masquer le menu
   

Jean Montury 9ème de l'épreuve de H.O.R.S.E.

- 10 juin 2016 - Par Harper

Event #8 - $1500 H.O.R.S.E. : Deuxième finale française de l'été !

Trois jours après David Benyamine dans l'épreuve de Stud (6ème), un second Français a fait parler de lui dans une épreuve exotique. Jean Montury a atteint la neuvième place d'un tournoi de H.O.R.S.E. à 1,500 dollars, ce tournoi regroupant cinq variantes : le Hold'em dans sa version Limit, le Omaha, le Razz, le Stud et le Stud High-Low. Des 778 entrants, ils n'étaient plus que 20 à l'aube de ce Day 3 que Jean abordait en position de shortstack. « Quand on est dans le Top 5 à 30 joueurs restants, ce n'est pas vraiment une place qu'on aime avoir ! » souriait Jean avant la reprise.

Le vainqueur de l'EPT Malte 2015 a néanmoins rapidement réussi à revenir dans une partie où il avait la position sur Justin Bonomo, parvenant à atteindre le tapis moyen à quinze joueurs restants. Mais c'est l'inoxydable Scotty N'Guyen, toujours une bière à la main, qui a fait mal au Français. L'Américain a réalisé un brelan en Limit Hold'em avant de prendre une partie non négligeable du tapis de Jean en Stud. C'est en Razz que Jean a perdu ses derniers jetons face à Noah Bronstein et son 4-7-3-4-5-A-8. Il remporte 15,154 dollars pour sa neuvième place qui a permis de signer la deuxième finale tricolore de l'été. Une nouvelle jolie performance mais, comme pour Alexandre Luneau, on a du mal à s'en satisfaire. C'est une journée à oublier dans le clan français !

La folle histoire de Ben Keeline

- 10 juin 2016 - Par Harper

Event #2 - 565$ Colossus : Chauffeur Uber sans un rond, l'Américain est tombé à un ante avant de s'imposer pour un million de dollars

Parmi la flopée d'histoires entourant les vainqueurs de bracelets aux championnats du monde, certaines sont plus marquantes que d'autres. C'est le cas de celle de Benjamin Keeline, gagnant de la première épreuve mastodonte vécue au sein de l'hôtel-casino Rio : le Colossus à 565 dollars l'entrée. Avec six journées de départ, la possibilité de re-entry et ce faible prix d'entrée, vous imaginez bien que le succès a été au rendez-vous : 21 613 inscriptions ont été recensées et un million de dollars garantis à la gagne !

Parmi les joueurs au départ, Benjamin Keeline, un Américain parmi tant d'autres possédant un demi-million de dollars de gains. De quoi bien vivre du jeu professionnellement ? Pas vraiment. Car ce runner-up d'une épreuve WSOP Circuit a été staké sur de nombreux tournois. Et son caractère trempé peu propice aux économies a eu raison de la majorité de sa bankroll. A tel point qu'il y a quelques mois, Benjamin n'avait plus de quoi payer ses factures. Et ne plus avoir d'argent quand on est joueur de poker, c'est évidemment le plus grand des problèmes. Alors le résident du Colorado a de nouveau fait appel à ses stakeurs. Mais sans succès, ces derniers ne lui accordant plus leur confiance... Benjamin est alors fauché et n'a plus le choix : il lui faut trouver un autre boulot. Il devient alors chauffeur Uber et parvient à refaire surface financièrement.

Et se remet à jouer un peu au poker. La tentation de faire le Colossus est même trop grande : il prévoit deux cartouches à 565 dollars pour ce tournoi, aidé par son père qui lui finance une partie. La première s'envole rapidement et la deuxième est proche de subir le même sort après une rencontre entre paire de Rois et paire d'As. Il lui reste alors 500 jetons sur des blindes 1500/3000 ante 500. Oui, vous avez bien lu, un ante ! Si l'expression "a chip and a chair" est souvent utilisée avec le sourire pour tenter de réconforter un joueur près de la sortie, cette fois, la maxime s'est vérifiée pour l'Américain. Avec son jeton restant, il a multiplié son tapis par dix, puis a triplé et doublé à nouveau avant de terminer la journée au-dessus du tapis moyen. Rien n'a ensuite pu l'arrêter : le voilà désormais à la tête d'un million de dollars. Inquiétant quand on connaît sa capacité à brûler l'argent ? Un brin oui ! En espérant qu'il ait appris de ses erreurs...

