masquer le menu
   

En orbite avec Zlatan

- 5 juillet 2016 - Par Flegmatic

Event #56 - NLHE 1 500$ (Day 2) : Adrien Allain dans les cîmes du classement à une heure de la fin de journée.

Que les allergiques au football - qui doivent d'ailleurs passer un bien mauvais début d'été - se rassurent, cet article ne vous emmène pas faire le tour de l'astronomique melon de l'ancien attaquant suédois du Paris Saint-Germain, mais vous offre huit mains en immersion avec Adrien Allain, alias 'Zlatan35', comme il se surnomme lui-même sur Twitter.

Au moment de débarquer à sa table, le Breton vient juste de s'emparer des derniers jetons de son voisin de droite, à la faveur d'un full trouvé avec une paire de 8, quand son adversaire ne possédait qu'un simple brelan de 9. Une élimination salvatrice, non seulement parce qu'elle permet au runner-up du dernier EPT Grand Final de s'emparer à ce moment-là du chiplead, mais aussi et surtout parce que ce monsieur avait la fâcheuse particularité... de sentir mauvais. Un problème finalement assez peu évoqué mais qui, certains joueurs vont le diront, peut absolument ruiner toute ou partie de votre journée. Voilà donc Adrien dans les meilleures conditions pour attaquer ce nouveau tour de jeu. Allons-y gaiement.

Tapis au départ de ce tour : 850 000 jetons
Blindes : 4 000/8 000, ante 1 000

Un virage très hispanique.

Main #1 : Depuis le lowjack, un joueur ouvre à 18 000. Tout le monde se couche jusqu'à Adrien, qui décide de défendre sa grosse blinde. Il paie la première salve adverse de 15 000 sur le flop KT4, avant d'abandonner à la suite d'un deuxième barrel à 25 000 sur le 5 au turn.

Main #2 : Le joueur au cutoff, qui est en fait l'Espagnol Pablo Gordillo (à droite sur la photo, en compagnie de l'Argentin Ivan Luca), double-finaliste EPT en 2014, à Vienne (4e) puis à Londres (8e), place 18 000 jetons au milieu. Personne n'est intéressé.

Main #3 : Le membre du Team Onpok abandonne son bouton après une ouverture à 18 000 - décidément un standard - du joueur UTG+1.

Le joueur en train de se prendre la tête n'est pas celui que l'on croit.

Main #4 : Moteur. Ça tourne. Action ! Adrien décide d'ouvrir - devinez à combien - à 18 000 - bravo vous avez trouvé ! - depuis le cutoff et trouve preneur du côté de la grosse blinde. Il poursuit ensuite son agression avec deux nouvelles mises à 20 000, puis 30 000 sur le board 632Q, avant que son adversaire ne prenne les choses en main sur le 3 tombé dans la rivière. Son donk bet à 30 000 n'effraie pas plus que cela notre Français, qui choisit de relancer à 85 000. Le monsieur à gauche sur la photo prend alors tout son temps pour réfléchir, avale une gorgée de Red Bull, se frotte le front, avant de finalement payer avec AsQ. C'est suffisant pour gagner le coup.

Main #5, #6, #7 et #8 : Les blindes augmentent à 5 000/10 000, ante 1 000 mais, du hijack à la position UTG, Adrien ne disputera aucune des quatre premières mains de cet avant-dernier niveau de la journée.

Mains disputées : 8
Mains où Adrien est impliqué : 2
Mains gagnées : 0
Pertes : 225 000
Tapis actuel : 625 000

En deux mains jouées seulement, Adrien vient d'être amputé d'un bon quart de son tapis. Rien d'alarmant néanmoins pour lui. Celui qui s'est déjà offert une table finale cet été à Vegas (runner-up de l'Event 35) garde sa place au chaud dans les sommets du chipcount, alors qu'il ne reste plus que 38 joueurs en course. Allez, encore un petit effort avant de pouvoir empaqueter quelques jetons.