masquer le menu
   

Journée de rêve pour Sylvain Loosli, chipleader du 5 000$

- 22 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #35 : NLHE 6-max 5 000$ - Sylvain Loosli est chipleader à la fin du Day1 !

Quelle embellie pour Sylvain Loosli : 541 participants sur ce tournoi, 204 survivants à la fin de la journée et Sylvain a réussi à s’asseoir dans le fauteuil du chipleader après 10 niveaux de jeu. Sylvain Loosli termine cette première étape du tournoi avec 230 000 jetons, soit plus de neuf fois le tapis de départ !

«  C’était un peu une journée de rêve. Je pense que c’est bien parti pour avoir un bel épisode de « Dans la tête d’un pro », j’ai eu une table facile, ça m’a bien aidé. »

Voilà, vous êtes prévenus, vous n’aurez pas intérêt à manquer cet épisode.

Sylvain n’est pas le seul membre du Team à avoir bien tourné aujourd’hui, puisque Gaëlle Baumann a passé la vitesse supérieure en fin de journée, et termine avec 68 000, ce qui représente à peu près la moyenne de ce tournoi : « J’ai joué toutes les mains, et j’en ai remporté beaucoup, surtout des petits pots. Mais bon, on me laissait faire, je ne me suis pas gênée. » Tombée à 11 000, Gaëlle ne s’est jamais énervée, résultat, elle sera au départ du day2 demain à midi avec 56 blindes.

Davidi Kitai a également rangé des jetons dans un sac, mais beaucoup moins que ses deux collègues, 26 000. Une journée presque pour rien pour Davidi, qui possède le même stack que quand il est arrivé dans ce tournoi. La fatigue a peut-être joué aussi pour le Belge, arrivé il y a peine 3 jours dans la ville du vice, et qui possédait 80 000 peu de temps avant la fin : « J’ai eu un coup de chance au début, puis 10 petits coups de malchance le reste de la journée. » Une bonne nuit de sommeil, et le génie sera de retour demain avec une vingtaine de blindes à faire fructifier.

Guillaume Diaz n’aura pas cette chance lui, il a été éliminé à quelques encablures de la fin de cette journée.

Parmi les Français ayant passé ce premier jour, félicitons aussi Johan « Yoh Viral » Guilbert (120 000), Thi N'Guyen (142 000) ou encore Yorane Kerignard (photo) 74 400. 

82 joueurs seront récompensés d'un minimum de 7 466$ et le vainqueur remportera 560 843$.

Sylvain Loosli déroule

- 22 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #35 : NLHE 6-max 5 000$ - Sylvain Loosli dans les hauteurs du classement

C'est que le début, d'accord, d'accord, espérons juste que ça continue, encore et encore. Ouais, j'ai de solides références musicales. Tout va plutôt bien pour le team dans ce day1, qui a rameuté plus de 520 joueurs jusque là. Et la bonne nouvelle, c'est la montée en puissance de Sylvain Loosli dans ce tournoi.

Sylvain a réussi à se bâtir un tapis digne de ce nom. En deux coups. Attention, si vous voulez vivre les prochains épisodes de « Dans la tête d’un pro » sans le moindre spoil, je vous conseille de filer directement au prochain paragraphe…

1ere main :
Un jeune Portuguais ouvre cette main depuis le hi-jack en relançant à 700 (sur 150/300). Sylvain ouvre deux beaux valets et 3-bet à 2 200 en petite blinde. C’est payé.

Puis sur un tableau 53228, Sylvain effectue sa mise de continuation à 2 000 au flop, puis envoie 4 500 sur la turn et 9 500 sur la rivière. Mais il doit répondre à ce moment là à son adversaire qui lui envoie la couscoussière, pour un montant de 23 500. Sylvain prend le temps de la réflexion, et fait jouer son instinct : « J’ai vu des tells de faiblesse… » Il décide de payer et découvre avec bonheur AT pour un flush draw et un tirage par le ventre qui passent à côté.