Photo : WSOP.com

Alex Luneau s'incline en demi-finale

- 9 juin 2016 - Par Harper

Event #9 - 10 000$ Heads Up NLHE : partie remise pour le bracelet

« Bravo à lui. » Éliminé en demi-finale de l'épreuve de heads up, Alex Luneau reste fair play. C'est surtout qu'il est difficile pour lui d'évaluer différemment la défaite qu'il vient de subir. « Il faudra que je revois les mains mais j'ai l'impression qu'il a bien joué. C'était déroutant. » Et effectivement, John Smith n'a pas volé sa victoire. Après une première heure de jeu timorée, le Californien a passé la vitesse supérieure et a su se montrer agressif une fois les blindes élevées.  

Le scénario était difficile à imaginer en début de journée. Dans l'attitude, pourtant, c'est bien John Smith qui semblait le plus détendu. Mais ne vous fiez pas forcément à ce visage parfois fermé d'Alex. Cela fait partie de sa routine, tout comme le fait de régulièrement vérifier ses cartes durant une main. Il les connait évidemment parfaitement mais, comme un joueur de tennis va faire rebondir la balle à dix reprises avant de servir, le joueur du Team Winamax a besoin de ça pour être concentré. 

Car dans son match, Alex l'était. Le high-stakeur a rapidement pris la mesure de John Smith, rentabilisant une couleur avant d'attraper en bluff son adversaire qui possédait hauteur roi contre sa top paire. L'issue semblait alors inexorable : avec 4 millions de jetons contre 2,4 millions et une sérénité semblant à toute épreuve, tous les observateurs présents voyaient déjà Alex en finale. Et les compliments allant avec fusaient. « C'était pareil sur tous ses heads up » a confié un journaliste l'ayant suivi tout au long du tournoi. « Il monte progressivement son tapis puis achève son adversaire une fois qu'il a déjà les deux genoux à terre. »

« L'adaptation face à un tel joueur est difficile »

Mais cette fois, la progression linéaire a flanché. C'est que John Smith n'était pas du genre à attendre de recevoir de belles mains, loin de là. Le vétéran de la guerre du Viet-Nam a dû vivre de sacrés évènements et ce n'est pas mettre son tapis au milieu de la table avec hauteur dix qui semblait lui faire peur. « C'est déroutant de jouer face à un tel joueur » a reconnu Alex Luneau. « Il mise en bluff avec la meilleure main, joue très vite, ne sait pas parfois pourquoi il relance... L'adaptation est difficile. »

Et le joueur du Team Winamax a un peu trop respecté un joueur dont il ne connaissait pas cette faculté à bluffer en permanence. Tombé à vingt-cinq blindes, sa chute a ensuite été rapide : une mise avec deuxième paire sur la rivière directement payée par la top paire de John, un bluff avec hauteur neuf infructueux et puis une dernière main où Alex pousse ses six dernières blindes avec 65. Payé par AQ, le Français n'a pas eu le temps de vibrer sur un tableau QJ8AK. Les 123,929$ venant récompenser sa demi-finale vont avoir du mal à atténuer sa déception mais il n'est pas pour autant fataliste : « Je n'ai pas de regrets sur mon jeu. Cela reste un sit and go heads up, il n'est pas possible de tous les gagner ! »

Ce n'est que partie remise pour le bracelet. Sa faim de victoires n'est d'ailleurs en rien atteinte : alors que nous écrivons ces lignes, le joueur du Team Winamax est déjà inscrit sur un nouveau tournoi, l'épreuve de Razz à 1,500$ !

Alex Luneau est en mission

- 9 juin 2016 - Par Harper

Event #9 - 10 000$ Heads Up NLHE : Le joueur du Team Winamax à deux victoires du bracelet

En intégrant le Team Winamax il y a huit mois, Alex Luneau ne cachait pas son ambition : gagner un tournoi des championnats du monde de poker. Et on s'est rapidement mis à y croire avec lui, à tel point que le voir arriver en demi-finale du tournoi de heads up semble être une évidence. Il ne faut pourtant pas minimiser l'exploit. C'est qu'en écoutant ce véritable extra-terrestre du jeu, le poker semblerait presque facile. Oh, non pas qu'on puisse reproduire ce qu'il fait, mais la fluidité de ses explications et son assurance à l'heure de revenir sur une partie sont tout simplement déroutants pour des joueurs qui, comme vous et moi, sommes plus habitués à râler durant de longues heures sur notre dernière paire d'as craquée plutôt qu'avoir la sensation d'avoir résolu le jeu.

