400 éliminations de l'échéance et son tapis n'est pas si gros. Ou peut-être que la vodka orange lui sera utile pour faire preuve du courage indispensable pour affronter la bulle....

PAUSE-DINER 80MN, REPRISE A 19H17 (04H17 EN FRANCE)

Level 13, on n'a pas le temps de peler les fraises

- 15 juillet 2016 - Par Harper

Blindes 1500/3000 ante 500

Gaëlle poursuit son ascension

Française la mieux placée du Day 3, Gaëlle Baumann connaît un début de journée tranquille. « Je n'ai pas joué une seule main durant la première heure » confesse-t-elle. Mais une fois installée une image soldie, la pro Winamax a pu commencer à accélérer le rythme. En passant dix minutes près de sa table, je l'ai vu participer activement à cinq mains sur sept. Avec réussite : elle a placé un joli value bet avec une paire de huit sur un tableau 949-5-4 puis a payé deux barrels avec As-Sept sur un tableau QQ7-5-K. C'était la meilleure main. La voici désormais assise derrière 637,000, plus de 200 blindes représentant trois fois le tapis moyen !

LeVietF0u déchante

Day 3 galère pour Pierre Calamusa. Après avoir subi plusieurs mauvaises rencontres depuis le début de la journée, LeVietF0u a fini par abandonner ses derniers jetons. « J'open shove Roi-Dame suités pour mes neuf dernières blindes. Je suis payé par une paire de 10. » Un ultime coin flip malheureux donc qui met fin au parcours du Grenoblois dans ce Main Event. À charge de revanche.

Au même moment, Mathieu Lamagnère a lui aussi joué son dernier coup, mais nous n'avons pas plus d'informations.

Flying higher and higher

Une Poker Face à faire peur, un stack à l'avenant : Tapis Volant a officiellement décollé !

C’est une période de pré-bulle paradisiaque que vit actuellement Victor Saumont : le couvreur n’a rencontré aucun problème pour quitter le costume de « short-stack sur la défensive » et enfiler celui de « capitaine de table avec plein de jetons ». Tapis Volant n’en finit pas de remporter des coups préflop, au flop, ou sur la rivière, et ses tours de jetons ne cessent de gagner des étages supplémentaires : il est désormais installé largement au dessus de la moyenne !

« J’ouvre 6200 en milieu de parole avec A9 », raconte Victor à propos d’une main dont nous n’avons pas été témoins. « C’est payé par les blindes, et le flop tombe Roi-8-3 avec un pique. Je c-bet 7500, la SB check/call. Turn : 4. Check/check. Rivière : un 10 ! La SB mise 15,000, je relance à 45,000, il passe. »

Quelques minutes plus tard, devant nos yeux, Victor défend sa petite blinde face à une relance du même joueur. Le flop tombe KA8 et Victor paie un c-bet de 9600. Le turn 9 n’est pas misé, ce qui motivera Victor à prendre de la value avec son As-Valet sur la rivière 4 : il mise 13,000 et n’est pas payé.

Outre les jetons gagnés, ces deux coups offrent le bénéfice appréciable d’avoir été remportés avant le showdown : Victor a augmenté son tapis sans avoir à montrer ses cartes. Le mystère, c’est toujours bon pour l’image.

Voilà notre confrère qui pointe à 270,000 : il a quadruplé en quatre heures de jeu ! Nous sommes plus que jamais #TeamVictor.

Lorant veille

« Enfin, je mets les pieds dans l'Amazon Room, depuis le temps que j'en entends parler. » Passé par la Brasilia avant de vivre l'intégralité de son Day 2 dans la Pavilion Room, notre qualifié KING5 Allan Lorant vient tout juste d'avoir l'honneur de fouler la moquette de cette salle mythique. La bonne nouvelle supplémentaire, c'est qu'il ne devrait plus bouger de place jusqu'à l'entrée dans les places payées. Car avec 120,000 jetons devant lui, soit 40,000 qu'en début de journée, le dernier membre de la team des Frères Pétard peut légitimement espérer faire partie des 1011 joueurs récompensés. « J'ai réussi à esquiver tous les coups foireux jusque là, commente Allan. Je me contente de monter petit à petit. » Une stratégie qui porte pour l'instant ses fruits.

Let's Blang

Discret mais efficace, Martial Blangenwitsch a vu son tapis progresser de 33% durant ce Day 3 pour grimper à 370,000. S'il vise une première place payée sur ce Main Event des championnats du monde, le Français n'est néanmoins pas un bizut : quand on compte 309,000 dollars de gains avec une meilleure performance à 40,000 dollars, cela prouve une certaine régularité. Attention à lui !

Anecdotes, statistiques et citations à la con

 0 : le nombre de tables actives dans la Pavilion Room, une salle où vous êtes assurés de ne plus recroiser le moindre reporter Winamax avant les championnats du monde 2017. Dans la Brasilia Room, l'exode a débuté depuis longtemps : les joueurs des tables cassées sont escortés par un agent de sécurité vers l'Amazon Room - le bout du chemin, en somme.

 Verte : la couleur des nouveaux jetons de 25,000 mis en circulation, et dont a hérité en avant-première le premier millionaire de ce Main Event Tom Middleton.

Nombre de joueurs au compteur après quatre heures de jeu : 1584. Soit 2,5 éliminations par minute depuis le début du Day 3.

Nombre d'éliminations nous séparant des places payées : 573.

Joueurs Français éliminés aujourd'hui jusqu'à présent : 10

Joueurs Français pouvant encore prétendre à l'ITM : 29

Ils ont quitté le Main Event durant la dernière heure :

Dario Sammartino
Ted Forrest
Steve Sung
Pierre Calamusa
Matthieu Lamagnère