masquer le menu
   

Les Français ont parfaitement assuré

- 17 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #25 : NLHE 2 500$ - Sept Français accèdent au Day2, dont Sylvain Loosli

Day1 terminé sur ce magnifique tournoi à 2 500$ l'entrée. 1045 joueurs ont participé à cet event, c'est finalement 200 de moins que l'an passé. Je ne suis pas certain d'avoir assisté à beaucoup de tournois cette année, avec un field plus petit que l'an passé. 

Parmi eux, 229 ont validé leur ticket pour la suite du tournoi, demain à midi. Sylvain Loosli est l'un d'entre eux, et il n'a pas pu s'empêcher de se commander une petit bière lors du dernier niveau pour fêter ça. C'est qu'il s'agit de son premier Day2 cette année. Non pas qu'on s'inquiétait pour lui, loin de là, mais on est toujours heureux de voir Sylvain avec des jetons dans ce casino, ça rappelle forcément beaucoup de bons souvenirs.

A quelques mains de la fin, Sylvain m'a raconté n'avoir disputé qu'un seul coup d'importance durant cette journée, un coup qui lui a permis de doubler pour grimper à 90 000. Un joueur a open en milieu de parole, à 2 000 sur (400/800) et Sylvain a flat avec AQ en fin de parole, tout comme le joueur en big blinde, qui s'est invité à la fête. Le flop est alors tombé JJ5, et tout le monde a check.
Sur la turn T, qui offrait nut flush à Sylvain, le joueur en BB a pris le lead en posant une toute petite mise de 2 100. Ce joueur s'est fait relancer à 7 200 par Sylvain... puis il a cliqué à 13 000. Sylvain a call.
Sur la rivière 2, apportant désormais quatre carreaux sur la table, le vaillant joueur en BB a décidé de check, et s'est évidemment pris un parpaing dans le nez, à hauteur de 19 000, signé Sylvain Loosli. Il a décidé de call et a montré... 66. Merci bonsoir.

Malheureusement pour Loosli, la dernière main lui a fait perdre une grande partie de son pécule, puisqu'il a laché 23 blindes à un jeune allemand. Open de ce monsieur, 3bet de Sylvain, tapis chez monsieur. Muni de AJ, Sylvain a trouvé un call assez logique et n'a pas réussi à trouver son petit as salvateur face à JJ chez son adversaire. Pas de souci, le tournoi est loin d'être fini, ce n'est pas aujourd'hui qu'on devient champion WSOP.

Johan Guilbert est le compatriote qui a le mieux réussi sa journée, en terminant à 114 000 : « Je run comme Jésus sur ces Day1 de WSOP. Maintenant, j’aimerais bien connaître le même run sur le Day2 ! », confiait-il, épuisé. « J’ai joué en cash game jusqu’à 7h ce matin, au « Encore ». J’ai été me coucher, et comme depuis que je suis arrivé à Vegas, je ne me suis pas levé tard, midi. Du coup, je me suis dit que j’avais la possibilité de jouer ce tournoi, alors qu’à la base, ce n’était pas du tout prévu. » N’est-ce pas une histoire que vous avez déjà entendu 100 fois ? Le mec qui ne devait pas jouer et qui se retrouve énorme en fin de journée : « J’ai passé ma journée à avoir des mains et à me faire payer à chaque fois. » Très bien ça. Et alors, jouer avec Joe Cada, ça fait quoi ? « Ah mais il était à ma table ?? » Oui, juste en face du croupier. Allez, bonne nuit Johan.

Autre tricolore à ranger pas mal de jetons dans son sac en fin de journée, il s’agit de Sonny Franco. Le petit prince de Marrakech a opté pour une technique bien particulière, qui vaut ce qui vaut, mais c’est sa technique après tout : se déguiser pour faire croire qu’il est Allemand. Aujourd’hui, il portait donc un magnifique survêtement aux couleurs du Bayern de Munich. Alors, ça marche Sonny, Guten Tag : « Non, ça ne marche pas, parce que je ne parle pas du tout Allemand et que je leur dit que je suis Français. » Technique pas du tout validée alors mon cher. Et cette journée ? « Je n’ai jamais joué aussi tight de ma vie ». Venant de la part de Sonny, l’homme qui a véritablement appris à jouer aux cartes à Marrakech, ça paraît assez improbable. « La seule main que j’ai joué, c’est T3. J’ai défendu ma BB dans un mutliway et c’est venu 89T. J’ai check, le premier relanceur a c-bet à 5 000, un joueur a relancé à 12 500 et j’ai fait 40 000 et tapis. Le premier a fold mais pas le deuxième, qui a payé avec AJ. Et c’est venu 4 turn et K sur la river ! » Sonny a du bien transpirer, mais au final, il a plutôt assuré.

