masquer le menu
   

Davidi Kitai peut y croire

- 25 juin 2016 - Par Harper

Event #39 - NLHE 6-max Championship 10 000$ (Day 2)
Le joueur du Team Winamax sera accompagné au Day 3 de deux Français

La lumière continue de jaillir sur Davidi Kitai. Alors que 294 joueurs avaient pris part à l'épreuve short-handed la plus chère de l'été, le Belge reviendra en troisième journée en compagnie de 20 autres prétendants au titre. Figurant un long moment parmi les trois joueurs possédant le plus petit tapis, Davidi avait un plan. « Avec vingt blindes ou un peu plus, je peux continuer d'ouvrir » analysait le pro Winamax lors de la dernière pause de la journée. « Ce sont vraiment les deux joueurs à ma droite qu'il faut que je travaille. » Mais voilà, ces deux-là ont été éliminés et remplacés par des champions de la trempe de Paul Volpe et Jonathan Duhamel. Alors, avec son maigre tapis, Davidi a dû serrer la vis. C'est également une qualité essentielle chez un joueur de poker : savoir changer de vitesse et s'adapter à ses adversaires.

C'est une fois arrivé à gauche de Chris Ferguson qu'il a accéléré à nouveau, portant l'estocade lorsque les trois dernières mains ont été annoncées. Alors que sur les autres tables, les joueurs s'affairaient à ranger leurs jetons, Davidi lui était en pleine réflexion sur une rivière A87JJ. Son adversaire venait de miser 72 000, à peu de choses près la taille du pot. Alors Davidi a fait une Davidi. Observant, scrutant, réfléchissant durant de longues minutes. Puis a fini par payer avec ce qui s'est avéré être la meilleure main : As-Neuf. La main suivante, il a rentabilisé une top paire. Puis sur la dernière, il a piégé avec As-Valet pour gratter quelques jetons de plus. Faire le dos rond a porté ses fruits : le Belge sera au Day 3 avec 536 000 jetons alors que la moyenne est de 700 000 et les blindes 6 000/12 000 ante 2 000.

Dès son deuxième tournoi de l'été, le Génie répond donc présent. Et même s'ils sont proches et respectent leur jeu, nul doute que le fait d'avoir été rejoint par Michael Gathy au classement des Belges détenant le plus de bracelets (trois chacun) doit le titiller un peu... Davidi a soif de breloques !

Alors que le field est encore composé d'une Vanessa Selbst possédant près de deux millions de jetons, de Nick Petrangelo, Jack Salter, Jonathan Little ou encore Chris Ferguson, le Français Gilbert Diaz va lui aussi continuer de vivre un rêve éveillé au Day 3. « Je n'ai que des fish à ma table ! » disait le Lyonnais en se marrant en pointant Justin Bonomo, assis à sa gauche. « Je plaisante mais c'est vraiment agréable de jouer face à de tels champions, ça me motive énormément ! » Et Gilbert fait mieux que se défendre puisqu'il sera présent en troisième journée avec un tapis de 870 000 le plaçant dans le Top 5. « J'ai fait un super coup avec 45 » nous raconte-t-il. « J'ai relancé premier de parole, assez cher en plus, et deux joueurs ont payé. Le flop est venu 236 et tout le monde s'est emballé, il y en a un qui avait deux paires avec 23 et j'ai pu doubler mon tapis ! » 

Un second Français sera en piste : Eric Sfez pour qui la partie fut beaucoup plus compliquée. Il faut dire que se retrouver assis à droite de Vanessa Selbst est certainement une des pires choses qu'il puisse vous arriver sur un tournoi avec six joueurs par table. Mais un double up trouvé en fin de journée lui permettra de revenir avec un intéressant tapis de 313 000 au Day 3. Tous les survivants sont assurés d'encaisser un minimum de 24 722 dollars. Reprise samedi à midi où l'objectif est de jouer jusqu'à connaître l'identité du vainqueur !

Antonin Teisseire fait sauter la banque du Venetian

- 25 juin 2016 - Par Harper

Le Français termine second sur 1 122 joueurs et remporte plus de 400 000 dollars !

Las Vegas est une ville formidable. Tous les jours, toutes les heures, des tournois de poker se lancent. Et pas seulement à l'hôtel-casino Rio qui héberge les championnats du monde. Du 50 dollars du Binion's au 300 000 dollars de l'Aria, il y en a pour toutes les bourses. Et surtout pour tous les passionnés. Et même si la salle du Venetian fut un temps critiquée pour ses positions rejetant l'arrivée des plateformes en ligne au Nevada, elle n'en reste pas moins l'une des plus belles et des plus réputées salles de poker de la ville. Et c'est en ces lieux qu'un Français a réalisé un formidable exploit en cette soirée du 23 juin.