2e main :
La dernière avant d’aller manger. Et c’est bien connu que la dernière main avant le break est souvent pleine d’action, les joueurs veulent tous la gagner, aller savoir pourquoi. C’est le cas ici on dirait bien…

Un joueur amateur ouvre à 1 000 (sur 200/400) et Sylvain paie depuis le bouton avec 33. Attention bonheur : le flop vient T34. Son adversaire mise 2 000 et Loosli fait monter les enchères à 5 500, fort de son brelan. La turn 9 apporte un nouveau tirage couleur, et le Français propose 6 500 cette fois. C’est encore payé. Enfin, sur la rivière 8, son adversaire donk bet à tapis, pour 13 500. Sylvain pose la somme réclamée et le joueur amateur montre A3. Merci et bon appétit monsieur.

Ça ne va pas trop mal du côté de Davidi Kitai également. Le génie est de retour aux affaires et n’a pas eu trop de mal à monter un joli petit tapis de 65 000. « J’ai eu de la chance sur un coup en début de partie », m’a-t-il glissé. Quand la chance croise le talent, ça nous fait un joueur de plus à surveiller dans cette arène. Davidi a trouvé Zvi Stern à sa table, juste en face de lui à la place d'Andre Akkari. L’homme qui mettait 2 minutes à réfléchir avant chaque décision préflop, l’an passé, sur le Main Event. Je l’ai vu fold une main en moins de 3 secondes, il a du changer le copain Stern.

Non loin de là, Guillaume Diaz avait l’air en souffrance à sa table, avec 22 000 devant lui : « Mon voisin de droite… j’aurais du le bust depuis longtemps, j’ai fait un mauvais fold. Puis j’ai perdu flush over flush et set over set contre lui… je n’en peux plus. » Attention, un « Volatile38 » titillé, c’est un oiseau de malheur qui va forcément se rebiffer. Ce qu’il a fait quelques instants plus tard, toujours contre ce poids lourd du poker Américain. Suite à une ouverture de ce monsieur à 1 500, Guillaume va simplement call avec 99, car il y avait deux shortstacks à parler derrière lui. Mais c’est en heads’up que va se dérouler ce coup : sur un tableau Q82AT, Guillaume va call 2 000 au flop, 3 000 à la turn… et un petit 3 000 suspect sur la rivière. Son adversaire ne peut montrer mieux que… 67. Bien tenté.

Gaëlle Baumann est un peu moins bien fournie. Tout le monde ne peut pas crush ce tournoi. Il lui reste 11 000 devant elle… mais surtout, Gaëlle a rencontré un souci assez classique pendant ces WSOP : une croupière pas vraiment douée. Cette dernière n’avait par exemple pas compris que lorsqu’un joueur posait un jeton au milieu de la table, cela signifiait un call. Elle n’a pas saisi non plus que les joueurs protégent aussi leurs cartes avec leurs mains. « Un joueur a relancé, et c’était à moi de parler. J’avais les mains sur mes cartes…et là elle donne les jetons au type qui a relancé ! C’était assez gênant, surtout que j’avais les as ici ! » Heureusement, les croupiers ne restent que très peu longtemps à une même table, et Gaëlle a pu rapidement se reconcentrer sur le jeu, au lieu de faire la police à table.

Et les autres français ? On va parler des choses positives : Thi N’Guyen, la star de la dernière saison des Winamax Live Sessions est en forme, elle possède 80 000. Elle a fait quelque chose que vous avez déjà vu à la télé : mettre un maximum de pression à ses adversaires. Sauf que si sur la table de cash game de Winamax, ses adversaires avaient l’air de la craindre un peu, ici j’ai bien l’impression qu’ils ne voient en elle qu’un stéréotype d’une Asiat’ gambleuse. Alors que Thi sait exactement ce qu’elle fait, ne vous inquiétez pas… Elle m’a raconté le coup qui l’a propulsé : son voisin de droite (photo) a ouvert au bouton à 1 200 et Thi a fait monter les enchères à 3 100 depuis la petite blinde. Invitation acceptée par son voisin, puis sur un tableau 4-4-7-6-J, Thi va c-bet à 3 400 au flop, « et je pense qu’ici il peut call hauteur as de toute façon, c’est ma lecture à ce moment là », avant de check la turn, imité par son adversaire. Il y a quelque chose comme 13 ou 14 000 dans le pot à ce moment là, et Thi annonce tapis pour 18 000. « Je fais exprès de faire un overbet sur la rivière pour qu’il pense que j’arrache avec hauteur as. Et puis il peut très bien avoir pris le valet sur la fin ». Son adversaire va call… puis muck ses cartes à la vue d’une paire de dames chez Thi ! Allez ouste.
 

