masquer le menu
   

Level 4, le prize-pool a de quoi faire perdre la boule

- 12 juillet 2016 - Par Flegmatic

On avait épuisé le stock de rimes en "âtre"
Blindes 200/400, ante 50

Le Day 1C fut comme une vague qui a tout submergé sur son passage

Le bureau des inscriptions pour le Main Event a fermé ses portes à la fin de la pause-dîner : une heure plus tard, l'organisation rendait publics les chiffres officiels de la participation.

Au total, 6737 joueurs ont participé à l'édition 2016 du plus gros tournoi du monde, en grande partie grâce à une troisième journée de départ (Day 1C) massive, durant laquelle 4240 joueurs ont rempli presque à ras bord les salles Amazon, Pavilion et Brasilia. De fait, ce Day 1C est bel et bien le plus important de l'histoire de l'épreuve. Pour vous donner une idée : en 2004, le Main Event c'était 2576 joueurs "seulement", et 268 dix années plus tôt.

Cependant, il convient de noter que l'affluence du Main Event ne croît plus depuis longtemps, comme vous pouvez le constater ci-dessus. L'apogée fut atteinte l'année de la rocambolesque victoire de Jamie Gold, en 2006, avec 8773 participations. Depuis, on tourne toujours aux alentours de 6500. Mais on peut tout de même se réjouir : le "Big One" enregistre son meilleur score depuis 2011, et se classe cinquième au classement des affluences du Main Event depuis sa création en 1970.

Concernant l'argent, nous ne pouvons encore vous détailler l'échelle des prix, mais on connait déjà l'essentiel :

63,327 millions de dollars de dotation
1011 places payées
8 millions de dollars pour le vainqueur
15 000 dollars pour le min-cash

Qui fait le malin, tombe dans le ravin

Fort de son incroyable année sur le circuit Européen (8 tournois gagnés depuis février 2015, dont l’EPT Dublin), Dzmitry Urbanovich avait abordé son premier Vegas avec un objectif archi ambitieux : trois bracelets, rien que ça. Le tout assorti d’un pari assez chez avec Vanessa Selbst.  Résultat des courses après six semaines de grind : trois petites places payées, et pas la moindre finale. Un Vegas tristounet en forme de camouflet pour celui qui a tant run good de l’autre côté de l’Atlantique ces quinze derniers mois. Allez, va, le Polonais n'est pas le premier à se casser les dents au Rio. Il lui reste deux chances de sauver son été : sur ce Main Event et, dans le pire des cas, sur le One Drop à 1111$ dont la première des trois journées de départ débute mardi.

La recette du succès

Pourtant présent depuis le tout début de ce Day 1C, Manuel Bevand n'était pas encore apparu dans nos colonnes aujourd'hui. Voilà l'anomalie désormais réparée. Mais il y a mieux que de revoir ManuB assis autour d'une table du Main Event. C'est de revoir ManuB assis autour d'une table du Main Event, avec de belles colonnes de jetons devant lui. « Je suis en plein rush !, avoue l'ancien pensionnaire du Team Winamax, aussi et surtout présent cet été à Vegas pour assister à la 200e rencontre UFC qui a eu lieu samedi dernier. Je suis revenu de la pause dîner avec 49 000, et maintenant j'ai 127 000. J'ai touché des flops avec presque toutes mes mains, et remporté les coups sans showdown. Du coup tout le monde pensait que j'étais constamment en bluff. Il y a quelques minutes, j'ouvre pour la sixième fois de suite (!) et un de mes voisins de tables, qui en avait sans doute plus que marre, a fini par envoyé ses derniers 35 000 avec As-Roi. Évidemment j'avais deux As. Du coup ils m'ont tous demandé ce que j'avais mangé au dîner. » La réponse ? « Des nouilles asiatiques aux crevettes avec des chicken wings. » Un vrai repas de champion. « Volatile est toujours énorme ?, finit-il par demander, il faut que je le rattrape. » Pas d'affolement Manu, puisque de fait, tu as même déjà dépassé un Guillaume Diaz pointé à 105 000 au dernier recensement.

