masquer le menu
   

Fabrice Soulier vise le doublé

- 23 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #36 : Mixed Omaha/Stud Hi-Lo 2 500$ - Fabrice Soulier vise un second bracelet

Et si notre prochaine chance de bracelet, c’était finalement Fabrice Soulier ? Ils ne sont plus qu’une dizaine dans l’Event #36, et « Fabsoul » n’a jamais été aussi bien placé cet été pour aller décrocher une grosse performance. Un deuxième bracelet ? C'est clairement le projet.

« Je peux te dire qu’il n’y a que des spécialistes de Hi-Lo à cette heure-ci », confiait-il, « je les ai presque tous déjà joué en cash game. »

Fabrice réalise jusque là un Vegas plus que correct, avec une 3e place payée grâce à ce tournoi. S’il a juste réalisé un min-cash sur le Millionaire Maker, il n’était pas si loin du bonheur sur un tournoi de Razz à 1 500$ (14e), à l’occasion de l’Event #13. Cette fois, Fabrice Soulier aimerait bien concrétiser l’essai. Pour cela, il lui faudra encore battre quelques très bons joueurs, dont l’Américaine Ester Taylor-Brady, sa voisine sur la photo, ou encore l’homme de ces WSOP, Jason Mercier, toujours présent, bien évidemment j’ai envie de dire. Même si Fabrice n’a pas remarqué que de la sympathie en lui…

« Je l’ai trouvé un peu arrogant quand même envers moi », m’a-t-il ainsi confié, « tout à l’heure j’ai gagné un coup contre lui, un autre joueur à la table m’a dit « tu ne montres que les nuts en fait », et j’ai juste répondu en rigolant, « j’ai décidé de run comme Mercier », et il faut croire que ça ne lui a pas vraiment fait plaisir. Il m’a répondu un peu sèchement quelque chose du genre « De toute façon, tu vas me les rendre demain », j’ai été un peu surpris… »

Jason Mercier prendrait-il la grosse tête ? « Je crois qu’il ne se rend même pas compte du run de folie qu’il vit en ce moment », ajoutait « Fabsoul ». Et si la pression de tous ces paris lui montait à la tête à Jason ? La lassitude des tournois qui s’enchainent indéniablement commencerait-elle à atteindre l’homme providentiel de ces World Series ?

Dans tous les cas, la meilleure réponse que Fabrice pourra lui apporter, ce serait d’aller décrocher dès demain son deuxième bracelet. Et je suis sur que cette idée plairait fortement à Vanessa Selbst, surtout s’il le fait face à Jason Mercier.

Déception pour Sylvain Loosli

- 23 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #35 : NLHE 6-max 5 000$ - Sylvain Loosli est éliminé en 31e position

« Frustrant... »

Sylvain Loosli est déçu et ne fera pas de grands discours ce soir. Un seul mot suffit à résumer son sentiment actuel. Son tournoi a pris fin beaucoup trop tôt à son goût, puisqu'il est éliminé 31e, pour un gain de 12 705$. Un champion de sa trempe ne visait qu'une seule chose, la victoire, alors forcément à cette heure-ci, la déception est grande.

Revenu du dinner break déterminé, après avoir avalé quelques bons gros sushis (ça change des burgers dans cette ville, croyez moi), Sylvain avait réussi à tripler son tapis, en investissant tous ses jetons avant le flop, avec une paire de Dames, face à As-Dame et As-Roi. De 145 000, il est monté à 450 000 après ce coup, et tous les signes étaient au vert pour aller le plus loin possible.

Mais quelques instants plus tard, Sylvain laissait filer un pot de 800 000 chez Pratyush Buddiga. Sur un board 79K54, Sylvain a tenté le heroe call river muni de AK, lorsque l'Américain posait son tapis au milieu de la table. Sauf que l'Américain n'était pas du tout en carnaval, avec 86 en main, pour une quinte. Pour les détails du coups, je vous propose de gentiment patienter jusqu'à la sortie de l'épisode "Dans la tête d'un pro". Faites le plein de popcorn, vous en aurez besoin.