On continue dans les bonnes nouvelles, cette fois avec « Yoh Viral ». Le voilà à 78 000. Du coup tout va bien ? « Mouais, je viens de perdre AA contre KK et 88 chez Joseph Cheong. Il a trouvé un 8 sur la turn d’un tableau J-2-4-8-7. Bon, c’était un pot pour passer à plus de 100 000. » Et malgré ce coup perdu, Johan est toujours là et bien là : « Non c’est sur, je suis au top, mais j’aurais pu être beaucoup mieux. » Patience, ce n’est que le day1…
 

Allez on passe aux mauvaises nouvelles, et oui, il y en a. Adrien Allain est au fond. Il possède 30 000, mais le problème ne vient pas de là : « J’ai mal au ventre, quelque chose de violent ! On a été manger au « in&out » pendant le dinner break, on a mangé en plein soleil parce que c’était rempli à l’intérieur, et depuis, ça ne va pas du tout ». J’ai bien proposé à Adrien de lui montrer les toilettes les plus proches, mais les cartes ont pris le dessus : « Ça aurait été un 1000$, je serais déjà parti faire un tour, mais là c’est 5 000$ et c’est du 6-max. Au pire, il y a une poubelle juste à côté de moi. » Priez pour le ventre d’Adrien s’il vous plait, amen.

Autre mauvaise nouvelle, c’est élimination de Paul François Tedeschi sur la table juste derrière celle d’Adrien. Les jetons ont filé chez le Belge Michael Gathy : « Tedeschi a open 700, je l’ai 3-bet à 1 900 avec une paire de dix et il m’a 4-bet à 6 000 avec 16 000 derrière. J’ai simplement payé, puis sur un flop 4-4-2, il a misé 4 000, je l’ai mis à tapis et il a call avec AK ». Facile ces petits flips quand on est Belge sur les WSOP 2016. Michael Gathy fait partie des gros stacks de ce tournoi, avec 109 000 devant lui. Et en plus, il a le t-shirt qui va bien et la joie de vivre.

Autre nouvelle moyennement bonne, c’est Yorane Kerignard qui est « en pleine souffrance » de ses propres dires. Depuis la reprise du dinner break, il ne gagne plus un coup et pointe à 36 000. Ça va, ce n’est pas encore catastrophique. Juste le temps pour moi de lui demander ce que ça fait de jouer contre Joe Mckeehen juste à sa gauche. « Mais c’est qui ? J’ai vu une photo de lui, mais je ne vois pas qui il est ». Oh, c'est juste le champion du monde en titre, rien de très flamboyant. C’est à ce moment précis que je lui annonce que McKeehen a run comme Jesus l’an passé pour gagner. Et là, l’Américain part à tapis préflop, paire de rois contre paire de valets chez un adversaire. « Tiens tu vois », ose-je dire. Ça, c’était avant l’apparition d’un valet sur le flop pour l’éliminer. Oups, le run est fini Joe ?

La journée se termine à la fin du 10e niveau, c’est à dire très bientôt finalement. En espérant ramener encore plus de bonnes nouvelles dans le prochain post...

Jamie Gold

Fedor Holz

Bart Lybaert veut battre des records

- 22 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #34 : Deuce-to-Seven Triple Draw 1 500$ - Bart Lybaert s'offre un 8e cash sur ces WSOP 2016 !