Car c'est bien de ça dont on parle quand on évoque Alex Luneau : une constante recherche de la perfection afin de devenir le meilleur joueur du monde. Un statut qu'on lui a déjà accordé en ligne mais qui lui échappe encore en dur. Aujourd'hui, le joueur du Team Winamax a à coeur de marquer les esprits en live : il est en mission pour aller chercher son premier bracelet de champion du monde.

Et c'est dans un recoin de l'immense hôtel-casino Rio de Las Vegas, pendant que certains lanceront leurs premiers dés au craps et que d'autres testeront le tout nouveau mini-golf, qu'Alex entrera en action dans le centre de conférence. Des 153 joueurs présents sur cette épreuve de face à face à élimination directe au prix d'entrée de 10,000 dollars, ils ne sont plus que 4 à croire au titre. Et tous avec des chances égales puisque les joueurs débuteront les demi-finales avec un tapis identique : 3 200 000 jetons à manoeuvrer au mieux sur des blindes 10 000/20 000 qui augmenteront toutes les vingt minutes.

Parler de chance ne semble néanmoins pas tout à fait approprié. Rarement un format a autant laissé le hasard de côté. Alors oui, une rencontre ou un mauvais coup peuvent évidemment faire basculer un match, mais jouer en face à face donne plus que jamais l'impression d'avoir son destin entre ses mains. Et à l'heure où le poker est régulièrement évoqué en tant que sport, l'épreuve de heads up est certainement la quintessence de l'analogie sportive avec son tirage au sort aboutissant sur un tableau et des rencontres à élimination directe jusqu'au couronnement du champion. A deux marches du sacre, Alex Luneau devra se défaire de John Smith pour accéder à la finale. Nous vous livrons les clés pour vivre au mieux la demi-finale.

Alex Luneau, 28 ans, 179,253$ de gains en tournois live
A battu Kevin Rabichow, David Farber, Bobby Oboodi, Adrian Mateos et Matthew Diehl.

John Smith, 69 ans, 849,750$ de gains en tournois live
A battu Lorenz Buehler, Michael Kane, Igor Yarosheskyy, Antonio Esfandiari et Nick Yunis.

Vétéran de la guerre du Viet-Nam, John Smith est sans surprise le doyen des demi-finalistes. Attention néanmoins à ne pas le catégoriser trop rapidement pour un joueur dépassé techniquement comme il est de coutume de le faire avec des joueurs plus âgés que la moyenne : John a déjà atteint les huitièmes de finale de cette épreuve en 2014 en se débarrassant notamment de Phil Ivey et a prouvé qu'il avait une panoplie de coups assez larges. Nous l'avons notamment vu float avec des tirages quinte ventrales pour bluffer le coup plus tard. Défaut semblant néanmoins récurrent chez lui à la lecture des mains qu'il a jouées : une tendance à ne pas assez extraire de valeur de ses mains à la rivière. Le bilan est néanmoins flatteur pour ce joueur amateur qui est entrepreneur dans la construction de routes en Californie.

Comment suivre la demi-finale ?
Coup d'envoi à 12h (21h en France) dans le vaisseau ESPN de l'Amazon Room
Streaming live disponible en cliquant ici
Live-tweet disponible en suivant @Winamax
Compte-rendu à suivre sur cette page

Demi-finales
Olivier Busquet v. Alan Percal
Alex Luneau v. John Smith

Les prix
Vainqueur : 320,574$
Runner-up : 198,192$
Demi-finalistes : 123,929$ 

Jeudi 9 juin : demandez le programme !

- 9 juin 2016 - Par Benjo DiMeo

Est-ce (déjà) le jour du sacre pour la communauté des Français ? L'un de nos compatriotes les plus assoiffés de bracelet est en tout cas à deux petites marches d'accomplir son objectif de l'été. A suivre tout au long de la nuit de jeudi à vendredi !

Les horaires donnés correspondent au fuseau horaire de Las Vegas. Ajoutez neuf heures pour obtenir le fuseau Européen !