Derrière, Sylvain est repassé shortstack. Il a tenu quelques temps, jusqu'à ce fameux flip de fin de tournoi, toujours le même. AQ chez le November Nine, contre TT chez son adversaire. Rien n'est venu aider Sylvain sur la table, qui a donc rapidement quitté le Rio dans la foulée, très déçu. 

On le retrouvera probablement demain à l'occasion de l'Event #39, encore un 6-max, mais deux fois plus cher cette fois.

L'aventure n'est pas encore terminée pour les tricolores, qui peuvent encore nous faire rêver : Thi N'Guyen et Adrien Allain y travaillent, puisqu'ils sont encore présents au moment d'écrire ces lignes, à quelques minutes de la fin de la journée. Et ils sont plutôt très bien fournis en jetons. 

J'ai aperçu Adrien disputer un gros pot récemment, face à un joueur qui n'a pas l'air commode du tout. Adrien a 3-bet préflop depuis la petite blinde (suite à un open UTG), puis il a c-bet, les joueurs ont check la turn et Adrien a renvoyé un parpaing river, et son adversaire a fold.
Le board ? K243T. La main d'Adrien ? Il est venu me confier qu'il possédait... 98 ! Big Ballz time...

Fabrice Soulier talonne Jason Mercier

- 23 juin 2016 - Par Harper

Event #36 - Mixed Omaha/Stud High-Low 2 500$ (Day 2)
Le Français possède un beau tapis à 34 joueurs restants

Je vous l'avoue, le titre est un peu racoleur. Mais que voulez-vous, cet été, c'est Jason Mercier qui fait vendre. Et comment ne pas parler de Fabrice Soulier, bien en place dans cette épreuve mêlant Omaha et Stud dans leur format Hi-Low ? Car oui, c'est dans ce tournoi que le Français talonne l'Américain, les deux joueurs étant munis d'un beau tapis à 34 joueurs restants d'un tournoi ayant compté 384 entrants. Ils sont dans l'argent, donc ! Mais l'un comme l'autre ne risquent pas de se satisfaire des 4 573 dollars assurés. À la gagne, 213 486$ et un bracelet de plus à leur collection !

Si vous vous demandez à quoi ressemble une table de Stud High-Low lorsqu'il y a de l'action, voici la réponse. Il est de coutume, en heads up, de garder ses mises devant soi au cas où un partage se produit. Il est effectivement assez courant qu'un joueur remporte le High et l'autre le Low : chaque participant a ainsi uniquement à récupérer ses mises, ce qui facilite grandement le travail du croupier et accélère le jeu. Mais dans la main en question, il n'y aura pas de split : après avoir bring-in/call puis payé deux bets, Fabrice a décidé de donk avec X-X-T-5-K-7 contre X-X-8-4-4-9. Son adversaire a payé et la septième a ensuite été checkée par les deux joueurs.

Le Français a montré T-5-4 pour deux paires, une main gagnante puisque son opposant a montré un 9 pour deux paires inférieures. « J'aurais peut-être dû value » se demande Fabrice en ramassant ses jetons. Avec 240 000 jetons, le voilà assis derrière un tapis de 24 big bets, ce qui est bien au-dessus de la moyenne de 14 big bets? « C'est toujours comme ça en Limit, la moyenne est basse » explique FabSoul. «Car 10 big bets, c'est énorme mais effectivement, toutes les mains sont importantes ! » Et les variantes en Limit, ça le connait. En 2011, c'est dans l'épreuve de H.O.R.S.E. à 10 000 dollars que Fabrice était allé chercher son bracelet.

L'inoxidable Jason Mercier est donc également de la partie. « Je suis encore dans l'Omaha/Stud 8 mais je ne sais ni combien il y avait de joueurs au départ, ni combien il en reste, ni combien il y a à gagner. Je veux juste dormir. » balançait-il à l'issue du Day 1 sur Twitter. Il faut dire que l'Américain n'a pas pris une seule minute de repos depuis douze jours et le coup d'envoi de son premier deep run sur une épreuve de 8-Game à 1 500 dollars. On le voit depuis présent de la première à la dernière minute au Rio, courant avaler un sandwich à la pause repas, multitablant parfois entre deux tournois... Une machine pour l'instant encore en état de marche puisqu'il possède un tapis de 270 000 le positionnant dans le Top 5 grâce notamment à une couleur trouvée dans un pot 4-way où ses adversaires s'obstinaient à jouer le low. Les superlatifs commencent à manquer pour parler de l'été vécu par Jason aux WSOP. Une nouvelle fois, il s'offre une chance d'aller chercher un bracelet.

