masquer le menu
   

« Demain, c'est jouable... »

- 4 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Event #54 : Crazy Eights 888$ (Day 2) - Aurélien Guiglini accède au Day3, ils ne sont plus que 12 joueurs !

« Ce tournoi ressemble un peu à celui que j’ai deeprun l’an passé déjà. Demain, je pense que c’est jouable en tout cas. »

La confiance est là, les jetons sont en place, l’expérience est à son avantage, son niveau de poker est probablement supérieur à celui de la moitié du field encore présent… on ne va pas se mentir, oui Aurélien Guiglini est clairement en position de force pour se/nous faire rêver sur ce tournoi Crazy Eights 888. Et ainsi aller chercher une nouvelle table finale, un an après son deeprun sur un Event à 1 500$, soldé par une place de runner up.

Guignol a connu un coup de moins bien dans ce dernier niveau, « je suis fatigué, les journées sont très longues. » Néanmoins, en deux mains de poker, dont une petite bataille de blindes sanglante, il a récupéré suffisamment de jetons pour aborder ce Day 3 avec un tapis presque équivalent à la moyenne : 2,78 millions.

« Le début de journée était capital, il fallait que je me maintienne dans les 30 ou 40 blindes de moyenne. Ce que j’ai réussi à faire. Et puis quand on a commencé à être deep, je me suis senti très à l’aise. N’oublions pas qu’il s’agit d’un tournoi à 888$, pas un tournoi à 5 000$. Il est évident que le niveau est plus faible. »

Douze joueurs restants, c’est bien, mais ce n’est pas encore la table finale, puisqu’elle se jouera à 9 joueurs : « Je pense que le plan ce serait d’être agressif demain parce que… oh et puis en même temps, je ne sais pas si ça sert à quelque chose d’avoir un plan, je ne le respecte jamais. Je vais en tout cas essayer de faire de mon mieux. »

Déjà assuré de remporter 44 705$, Guignol sait que les paliers vont être importants par la suite, et que c’est à ce moment là que mettre la pression à des joueurs plus faibles ou plus terrorisés par ces paliers, serait une bonne idée. « Ça dépendra aussi pas mal de ma table demain. On verra bien. »

Soutenu ce soir par le coach Stéphane Matheu, par Pierre Calamusa (belle coupe de cheveux d'ailleurs non ?) et par la fameuse Polly Morrison, Aurélien risque d'avoir pas mal de supporters demain si jamais.... ah non, c'est vrai, on a dit qu'on ne parlait pas encore de table finale pour ne pas se noircir #maisçasentquandmêmetrèsbon

Rendez-vous 14h pour la reprise du tournoi. Les blindes passeront à 40 000/80 000, pour une moyenne à 37 blindes. Une véritable partie de plaisir attend les supporters Français, alors que Guignol a une revanche à prendre sur sa table finale de l'an dernier. Le bracelet lui avait filé sous le nez, surement pas le meilleur moment de sa carrière. Dans 24h, l'affront pourrait déjà être lavé. 

Chipcount officiel

Chipleader - Chase Johnson (USA) : 4 405 000
2e - Michael Lech (USA) : 4 250 000
3e - Hung Le (USA) : 3 840 000
4e - Henry Grunzweig (USA) : 3 360 000
5e - Dimitar Danchev (Bulgarie) : 3 165 000
6e - Yang Zhang (Chine) : 2 970 000
7e - Aurélien Guiglini (France) : 2 780 000
8e - Nils Bardsley (USA) : 2 780 000
9e - Loni Harwoord (USA) : 2 060 000
10e - Rafael Yaraliyev : 1 975 000
11e - David Jackson (USA) : 1 435 000
12e - Francis Anderson (USA) : 1 400 000

Payout

Vainqueur : 888 888$
Runner up : 401 888$
3e : 297 888$
4e : 222 888$
5e : 167 888$
6e : 126 888$
7e : 96 888$
8e : 74 888$
9e - 10e : 57 605$
11e - 12e : 44 705$

T-shirt validé. David Jackson sera également au Day 3, mais en position de shortstack

Dernière ligne droite, la plus difficile

- 4 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Event #54 : Crazy Eights 888$ (Day 2) - Guignol se bat pour atteindre la table finale

1h11 à Las Vegas. Il se fait tard, pour nous et surtout pour les joueurs, encore en train de jouer sur le tournoi Crazy Eights 888. Ils sont encore 13 à se battre. Heureusement pour eux, ils sont également dans la dernière heure de cette journée. Après ça, on remballe, et direction le Day 3.