Et il est difficile de ne pas se sentir touché par la performance. En terminant second (une tradition française) sur 1 122 joueurs d'une mastodonte épreuve à 3 500 dollars, Antonin Teisseire a empoché 402 125 dollars ! Quand on regarde le palmarès du garçon, un bracelet et deux millions de dollars de gains, cela peut apparaitre comme une belle place payée de plus. Mais derrière chaque palmarès, il y a une histoire. Et la carrière d'Antonin a été semée d'embûches car ce n'est un secret pour personne : si être un passionné de poker est formidable quand on vit en France, être professionnel du jeu est un autre défi. Voilà donc une belle récompense pour une des plus fantastique grande gueule du circuit, un homme capable de vous faire rire une pleine tablée juste en racontant un coup de roulette.

Et c'est sur une dernière main digne de James Bond qu'Antonin s'est incliné. Alors que trois joueurs restent en course, Darren Elias relance à 225 000 (sur 50 000/100 000 ante 10 000) au bouton et Antonin place un 3-bet à 725 000 en petite blinde. Le chipleader Andjelko Andrejevic se contente alors de payer en grosse blinde et Darren pousse son tapis pour 2 040 000 ! Même topo pour Antonin, à tapis pour 7 995 000. Mais ce n'est pas fini puisque Andjelko, qui les couvre tous les deux, paie ! Les jeux !

Darren Elias : AA
Antonin Teisseire : KK
Andjelko Andrejevic : QQ

Et comme si cette main n'était pas assez folle, le tableau s'ouvre sur T76... T... Q ! Strike sur la rivière pour Andjelko qui élimine deux joueurs d'un coup et remporte 655 247 dollars. Muni de plus de jetons que son adversaire, Antonin hérite de la deuxième place... Bravo Tonin, même si on avait dit halte aux deuxièmes places !
 

Davidi Kitai est dans l'argent

- 25 juin 2016 - Par Harper

Event #39 - NLHE 6-max Championship 10 000$ (Day 2)
Première place payée de l'été pour le Belge


C'est long une bulle ! Pas vrai, Dav ? Pour ce qui s'agit seulement de son deuxième tournoi de l'été, Davidi Kitai a dû attendre plus de trois heures pour voir le field se rétrécir de 47 à 45 joueurs, synonyme d'un revenu minimum de 14 848 dollars. « Ce n'était pas une mauvaise chose » tempère Davidi, « ma table était cool, j'ai pu monter de 110 000 à 190 000. » Ça, c'était au moment où un joueur n'avait plus que quatre blindes et où on pensait qu'exploser la bulle (oui, après trois heures, on l'explose après l'avoir piétinée) serait détendu. Mais ce joueur a trouvé deux As contre deux Rois pour revenir dans la partie ! Et la bulle a duré une heure de plus... Une période durant laquelle on a cru que le Belge allait connaître une énorme embellie, doublant dans un premier temps avec deux Dames contre deux Sept avant de piéger son adversaire avec deux Rois. Le flop est venu 449, son adversaire avait 42... Rien de grave, l'argent a été atteint quelques minutes plus tard et Davidi fait partie des heureux 45 joueurs payés avec 210 000 de tapis, soit trente-cinq blindes.

Malheureusement, Sylvain Loosli ne fera pas partie des Français dans l'argent. Remonté à un tapis intéressant, le joueur du Team Winamax a vu une paire d'As se faire craquer par As-Huit avant de perdre ses dernières blindes avec une paire de Trois contre As-Valet. On retrouvera en revanche deux tricolores parmi les récompensés : Gilbert Diaz, pourtant parti à tapis alors qu'il était couvert il n'y a pas si longtemps avec paire de Dames contre paire de Rois... L'apparition d'une Dame au flop lui a fait lâcher un « YES ! » ayant retenti à plusieurs dizaines de mètres avant un petit « désolé » amical pour son malheureux adversaire. Avec 220 000 de tapis, Gilbert est un poil en dessous de la moyenne. Tout va toujours très bien en revanche pour Eric Sfez et son tapis de 450 000 jetons. Mais il va devoir se méfier : à sa gauche s'est installée la chipleader, une certaine Vanessa Selbst possédant 1,25 million de jetons, soit cinq fois la moyenne.