Parmi les autres joueurs encore en course, le plus célèbre directeur de tournoi au monde, j'ai nommé Matt Savage. Inusable sur Twitter, où il répond en permanence aux différents litiges pouvant se produire autour de nos tables de jeu préférées, l'Américain est également un joueur de poker occasionnel. Néanmoins, sa dernière place payée remonte à 2013... C'était déjà sur une épreuve de Stud Hi-Low des WSOP où il avait atteint la 22ème place !

Sylvain Loosli est dans l'argent

- 23 juin 2016 - Par Harper

Event #35 - NLHE 6-max 5 000$ (Day 2)
Thi Nguyen et Adrien Allain complètent le trio de Français payés

La bulle d'un tournoi à 5 000$ est forcément un moment particulier : alors que le 82ème empoche 7 466$, le 83ème repart avec rien. Zéro. Nada. Alors, certes, sur un été à Las Vegas, un min-cash peut ne pas paraître énorme mais avec, d'une part les qualifiés ayant transformé quelques dollars en un beau billet, ceux ayant multiplié les éliminations précoces et ayant besoin d'être payé pour retrouver la confiance ou encore ceux qui ont fait de ce tournoi le shot de leur été, on comprend qu'il y ait un brin de tension. Ainsi, un joueur a pris deux tours de pénalité. La raison première est un peu floue : il aurait retourné les cartes de son adversaire alors que ce dernier avait passé sans les montrer. La direction du tournoi lui a alors mis un premier tour de pénalité, ce qui l'a énervé. « Il les a montrées à son voisin, on doit tous les voir ! Bullshit ! » a-t-il poursuivi. « Bullshit ? Deux tours de pénalité ! » a conclu la direction. On ne plaisante pas avec le vocabulaire, jeune homme.

Pour nos trois Français encore en course, la bulle s'est heureusement déroulée dans la douceur. Ah oui, car ils ne sont plus que trois, Johan Guilbert ayant suivi Gaëlle Baumann et Yorane Kérignard sur le banc des éliminés. Parmi eux, Sylvain Loosli est encore en piste. S'il n'est plus chipleader, le joueur du Team Winamax conserve tout de même un intéressant tapis de 150 000, soit trente-cinq blindes, un poil moins que la moyenne. « J'ai perdu des petits pots, ce n'est pas terrible avant la bulle » grimaçait un Sylvain tout de même bien heureux d'ouvrir son compteur de places payées en 2016 à Las Vegas. S'il n'est pas entré dans les détails, je vous avoue que je n'ai pas insisté plus que ça puisque l'intégralité de ses coups importants seront évidemment retranscris dans les futurs épisodes de Dans la tête d'un pro. C'est encore plus intéressant à regarder avec du suspense !

Les deux autres Bleus encore en course se connaissent particulièrement bien puisqu'ils font partie de la même équipe : ONPOK, ce regroupement de joueurs pris sous l'aile de Guy Pariente, un mécène se délectant des performances de ses poulains à travers le monde. Et il doit être bien heureux de suivre ce tournoi puisqu'avec plus de 300 000 jetons chacun, ses deux protégés sont dans le Top 10 ! Très agressive durant la bulle, la révélation des Winamax Live Sessions Thi Nguyen a grapillé jeton par jeton sur une table où figure pourtant un joueur de la trempe d'Andrew Lichtenberger. À sa gauche, Adrien Allain a lui gagné un pot important pour passer la barre symbolique. « J'ai 3-bet avec A7 depuis la petite blinde de 7 000 à 22 000 et le relanceur initial m'a payé au hi-jack. J'ai ensuite misé trois fois : 18 000 sur J96, 33 000 sur un 4 puis 60 000 sur un 2. Il a payé à chaque fois puis muck. C'était un film de c**. » Allons, allons, des enfants nous lisent peut-être jeune homme.