11h (20h en France) – Event #12 : Pot-Limit Omaha 565$ (Day 1)

Pour la première fois dans l’histoire des WSOP, les petites bankrolls pourront s’adonner aux joies du Omaha en Pot-Limit pour un prix d’entrée inférieur à mille balles. Elles devront cependant faire attention aux joueurs plus fortunés qui ne manqueront pas de profiter de la possibilité de re-entry en mode no limit offerte jusqu’à la fin des inscriptions, qui durera le temps de six niveaux de trente minutes. Parmi les nombreux Français attendus au départ :  Michel Abécassis, qui disputera sa première épreuve de l’été à Vegas.


12h – Event #6 : No-Limit Hold’em 1 500$ (Finale)

Plus que quatre joueurs en course (parmi 2016 au départ) pour le bracelet, dont un Suédois sans âge appartenant à l’ancienne école (les premiers résultats d’Eichhardt remontent à 1992 !) et John Racener, runner-up du Main Event en 2010 ayant manqué plusieurs fois le bracelet de peu. A la gagne : plus de 438,000 dollars.
 
Michael Addamo (Australie) 6,595 millions
Davis Aalvik (USA) 3,63 m.
Peter Eichhardt (Suède) 2,64 m.
John Racener (USA) 2,49 m.

Le meilleur Français de cette épreuve est Damien Lhommeau : l’ancien pro PMU s’est incliné en 44e position pour un prix de 9229 dollars.


12h – Event #8 : HORSE 1 500$ (Day 3 et Finale)

20 joueurs restants à l’aube du troisième jour : le premier tournoi de HORSE des WSOP 2016 est loin d’être terminé. Parmi les prétendants, on retrouve en 16ème position un certain Jean Montury, brillant vainqueur de l’EPT Malte face à Valentin Messina en octobre 2015. Parmi les têtes de série à la recherche d’un bracelet, citons en vrac Justin Bonomo, Andre Akkari, et Matt Glantz. Prix minimum assuré : 6188 dollars. A la gagne : un peu plus de 212,000 dollars.


12h – Event #9 : NLHE Heads-Up 10 000$ (Demi-finales et finale)

Seuls deux joueurs peuvent encore priver Alexandre Luneau du bracelet, son objectif principal au moment d’intégrer le Team Winamax à l’automne dernier : un joueur amateur au nom le plus banal qui soit (John Smith), et le futur vainqueur de l’autre demi-finale qui opposera l'inconnu Alan Percal à Olivier Busquet (rien de moins que l’un des plus grands experts actuels du poker en heads-up !) A priori, les demi-finales comme la finale se joueront à élimination directe : pas le droit à l’erreur et pas de seconde chance pour les quatre derniers prétendants au titre, donc !

En plus du bracelet tant convoité, les prix sont loin d’être dégueu :

320,574$ pour le vainqueur
198,192$ pour le runner-up
123,929$ pour les joueurs échouant en demi-finale


12h – Event #10 : NLHE 6-max 1 500$ (Day 2)

183 joueurs ont survécu au premier tour parmi les 1477 engagés. Surprise, on ne retrouve aucun Français dans le classement, mais pas mal de têtes de série internationales : Fedor Holz, Mike Watson, Blair Hinkle, JP Kelly, Pierre Neuville… La bulle a éclaté en fin de Day 1, mais ne nous disposons pas encore de la liste des premiers joueurs déjà ITM.


14h – Event #11 : Dealer’s Choice 6-max Championship 10 000$ (Day 2)

Si Alexandre Luneau a du passer son tour dans cette épreuve très attendue des amateurs de variantes exotiques (deep run en Heads Up oblige), un autre Français de renom s’est chargé de briller lors du Day 1 : Bruno Fitoussi, qui avec 318,700 unités entamera le second tour en tête parmi les 41 derniers joueurs (118 étaient au départ). Benjamin Pollak s’est bien débrouillé aussi (14e avec 165,300), de même que Brian Hastings, Dan Smith, Richard Ashby, John Monnette, Greg Mueller ou encore Jennifer Harman.


15h – Event #13 : Razz 1 500$ (Day 1)

La première épreuve de Razz des WSOP 2016 est aussi la moins chère : on peut donc s’attendre à une belle affluence pour cette variante où avoir un bon jeu ne vous mènera nulle part.