masquer le menu
   

Le bracelet n'était plus très loin pour Rémi...

- 19 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #25 - NLHE 2 500$ (Finale) : Remi Castaignon s'incline 4e et remporte 140 596$.

« Je n’ai aucun regret, je suis même très content ! »

Rémi Castaignon n’est pas passé loin de l’exploit : celui de remporter un bracelet WSOP, alors qu’il possède déjà un titre EPT à son palmarès, c’était celui de Deauville, et c’était (déjà) il y a 3 ans et demi. Au lieu de cela, il devra se satisfaire d’une 4e place sur ce tournoi.

« Il fallait prendre l’ascendant, personne ne l’a fait. Au final, ça s’est joué à deux ou trois c-bet qui ne se sont pas passés, et vu la taille des blindes, ça a fait la différence. »

Cette table finale ne lui a finalement pas beaucoup souri. Les premiers sortants ont mis beaucoup de temps à prendre la porte, et tous les finalistes se sont rapidement retrouvés shortstack : « Le problème, c’est surtout que tous les shorts ont doublé », notait Remi, en début de partie. Il a alors fallu qu’il fasse le boulot lui même : il a d’abord éliminé le joueur qui était arrivé sur cette table avec l’un des plus gros tapis, l’Américain Michael Laake en 7e position. Puis il a renvoyé l’Anglais Niall Farrell chez lui, LE joueur que Rémi craignait le plus, avec AK contre AQ chez le vainqueur de l’EPT Malte. La meilleure main de départ est restée devant jusqu’au bout, et Farrell prenait la 6e place de ce tournoi. Il a fallu attendre une bonne heure supplémentaire pour assister à l’élimination de Zu Zhou en 5e position, puis le combat à 4 joueurs a duré une heure de plus. Raconter comme ça en deux lignes, ça va très vite, mais en live, croyez moi, ce fut très long.

Le drapeau bleu blanc rouge flottait de nouveau dans le Rio

Une heure durant laquelle il était bien rare de voir une rivière, voir même une turn. Remi est parti une fois à tapis avec une paire de 9… pour tomber chez une paire de 9 pour son adversaire. « Flop is nine nine nine, turn is nine », commentait le speaker avec humour, dans une ambiance assez détendue. Au fur et à mesure de la soirée, le rail Français se remplissait petit à petit, et les bières commençaient à couler à flot, tout le monde espérait bien vibrer encore quelques heures sur cette finale, le drapeau bleu blanc rouge d’Anthony Picault, railer pro des WSOP, flottait de nouveau dans le Rio. Ouais, on s’est mis à y croire, malgré la mauvaise expérience de toutes ces places de runner up en 2015.

Il n’y aura pas de frustration de seconde place cette année, enfin par pour le moment, car Rémi a fini par disparaître de ce tournoi, après avoir poussé son tapis préflop avec une paire de 3. Mauvais timing, puisque Michael Gagliano se réveillait en big blinde, avec une paire de 8. Les tricolores dans le rail ont eu beau appeler très fort le 3, rien n’est venu aider Remi Castaignon, qui s’incline donc au pied du podium et remporte 140 596$. Il s'agit tout simplement de son premier cash lors d'un tournoi des WSOP ! Il va désormais pouvoir jouer quelques Events qui n’étaient pas forcément prévu dans son programme, comme le NLHE 6-max à 5 000$ de mardi.

« J’ai réussi à négocier avec mon boulot et surtout avec ma copine, et je vais donc rester ici pendant un mois »

Ils sont encore trois dans ce tournoi, Michael Gagliano, Daniel Cooke et Shankar Pillai. Bonne chance à eux...

Et la sentence est irrévocable

- 19 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #27 - NLHE Seniors Championship 1 000$ (Day 2) : Michel est éliminé en 143e position sur 4499 joueurs au départ.

Michel Abecassis ne sera pas champion du monde des Seniors cette année. L'aventure a pris fin en 143e position pour le Doc' du Team.

Tombé à 15 blindes, « Mik22 » s’est retrouvé comme tout le monde, en position de push or fold. Avec KJ en main, et derrière un fold collégiale, Michel a voulu s’emparer des blindes et des antes, ce qui représente déjà un bon paquet de jetons, et alors poussé l'intégralité de ses jetons au milieu de la table. Sauf que son voisin en petit blinde s’est réveillé avec AJ. Le dealer n’a pas vraiment aidé la légende du Team, en sortant un board A8789.

