masquer le menu
   

Alex Luneau, de retour aux affaires

- 26 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #43 : Stud Hi Lo Championship 10 000$ - Alex Luneau s'inspirerait bien de Davidi

Après quelques jours de repos bien mérité, Alex Luneau est de retour sur ces WSOP. Il faut dire qu’il a bien charbonné depuis le début des Series, et surtout il ne faut pas oublier qu’il est présent à Las Vegas depuis le premier jour de ces championnats du monde : « L’escalade, rien de tel pour s’évader », confiait-il tout sourire. Et il n’a pas choisi n’importe quel event pour faire son comeback, avec un tournoi labélisé Championship, un 10 000$ Stud Hi-Lo, une variante qu’il adore, ça tombe bien.

On a tenté de s’incruster à sa table, telle une petite souris, pour voir et comprendre un peu mieux ce jeu. Force est de contaster que les jeux de limit, de surcroit en Hi-Lo, ne sont pas ceux qui font le plus vibrer les foules dans les gradins, même lorsque la table comporte plusieurs têtes bien connues du grand public.

Une heure d’observation, pour au final peu de coups disputés. Néanmoins, quand il y a un coup développé, ça peut très vite partir dans de grosses relances, et les pots sont rapidement énormes. Il n’est pas rare non plus de voir 3 joueurs dans un coup, et souvent, il y a un client qui s’apprête à perdre beaucoup dans ce genre de spot. Comprenez qu’un joueur va souvent avoir la main Hi, un autre aura souvent le Lo, et le dernier n’aura souvent plus que ses yeux pour pleurer.

Petit rappel des règles de cette variante, ça ne fait jamais de mal : chaque joueur reçoit deux cartes fermées puis une carte ouverte (tout le monde la voit). Le dealer ne distribue pas en fonction d’un quelconque bouton, comme en NLHE ou PLO par exemple, mais en partant de sa gauche, le siège 1, jusqu’à aller au bout de la table, le siège 9. Celui qui possède la plus petite carte, à savoir le 2 (mais ça peut très bien être un 3, un 4 ou un 5, c’est en fonction de ce qui est affiché sur la table) se retrouve en position de poser le bring in, une sorte de blinde obligatoire, puis les actions de miser se mettent en place, le croupier dévoilant sur la table quatre cartes ouvertes au total, plus une dernière à la fin, la 7e, mais face cachée. Il y a donc des séquences de mises sur chaque « street » comme on dit. Le but est de faire un jeu de hi et/ou de Lo pour l’emporter. C’est à dire une combinaison de poker, tout simplement. En Hi, vous faites des quintes, des flush, deux paires, ce que vous voulez, en lo, il faut avoir la moins bonne main possible, de l’as au 8 pour être qualifié.

« La position est importante à ce jeu, mais comme dans n’importe quel jeu de poker en fait », expliquait Luneau, « quand il y a 8 joueurs à parler après toi, tu ne peux pas jouer avec n’importe quelle main de départ. A l’inverse si tout le monde fold quand tu as le bring in, il faut élargir sa range et jouer à peu près toutes les mains. »

Bon, mais alors c’est quoi un bon jeu de départ ? « Si tu as 3 petites cartes pour commencer, c’est pas mal surtout en Hi-Lo. Avoir une paire, évidemment c’est bien, mais comme je disais avant, la position est aussi très importante. Les connecteurs suités, c’est bien aussi… ça se rapproche pas mal du Texas aussi, c’est tout bête. »

Tout bête ou presque. Pas forcément évident de suivre une partie, et ça se voit à la tête des joueurs à table. Tous scrutent en permanence les cartes des adversaires, car il faut tenter au maximum de retenir les cartes qui ont déjà été jouées. On se lance ou je continue ce petit cours du le Stud Hi Lo ? Allez on se lance.

J’ai suivi Alex le temps d’une vingtaine de mains. Pour vous donner une petite idée du temps qui passe, un niveau entier a pu s’écouler. C’est tout de même plus rapide qu’en NLHE par exemple, où vous allez avoir un ou deux joueurs qui vont réfléchir un bon moment sur la turn et/ou sur la rivière. Là, ça discute pas mal entre les joueurs, qui se connaissent tous ou presque à ce niveau là, et chacun sait ce qu’il a à faire, c’est à dire soit se lancer dans un coup où il va falloir être prêt à s’envoyer des petites sacoches sur 5 streets… soit fold. Ça pour le coup, c’est assez agréable, comparé au NLHE.

Norman Chad, Eric Kurtzman ou encore Matt Ashton (photo) sont installés aux côtés de Luneau. « Matt Ashton c’est peut-être le seul mec que je considère bien plus fort que moi en H.O.R.S.E. Il est vraiment très bon, et c’est un bon pote à moi. » Les deux sont côte à côte et papotent assez souvent.

Et Alex a fait vibrer dès la première main. Voici à quoi ressemblait le tableau final, on va détailler ensuite :

Kurtzman : X-X-8K2A-X
Luneau : X-X-K4A4-X
Ashton : X-X-2A98-X

Le pot s’est mis à gonfler à la fin de ce coup : Alex a check, Ashton a mise 1 600 et Kurtzman a relancé à 3 200. Alex a alors annoncé « raise » avant de poser 4 800. Ashton a à son tour « raise » à 6 400, et Kurtzman a simplement payé. Mais Alex n’en est pas resté là et a encore relancé, à 8 000. Payé par les deux joueurs.

Alex a retourné ses 3 cartes fermées, Q87 pour une flush max. Il a donc empoché le hi, puisque Ashton n’a simplement montré qu’un Lo, avec 753 (un lo A2357 donc). Et on remercie Kurtzman d’être venu dans ce coup, lui pensait surement prendre le lo. Loupé.

Le coup suivant qu’Alex a disputé à fond, ça donnait quelque chose comme ça :

Luneau : X-X-3A92-X
Adversaire : X-X-TA3Q-X

Deux joueurs étaient encore là jusqu’à la 4e street, et on les remercie, car c’est grâce à eux qu’Alex a gagné quelques jetons. Oui car au final, il a retourné 67K pour prendre le lo (A2367) alors que son adversaire a retourné T75 pour un hi avec une simple paire de dix.

Un petit coup marrant ? Allez parce que jusque là, on split beaucoup et ce n’est pas comme ça qu’on monte des jetons.

Luneau : X-X-4684-X
Adversaire : X-X-K422-X

Les deux joueurs ont été au bout et l’adversaire d’Alex a annoncé « Deux paires ». « A quelle hauteur ? » a demandé Luneau, qui s’est vu montré 55. Alex a alors rapidement retourné 77 pour deux paires supérieures. « J’avais cette paire de 7 servie dès le début ». Ah, vous voyez que c’est important de démarrer avec une paire. Et voilà un premier pot remporté intégralement par Alex.

Puis Alex a fold un bon paquet de mains, et j’ai donc fui de cette table. Ce jeu est long, il faut être patient et surtout bien plus concentré qu'en Hold'em, puisque que comme expliqué au début, il faut retenir un maximum de cartes déjà sur la table. Quand j'ai vu qu'un joueur était plus concentré par son énorme burger et qu'un autre prenait son pied sur son ipad à mater des vidéos, je me suis dit qu'Alex devait bien rire intérieurement, connaissant un poil mieux l'animal. Allez Alex, plus que 120 joueurs à battre, et tu rameneras enfin cette breloque qui te fait tant rêver.

Norman Chad, célèbre commentateur télé, et grand fan de tous ces jeux sans flop, turn et river