Également dans l'argent : Stephen Chidwick, Jonathan Little, Michael Gathy, Cate Hall, Pierre Neuville ou encore David Vamplew...

Dans la tête de Michel

- 23 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #37 : Pot Limit Omaha 1 500$ - Immersion dans la tête de Michel Abecassis, le temps de 2 tours de table

Après les épisodes « en orbite avec Luneau », nous vous proposons de changer de joueur et de rentrer dans la peau de Michel Abecassis. La variante qui nous est proposée sur cet event #37, est le Pot Limit Omaha. Comme son nom l’indique, il n’est possible de relancer qu’à hauteur de la taille du pot. Vous ne pouvez pas annoncer « tapis » comme ça, d’un coup. Pour le reste, vous connaissez les règles et le principe de ce jeu : vous recevez 4 cartes, le croupier déroule un board avec un flop, une turn et une river comme en Texas Hold'em, et à l’abattage des cartes, à la fin du coup, vous devez n’utiliser que deux cartes de votre jeu et trois cartes du tableau pour créer une combinaison. Petit rappel qui peut paraître bête pour certains, mais pas forcément pour tout le monde : si par exemple le board affiche 4 cartes à pique, et que vous ne possédez seulement que l’as de pique dans votre main, vous n’avez pas la couleur. Il vous faut utiliser deux cartes de votre jeu absolument. Les bases sont posées, il est temps de travailler la technique, et pour cela, rien de tel que les conseils du Doc « Mik22 ». Les joueurs ont débuté avec 7 500 jetons, Michel en possède 12 000, et les blindes sur ce niveau sont à 150/300. Autre spécificité de cette variante : il n’y a pas d’ante.

Main #1 : On débute avec Michel au bouton. Un joueur a ouvert à 650 (le voisin de l’Asiat’ sur la photo plus bas, celui qui est tête baissée, qu’on appellera Jim, ce sera plus simple, car on va le revoir dans d’autres mains. Et d'ailleurs, appelons cet asiatique Andrew, c'est pas mal non ?) et Michel est le seul à défendre. Aucune action sur le flop 982 et il faut attendre la turn, A, pour voir Michel poser deux jetons au milieu de la table, pour un montant de 1 100. Il est payé et sur la river J, Jim va envoyer 2 500. Léger temps de réflexion chez « Mik22 », qui rend sa main au croupier.

Main #2 : Jim ouvre encore cette main, deux joueurs paient, mais pas Michel, qui passe.

Main #3 : J’aperçois Michel ouvrir sa main 44K2. Une main vraiment pas terrible en Omaha. Il va d’ailleurs très vite rendre ses cartes au dealer.

Main #4 : On dirait bien que Michel a encore passé.

Main #5 : Michel ouvre cette main en milieu de parole, à 700. Jim défend sa petite blinde, tout comme le joueur en grosse blinde. Puis sur TQQA9, les joueurs vont check le flop, la turn et Jim va envoyer un jeton jaune de 1000 au milieu de la table. Non, personne n’est intéressé.

Main #6 : Michel fold et je m’apprête à ne plus donner aucun intérêt à cette main, sauf qu’en fait l’action va être folle : Pim De Goede (excellent joueur Néerlandais) annonce tapis pour 2 ou 3 blindes. Son voisin annonce « pot »… Jim fold, mais pas les deux joueurs au siège suivant qui poussent leur petit tapis au milieu. 4 joueurs à tapis préflop, c’est assez rare ! Le dealer sort le board, et arrive ce moment magique : chacun regarde s’il a fait une paire, une quinte, quelque chose. Pim va l’emporter après avoir rentré deux paires, deux autres vont se partager un side pot, le 4e est éliminé.

Main #7 : Michel est premier de parole et… passe.

Main #8 : Michel est en big blinde. Passe, passe, passe, passe, passe, passe, passe et passe. Oui oui, vous pouvez compter, ça fait 8 fold et Michel obtient un walk. Non sans faire remarquer qu’il s’agissait d’une des meilleures mains de sa journée. Dommage.