Avec désormais 6 blindes en sa possession, Mik va pousser son tapis plusieurs fois, sans être payé, jusqu’au moment où un joueur annonce « Oook, I call ». (le monsieur debout sur la photo, au premier plan)

Michel retourne 77 et doit tenir face à AQ.
Le flop K38 n’augure rien de bon pour la suite, et c’est sur la turn Q que « mik22 » va se retrouver avec un seul out pour sa survie. Le conte de fée ne s’est pas produit, c’est un 9 à la place qui vient compléter ce tableau.

Michel Abecassis empoche 3 517$ et ouvre donc son compteur ITM sur ces WSOP 2016. Prochain rendez-vous autour des tables pour  « Mik22 », peut-être dès demain, avec le 10 000$ Omaha Hi-Lo Championship.

Pas question de tourner autour du pot

- 19 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #30 : Pot-Limit Omaha 6-max 3 000$ - Loosli et Luneau en lice dans ce tournoi qui a déjà réuni plus de 500 joueurs

Voilà un tournoi que les joueurs de poker apprécient tous de façon générale : le Pot-Limit Omaha. Un tournoi qui permet de décompresser, mais aussi de recevoir deux fois plus de cartes qu’en Holdem, et l’action n’en est que plus folle.

Alexandre Luneau, qui a malheureusement été éliminé du 10 000$ Limit Holdem avant les places payées, n’a pas perdu une seule seconde avant d’aller s’inscrire sur ce tournoi : « On va pouvoir pot, ça c’est bien ! », confiait-il tout excité. Problème, à force de trop « pot », c’est à dire miser à la hauteur du pot, Alex a déjà laissé filer la moitié de son stack chez ses adversaires. Le tournoi est long, mais « alexonmoon » n’a pas pris un départ rêvé.

Un autre membre du Team Winamax a débuté ce tournoi, et à l’heure s’il vous plait, il s’agit de Sylvain Loosli. Habitué de ce jeu là en cash game online, Sylvain va tenter de faire parler le skill en live. « Il y a peu de différence entre le PLO en cash game et le PLO en tournoi. Je dirais qu’en tournoi les joueurs 3-bet moins et limp beaucoup plus. »

Sylvain, régulier des tables à 5€/10€ et 10€/20€, ne joue d’ailleurs pratiquement plus qu’à ce jeu sur Internet : « Il y a peu d’action en NLHE, mais en PLO, il y a toujours des tables qui tournent. » Loosli devra composer avec un autre spécialiste de ce jeu, un certain Benjamin Pollak, qui a un peu le cul entre deux chaises : monter des jetons et deeprun ce tournoi (qui durera 3 jours) ou tenter de gamble et aller à l’EDC (Electric Daisy Carnival, un énorme festival de musique dans le désert du Nevada). Choix cornélien, surtout qu’il ne reste plus que deux soirées pour profiter…

Bon, mais on blablate, on blablate, on blablate, on a des espoirs pour Alex et Sylvain, alors qu’en fait le tournoi est déjà plié. Et ouais, Jason Mercier vient de s’inscrire.

Mathieu Jacqmin est un spécialiste du PLO. Ce ne serait pas une surprise de le voir terminer 2e derrière Mercier
 

Bruno Fitoussi a participé à ce tournoi. Voilà, et c'est déjà fini.
 

Qui pour aider la petite Thi, congelée dans cette Amazon Room over climatisée ?

Rémi Castaignon est en finale !

- 19 juin 2016 - Par Harper

Event #25 - NLHE 2 500$ (Finale)
Sonny Franco 17ème, Rémi en embuscade sur l'ultime table 

Messieurs Dames, c'est fait ! Nous aurons bien un Français en finale de l'Event #25. Certes, nous aurions aimé en glisser deux mais Sonny Franco n'a jamais réussi à se relever de ce bluff échoué avec hauteur Cinq. Le petit Prince de Marrakech, comme aiment à l'appeler les reporters officiant régulièrement au Maroc, a envoyé ses dernières blindes avec Roi-Valet et est tombé contre As-Roi. La croupière a ajouté une petite dose de cruauté à son élimination en apportant un Valet sur le flop puis un As sur la rivière. Sonny récolte tout de même 15 956 dollars pour se réconforter.

