masquer le menu
   

300 sortants en une heure de jeu !

- 26 juin 2016 - Par Harper

Event #41 - NLHE Monster Stack 1500$ (Day 2)
Gaëlle Baumann reste dans les sommets du classement, Sylvain Loosli en embuscade

10h58 au Rio en ce dimanche 26 juin. Dans les couloirs de l'hôtel-casino, c'est la cohue. Dans deux minutes reprend l'un des plus massifs tournois de l'été : le Monster Stack ayant réuni 6 927 joueurs. Ils sont 2 001 à encore avoir des jetons pour le Day 2 et, pour la plupart, il est invenvisageable d'arriver en retard. Me baladant hier soir sur le hashtag #WSOPMonsterStack, j'ai effectivement vu une tendance émerger : celle de voir une flopée de joueurs simplement être heureux d'avoir passé la première journée. Un signe qui ne trompe pas : le field est essentiellement composé de joueurs amateurs ayant économisé pour disputer le one time de leur été. Et on les comprend : pour un investissement de 1 500 dollars et après quatre jours de bonheur autour des tables, l'heureux vainqueur repartira avec 1,2 million de dollars...

Mais après simplement une petite heure de jeu, le rêve est déjà terminé pour 300 joueurs. Oui, vous ne rêvez pas, 300 sortants en une heure, soit cinq par minute, un toutes les douze secondes ! Les tables cassent à tout va et il faut saluer l'organisation spectaculaire des championnats du monde pour gérer le tournoi. Évidemment, le moment le plus crucial sera la bulle... 1 040 joueurs seront payés et il faudra s'assurer d'avoir le bon compte au joueur près. Pas question de léser quelqu'un !

Comment jouer quand on possède plus de trois fois la moyenne en début de journée ? Rester calme jusqu'à l'argent ? Continuer d'agresser à tout va ? « Tout dépend de la table » répond Gaëlle Baumann. « Mais clairement, l'idée est de mettre la pression afin d'avoir le plus gros tapis possible à la bulle. » Alors la joueuse du Team Winamax a placé un 3-bet d'entrée. « Mais je n'ai pas choisi le bon adversaire, c'est un des plus compétents à table, il a sûrement moins la pression de l'argent que les autres... Il a 4-bet à tapis et j'ai passé. » Mais les deux ont continué de se chamailler, s'envoyant relances sur relances jusqu'à une confrontation tout à fait inévitable : deux As chez Gaëlle, deux Rois pour l'Américain. Et la voilà derrière un tapis de 200 000 alors que la moyenne est de 65 000 !

« Donnez-moi une paire et je vais me régaler ! » En arrivant à sa table, Sylvain Loosli plaisantait à moitié. C'est qu'il a rendu fou ses adversaires en multipliant les relances. L'objectif était de se faire payer une fois la table chaude, c'est arrivé... « J'ai fait une top paire et un joueur m'a tout donné » sourit Sylvain. « Ensuite, on m'a 4-bet à tapis avec paire de Sept, j'avais deux Rois ! » Et voilà le finaliste du Main Event 2013 assis derrière un confortable tapis de 120 000 jetons (photo). Cela se passe un peu moins bien pour le troisième pro Winamax engagé aujourd'hui : Patrick Bruel n'a plus que 15 000 jetons devant lui, soit une dizaine de blindes.

Autre Française bien placée : Sarah Herzali. Et elle n'a pas eu à subir de coups de coude dans les couloirs du Rio : « je suis arrivée en retard... » avoue-t-elle, « mais c'est une tradition, je n'arrive jamais à être à l'heure ! » Avec 135 000 jetons, Sarah a de quoi voir venir mais quand même, c'est étrange de ne jamais se pointer à l'heure ? « Si, si, quand j'ai cinq blindes, je t'assure que je suis là directement ! » Et si jamais tu vas en finale ? « Je pense que le mieux, ce serait que je dorme à côté de la table ! »

Parmi les stars engagées sur l'épreuve, Jason Mercier est présent avec un tapis d'une vingtaine de blindes. Il faut avouer qu'il est étonnant de le voir sur un tel tournoi alors qu'il n'est plus qu'à un bracelet de réussir son pari (obtenir trois bracelets durant l'été pour 1,8 million de dollars face à Vanessa Selbst). En effet, il affronte ici 6 926 adversaires alors que des tournois offrent de bien plus petits fields ! Peut-être que l'Américain était en manque de No-Limit Hold'em, un jeu qu'il n'avait pas pratiqué depuis dix jours...