masquer le menu
   

Dans la tête de Patrick Bruel

- 27 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #45 : Mixed NLHE/Pot-Limit Omaha 1 500$ - Une petite balade dans la tête de Patrick, ça vous tente ?

A l'occasion de ce nouveau tournoi au programme des WSOP, je vous propose de passer deux tours dans la tête de Patrick Bruel. Il n'y a pas les caméras de « Dans la tête d’un pro » ni la petite voix off de Michel Abecassis pour vous accompagner, mais j'espère que le voyage vous plaira quand même. 

C'eut été sympa d'ailleurs de s'intéresser aussi de près à Michel Abecassis, mais il est malheureusement tombé sur un futur électeur de Donald Trump, qui a décidé de partir à tapis avant le flop avec une main de PLO plus que bancale, non sans avoir précisé au Doc avant ce coup qu'il n'aimait pas les Français. Michel a bust et ce joueur lui a alors glissé : "Et voilà, c'est comme ça qu'on fait en Amérique !". Brrr...

Bref, filons dans la tête de Patrick. J'ai décidé de le suivre car Patrick a véritablement faim de poker dans cette ville, comme il nous le confiait un peu plus tôt dans la journée : « J’aimerais être directement en table finale ! » Ok, pourquoi pas, je ne vois personne qui serait contre ce scénario Boss, mais avant cela il faut passer le Day1 du tournoi. Pas le plus compliqué, pas le plus simple non plus, il faut jouer juste, et c'est à peu de choses près ce que nous propose Patrick aujourd'hui à l'occasion de ce tournoi, où la variante (NLHE et PLO) change toutes les 8 mains. On vous en propose 16 d'un coup, vous signez ? C'est parti. 

Présentation de l'état des lieux, voici la table de Patrick Bruel. Lui est en siège 10 (même si ça ne joue qu'à 8 par table). A côté de lui, une jeune femme inconnue de nos services. En revanche en face, Patrick est tombé contre des joueurs d'une certaine renommé. On commence par celui qui est le plus à gauche de la photo, Tommy Vedes, près de 4 millions de dollars de gain en live, obtenu notamment après deux victoires sur des World Poker Tour, le fameux circuit de poker, à l'époque commentée à la télévision Française par... Patrick Bruel évidemment. 

Au siège suivant, avec le haut rouge, il est Brésilien, s'appelle Bruno Politano et peut se targuer d'avoir réalisé un exploit que peu de joueurs ont fait : atteindre la table finale du Main Event des WSOP. C'était en 2014, l'année de Martin Jacobson, et Bruno avait empoché 947 000$ pour sa 8e place. Un joueur très sympathique au demeurant.

Juste à côté de lui, si vous avez suivi le coverage hier, vous savez de qui on parle : Justin Schwartz est à la table de Patrick ! « Lui, je ne peux pas le voir… » Patrick n'a évidemment pas la mémoire courte, et il se souvient très bien de ce spécimen qui lui avait bien rabâché les oreilles lors du Main Event. J'espère que vous avez été regarder la petite vidéo qu'on vous a link dans le coverage hier parce que... bon bon bon, le lien se trouve dans ce post, ça ira plu vite.

Enfin, un joueur est au siège 1, vous apercevez six de ses doigts, et ce sera largement suffisant. Il a été inexistant le temps de notre reportage inside Patrick. 

Tapis au moment de démarrer les deux tours : 11 675 (tapis de départ : 7 500)

Main #1 : Pas le temps d'aller chercher le popcorn et les pantoufles pour s'installer correctement, Patrick est déjà dans un gros coup de Pot-Limit Omaha. Depuis la petite blinde, Patrick a simplement complété (150) et le joueur en grosse blinde a check. 
Board : T54AQ

Check check au flop, puis Patrick va miser 300 au flop, l'équivalent du pot (payé par son adversaire) avant de check/call la rivière à hauteur de 725. Son adversaire montre AQ93 pour deux paires max. Patrick est légèrement dépité par cette rivière, lui qui ne montrera que deux de ses cartes, A4 pour deux paires inférieures. 

