masquer le menu
   

Luneau et Pollak dans le même bateau

- 28 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #47 : Deuce-to-Seven Triple Draw (Limit) 10 000$ - 109 joueurs, Alex Luneau a été rejoint par Benjamin Pollak dans la quête du bracelet.

A 15h, débutait le 11e tournoi à 10 000$ « Championship » de ces WSOP, et donc une nouvelle aubaine pour une grosse centaine de joueurs de tenter d'attraper un nouveau bracelet à leur poignet. Alexandre Luneau fait bien évidemment partie du casting, il est d'ailleurs partisans du clan des joueurs qui arrivent pile à l'heure au tournoi. Ce n'est pas le cas de tout le monde, comme Benjamin Pollak par exemple, qui a tranquillement débarqué au début du niveau 5. 

Pour être franc, ce n'est pas la folie du côté d'Alexandre Luneau qui a pris un départ dans le mauvais sens lors de ce tournoi. Son stack n'a jusque là jamais vraiment grimpé, et il n'y a juste pas grand chose à dire là dessus malheureusement. Sur cette variante, on ne peut pas parler de flips ou de 80/20 perdu, on est servi, on touche les bonnes cartes... ou pas. Parfois c'est aussi simple, bête et malheureux que ça. « alexonmoon » vit un peu ce genre de journée. Bon, mais on ne va pas l'enterrer tout de suite non plus, il est capable d'une folle remontée aussi. Tout peut aller très vite à ce jeu.

Côté Ben Pollak... bé, il vient d'arriver donc bon, pas grand chose à noter : « On a trop de jetons au début par rapport à a taille des mises. Je n’ai pas estimé nécessaire d’arriver à l'heure ». Benjamin Pollak, un joueur qui a déjà hautement fait ses classes en NLHE, mais qu’on connaît un peu moins sur les variantes exotiques. En ça, Vegas et les WSOP ont du bon pour tous ces joueurs qui peuvent venir se faire plaisir sur ce genre d’épreuves : « Surtout quand on gagné un bon paquet à ce jeu en cash game la veille ! » 

 « Coucou, je freeroll tout en détente »
 

Les joueurs ont l'air de s'éclater sur cette variante, même en Limit. Ce n'est pas le cas sur d'autres jeux, mais ici, il est facile de trouver sur chaque table des joueurs qui se parlent tout au long d'un coup, et qui se chauffent mutuellement, ce qu'on ne voit que rarement sur les jeux de NLHE, où finalement montrer la moindre expression, sortir la moindre phrase suspecte, pourrait vous être fatale. Ici, c'est du limit, ça joue vite chaque coup sur la plupart des tables, ça tape sur la table, ça claque des cartes, une, deux, ça « pat » en bluff, tout le monde se connait, tout le monde se retrouve, et l'air de rien, cela fait 1 mois que tous ces joueurs se cotoient sur les mêmes tournois, la métagame évolue aussi, les historiques grandissent. On sait qui commence à être frais financièrement, et qui ne fait jamais « in the money ». Je peux vous dire que par rapport à ça, Jason Mercier est plus détendu que jamais. 

Chaud d'action, le Belge Michael Gathy joue dans la cour des grands, aux côtés de l'Américain Phil Galfond

Daniel Negreanu est redevenu « Kid Poker » à l'occasion de ce tournoi, tellement plaisant à voir

28 jours de WSOP, c'est bon, les petites piles de jetons, ça l'a gonflé Eli Elezra