Des news d'Aurélien Guiglini ? C'est plutôt calme. Aurélien aussi est cramé, quoique parfaitement concentré. Il vient de changer de table récemment (le fameux équilibrage des tables) et se retrouve en face du Bulgare Dimitar Danchev. Comment ai-je fais pour le zapper le vainqueur du PCA en 2013, runner up de l'EPT San Remo, runner up d'un event WSOP ? Un véritable bon client en soi. 

En possession de 1,6 millions, Guignol n'est pas vraiment max comme dit, mais la structure est belle, et les espoirs sont encore intactes pour Aurélien, qui possède tout de même 26BB. 

C'était le point de 1h11. On en fera un plus complet une fois les jetons de tous les joueurs rangés dans un sac. Dans pas très longtemps finalement...

Coucou Dimitar Danchev

Quand tu te fais craquer une flush, par un mec qui avait deux paires à la turn et qui a trouvé full sur la river...

Le Day 1 d'une vie

- 4 juillet 2016 - Par Flegmatic

Event #56 - NLHE 1 500$ (Day 1) : Frédéric Brie sauve l'honneur des qualifiés Winamax et se qualifie pour le Jour 2.

En un tout petit peu plus d'un an passé à couvrir des tournois de poker - une broutille, j'en conviens, comparé à mes illustres collègues - allant d'une étape provinciale du WiPT au plus grand EPT de l'histoire, jamais encore je n'avais pu observer un joueur aussi heureux de franchir un Day 1. Ce joueur, c'est Frédéric Brie, qualifié pour le deuxième jour de cet Event #56 à la faveur d'un satellite à 150 euros, lui offrant également le droit de disputer l'épreuve #53 dans quelques jours, et qui fait preuve en ce dimanche soir d'une bonne humeur et d'une fraîcheur qui font véritablement plaisir à voir.

"En plus, c'était très dur en début de journée, raconte-t-il. J'ai eu énormément de paires servies, mais sans jamais toucher de brelan et avec toujours des overcards au flop. Du coup je suis assez vite tombé à 2 600 jetons, soit treize blindes à ce moment-là. Celui qui m'a sauvé, c'est ce joueur en tilt complet qui a payé mon tapis avec 10-9 suités alors que j'avais une paire de 9. Sur la main d'après, un joueur ouvre trois fois la blinde UTG, je shove ma paire de Roi. Il tank tout sa vite, me paie avec As-Roi, et ça tient." Des rencontres bienvenues qui permettent à Frédéric de faire partie des 293 survivants (sur 1 860 inscrits) de cette permière journée, avec un tapis plus qu'honorable de 49 600 jetons, légèrement supérieur à la moyenne.

"Franchement, ça fait plaisir, poursuit-il. Je n'avais joué que quelques tournois live jusque-là, sans jamais passer le Jour 1. J'ai même réussi à sauter en vingt minutes à Clichy pour la dernière Finale du Winamax Poker Tour ! Mentalement c'était donc assez compliqué de venir ici, sans aucun résultat. Du coup, c'est déjà un peu une victoire d'en arriver là, surtout que les places payées ne sont plus très loin." Effectivement, avec 279 ITM, le gain minimum de 2 253 dollars tend les bras au dernier de nos qualifiés. En espérant pourquoi pas beaucoup mieux. On a le droit de rêver non ? "En tout cas, ça fait un an que je travaille pour ça, conclue-t-il. Je regarde notamment énormément de vidéos, pour essayer de faire progresser mon jeu." Voilà donc la première d'une série de nombreuses étapes franchie. Reste maintenant le plus dur, confirmer ! Nous ne manquerons pas de suivre cela demain à partir de midi au sein de la prestigieuse Amazon Room.

À noter que huit autres Français seront ce lundi au départ du Day 2 : Guy Pariente (80 800), Arnaud Esquevin (78 800), Gilbert Diaz (39 700), Jean Montury (36 000, photo), Adrien Allain (34 200), Jimmy Guerrero (30 000), Arnaud Caussin (27 900), Thibaut Klinghammer (22 800), 

Souris Jimmy, tu es au Jour 2 !

Gilbert Diaz n'a pas joué dans Reservoir Dogs, mais je lui attribue haut la main le titre de meilleur Mr. White de ce tournoi.

