masquer le menu
   

La fête est lancée

- 10 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Main Event - Fin du Day 1A

Ils ont bien le droit de fêter ça : eux et plus de 550 autres joueurs ont franchi la première journée de départ du tournoi le plus attendu de l'année.

Des couloirs bondés, des centaines de visages pour la plupart anonymes, des organisateurs sur leur 31, et une excitation presque palpable : pas de doute, le Main Event est arrivé à Las Vegas pour nous offrir la conclusion réjouissante à près de 70 tournois de poker en 50 jours au sein du centre de convention du casino Rio.

C’est une tradition tacite depuis maintenant quelques années : la première journée de départ du plus gros tournoi du monde se déroule en comité relativement restreint, dans le calme, et avec très peu de têtes connues du circuit pro. La règle a été en tous points respectée pour cette 47ème édition, avec un total de 764 participants, deux dizaines de plus que lors de l’édition 2015 (741 joueurs). Selon toute logique, l’affluence sera démultipliée dimanche (pour le Day 1B) avec une apogée atteinte lundi, pour le Day 1C, autrement dit la dernière chance de prendre part à la compétition de cartes la plus attendue de l’année.

L’une des grandes révolutions du Main Event cru 2016 était l’augmentation du tapis de départ alloué aux joueurs, qui est passé de 30,000 à 50,000. Cela faisait presque dix ans que le starting stack n’avait pas été modifié, et le changement s’est évidemment fait ressentir sur le rythme de la partie : en dix heures du jeu, un peu plus de 26% des participants ont perdu leur cave. L’an passé, la statistique était de 37% ! Parmi les joueurs éliminés dès le premier tour, on compte au moins trois Français. Guillaume Darcourt n’a pas réussi à montrer la meilleure main au showdown sur ses premiers gros coups, puis a joué à fond un tirage couleur sur le flop. Alexandre Luneau, lui, a perdu la moitié de son stack sur une série de petits coups avant d’engager la seconde moitié avec deux Dames contre deux As. A l'international, on a déjà dit au revoir à des pros comme James Akenhead, Billy Baxter, Josh Arieh, David Grey ou encore Luca Pagano.

Nous avons comptabilisé 19 Français au cours de ce Day 1A. Au moins 14 ont franchi le cap : voici notre relevé, effectué durant les dernières mains de la journée :

Mathieu Lamagnère 140 000
Gaëlle Baumann (Team Winamax) 126 000
Ronan Monfort 125 000
Sonny Franco (Qualifié Winamax) 98 000
Aubin Cazals 87 000
Michel Abécassis (Team Winamax) 85 200
Vincent « MysclicRiver » Martel (Qualifié Wina) 78 000
Ivan Deyra (Qualifié Winamax) 71 500
Alexandre Amiel (Qualifié Winamax) 71 000
Fabrice Bettochi (Qualifié Winamax) 41 000

Damien Lhommeau 36 700
Hugo Pingray 24 000
Carlos Da Silva 21 000
Quentin Lecomte 18 000

——————————————
Edouard Mignot - Inconnu
Yann « Bloody.NL » Linka (Qualifié Wina) - Inconnu
——————————————
Guillaume Darcourt OUT
Kalidou Sow OUT
Alexandre Luneau OUT

Assis à la table de la mort, Mathieu Lamagnère a tiré son épingle du jeu en trouvant une quinte dans un pot 4-bet avant le flop avant qu'un joueur décide de lui offrir cent blindes sur un plateau avec une paire de Neuf alors que le Français avait deux Dames. Gaëlle Baumann aurait aimé de son côté « jouer toute la nuit ». Ayant débuté à la table d'un homme ayant gagné son droit d'entrée à la loterie, la pro Winamax a longtemps été entourée d'amateurs. À la faveur d'un important grind et d'une rencontre entre sa quinte et un brelan, elle termine avec un tapis près de deux fois supérieur à la moyenne. Second joueur du Team W ayant terminé de belle manière la journée : Michel Abécassis. Ayant remporté une multitude de petits pots, le Doc a su exploiter une table où figurait de nombreux amateurs.

Belle journée également pour les qualifiés Winamax Ivan Deyra (photo) et Sonny Franco qui ont terminé avec un tapis supérieur à la cave allouée au départ. « C'était simplement une intro » a commenté Ivan, « les choses sérieuses vont commencer plus tard. » La journée fut plus compliquée pour Damien Lhommeau et Hugo Pingray. Le premier s’est retrouvé sur la fameuse table de la mort (Greg Mueller, Andy Black, Matt Ashton, Alex Jacobs) tandis que le second a cravaché toute la journée pour rattraper une mauvaise rencontre entre paire de Rois et paire d’As. Rien n’est néanmoins terminé pour eux : Alexandre Amiel a prouvé qu’on pouvait tomber aussi bas que 7 000 jetons avant d’entamer une remontée, grâce notamment à un brelan bien rentabilisé.

Ronan Monfort (photo), lui, n’a pas frémi en payant plusieurs salves successives avec une paire de 10 sur un board 6-5-2-Roi-5, culminant avec l’engagement de son tapis : bien vu, son « degen » d’adversaire voulait le faire fuir avec 6-3 ! Aubin Cazals et le qualifié Winamax « MysclicRiver » terminent eux aussi leur journée au dessus du tapis de départ.

La suite du Main Event, c’est tout de suite, ou presque : nous n’avons que quelques heures de repos avant d’attaquer la couverture du Day 1B, où, actualité oblige, on ne retrouvera vraisemblablement que peu de Français et Portugais…

A confirmer, mais il semblerait que le chip-leader du Day 1A soit ce joueur en train de kiffer un message. Son nom ? Gary Sewell. A retenir ? Peut-être...

Tableau de bord
567 joueurs restants environ (sur 764 entrants)
Blindes 300/600 ante 100 au Day 2
Tapis moyen : 67 500

Un point complet sur les survivants Français sera publié peu avant le coup d'envoi du Day 1B. Rendez-vous à 20h (heure Française !)