On va souhaiter bonne chance à Erwann Pecheux (34 000) qui a fait un sick fold dans les toutes dernières mains de la journée, mais également bonne chance à Jimmy Guerrero (48 000) ou encore Philippe Ktorza (42 000). Il ne me semble pas avoir repéré d’autres compatriotes.

Le tournoi reprendra demain à midi et la moyenne est à 57 000.
157 joueurs seront ITM (3 797$) alors que le vainqueur empochera 448 463$.

Jimmy Guerrero

Philippe Ktorza

Erwann Pecheux

Justin Schwartz

Daniel Negreanu

Ryan Riess, probable chipleader de ce tournoi, avec 155 000

Alexandre Luneau gambade dans son jardin

- 17 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #26 : Omaha Hi-Low Split-8 or Better - Alexandre Luneau s'éclate comme un gosse sur cette variante

Bienvenue sur un tournoi bien particulier, que beaucoup de joueurs affectionnent particulièrement, du Omaha Hi-Low. Ils sont d'ailleurs 934 à avoir posé 1 500$ sur la table pour y jouer (16 joueurs de plus qu'en 2015). Le but ? Avoir la meilleure main haute et/ou la meilleure main basse. A ce petit jeu là, Alexandre Luneau n'est plutôt pas mauvais. Bon, d'accord, comme toutes les autres variantes vous allez me dire... oui mais non. Celle-ci, Alex l'apprécie vraiment : 

« C’est sur ce tournoi que j’avais fait 4e, tu sais la table finale qu’on voit dans le documentaire « Nosebleed ». Hors de question de refaire 5e cette année encore ! »

Alex m’a présenté ce tournoi comme étant celui avec le plus de ROI (Return On Investment) de tout Vegas. Vraiment Alex ? « Va faire un tour entre les tables, tu vas vite comprendre. On dirait un Senior Event ! », se marre-t-il.

Allons y pour un petit tour du proprio.

Bon bon bon, en effet, pas sur qu’il y ait masse de fans de Justin Bieber dans ce field. Mais comment toutes ces personnes âgées vont-elles faire pour tenir jusqu’à 2h du matin ?

Alex parle de ce jeu comme étant un jeu très mathématique : « C’est un jeu sur lequel les fishs n’ont absolument aucune chance, étant donné que c’est du limit en plus. L’erreur classique des joueurs, c’est d’être trop loose en début de parole et trop tight en fin de parole, dans les blindes surtout. Mon conseil : ne faites surtout pas ça !  Par exemple, c’est une erreur de ne pas défendre sa blinde. La valeur de votre main est relative à l’action et à la position. »

Alex n’a pas encore monté des tonnes sur ce tournoi, mais ça ne saurait tarder… à moins qu’il ne disparaisse aussi vite que dans le HORSE à 10 000$. « En limit, tu ne peux pas tout perdre d’un coup. Mais en revanche, tu te fais bien degrind facilement, et quand tu ne run pas trop bien, ça se sent dans les résultats ».

Pas grand chose à signaler pour le moment, car même si le tournoi en est déjà au niveau 7, il reste encore 558 joueurs. Alex possède un tout petit peu plus que le tapis de départ.

Et en début de tournoi, il s’est retrouvé à la table de Paul François Tedeschi, seul autre Français que j’ai pu croiser parmi le petit millier de joueurs. Le Corse présente un tapis de 14 000, ce qui est plutôt moyen… sauf quand comme lui, on est tombé à 800 jetons ! Du coup, c’est l’embellie et on a limite la sensation d’être chipleader

« Non mais la honte, je tombe à la table de Luneau, et je fonds, jusqu’à descendre à 800. Il a du me prendre pour un fish de malade » Pas du tout Polo, dites toi même qu’il a été agréablement surpris d’apprendre que tu étais remonté à un stack aussi décent.

« J’aime beaucoup ce jeu », m’expliquait Paul François, « j’ai toujours aimé jouer en limit, c’est ce qu’il a de mieux ». Oui car on peut également jouer en Pot Limit, et forcément, ça swingue beaucoup plus.

Vivement tout de même que ce jeu revienne un jour en France, car il s’agit clairement d’un des variantes les plus excitantes et pourtant les moins connues chez nous.

