masquer le menu
   

Des retrouvailles, et des habitués

- 6 juillet 2016 - Par Benjo DiMeo

Event #60 : Stud High-Low 1500$ (Day 1)

La dernière épreuve "sans flop" des WSOP 2016 a débuté à quinze heures. En effet : passé ce tournoi de Stud High-Low, il ne reste plus que du No-Limit Hold'em au programme (si ce n'est pour le PLO à 25,000 balles et une épreuve de Omaha High-Low) : le tournoi par équipes, les deux One Drop (le petit à 1111$ et le gros à 111,111$), le Ladies, le tournoi joué en ligne... et bien sûr le Main Event, qui débutera samedi (déjà !)

Plus de 470 joueurs ont répondu présent (et les inscriptions restent ouvertes jusque 21h45), et à vue de nez, l'âge moyen des participants dépasse l'average habituel constaté sur l'ensemble des World Series of Poker. Tiens, cela pourrait faire une question quiz pour la prochaine édition de radio, mais je vous donne la réponse tout de suite : 38 ans. Le Stud High-Low est un jeu vieillissant, mais qui a conservé nombre d'amateurs aux Etats-Unis, notamment sur la côte Est (New York, Philadelphie, Atlantic-City...).

En déambulant autour des tables, j'ai croisé pas mal de visages familiers, certains présents quotidiennement au Rio, d'autres pas croisés depuis des mois, voire des années.

Le Toulousain Claude Marbleu est un vrai Joueur avec un grand "J" : il ne refusera jamais une partie d'échecs, de backgammon, de rami... et de poker bien sûr. C'est avec plaisir qu'il se rend à Vegas chaque année pour jouer aux formats plus ou moins inexistants en Europe. J'ai vu Claude s'engager dans un gros coup contre deux adversaires, chacun présentant un tableau alléchant :

Claude : (X)(X) 3 - 3 - 6 - 3 (X)
Adversaire 1 : (X) (X) 2 - 2 - 4 - 2
Adversaire 2 : (X) (X) As - 3 - As - Roi

Le dernier joueur s'est prudemment écarté du chemin sur l'avant-dernier tour d'enchères, et Claude a misé après avoir reçu sa septième carte. Fort d'un 4 caché lui donnant le full, son adversaire a payé, mais Claude a montré une paire de 7 et un 8 lui donnant un "boat" supérieur ! Un joli "scoop", donc.

Ancien grand manitou des WSOP passé chez l'ennemi (le World Poker Tour), Matt Savage est sans doute l'arbitre le plus célèbre de la planète poker, et est toujours disponible sur Twitter pour régler en direct les litiges les plus pointus.

Guess who's back ? "C'est mon premier voyage à Vegas depuis cinq ans", me dit Arnaud Esquevin. Celui qui avait manqué de très peu la victoire à l'EPT Deauville (c'était en 2009, contre l'Allemand Moritz Kranich) est arrivé en ville il y a deux semaines, et se concentre principalement sur les tournois. Le reste de l'année, il me confie aimer faire le circuit des cash-games organisés en marge de l'EPT.

Où sont les Québécois, cette année ? Je n'ai guère croisé les Duhamel, Lefrancois et autres Chartier au Rio depuis mon arrivée, mais c'est avec plaisir que je retrouve Jean-Philippe Piquette (à la même table qu'Arnaud), avec qui j'avais fait connaissance en 2006 sur ses terres, lors d'une étape WPT organisée au bord des Chutes du Niagara. Un joueur aussi solide en ligne qu'en live, en témoignent ses belles performances au Playground, la salle de poker géante de Montréal. D'ailleurs, JP m'apprend qu'il est "commandité" par le Playground. Hein ? "Ah oui, pardon : en France, vous utilisez le mot 'sponsoring'." Hi hi.

Inutile de présenter le troisième francophone de la table Esquevin/Piquette : Fabrice Soulier a été l'un des tricolores les plus performants de l'été avec une seconde place dans l'épreuve mélangeant Stud et Omaha en High-Low.

J'ai failli ne pas reconnaître Huck Seed : le Champion du Monde 1996 est plutôt bien camouflé sous son bonnet. Sa grande taille l'a encore une fois trahi, cependant.

Désormais installé dans les montagnes du Colorado, Brian Devonshire passe plus de temps au milieu de la nature qu'à jouer au poker, et cela se voit. N'hésitez pas à lui demander conseil si vous voulez partir en randonnée rafting ou escalade après vos WSOP !

Sous ce déguisement se cache l'excellent Brandon Shack-Harris : deux bracelets en trois ans !

Alexandre Luneau n'a pas pu résister à l'appel : après tout, il ne reste presque plus de tournois "exotiques" au programme...