masquer le menu
   

Adrian Mateos est une machine

- 24 juin 2016 - Par Harper

Event #33 : Summer Solstice No-Limit Hold'em 1 500$ 
À 21 ans, l'Espagnol remporte son deuxième bracelet

Dans sept petits jours, Adrian Mateos fêtera ses 22 ans. Un âge où les jeunes sortent de partiels, terminent de bosser à des heures impossibles ou encore planifient des vacances au camping entre potes. L'Espagnol, lui, a ajouté un deuxième bracelet de champion du monde de poker à sa collection et 404 000 dollars à un compte en banque où trônait déjà 4,3 millions. Retour sur le parcours du phénomène.

Le 26 octobre 2012, Adrian a 18 ans et 3 mois. Il décide de se lancer sur un tournoi payant, une épreuve à 550 euros organisée dans sa ville de Madrid. Un peu plus de 300 joueurs répondent à l'appel et le déjà grand Adrian ne rate pas ses débuts... Il s'impose pour 33 000 euros ! Le début d'une irrémédiable ascension. Car quatre mois plus tard, à nouveau à Madrid, Adrian participe au Main Event de l'Estrallas Poker Tour ayant réuni 632 joueurs. Le résultat ? Une victoire ! Avec un joli chèque de 103 000 euros à la clé. L'Espagnol commence alors à faire le circuit, à se déplacer de ville en ville et, sous les conseils de ses amis et vu son impressionnant nombre de résultats, déménage à Londres afin d'être exonéré de charges fiscales. 

Frustré de ne pas pouvoir se rendre à Las Vegas avant ses 21 ans pour disputer les championnats du monde, Adrian se rabat en octobre 2013 sur les WSOP-Europe où il participe au Main Event à 10 000 euros l'entrée. Après un heads up épique de plus de quatre heures, il se débarasse de Fabrice Soulier pour remporter son premier bracelet et un million d'euros. À 19 ans seulement ! Le Madrilène multiplie alors les places payées sur les side events de l'EPT avant d'enfin briller sur un Main Event en mai 2015. Et pas n'importe lequel... La grande finale de Monte Carlo ! Et comme briller rime pour lui avec gagner, Adrian s'impose devant 563 adversaires au terme d'une finale de rêve où se trouvaient également Ole Schemion et Johnny Lodden qui n'ont absolument rien pu faire devant la maestria du garçon. Empochant à nouveau plus d'un million d'euros, il devint alors le premier Espagnol à s'imposer sur un EPT, onze ans après le lancement du circuit.

Et pourtant, Adrian n'avait pas encore le droit d'aller à Vegas. C'est un mois et demi plus tard qu'il eut 21 ans. Et, à 21 ans et 1 jour, Adrian a débarqué aux États-Unis pour disputer les deux dernières semaines des WSOP. Sans néanmoins réussir à gagner le Main Event... Décevant hein ? On plaisante mais il a tout de même atteint l'argent, se hissant en 750ème place du tournoi pour sa première participation.

21 ans, 7 titres, 4,8 millions de dollars de gains

Et un an plus tard, c'est devant des hispaniques déchainés qu'il est allé chercher son second bracelet sur le Summer Solstice à 1 500$, un tournoi ayant la particularité de voir ses niveaux allongés de 45 minutes à 1h30. À 50 joueurs restants sur les 1840 entrants, on se souvient que c'est l'Espagnol qui a éliminé Meddi Ferrah, l'un des derniers français en course en envoyant un 4-bet à tapis premier de parole pour 33 blindes avec paire de Cinq alors que Meddi l'avait-surelancé depuis la petite blinde. Une main qui avait interrogé de nombreux tricolores. « Démesuré... » « Il est fort mais là je pense que c'est une connerie. » « C'est un craquage énorme. » Telles étaient les réactions à l'heure d'analyser la main. Opposé à As-Dame, Adrian avait remporté le pot et s'était envolé au classement.

Loin de nous l'idée de juger si cette main était bien jouée ou non mais elle révèle néanmoins un trait de caractère du jeu d'Adrian : c'est un joueur qui pratique un poker visant en permanence la première place. Rien d'autre ne l'intéresse. Ainsi, ses prises de risque sont systématiquement énormes. Avec du déchet, certes, mais aussi avec un mélange de talent et d'inconscience qui font sa force. Et voilà ce garçon assis derrière 4,8 millions de dollars de gains et sept titres dont deux bracelets. À 21 ans seulement.