Monster Stack, affluence monstre ?

- 25 juin 2016 - Par Harper

Event #41 - NLHE Monster Stack 1 500$ (Day 1A)
C'est le grand flou !

Difficile, très difficile de vous faire un point précis sur le Monster Stack. Ce tournoi ayant la particularité d'offrir 15 000 jetons à ses participants contre 1 500 dollars (alors que c'est habituellement 7 500) a attiré 7 862 joueurs lors de la première édition remportée par Hugo Pingray et 7 192 l'an dernier lorsque Perry Shiao s'est imposé.

Mais sur cette première des deux journées d'introduction, aucun chiffre officiel sur la participation ne nous a encore été communiqué après plus de sept heures de jeu. Et lorsque j'ai osé demander à un des organisateurs, celui-ci m'a répondu : « je ne peux rien dire » avant de s'enfuir en courant en braillant dans son talkie-walkie. À la louche, il semblerait tout de même que plus de 2 000 joueurs aient répondu à l'appel puisque la Brasilia Room était pleine, une partie de l'Amazon également ce matin, tout comme un bout de la Pavilion et l'intégralité de la salle figurant aux côtés de la poker kitchen. Si vous ne comprenez rien à ce que je dis, j'énumère simplement les différentes salles où se déroulent les tournois au Rio. 

Comme d'habitude face à des fields aussi énormes, on y verra beaucoup plus clair au coup d'envoi du Day 2 une fois que les organisateurs nous auront fourni une liste précise des joueurs encore en course. Notons quand même la présence des Français Pierre Merlin, Meddi Ferrah, Sarah Herzali ou encore Anthony Picault.

Ronan Monfort est également de la partie. Et il peut avoir le sourire puisqu'après un début de Vegas difficile, le résident maltais a atteint le podium du traditionnel tournoi à 235$ organisé quotidiennement au Rio. Résultat ? Un partage avec ses deux adversaires pour 21 000 dollars de gains ! « Mon Vegas est enfin lancé ! » s'extasiait Roro à l'issue de sa victoire. À l'occasion du premier WSOP qu'il dispute cet été, il possède pile poil le tapis de départ au cours de ce huitième niveau de la journée : 15 000.

Kill them all

- 25 juin 2016 - Par Harper

Event #42 - Shootout No-Limit Hold'em 3 000$ (Day 1)
Patrick Bruel et Guillaume Diaz doivent éliminer leurs adversaires !

Le Shootout est certainement le format où on se sent le plus proche du bracelet. L'objectif parait effectivement on ne peut plus simple : il faut éliminer tous les joueurs figurant à sa table pour passer au tour suivant. Une succession de sit-and-go, en somme. Et avec 370 joueurs ayant déboursé 3 000 dollars, cela veut dire qu'il suffit de gagner trois tables pour gagner la breloque ! Un jeu d'enfant, non ?

Évidemment, nous manions l'ironie. Car les meilleurs joueurs de sit-and-go au monde se sont évidemment retrouvés autour des tables. Leurs noms ne sont pas forcément connus mais l'impression d'avoir déjà croisé leur visage est grande. C'est le cas à la table de Patrick Bruel qui dispute là sa seconde épreuve des championnats du monde. « Je suis rincé ! » souffle le patron du Team. Enfin rattrapé par le jetlag ? « Non, j'ai joué au ping pong toute la matinée, j'en peux plus ! » J'ai ri un peu jusqu'à ce qu'il me montre une vidéo de ses exploits et il faut bien l'avouer, je ne prendrai pas un pari contre lui, son coup droit est dévastateur. Parti avec 15 000 jetons, Patrick a augmenté son tapis de 5% durant la première demi-heure de jeu. Certes, ce n'est pas énorme, mais tout profit est bon à prendre !

Second joueur du Team Winamax au départ : Guillaume Diaz. « Je connais les trois joueurs à ma droite, ils sont costauds » confie Volatile38. La bonne nouvelle, c'est que Guillaume a la position. « On est déjà plus que neuf, un joueur a réussi à mettre 300 blindes avec paire de Valets ! » La main en question ? Un pot 5-bet où sur une rivière hauteur dix, un joueur a trouvé bon d'investir tout son tapis avec sa paire. En face, les As, forcément.

Au moins trois autres Bleus sont au départ : Yorane Kérignard, Antoine Saout qui partage la table de Sam Chartier et Rémi Castaignon qui fait face à Daniel Negreanu. En cas de victoire de leur table, les joueurs sont déjà assurés de toucher un prix !