Damien Lhommeau, tout prêt du bonheur, encore une fois

- 17 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #23 : NLHE 2 000$ - Damien Lhommeau s'incline en 49e position

« Ça fait des années que je tourne autour ! J’échange avec plaisir mes deux deepruns contre quelque chose de mieux. C’est terrible… »

Le tournoi de Damien Lhommeau se termine par un whine, j’ai presque envie de le valider. Après sa 44e place sur l’event #6, Damien devra cette fois se contenter d’une 49e place sur ce tournoi.

Monté à 200 000 dans ce tournoi après s’être gentiment fait livrer par un adversaire qui s’est surement dit que reshove avec 4 et 2 offsuit était une bonne idée, Damien n’a pas réussi à grimper plus haut.

Son tournoi s’est terminé ainsi : nous sommes sur les blindes 3000/6000, ante 1000. Damien a open une première fois, s’est fait 3-bet et a fold. Il a open la main suivante, et s’est encore fait 3-bet. Il a fold de nouveau. Il a alors open une 3e fois de suite, et cette fois le joueur en BB, Kamel Mokhammad a décidé de défendre : « Il était en tilt de mutant », m’expliquait Damien, « il venait de perdre un pot de 400k avec flush contre flush ». Malgré tout, le bougre affichait tout de même 600 000, un stack suffisant pour le placer dans le top 3 du tournoi. « Donc tu réalises qu’il aurait eu plus d’un million s’il avait gagné ce coup… »

Bref, ce Kamel défend et les deux joueurs vont check un flop T8Q, puis sur la turn 8, Kamel va lead à 20 000, payé par Damien, avant de replacer une grosse mise de 57 000 sur la rivière, un 3. Il reste environ 90 000 à Damien, qui va réfléchir un moment… avant de poser un jeton sur la table, en guise de call. Kamel retourne tranquillement Jd9c : « En pleine détente le mec, quinte floppé, tranquille... », réagira Damien sur le coup, en Français oui oui, forcément dégouté du showdown. La main de Damien ? Il a hésité à la donner… « J’avais paire de 7 ici. Je ne sais pas si c’est un spew. En fait ici, il est super polarisé avec sa line. Il a soit full house, soit quinte, soit rien du tout. Je pensais avoir un read sur lui, car j’ai vu que son cœur s’est mis à battre très fort. Normalement, ils n’ont pas quand le cœur bat vite, je le pensais en bluff. »

Deux mains plus tard, Damien va envoyer ses 5 dernières blindes au milieu, derrière un open de ce même Kamel Mokhammad. Roi-9 chez Lhommeau, paire de 8 chez son adversaire, qui va même trouver un 8 sur la rivière d'un board assez pauvre. Damien est éliminé, alors que ce même Kamel Mokhammad récupérait la première place de ce tournoi au chipcount.

Au moment d’aller chercher son gain, Damien a croisé un collègue à lui, Sebastien Comel, qui l’a rapidement rassuré en lui expliquant qu’il ne s’agissait surement pas d’un spew : « Il a quand même plus de bluffs que de nuts dans ce spot », lui glisse-t-il. Damien est rassuré. Il remporte 7 702$.
Pour la grosse perf’, on repassera… 

L'homme aux grands projets

- 17 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #23 : NLHE 2 000$ - Damien Lhommeau irait bien créer la sensation sur cet event

1419 participants, et à une centaine de joueurs restants, Damien Lhommeau est le dernier à pouvoir encore nous faire chanter la Marseillaise au Rio. Pour le moment, on est encore loin de mettre la main sur le coeur, mais on va faire confiance à Damien pour réaliser ce rêve.

Muni d'une vingtaine de blindes, alors que l'average est plus autour de 43 blindes, Damien résiste comme il sait parfaitement faire. Et pourtant, sa journée n'a pas été des plus simples, « mais j’ai la veste magique, ça va aller ! »

« Depuis le début de la journée, j’ai eu 5 ou 6 paires pour setmine (tenter de faire brelan au flop avec une paire en main), mais ça n’a jamais marché. Je suis monté à 110 000 au mieux, et là j’ai plutôt 60 000. »

Damien n’a pas tiré la table la plus difficile du monde, « même si il y a au moins 3 bons joueurs à cette table, le siège 1, le siège 5 et… ah ba c’est moi le 3e ! »

Outre les paires qui n’ont jamais fait brelan, « wintops » n’a juste pas vraiment connecté les flops, et que vous soyiez un amateur qualifié ou Phil Ivey, quand vous ne faites pas une paire, vous ne faites pas souvent grand chose. « J’ai eu des mains du type Roi-Valet ou As-Dame, mais à chaque fois le flop apportait des situations compliquées, des 6-7-8 avec un flush draw que je n’ai pas bien sur, ce genre de choses compliquées à gérer. »

Damien reconnaît en plus être « bien card dead », ce qui n’aide pas évidemment à monter des jetons, mais la route est encore longue, et tout est encore envisageable. Tout est une question de maitrise de son stack avec 20 blindes, et ça Damien sait faire.

