masquer le menu
   

Près de 1500 joueurs pour ce nouvel Event

- 16 juin 2016 - Par Veunstyle72

Event #23 : NLHE à 2 000$ - le tournoi a fait le plein, mais les Français ont du mal

Cette année, on innove du côté des WSOP. Les tournois à 1000$ sont considérés comme des semi-boucheries, de part leur structure notamment, et le niveau qui est souvent faible, alors que les tournois à 3 000$ sont déjà presque à mettre dans la catégorie des tournois sharkys. Que faire alors pour satisfaire plus de monde ? On coupe la poire en deux, tout simplement. Ainsi en ce 15 juin 2016, un tournoi à 2 000$ a fait son apparition dans le calendrier des WSOP, il s'agit donc de l'event #23. 

Et on souhaite la bienvenue à la ravissante Erica Schoenberg, sur ces WSOP 2016

Et les chiffres sont plutot bons : près de 1 500 inscriptions, pour recevoir en échange de cette vingtaine de billets de 100$, un joli stack de 10 000 jetons, sur des niveaux de 60 minutes. Après 7 niveaux d'inscriptions, il reste environ 600 joueurs... et peu de Français. Que se passe-t-il ?

Lors de mon passage en salle, il fallait avoir l'oeil bien ouvert pour rencontrer de la bonne baguette bien cuite (j'en salive rien que de l'écrire). Il y a du breton qui circule librement dans le Rio. Le premier d'entre eux, nous avons déjà eu l'occasion de le rencontrer un peu plus tôt, il s'agit d'Adrien Allain. Avec 50% de jetons en plus dans son stack par rapport au départ, Adrien allait plutôt bien. 
 

Adrien Allain

Son autre collègue Breton, nous l’accueillons pour ses grands débuts sur ces WSOP 2016. Il est ici chez lui, et ça va bientôt faire 7 ans déjà, il s’agit d’Antoine Saout.

Débarqué hier soir dans la ville du vice, le presque presque champion du monde 2009 n’a pas perdu de temps pour se mettre en jambe avec ce petit tournoi comme plat d’entrée.

« Sur les blindes 150/300, j’ai perdu un pot à 80 000 ! » Ça c’est le Tonio qu’on aime, vif et déjà en pleine action sur les terres qui l’ont rendu célèbre. « J’ai perdu paire de Rois contre As-Roi, As-Dame et paire de Valets. Un as est venu sur la table… Je n’ai pas perdu grand chose, car je me suis refait sur celui qui avait la paire de Valets, mais il n’empêche qu’avec ce coup, j’avais déjà pratiquement le stack pour faire ITM. »

Frustré Antoine ? Non, mais pressé d’avoir des grosses piles de jetons pour en mettre partout, ça oui. Pour le moment, il se contente du même stack que son collègue Adrien Allain, c’est à dire environ 15 000.

Côté Team Pro Winamax, deux joueurs sont en course, Guillaume Diaz et Florian Decamps. Flo a l’air en pleine forme, et ça tombe bien, puisqu’il va falloir avoir les nerfs solides. Il est rentré de dinner break et a manqué sa big blinde. La main suivante, un joueur open depuis le bouton et Florian 3-bet calmement en SB. Son adversaire va faire une tête étrange et rendre ses cartes quelques instants plus tard. Et hop, on oublie la blinde perdue juste avant.

De son côté, Guillaume s’est trouvé un copain pour parler la langue que ses parents lui ont appris étant petit, le Français. Il converse tranquillement avec le Belge Jonathan Abdellatif. Lors de mon passage, Guillaume a 3-bet un joueur (de 1 200 à 3 000) et s’est vu demandé l’état de son tapis. D’où la main levée sur la photo, car c’est comme ça que l’on répond à son adversaire. On ne lui dit rien, on le laisse observer. Bref, notre ami ricain va cliquer sur des boutons et poser 9 500 au milieu. Il reste un petit 15 000 à Guillaume, qu’il préfère garder pour la suite.

Guillaume Diaz et Jonathan Abdellatif

Croisé également autour de ces tables, le tombeur de ces dames, Pierre Merlin, en compagnie d’une autre rock star, un certain Chris Ferguson. "Ouais, mais il n'a disputé que 5 mains" m'a indiqué Pierre. Ferguson est parti à tapis avec As-Dame contre une paire de Dames chez son adversaire. Ferguson n’a pas trouvé l’as miraculeux, il a alors tapoté la table une fois, puis une seconde fois… mais rien à faire, j’ai bien l’impression que personne ne veut plus calculer l’homme au chapeau. La routourne a bien tourné…

Pierre Merlin et Chris Ferguson. Je n'aurais jamais pensé associer ces deux noms un jour dans une légende de photo