Quand on parle de la Belgique et du poker, on pense forcément en premier lieu à Davidi Kitai, et peut-être après à Michael Gathy. C’est pourtant un autre compatriote du « génie » qui marque de son empreinte ces WSOP 2016, un certain Bart Lybaert.

Avec ce nouvel ITM sur ce tournoi de Deuce-to-Seven Triple Draw, Bart vient de prendre la tête au classement des joueurs ayant réalisé le plus de places payées sur l’été : il en est à 8 !

« J’irais bien chercher le record », confiait-il tout sourire il y a quelques instants. Et le record, c’est le Russe Konstantin Puchkov qui le détient actuellement, avec 11 places payées sur un seul été, en 2012. 

« Je vais jouer un maximum de tournois pour y arriver. Presque tout, sauf les 10 000$, le 50 000$ et le 111 111$, évidemment. » Bart est un bon joueur de cartes, mais pas complètement fou non plus.

Mais alors quelle est la recette secrète pour avoir tant de succès ? « Je run good », m’a-t-il répondu en se marrant. Seulement ? « Mes Day1 se passent toujours très bien. Je gagne les flips, tout simplement. » Bart a principalement fait l’argent sur des tournois de No Limit Holdem (5 sur 8), et ça tombe bien, car c’est son jeu préféré : « Le NLHE, c’est le top. Mais j’essaie d’améliorer mon jeu dans les autres variantes. Là par exemple, c’est la première fois de ma vie que je joue un tournoi en live de Deuce-to-Seven. » Premier essai et premier cash, elle a l’air facile cette vie. « Maintenant, il faudrait gagner… »

Pour le moment, Bart a réalisé deux tables finales, et a manqué de peu le bracelet WSOP, lors de son second cash, sur un event turbo. A charge de revanche : « Il reste encore beaucoup de tournois, j’y crois. »

Dans ce même tournoi, on est tombé sur un Français inconnu au bataillon, Patrice Biton. Avec une veste sur laquelle le coq Français ressort fièrement au niveau de la poitrine, ce ne fut pas très compliqué de le trouver. A 48 ans, ce Parisien, spécialiste de l’immobilier, découvre les World Series pour la première fois de sa vie… et il en est presque de même pour le Deuce-to-Seven. En ancien régulier de l’Aviation Club de France qu’il était, Patrice s’est déjà essayé à ce jeu dans son cercle de jeu préféré : « Oui une fois. »

Entre lui et Bart, on pourrait finir par croire qu’il ne faut pas être un grand génie pour y arriver. « Oui mais regarde, autant au Day1 tout allait bien, autant là, je me suis un peu fait défoncer ».  Le tapis du Français n’est plus aussi brillant qu’en début de journée, mais Patrice a l’air de savoir ce qu’il fait quand même, et il ne faudrait pas l’enterrer trop vite.

Ce tournoi offrira près de 118 000$ au futur vainqueur. Et devinez qui est en tête actuellement, à 29 joueurs restants ? Une certaine Vanessa Selbst, qui réalise son premier ITM à Vegas cette année. Ne reste plus qu'à aller titiller Mercier.

Vanessa Selbst a quitté Twitter pour (enfin) s'installer à des tables de poker

 Quand Graig Raymer fait face à Erik Seidel...

La passe de trois pour Mercier ?

- 22 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #32 : Omaha Hi-Lo Championship 10 000$ - Mercier n'a pas fini de tous les écoeurer

On vous a présenté le tournoi à 5 000$ comme étant le tournoi qui regroupait les meilleurs joueurs de la planète. Pour être tout à fait honnête, il manque encore deux ou trois têtes dans ce tournoi... comme celle de Jason Mercier. Oui mais que vous voulez-vous, Mercier aussi a des projets, et ils sont plutôt costauds les siens. Du coup, le garçon est très occupé.

Le voilà aujourd'hui en course pour tenter de décrocher son 3e bracelet WSOP de l'été ! Ni plus ni moins. Après le Deuce-to-Seven, puis le H.O.R.S.E, c'est sur du Omaha Hi-Lo qu'il tente sa chance. Il reste encore 13 joueurs à l'heure d'écrire ces lignes, et Mercier est tranquillement positionné en milieu de peloton. 