Main #2 : Patrick est donc au bouton cette fois. Politano décide limp, ce qui est assez classique en début de tournoi sur cette variante. Il est imité par Schwartz, par Patrick Bruel et les deux joueurs en blindes viennent également participer à ce coup. 5 joueurs pour découvrir un flop : AJ5. Personne n'est intéressé pour mettre le moindre jeton au milieu, on passe à la turn directement : 3. Un joueur mise, il est payé une fois, Patrick fold... et le coup s'arrêtera là pour nous, merci.

Main #3 : Mademoiselle limp à 150, Patrick l'imite, le joueur au bouton également puis Tommy Vedes squeeze en annonçant « pot ». Ça fera 750 et seul Patrick va accepter l'invitation.

Il faudra attendre la rivière du board J5T38 pour voir des jetons partir au milieu de la table. C'est Patrick qui va envoyer 1 800 (la taille du pot) et Vedes abandonne ce coup. Patrick remporte un premier pot intéressant.

Main #4 : UTG, Mademoiselle relance à 400. Patrick paye au siège suivant, tout comme Schwartz depuis la grosse blinde.

J7487

Check général au flop, check une nouvelle fois des deux adversaires de Patrick, qui prend cette fois l'initiative, en misant 1 200. Il est payé par Politano simplement, et les deux joueurs vont check la rivière. Patrick retourne J8QT, deux paires Valet-Huit, c'est la main gagnante.

Main #5 : Les joueurs passent en NLHE. Patrick est UTG cette fois et passe. 

Main #6 : Patrick défend sa grosse blinde, derrière une ouverture à 350 et un call de Politano. Le flop J83 arrive et... tout le monde check. Décidément, personne n'aime mettre de l'argent trop souvent. Il faut attendre la turn 9 pour voir Patrick miser 1 100. Ses deux adversaires vont rendre leur main au croupier à toute vitesse.

Main #7 : Tommy Vedes ouvre à 400 et un seul joueur va défendre : Patrick Bruel, depuis la petite blinde. Action tristounette sur un board 8T298 puisque les deux joueurs vont check la table tout du long. Vedes retourne A4 pour une simple hauteur as. Patrick n'était pas loin avec sa hauteur roi, mais le pot file tout de même chez l'Américain.

Les mains #8 #9 #10 #11 ne resteront pas dans l'histoire, puisque Patrick va toutes les jeter. 

Main #12 : Patrick est UTG et a assez fold, ça suffit. Il relance à 325. Il est payé par son voisin (les doigts) et par sa voisine en grosse blinde. 

Bruel va gentiment effectuer sa mise de continuation sur un flop KT7 en envoyant 500. Le premier passe, mais pas sa voisine qui opte pour un check/raise à 1 600. Patrick ne se dégonfle pas et paye sans broncher. 
Sur une turn 9 les deux joueurs vont check, mais sur la rivière T, Patrick va engager 2 000. Et sa voisine va passer assez rapidement.

Main #13 : Patrick passe.

Main #14 : Retour au Pot-Limit Omaha. Et la première main de Bruel va finir directement à la poubelle.

Main #15 : Trois joueurs opte pour le limp. Patrick est au bouton, il va squeeze, attention, ça va faire mal : Ah non, il fold.

Main #16 : Patrick va fold une dernière fois. Justin Schwartz en profite pour éliminer la demoiselle sur ce coup : sur un flop QT7, il se retrouve avec TT -X-X pour brelan et fait face à 77 -X-X pour brelan inférieure.

La table casse et Patrick est redirigé sur une autre table. Notre tour dans la tête de Patrick s'arrête ici.
C'est le moment de faire les comptes : 

Mains disputées : 16
Mains ou Patrick s’est impliqué : 8
Mains gagnées : 4
Gain : 5 100
Tapis actuel : 16 775

Justin Schwartz, l'homme qui n'est pas prêt de partir en vacances avec Patrick Bruel