masquer le menu
   

Florian Decamps trébuche avant l'ITM

- 15 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

C'est un Florian Decamps déçu qui quitte l'Amazon Room tandis que tout le monde autour de lui, joueurs, superviseurs, spectateurs, se prépare à ce moment toujours joyeux qu'est l'entrée dans les places payées du plus beau tournoi du monde. Short-stack tout au long de la journée, le Top Shark a fini par trouver une paire de Valets avec laquelle il a poussé ses dix blindes après la relance d'un gros stack. Cela valait sans doute mieux que d'abandonner, et prendre le risque de se faire "blind off" durant les tours suivants : au moment où Florian s'engage, le compteur affiche encore 1020 joueurs, les blindes vont bientôt augmenter, et il figure probablement parmi les dix ou vingt plus petits tapis de la salle. Mieux vaut prendre un bon risque maintenant, que de faire une tentative désespérée trente minutes plus tard. Problème : la petite blinde a trouvé As-Dame et décide de tenter sa chance.

Florian ne restera pas en tête au terme des cinq cartes communes : son premier Main Event au sein du Team Winamax s'arrête après presque trente heures de jeu, récompensées par rien d'autre qu'un "Good game" de rigueur.

En d'autres nouvelles, le niveau 16 va débuter : il sera le dernier du Day 3, avec des blindes passant à 3000/6000, ante 1000, pour un tapis moyen de 331,000. Nous ne sommes plus qu'à quatre éliminations des places payées, et 20 Français peuvent potentiellement inscrire leur nom au palmarès du Main Event 2016. C'est plus ou moins assuré : la bulle éclatera durant ce niveau. Une délivrance pour toute la salle car le rythme s'est extrêmement ralenti. Jamais dans mes souvenirs je n'ai vu une période de pré-bulle commencer aussi tôt, et marquée par les habituels "stalls" de joueurs en difficulté prenant un maximum de temps pour folder leurs mains préflop, même les plus évidentes. Les organisateurs ont fort à faire pour arbitrer les litiges crées par ces situations, et sont autant sur les nerfs que les joueurs.