Lui en revanche sera bien présent sur l'ultime table que les organisateurs viennent d'installer au coeur du vaisseau ESPN. En revanche, aucun streaming n'est prévu aujourd'hui, les Français sont clairement boycottés. Comment ça les équipes ont bien le droit de prendre un jour de repos de temps en temps ? Bon, d'accord, va pour cette fois. Lui, c'est Rémi Castaignon. Le vainqueur de l'EPT Deauville 2013 a connu un début de journée compliquée. « J'étais hors de position sur Niall Farrell » précise-t-il, « ce n'était pas une partie de plaisir. » Mais par la suite, Rémi a récupéré la position, et par là même des jetons. « J'étais anxieux à l'idée de voir le tirage de la table finale » craignait-il en arrivant, mais bonne nouvelle : les deux joueurs sont face à face.

Comme souvent, Rémi ne fait pas les choses à moitié : lui qui fréquente les WSOP depuis trois ans atteint sur ce tournoi sa première place payée et immédiatement sa première finale, donc. Pourtant, il déclare « être sans pression. » C'est à l'image du bonhomme : un grand timide complètement décomplexé une fois à table. Car avec son tapis de trente blindes, Rémi avoue « jouer pour la gagne, c'est tellement serré. » Justement répondraient les accros à l'ICM, c'est le moment où les paliers valent particulièrement chers ! Car le dixième de l'épreuve remportera 25 283 dollars tandis que le vainqueur en empochera 448 463. Une chose est sûre, Rémi, toute la France du poker est derrière toi. Fais-nous chanter la Marseillaise au Rio !

La table finale
Darryll Fish (USA) 2,600,000        
Michael Laake (USA) 2,200,000        
Zu Zhou (USA) 1,550,000        
Daniel Cooke (USA) 1,320,000        
Niall Farrell (UK) 1,130,000        
Shankar Pillai (USA) 1,000,000        
Michael Scarborough (USA) 1,000,000        
Remi Castaignon (France) 865,000        
Michael Gagliano (USA) 835,000        
Gavin O'Rourke (Irlande) 740,000 
Blindes 15 000/30 000 ante 5 000

Les prix
Vainqueur : 448 463$
2ème : 277 128$
3ème : 196 119$
4ème : 140 596$
5ème : 102 120$
6ème : 75 164$
7ème : 56 073$
8ème : 42 405$
9ème : 32 514$
10ème : 25 283$

En orbite avec Alex Luneau

- 19 juin 2016 - Par Harper

Event #28 - Limit Hold'em Championship 10 000$ (Day 2)
Bet par bet, vivez deux tours de Limit en immersion avec le champion français

Troisième volet de notre série En orbite avec Alex Luneau ! Après le Deuce to Seven et le Omaha Hi-Low, place aujourd'hui au Limit Hold'em. Et pour ceux qui sont habitués à jouer à la plus populaire des variantes de poker, à savoir le Hold'em dans sa version No Limit, ce sera beaucoup plus simple à suivre. Le déroulé de l'action est le même : enchères après la distribution des cartes puis flop, turn et river. Sauf que les mises sont limitées : on ne peut que passer, payer ou placer une mini-relance ! Avec un petit bet au flop (équivalent à la grosse blinde) et deux sur le turn et la river (qui représentent deux grosses blindes). J'imagine cette fois ne pas à avoir à vous donner la meilleure main de départ du jeu... Oui, Madame, c'est effectivement une paire d'As ! Alors qu'il avait commencé la journée avec un tapis de 327 000 jetons, nous retrouvons Alex Luneau avec 265 000 pour débuter deux tours complets en sa compagnie.

Main #1 : Premier de parole, Alex Luneau relance à 10 000 sur des blindes 2 500/5 000 et entraîne un fold général. Ce qui est plutôt rare en Limit où les joueurs défendent énormément leur grosse blinde, question de cote du pot.

Main #2 : En milieu de parole, Jeff Thomson relance à 10 000 et se fait 3-bet par Erik Sagstrom à 15 000. Alex abandonne sa grosse blinde et Jeff décide de payer avant de check-call une mise sur 966. Le turn 7 et la river 4 sont alors checkés : Jeff retourne As-Dame, ce qui s'avère être la meilleure main.

Main #3 : Le Japonais Georgios Sotiropoulos relance et Alex Luneau passe depuis la petite blinde. Quelque chose vous choque dans cette main ? Hé hé, bien vu les amis, Georgios vient effectivement de Grèce.