Il connaît le chemin

Les Français sont cachés partout dans cet énorme complexe du Rio. Il a fallu se rendre sur la table la plus au fond de la Brasilia Room pour tomber sur Yorane Kerignard, en possession de 76 000 jetons. Pour le coup, lui connaît exactement la route à suivre puisqu’il a atteint la 23e place de ce tournoi en 2014 : « Ouais enfin un moment donné, il faudra me redonner un coup de main, parce que je m’étais planté dans un virage cette année là aussi… » Yorane est un champion loin de se satisfaire des « places d’honneur. » Finaliste EPT à plusieurs reprises, finaliste WSOP l’an passé, Yorane est plus habitué à viser la première place qu’autre chose. « Si je me souviens bien, en 2014, j’avais terminé le jour 1 avec deux fois le tapis de départ, c’est au Day2 ou Day3 que j’étais tombé à 30 000… » Avant d’effectuer une folle remontée donc, pour s’incliner à trois tables de la finale. Aujourd’hui, le premier niveau a été compliqué pour lui, puis la machine s’est mise en route gentiment, et le voici donc avec un tapis proche du tapis moyen pour le Day 2.

Des hauts et des bas

Fabrice Soulier pensait avoir tiré une bonne table en début de journée, « et puis en fait les mecs 3bet, 4bet dans tous les sens c’est la folie ! J’ai un peu plus que le tapis de départ, et je suis comblé en vrai. J’ai eu AA, KK, QQ deux fois, j’ai bien été servi, mais la table n’est vraiment pas simple. En cause, des jeunes à casquettes, évidemment. Devant Fabsoul ? Un tapis qui ressemble à ce que chaque joueur à reçu au début de la journée.

Le rouleau compresseur

Il s’agit surement du Français le plus en forme aujourd’hui : Alexandre Réard pointe actuellement à 165 000, grâce à quelques coups de poker qui ont du faire s’accélérer quelques cœurs dans la salle. Comme lorsque muni de 67, il décide de flat derrière une ouverture à 900, trois fois la blinde. Le joueur en BB a squeeze à 3 000, le joueur à l’origine de la relance a payé et Alex a complété à son tour. Sur J53, un c-bet à 3100 est posé par le joueur en BB, payé par le premier coco et Alexandre. Turn un 4, qui offre la quinte à Alexandre, check des deux premiers, mise d’Alex à 8 500. Le premier passe, mais pas le joueur à l’origine de la toute première relance, qui paye pour plus de la moitié de son stack. Alex va lui proposer de mettre le reste, sur une rivière 8, et ce dernier ne va pas se priver pour payer avec… je n’ose pas l’écrire… bon d’accord : paire de 2 ! Merci, au revoir. L’autre coup important, il est simple : Alex a trouvé un brelan avec paire de 7 en main, il est parti à tapis sur un flop Q75 et est tombé… contre QQ. Il a remporté le coup sans toucher le dernier 7. On vous laisse réfléchir pour trouver le pourquoi du comment, vous avez une heure.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

"Midi : caisse du Rio ,15h : piscine àvec Mik22 ,pas le programme initialement prevu !" - Signé : un Emile Petit qui va bronzer plus vite qu'il ne deviendra riche cette semaine.

"J'ai eu AA KK QQ JJ JJ JJ JJ JJ TT 99 99 88 77 55 44 33 22 en 7h de jeu sur ce Main Event. Plus que 2h pour acquérir la paire de 6, la seule manquante à la collection !" - Signé : un Erwann Pécheux qui ne pointe pourtant qu'à 22,000 à deux heures de la fin du Day 1C.

Très pratique, dites donc, cette machine (payante) permettant de recharger son portable. Encore plus pratique, cette trappe grande ouverte laissant apparaître des tas de prises en accès libre.