Un peloton composé de vieux renards de ce jeu (toujours les mêmes en fait) que sont Matt Glantz, Eli Elezra, Shaun Deeb, le fiston de Doyle, Todd Brunson, Daniel Alaei, Felipe Ramos... bref du très beau monde. 

407 000$ sont à gagner sur ce tournoi, mais, attention c'est le moment d'être indécent... qu'est-ce que Mercier en a à faire ? Pas grand chose pour dire la vérité. Il y a quelques jours, Harper vous racontait comment Mercier faisait trembler les bankrolls de certains gambleurs fous, comme la roll de Vanessa Selbst ou encore celle de Fedor Holz, pour les plus connus. Car si nous ne sommes pas au courant de tout, une chose est sur, Mercier a pris des paris avec beaucoup de joueurs, et pour le moment, il est en train de raser le bougre. Il nous avait d'ailleurs confié, après sa place de runner up en Razz, qu'il avait bien plus à gagner en paris qu'avec les prix distribués sur les tournois.

Mercier est plus détendu que jamais, et dispute ces WSOP comme s'il était à la maison, en compagnie de... son chien sur les genoux. C'est une scène assez hallucinante depuis une vingtaine de jours, et j'ai voulu en savoir plus sur ce point de règlement. Nolan Dalla, l'un des directeurs de ces WSOP, m'a alors expliqué que rien ne stipulait dans le règlement du Caesars l'interdiction de la présence d'animaux autour des tables.

« Si quelqu’un se plaint où si le chien commence à nous poser quelques problèmes niveau sanitaire, alors là Jason Mercier sera prié de faire sortir son chien de la zone de tournoi. Dans le cas contraire, il est tout à fait dans son droit d’apporter son chien à table. »

Il ne s’agit donc pas d’une exception faite à môssieu Jason Mercier, comme on aurait pu l'imaginer. « J’ai moi même un jour apporter mon chat à une table de poker, il marchait même dessus, et personne ne m’a rien dit », ajoutait Nolan. Avant d’apporter un autre exemple à son argumentaire : « Dans les années 80, Tom McEvoy avait l’habitude d’amener son Yorkshire à table. Il était là et personne ne disait rien. »

Oui, les Etats-Unis, c'est vraiment un monde à part.

L'EPT des WSOP a démarré

- 22 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #35 : NLHE 6-max 5 000$ - L'un des plus beaux tournois de l'été a débuté, et le Team W est bien représenté !

Guillaume Diaz 3-bet au bouton... et se fait immédiatement 4-bet !


Bienvenue sur ce qui annonce être un des tournois phares de cet été, un tournoi de Texas Holdem, 6 joueurs par table, 5 000$ tout rond l’entrée. Autant vous dire que les bons gros clients/poissons, appelez les comme vous voulez, se comptent sur les doigts de 2 ou 3 mains, maximum.  A la fin du niveau 4, ils étaient déjà 434 à se batailler dans la Brasilia Room. Ils seront, je pense beaucoup plus à la fin de la journée. Ça ne rigole pas, ça 3-bet/4-bet à tout va, et on reconnaît facilement deux, trois, parfois même quatre visages par table. S’il y a bien un tournoi, hors Main Event, qu’il faut remporter ou sur lequel il faut faire un gros résultat, c’est celui-ci.