Main #4 : Marco Johnson relance à 10 000, David Chiu 3-bet à 15 000, c'en est trop pour Alex qui passe au cut-off.

Main #5 : Attention, action ! Comme sur la main précédente, Marco Johnson relance à 10 000 et David Chiu 3-bet à 15 000. Alex opte alors pour un 4-bet à 20 000 (les trois joueurs sont dans le même virage, cf. photo) et Marco 5-bet à 25 000 ! C'est payé deux fois.

7TK

Marco mise 5 000 et est payé deux fois. Les jetons volent encore un peu plus sur le turn 4 : Marco envoie 10 000, est relancé à 20 000 par David et Alex décide alors de s'esquiver. Marco paie avant de check-call une dernière mise de 10 000 sur un 4 à la rivière. Les jeux ? AA contre AA ! Partage !

Main #6 : Depuis le hi-jack, Alex relance à 10 000. Jeff Thompson défend sa grosse blinde. L'action va alors s'envenimer sur le flop.

QJ6

Alex mise 5 000 et se fait check-raise à 10 000. Sa réponse ? Une sur-relance à 15 000. Il est payé et se retrouve un brin étonné de se faire check-raise à nouveau de 10 000 à 20 000 sur un T au turn. Alex paie puis abandonne face à une dernière mise de 10 000 sur un 4 à la rivière.

Main #7 : UTG+3, Alex Luneau laisse passer l'orage (et sa main).

Main #8 : UTG+2, Alex passe. Grand spécialiste du Limit, Bill Chen (photo) relance à 10 000. L'Américain est un mathématicien donnant le sentiment d'être un véritable ordinateur en action autour des tables. Vainqueur de deux bracelets (dont un en Limit) et possédant 1,3 million de dollars de gains, il est derrière un tapis supérieur à la moyenne sur cette épreuve mais, dans la main en question, Bill a fait doubler Erik Sagstrom avec Cinq-Six contre As-Neuf.

Main #9 : UTG+1, Alex passe.

Main #10 : Voilà déjà un tour que je suis le joueur du Team Winamax alors que moins de dix minutes se sont écoulées ! C'est l'un des avantages du Limit : toutes les décisions sont prises très rapidement. Premier de parole, Alex relance à 10 000 et voit David Chiu défendre sa grosse blinde. Alex va alors miser deux fois : sur un flop T35 puis sur un turn 8. Payé deux fois, le Français fait face à un donk bet sur la rivière 3 et opte assez rapidement pour un call. C'est rapé pour le gain du pot : David a J6 pour une couleur.

Main #11 : Derrière une relance en fin de parole, Alex abandonne sa grosse blinde.

Main #12 : Jeff Thompson relance et, à nouveau, Alex laisse filer sa blinde.

Main #13 : Derrière une relance d'Erik Sagstrom à 10 000, Alex hésite une vingtaine de secondes au bouton. C'est une éternité en Limit ! Il finit par passer sa main. Bill Chen décide lui de défendre et perd quelques jetons avec As-Six contre As-Dix sur un flop hauteur As.

Main #14 : Au cut-off, Alex Luneau relance à 10 000 et se fait 3-bet par Bill Chen en petite blinde. Il paie puis engage à nouveau 5 000 sur un flop 42T puis 10 000 sur un 9 au turn. Néanmoins, l'addition de Bill (vous l'avez ?) est trop salée lorsqu'un dernier 10 000 est demandé sur un A à la rivière. Alex passe.

Main #15 : Au hi-jack, Alex passe sa main. Bill Chen joue alors une nouvelle main intéressante mais qu'il m'est impossible de vous la narrer puisqu'un Texan à chapeau a jugé nécessaire de me raconter les dix dernières années de sa vie. Enfin, il a eu le temps de se lancer sur les quatre premiers mois avant que je lui lâche un « No English sorry » des familles, mon bluff préféré en cas d'urgence à Las Vegas.

Main #16 : UTG+3, Alex Luneau passe.

Main #17 : Même topo UTG+2.

Main #18 : David Chiu relance à 10 000 et Alex préfère s'esquiver pour terminer ce second tour d'observation.

Statistiques
Mains disputées : 18
Mains où Alex s'est impliqué : 5
Mains gagnées : 2
Perte : 135 000 jetons
Tapis actuel : 130 000