C'est frappant non ?

Comme à son habitude, Faraz Jaka a monté un gros tapis sur ce Jour 1, pour grimper à la 9e place du chipcount.

Alexonmoon n'ira pas plus loin

- 4 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Event #55  : Poker Players Championship 50 000$ (Day 2)

Cette photo de chaton ne sera pas de trop pour encaisser la mauvaise nouvelle contenue dans cet article.

Vous connaissez la blague : si un chat retombe toujours sur ses pattes, et que la tartine chute toujours du côté beurré, que se passe t-il lorsque l’on lâche un chat avec une tartine collée sur le dos ?

Bon, OK, rien à voir avec la choucroute, je l’avoue, mais je ne peux m’empêcher de me dire que si j’avais discrètement collé une tartine beurrée (ou un chat) dans le dos d’Alexandre Luneau à son retour de la pause-dîner, peut-être qu’il n’aurait pas été éliminé aussi vite, et serait à la place perpetuellement resté en équilibre dans l’épreuve la plus passionnante à suivre des WSOP (ex-aequo avec le Main Event), sans jamais se casser la gueule jusqu'à la victoire finale.

Quelques minutes après avoir repris place à sa table sur le coup de 22h30, Alex a joué un gros coup de Deuce-to-Seven contre Rep Porter. Les deux sont allés jusqu’au showdown après avoir misé à tour de rôle, et changé une ou plusieurs cartes chacun jusqu’au dernier tour d’enchères. Alex fut le dernier à miser, avec Valet-9-7-4-2. Rep a hésité quelques instants avant de payer avec Valet-6-5-4-2, autrement dit un jeu meilleur. « C’était le snap-call du siècle » me dira Alex après coup.

L’action a viré vers le No-Limit Hold’em : une bonne nouvelle pour Alex, qui allait probablement avoir plus de facilités à pousser son tapis désormais réduit à moins de huit blindes. Ce qu’il fit quelques instants plus tard, s’engageant avec AQ après une relance de son voisin de droite John Racener en position UTG. Ce dernier n’avait pas grand chose à rajouter avec son Q9, et à trouvé un 9 dès le flop pour remporter le 70/30 et éliminer Alex aux alentours de la soixantième position.

Comme un malheur n’arrive jamais seul, j’ai appris dans le même temps l’élimination de l’autre Français de ce tournoi, David Benyamine. Au compteur : 58 joueurs restants, et un peu plus de deux heures à jouer ce soir.

C'est annoncé, c'est validé

- 4 juillet 2016 - Par Veunstyle72

Event #54 : Crazy Eights 888$ (Day 2) - Guignol a eu sa revanche, il a éliminé Chris Ferguson !

Là, on commence à beaucoup moins rigoler sur ce tournoi 888. Ils ne sont plus que 21 à l'heure d'écrire ces lignes, et parmi les derniers sortants, un certain Chris Ferguson, 26e. Il s'est fait botter les fesses par un homme qui avait beaucoup trop soif de revanche. Un Guignol, notre Guignol : « Alors, je ne te l’avais pas annoncé ? On l’a eu ! » Aurélien Guiglini jubile, et il peut, il tient sa revanche 12 ans après, en éliminant l'homme au chapeau de cowboy le moins aimé du Far West depuis 5 ans.

Derrière une ouverture à 60 000 de Loni Harwood, « RunGood4888 » comme l'appelle Pierre Calamusa (je vous laisse deviner pourquoi, c'est la petite blonde en photo), Ferguson décide de faire tapis pour 875 000. « C’est exactement la taille de mon tapis à ce moment là », m'explique Guignol... qui soulève As-Roi dans le même temps ! C'est avec une joie immense et un caleçon en feu, que Guignol annonce tapis à son tour. Loni s'efface et Chris Ferguson retourne As-Dame. 

Le conte de fée va se poursuivre jusque sur la rivière d'un board complètement random (enfin un petit roi poppe sur la river pour bien enfoncer le clou), et Guignol réalise d'une pierre deux coups, une magnifique opération : éjecter du tournoi celui qui lui avait brisé ses rêves en 2004 pour son premier tournoi live, et grimper dans les hauteurs du classement au bon moment. 

Aurélien peut-il atteindre une nouvelle table finale, tout juste un an après... Raaaah, mais chut, on va se noircir !

Chase Johnson, actuel chipleader avec plus de 3 millions, semble détendu...