Andrey Pateychuk

Le chipleader actuel de ce tournoi est un Russe bien connu de nos services, un certain Andrey Pateychuk, vainqueur de l’EPT San Remo en 2011 et d’un titre WPT la même année, à Prague. Il ne lui manque plus que cette breloque WSOP pour intégrer le clan très fermé des détenteurs de la Triple Crown. A noter qu’il n’a encore jamais réaliser de table finale WSOP, mais qu’il réalise, à l’occasion de ce tournoi, son 5e ITM depuis le début du mois, à chaque fois sur des variantes différentes (Colossus, HORSE, PLO et Razz).


Dermot Blain
 

Sam Chartier

Et si on se mettait à gagner ?

- 17 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #25 - NLHE 2 500$ - Les Français sont encore et toujours à la recherche d'un flip gagnant

Ils sont de nouveau sur le pied de guerre : les Français vont tout faire pour ramener un peu d'argent de ces WSOP, et ce tournoi à 2 500$ pourrait bien être une occasion magnifique de faire un beau résultat. Près de 1000 joueurs sont déjà assis autour des tables, alors que le niveau 5 est en cours. Il y aura surement beaucoup plus de joueurs au final, vu qu'il est possible de s'inscrire jusqu'au niveau 8 (1244 joueurs l'an dernier), mais pour le moment, les tricolores sont déjà bien nombreux sur ce tournoi (12 500 jetons au départ).

Trois membres du Team Pro Winamax sont en lice aujourd'hui : Guillaume Diaz, Sylvain Loosli et Florian Decamps

Guillaume et Florian sont arrivés au niveau 3 de ce tournoi, et « volatile38 » a rapidement vu débarquer Adrien Allain à sa table. Malheureusement pour Adrien Allain, qui venait de cash le tournoi à 2 000$, l'event #23, l'aventure a été de courte durée.

En ce qui concerne Loosli, c'est une autre figure de ce jeu qui s'est retrouvée en sa compagnie, un certain Jamie Gold, champion du monde 2006. J'imagine bien la tête que Gold a du faire en voyant débarquer un joueur avec un logo W sur la poitrine, histoire de lui rappeler quelques souvenirs de l'an passé, lorsque Aurélien Guiglini avait été en table finale en sa compagnie sur un tournoi à 1 500$. 

J'ai croisé quelques nouvelles têtes Françaises également, ça fait toujours plaisir au bout de 15 jours, avec Mr Philippe Ktorza par exemple. Enfin, je n'ai pas vu grand chose de sa tête, vu que le match de ce soir de l'Euro de foot avait l'air beaucoup plus passionnant que les cartes. Pareil pour Antoine Saout.

Les tables sont plutôt belles sur ce tournoi, il y a certains cocktails détonnants. Si on prend la table de Mathieu Selides par exemple, on retrouve en face du jeune Français, Jennifer Tilly, et à l'autre bout de la table, un duo de joueurs qui a déjà martyrisé mille fois les tournois du monde entier, j'ai nommé Michael Tureniec et Chris Moorman. On va souhaiter bonne chance à Mathieu Selides quand même...

Deux champions du monde partagent la même table, et ne sont séparés que par deux personnes, un joueur en siège 9 et un croupier. Ces deux vainqueurs du Main Event, ce sont Martin Jacobson et Ryan Riess. Et ce dernier a déjà plus que triplé son tapis de départ. 

Petite pensée pour Pierre Merlin, qui après s'être fait gentillement allumé hier sur Twitter, par la charmante Cate Hall, a vu débarquer son garde du corps aujourd'hui pour le surveiller sur ce tournoi : sa copine ! Atika est en effet au Rio aujourd'hui, « mais je ne suis pas là pour le surveiller. Pierre sait très bien qu’il a ce qu’il lui faut à la maison déjà ». Madame Merlin est venu disputer le petit 235$ du Rio, for fun. Et aussi pour montrer à Cate Hall, qui était la patronne... 

Croisé sur une table où je n'ai reconnu que lui, Thomas Cannuli participe à ce tournoi. Mais si, souvenez vous, le petit jeune Américain, casquette à l'envers, November Nine l'an passé, et qui s'était fait craquer les as pour finalement terminer 6e. Perso, j'eu de la peine pour lui sur le coup... jusqu'au moment où je me suis souvenu qu'il avait tout de même empocher 1,426 million de dollars.

