masquer le menu
   

Level 10, le grand feu d'artifice

- 13 juillet 2016 - Par Flegmatic

Blindes 800/1 600, ante 200

Comme un air de déjà vu

C'est un rush comme on aimerait en voir plus souvent que vient de connaître Gaëlle Baumann. Le tout en seulement deux mains clé. Sur la première, l'Alsacienne ouvre au hijack avec deux Dames et trouve deux payeurs, avant que la grosse blinde ne décide de squeeze. Gaëlle se contente de payer, et un autre joueur reste aussi dans le coup. Le reste est plutôt facile à raconter : O RLY envoie trois salves successives à 11,000, 22,000 et 29,000 sur un board Valet-9-7-2-4, est payée sur la rivière par un de ses adversaire, montre la meilleure main, se et s'envole à 364,000. Et ce n'était que le début...

Quelques minutes plus tard, la dernière des W rouges en lice aujourd'hui défend sa BB avec Dame-9 dépareillés. L'agresseur poursuit avec un c-bet à 3,600 sur un flop de rêve Roi-Dame-Dame. La réponse de Gaëlle ne se fait pas attendre : check/raise pour 11,500. Payé ! Le turn est un 10 qui invite la jeune maman à envoyer 15,000 de plus au milieu. La rivière apporte une quatrième Dame sur laquelle Gaëlle se contente de check, avant de payer en toute décontraction le tapis d'environ 50,000 de son adversaire.

Et voilà comment Gaëlle Baumann se retrouve assise devant 476,000 à une heure de la fin de ce Day 2. "C'est un petit air de déjà vu, nous a-t-elle confié. Ça me rappelle de bons souvenirs. Je suis sur un excellent run et en plus je reçois de belles livraisons." 

La vie est belle, le soleil brille, les oiseaux chantent, la courbe du chômage va repartir à la baisse. Que demander de plus ?

Il s'en contenterait bien

Après avoir perdu un énorme flip en début de journée pour tomber de 125,000 à 60,000, Ronan Monfort est de retour aux alentours des 115,000 après toute une journée de grind. "Honnêtement, ça m'irait de revenir au Jour 3 avec ce stack, ne nous cache pas notre ancien confrère. Ça fait un bon moment que je touche pas grand chose, j'ai tenté quelques moves mais sans grand succès. En plus là je viens juste d'arriver à une table où ça a l'air de pas trop mal jouer," où figure notamment notre qualifié Vincent Martel. En revanche, Ronan est à contre-courant lorsqu'il s'agit d'annoncer quand la bulle de ce Main Event éclatera : "Fin de Day 3," pronostique-t-il. "Je suis prêt à prendre le pari que non," nous a glissé peu après un Hugo Pingray convaincu du contraire. Messieurs, faites vos jeux.

La merguez est cuite

« C’est pas facile… wow… je suis dégouté. » La nuit risque d’être longue pour Ivan Deyra. A 90 minutes de la fin de cette journée, 'Value Merguez' a dit au revoir à ce Main Event, sur un coup difficile à négocier. Il nous a raconté tout ça à chaud : « A ma table, il y avait un mec qui était super agressif, il ouvrait tout le temps et il possède un énorme tapis. Là, une fois de plus, il ouvre à 4 000 et je découvre As-Roi en fin de parole. Je 3-bet à 13,500 et il me fait 33,000. J’ai décidé de 5-bet à tapis, pour 160 000, et il avait les as... » Est-ce bien joué, mal joué, l’heure n’était pas vraiment à ce genre de questions. Le jeune qualifié Winamax n’a de toute façon « aucun regret » sur son dernier coup. « Je ne pense pas que je peux jouer le coup autrement… ça faisait rêver, c’est vraiment dommage. » C’est le rêve brisé qui chagrine Ivan, plus qu’autre chose. « Je n’oublie pas que je me suis qualifié online pour 750€. Je reviendrai plus fort, c’était juste génial Vegas ! » Ivan Deyra repart quand même en étant « champion du monde de Vegas de football », comme il le dit, avec le petit sourire qui va bien. A bientôt champion.

Deux bad beats pour achever Sonny

Les mauvaises nouvelles s’enchainent en cette fin de journée. Après Ivan Deyra, c’est Sonny Franco qui a pris la porte. C’est sale, très sale. Le 'petit prince de Marrakech' s’est retrouvé sur un flop 9-6-2 avec 9 et 2 en main (il a simplement défendu sa blinde). Les tapis ont volé, construisant un pot de 160,000 et Sonny s’est retrouvé face à deux as. Puis un Dix est venu sur la turn, suivi… d’un autre Dix, offrant ainsi deux paires supérieures à son adversaire. Sur la main finale, je crois que c’est encore pire, puisque sur un board JKQ8, les tapis ont volé, et là le pot faisait 130,000. A9 pour Sonny pour une flush max, contre 88 chez son adversaire pour brelan… qui va trouver un quatrième Huit sur la river, pour faire carré ! Au fond du seau, Sonny a rapidement quitté le Rio et ne restera probablement pas très longtemps dans cette ville.