masquer le menu
   

Magique, une fois de plus

- 17 juillet 2016 - Par Flegmatic

Gaëlle Baumann est éliminée en 102ème place
Pour la deuxième fois en quatre ans, elle est la meilleure femme du plus gros tournoi du monde
Blindes 25,000/50,000, ante 5,000

Une heure sans recevoir ne serait-ce qu'une carte supérieure à 8. Le 25e niveau de ce Main Event commençait à sérieusement ressembler à une longue et inexorable traversée du désert pour Gaëlle Baumann. Revenue du dinner break avec une douzaine de blindes, O RLY n'en finissait pas de ne pas trouver le moindre spot favorable pour pousser ses derniers jetons. Débarquée du plateau télévisé d'ESPN pour retrouver une place sur le floor principal de l'Amazon Room, au bord du rail, la dernière joueuse de ce Big One 2016 voyait son tapis fondre, en même temps que les curieux s'agglutinaient de plus en plus nombreux derrières les barrières.

Et puis est arrivée cette fameuse main. En milieu de position, Gaëlle place ses 195,000 derniers jetons au milieu de la table (moins de quatre blindes) et reçoit une première ovation du public. Tout le monde passe jusqu'à Maxim Sorokin en petite blinde. Avec plus de 5,5 millions devant lui, le Russe paie sans sourciller et retourne T3. Gaëlle montre la plus petite paire possible : les 2. "C'est maintenant que débute le plus grand comeback de l'histoire du poker," lance Alex Keating, le jovial magicien barbu qui fait le show sur ce Main Event depuis deux jours. T8K6 : les quatres premières cartes de ce board ne sont pas franchement à l'avantage de la membre du Team Winamax. "Un 2 ! Un 2 !," se mettent alors à appeler la quasi totalité des spectateurs - à commencer par un Guillaume Diaz venu faire un tour pendant la pause de son Little One for One Drop - ainsi que, et c'est un fait plus rare, plusieurs des adversairede table de Gaëlle. Magie du spectacle, la carte tant attendue fera son apparition à la rivière, permettant à l'Alsacienne de continiuer à espérer. Tout le monde exulte dans une salve d'applaudissements. Un beau moment d'excitation dans une journée bien trop tranquille.

Mais cette embellie toute relative ne fut finalement que de courte durée. C'est le même Alex Keating qui se chargera de mettre fin à la prophétie qu'il avait lui-même lancée quelques minutes plus tôt, en payant avec As-Roi le tapis de Gaëlle, un tapis poussé avec une main dominée : As-Valet.

Le dernier board est anecdotique et laisse la meilleure main devant. Pour la deuxième fois de sa carrière, après sa désormais célèbre 10e place en 2012, Gaëlle est la dernière femme à quitter un Main Event des World Series of Poker. Elle se classe à une 102ème place qui vaut un prix de 49,108  dollars. Un gain qui en contenterait sûrement beaucoup, mais pas la compétitrice acharnée qu'est Gaëlle Baumann. Et surtout pas après un Day 5 aussi frustrant.

On refait le match avec Gaëlle

« En fait, je crois que je suis encore plus déçue qu’il y a 4 ans, c’est fou ça. » En parcourtant le long couloir du centre de convention du Rio menant vers la sortie, Gaëlle Baumann semble légèrement abattue. Ses World Series of Poker ont pris fin aujourd'hui, après avoir passé une journée qui ne restera pas comme l’une des plus belles de sa carrière de sa joueuse : « Si on compare avec 2012, je dirais que cette journée est aussi horrible que le Day 7 de l'époque, où je n'avais pas vu une carte jouable. Là aussi, rien du tout. J’ai été card dead de folie. 8 et 2, 3 et 5, 9 et 4… j’ai passé mes cinq dernières heures à fold fold et encore fold. Même à la table, ils se moquaient de moi à la fin. » Gaëlle a passé de longs moments sur son téléphone, pas pour de distraire sur Facebook, mais surtout pour vérifier la stratégie à adopter : « Je regardais mes ranges pour faire tapis, mais à chaque fois j’étais juste en dessous. Je n’ai pas eu de spots, c’est frustrant ! Par exemple, à un moment j’ai ouvert Roi-Neuf au bouton, mais il y a un joueur qui avait open UTG. Ce n’est jamais bon ici. Le seul bon spot que j’aurais pu avoir, j’ai refusé de le prendre, parce que les joueurs en blindes avaient une tendance à trop me payer souvent. »

Gaëlle me raconte alors avoir joué solide, très solide. Jamais évident de gérer un tapis quand on est shortstack à ce point et que tout le monde n’attend qu’une chose, c’est de vous voir à tapis. "J’ai défendu une paire de 6 dans les blindes, notamment, lorsque j'avais juste 10BB, après une relance et un call. Ce dernier n’attendait que ça : que je fasse tapis préflop. Le flop est venu 9-9-5 et j'ai lâché l'affaire après le c-bet du mec. Au showdown, le relanceur initial a montré les as, alors que le second joueur détenait les 8 ! »

Gaëlle va tout de même tenter de garder un bon souvenir de ce Main Event, et pour ça, rien de tel que de bonnes vacances… à moins que ?... « J’avais dit qu’on partirait en vacances uniquement si je gagnais. Du coup, on achètera des couches je crois ! » Harper intervient : « Non non non, moi je pense plutôt qu’on va aller se faire un petit repas chez Robuchon demain » Harper, dont la mission immédiate est de consoler ce soir sa petite femme qui a quitté le Rio les larmes aux yeux. Last woman standing ou pas, personne n’aime sauter du Main Event des WSOP.

Gaëlle Baumann : 102ème pour 49 108$