Paul François Tedeschi, Olivier Ferrero, Erwan Pecheux, Yorane Kerignard, Sebastien Comel ou encore Pierre Milan participent également à ce tournoi. Et bonne chance aux autres Français qui sont passés entre les mailles de mon filet.

Jeudi 16 juin : demandez le programme !

- 16 juin 2016 - Par Flegmatic

©princepoker.com

11h (20h en France) : Event #25 - NLHE 2 500$ (Day 1, tournoi sur 3 jours)

En manque de réussite sur l'Event #23, Guillaume Diaz devrait être au départ de ce nouveau tournoi de Hold'em, en compagnie de Sylvain Loosli. L'an passé, l'Américain Matthew O'Donnell avait dominé un parterre de 1 244 joueurs, pour toucher du doigt une jolie récompense de 551 941 dollars.

12h : Event #21 - NLHE 6-max 3 000$ (Day 3 et Finale)

Avec 26 joueurs encore en course, il faudrait une véritable tempête dans le field pour que le gagnant de cette épreuve soit connu à la fin de ce Day 3. Une victoire à laquelle peut prétendre plus que quiconque l'Australien Martin Kozlov, chipleader à l'aube de cette troisième journée. Il devra cependant se méfier d'un certain Daniel Negreanu, en embuscade à la cinquième place et en quête d'un septième bracelet. Aucun tricolore n'a malheureusement réussi à franchir le Day 2, les deux derniers d'entre eux, Thi Xoa Nguyen (59e) et Mathieu Selides (52e), remportant respectivement 6 543$ et 7 477$.

12h : Event #23 - NLHE 2 000$ (Day 2)

Ils ne sont déjà plus que 283 sur les 1 419 entrants de ce tournoi inédit aux WSOP. Parmi eux, trois Français peuvent prétendre à l'une des 213 places payées, synonyme de 3 004 dollars de gains minimum : Damien Lhommeau (60e), Matthieu Auclair (149e) et Adrien Allain (150e). Pour l'heure, l'Américain Iman Shahbazy domine d'une courte tête un field dans lequel on retrouve, entre autres, l'Italien Dario Sammartino, le Canadien Sam Chartier ou encore les Brésiliens Thiago Nishijima et Andre Akkari.

14h : Event #22 - Limit Hold'em 1 500$ (Day 3 et Finale)

Quinze joueurs pour un bracelet. Telle sera l'équation à résoudre aujourd'hui au Rio pour ce tournoi qui a réuni 665 participants. Deux joueurs dominent les débats avant cette potentielle dernière journée : Danny Le et Tyler Bonkowski. Si le premier ne fait preuve que de peu d'expérience à ce niveau, le second tentera de décrocher son deuxième titre WSOP, après celui obtenu en 2011, déjà en Limit Hold'em. Un beau billet de 188 815 dollars viendra également récompenser le gagnant.

14h : Event #24 - H.O.R.S.E. Championship 10 000$ (Day 2)

Comme attendu, les têtes de séries sont venues en nombre disputer cette prestigieuse épreuve. Après une première dure journée de labeur, c'est le quintuple champion WSOP Daniel Alaei qui mène la danse devant 65 autres survivants. Ce spécialiste du Omaha (comme en attestent ses quatre bracelets décrochés sur des épreuves à 10 000$) aura cependant fort à faire avec, derrière lui, des pointures de la trempe de Bryn Kenney (4e), Sorel Mizzi (16e), Jason Mercier (17e, encore lui !), Chris Ferguson (22e), John Monnette (24e), Todd Brunson (39e) ou encore Dzmitry Urbanovich (41e). Dans le camp des short stacks, les Frenchies David Benyamine (51e) et Benjamin Pollak (64e) devront de leur côté batailler, pour ne serait-ce que rejoindre l'une des 26 places payées. À noter que ni Alexandre Luneau, ni Fabrice Soulier (vainqueur de ce tournoi en 2011), n'ont réussi à franchir le Day 1.

15h : Event #26 - Omaha Hi-Low Split-8 or Better 1 500$ (Day 1, tournoi sur 3 jours)

La première épreuve du festival entièrement consacrée au Omaha Hi-Low devrait attirer une foule de passionnés de cette variante, en plus de constituer, pour certains, une parfaite mise en bouche avant le Championship à 10 000 dollars, prévu pour ce dimanche.