Dans la tête de Sylvain Loosli


Oui le niveau se rapproche d’un EPT, très clairement. Autant sur des tournois à 1 000 ou 1 500$, on retrouve pas mal d’amateurs mine de rien, qui tentent leur chance parce le buy in n’est pas si élevé que cela, autant là, la franche rigolade n’a nullement sa place. La crème des européens et des américains est réunie dans une même salle de poker, c’est juste magnifique à suivre. Pour avoir discuté avec un joueur éliminé de façon prématuré, on aurait dit que ses WSOP étaient terminés. Il se dégage de ce tournoi une atmosphère que l’on retrouve seulement sur les European Poker Tour, et ce n’est pas pour rien par exemple, que les équipes de votre série préférée, « Dans la tête d’un pro », ont décidé de lancer leur tournage de ces WSOP 2016. Sylvain Loosli est le premier à passer devant la caméra. Il a débuté ce tournoi à la gauche de Joshua Beckley, runner up du Main Event en 2015, et a été transféré ensuite à la table de Nacho Barbero. Vous allez vous régaler, car Sylvain a déjà pas mal fait bouger les masses en ce début de tournoi. J’en salive d’avance perso.
 

Le génie Davidi Kitai en action


Ce tournoi est également l’occasion d’accueillir comme il se doit, le génie Belge, Davidi Kitai, qui débute enfin ses Series, un mardi 21 juin. « Je suis très reposé, frais, vraiment prêt, excité et content de débuter aujourd’hui sur ce tournoi. » Davidi a choisi de ne pas arriver dès le début du mois de juin, un choix délibéré qu’il assume et revendique : « Je n’étais encore jamais arrivé aussi tard. Mais là je vais avoir un edge incroyable : je vais profiter du fait qu’ils sont tous burnout pour jouer mon meilleur poker. Qu’on se le dise encore une fois, j’ai des projets sur ce Vegas… ». Et à partir du moment où Davidi s’est assis sur son siège, il a rangé au placard son sourire, pour afficher sa plus belle poker face, celle que tous craignent ici.
 

Une fois n'est pas coutume, Gaëlle ne sera pas la seule jolie blonde de sa table
 

Gaëlle Baumann participe également à ce tournoi. Des débuts mouvementés pour Gaëlle. Pas pour son stack, je vous rassure, mais simplement Gaëlle a du changer de table trois fois déjà. Si les premières tables ne lui plaisaient que moyennement, avec des joueurs en shorts/claquettes et des gros casques audio sur la tête (il y a des signes qui ne trompent pas), la presque November Nine 2012 semble se satisfaire de cette nouvelle table, sur laquelle elle a par exemple trouvé une jeune femme dont on a déjà parlé dans ce coverage, Cate Hall. Mais si souvenez vous, la jolie blonde qui avait légèrement allumée Pierre Merlin sur Twitter… Jolie bataille de chignons en prévision. D’ailleurs, si Cate veut régler cette histoire très vite avec Pierre, pendant que sa copine n'est pas là, qu’elle en profite, il est assis sur la table juste à côté de la sienne, en compagnie de Philippe Ktorza et Joe Hachem.

Pierre Merlin et Philippe Ktorza, face à face et en compagnie de Joe Hachem 
 

Une liste longue comme mon bras, de grands noms du poker, est dans ce tournoi. Tous ont démarré avec un tapis de 25 000 jetons, sur des niveaux de 60 minutes. 10 niveaux seront disputés aujourd'hui. Voici un petit diaporama des têtes qui alimenteront le coverage de ce tournoi.

 

Thi Nguyen et Remi Castaignon

Excellent départ pour Johan « Yoh Viral » Guilbert, qui a déjà doublé son tapis

Michael Mizrachi

Sorel Mizzi et Pierre Neuville

Stephen Chidwick

Adrien Allain

L'Italien Dario Sammartino

Virage sexy : Paul François Tedeschi, Michael Gathy et Joe Cada

Kevin Macphee

Tobias Reinkemeier 

Après Cada, encore un champion du monde, Martin Jacobson

Ryan Laplante (ou Popeye, non ?)

Il est de nouveau barbu : Dominik Nitsche

Gilbert Diaz

Yorane Kerignard et Vanessa Rousso

Benjamin Pollak

Antonio Esfandiari

Daniel Negreanu

Le voisin de Davidi, le Brésilien Andre Akkari

Marvin Rettenmaier 

Le voisin de Sylvain Loosli sur sa nouvelle table, Nacho Barbero

Joseph Cheong, 3e du Main Event en 2010