Main #9 : Petite blinde pour Michel, qui découvre T-8-3-4. Jim ouvre une nouvelle fois cette main, et Michel passe.

Main #10 : Michel est au bouton… et passe : « Le problème, c’est qu’on n’est pas en 6-max et donc qu’il faut un peu plus resserrer son jeu », me précise Michel. « Peut-être que 10 mains ne suffiront pas. » Très bien, alors on reste un peu plus longtemps Michel.

Main #11 : Andrew ouvre UTG à 700. Jim paye, Michel paye et Pim en grosse blinde complète.

Flop : AKQ

Pim check et laisse Andrew miser 2 000. Jim passe et Michel réfléchit. Un bon moment… avant de call les 2 000.

Turn : 8

Andrew pousse son tapis. Michel demande un compte. Ce sera 5 350. Michel possède 1 675 de plus que son adversaire. C’est le moment de ne pas se tromper. Après une intense réflexion, Michel décide d’investir la somme. Chouette, un showdown :

Michel A826
Andrew : 36KK

Deux paires pour « Mik22 » plus un tirage couleur, contre brelan pour Andrew, et un tirage couleur inférieur. En gros, Michel est derrière, et doit attraper un trèfle ou un as. La rivière est un 2, la fameuse grosse brique qui ne change rien à l’affaire. Michel est dans de sales draps.

Main #12 : On salut Irina au deal, qui laisse sa place à Scott. Michel ouvre cette main à 650 (avec donc 1 000 derrière) et seul Andrew en blinde paye. Un board Q29KA apparaît sur la table, et les deux joueurs ont check le flop et la turn. Au moment ou la rivière arrive, l’adversaire de Michel se marre et… abandonne le coup. Michel n’a rien eu à faire et encaisse les jetons. Ce qui fait bien sourire tout le monde à table.

Main #13 : Michel décide d’attaquer une nouvelle fois, il fait 600. Son voisin paye, tout comme la grosse blinde. Un flop 434 apparaît et derrière un check de la BB et de Michel, le 3e larron pose 2 000 au mileu de la table. Fold chez le premier, fold chez Michel.

Main #14 : Michel ouvre (encore) à 600 avec 2 050 au début du coup. Son voisin paye et le joueur au bouton, Andrew, paye également. Un flop AT3 va inspirer Michel, qui fait tapis. Son voisin passe, mais pas le copain gambleur qui investit la somme, en indiquant n’avoir qu’une paire.

Michel : A2QQ
Andrew : T794

En effet, avec son Dix, il possède bien une paire, sauf que Michel détient la top paire. La turn est un K, la rivère un K et Michel double son petit tapis.

Main #15 : Michel est remonté à 5 500… et varie son jeu, en limpant UTG+1. Le joueur au CO paye, le joueur en SB aussi et le joueur en BB check. Personne ne va miser un seul kopeck sur un tableau 785K2. Le joueur en SB montre A-5-6-T pour rien du tout, la BB montre A-2-3-4 pour une paire de 2, Michel montre à son tour son jeu K-3-T-T pour une paire de rois et le 4e muck directement son jeu. Incroyable, Michel remporte ce coup avec juste une paire, dans un 4-way !

« C’est la menace du shortstack ça », me glisse-t-il, alors qu’il amasse donc encore un peu plus de jetons.

Main #16 : Michel ouvre à 700 UTG. Son voisin paye, tout comme Andrew au CO et le joueur en BB.  Tombe alors un flop 8JA, sur lequel Michel va envoyer 2 200, la taille du pot. Son voisin passe, Andrew passe… et le joueur en big blinde propose à Michel d’investir le reste de ses jetons. Michel suit, fort logiquement, et on a de nouveau droit à un showdown :

Michel : AQ83
Adversaire : AJ5T

Michel possède deux paires mais son adversaire aussi, et ce sont deux paires supérieures. Un 7 arrive sur la turn, suivi d’un 9 sur la river. C’est fini pour Michel Abecassis, qui n'améliore pas et est éliminé sur cette main.

Statistiques :

Mains disputées : 18
Mains ou Michel s’est impliqué : 9
Mains gagnées : 4 (walk y compris)
Perte : 12 000
Tapis actuel : 0