masquer le menu
   

Le Pierre dure plus longtemps que le bois

- 15 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Chaque année, les neuf joueurs qui atteignent la table finale du plus long tournoi du monde font le même constat : le Main Event est une compétition épuisante. L'écrasante majorité d'entre eux n'affichent qu'une vingtaine ou une trentaine d'années au compteur, ce qui ne les empêchent pas d'afficher une mine épuisée au terme des sept journées de treize heures que durent les phases préliminaires. 



Que dire alors, de la prestation de Pierre Neuville et ses 72 printemps ? A la naissance des joueurs les plus âgés de la finale du Main Event 2014, le Belge fêtait déjà son 41ème anniversaire. Du haut de nos trente et quelques années, Il nous est tout simplement impossible d'imaginer les émotions et les sensations qui ont traversé le retraité tout au long de ce marathon, et l'état de fatigue dans lequel il se trouvait ce soir au moment de savourer son exploit. C'est quelque chose que nous ne pourrons pas apprécier et comprendre avant un bon bout de temps.

Et c'est d'ailleurs un Pierre Neuville frais, alerte et malicieux que nous avons retrouvé peu après le dénouement de la journée, galvanisé par les évènements et ravi de nous en dire un peu plus sur son état d'esprit. "J'ai été nerveux durant une dizaine de minutes, à la fin. Je n'avais pas de cartes. Le reste de la journée, j'étais d'accord pour prendre des risques, mais lorsque je me suis rendu que je n'avais pas réllement besoin de jouer pour devenir November Nine, j'ai décidé de ne plus jouer. C'est d'ailleurs pour cela que je n'ai pas misé sur la rivière avec ma quinte. Je n'étais pas max. En face, l'autre avait lui le jeu max, il était déçu." 

C'est en janvier 2008 que nous avons découvert Pierre Neuville. Retraité après une longue carrière passée dans l'industrie des jeux de plateau. Il venait de quitter son poste de vice-président chez le géant Hasbro, auquel il avait vendu sa propre société de jeux en 1982, 23 ans après l'avoir fondée. Enfin libéré de ses contraintes professionnelles, Neuville pouvait revenir à ses premières amours, en l'ocurrence le poker, qu'il pratiquait déjà quarante ans plus tôt dans ses années étudiantes. Ses premières vacances en tant que retraité eurent donc lieu au Bahamas, et se soldèrent pas une accession en demi-finales de la PCA. Dès lors, Neuville allait entamer un long voyage quasiment ininterrompu à travers toute l'Europe du poker (plus le pélenirage estival aux WSOP), déroulant une succession semble t-il sans fin de places payées, finales et victoires. Jusqu'à ce soir, avec une accession en table finale du plus gros tournoi du monde qui sonne comme un consécration.  "C'est un accomplissement pour moi, après plusieurs années pendant lesquelles je n'ai jamais cessé de travailler mon poker. Je suis sûrement l'un des amateurs les plus passionnés au monde !" 

Pierre Neuville savoure son exploit avec son épouse Claudine


Il y a trois mois, devant tout le gratin du poker du Vieux Continent rassemblé à Malte pour la cérémonie des Trophées du Poker Européen, Neuville recevait un Award récompensant l'ensemble de sa carrière, marquée par deux secondes places à l'European Poker Tour, et une seconde place aux World Series of Poker, avec en filigrane une série record de 23 qualifications online successives aux tournois de l'European Poker Tour. "Je suis désolé de vous l'annoncer, mais ce n'est pas terminé", déclara t-il à l'assemblée, comme pour remarquer sur la nature nécrologique de ce genre de distinction. La suite s'est révélée prémonitoire. 

Connu de beaucoup pour sa gentillesse et son fair play à table, Neuville a trouvé le bon mot lorsqu'on lui a demandé quel était son favori en finale, ou plutôt le joueur qu'il craignait le plus. "Je vais probablement terminer deuxième, comme d'habitude !"  Avant d'ajouter que ses adversaires les plus dangereux étaient probablement Joe McKeehen et "le joueur chic" [Max Steinberg]. 

Pierre Neuville passera les trois mois le séparant de la finale à se préparer avec son épouse Claudine. "C'est mon coach personnel : tous les matins, elle m'emmène faire du fitness, s'occuppe de mon régime alimentaire, et on fait du sport ensemble. Je vais continuer de me concentrer sur mon mental. Je ne vais pas beaucoup jouer au poker, à part m'entraîner un peu online et l'EPT Barcelone." Qu'en pense Claudine ? "Il va sûrement gagner. Je suis très content pour lui, car je sais qu'il l'est. Il ne voulait pas jouer le Main Event, et regardez où on en est !"

"Les gens de mon âge ont l'air plus vieux que moi, le poker me conserve bien !", rigolait Neuville devant les journalistes tendant leurs dictaphones.  Johnny Moss, l'une des premières légendes de notre jeu préféré, était âgé de 81 ans lorsqu'il remporta son dixième et dernier bracelet de Champion du Monde au Binion's Horseshoe à la fin des années 80. Dans notre monde moderne du poker dominé par les vingtenaires biberonnés au jeu sur Internet, on répète ad nauseam la formule uséela valeur n'attend pas le nombre des années. En novembre, Pierre Neuville reviendra à Las Vegas pour prouver qu'à l'inverse, cette valeur n'est en rien usée par le nombre des années.

Le dénouement en images

- 15 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Thomas Cannuli se rapproche de son rail : c'est peut-être la dernière main de l'été qui est en train de se jouer.

Cannuli peut maintenant exulter : le chip-leader Joe McKeehen a remporté son flip contre Alexander Turyansky !

Les superviseurs recomptent bien les jetons de chacu n

Les finalistes Américains se congratulent

Vous avez déjà vu autant de monde autour d'une table de poker ?

Les fans ne perdent pas de temps :  McKeehen est déjà réclamé pour des selfies

Pierre Neuville est lui aussi très sollicité

Les photographes mitraillent les November Nine fraîchement consacrés

Les amis de Max Steinberg entourent leur héros

Les finalistes sont assiégés par les journalistes

Au même moment, trois joueurs disputent en toute détente la fin de leur tournoi à 235 balles

Jack Effel, le directeur de tournoi, offre un premier brief aux November Nine : ce ne sera pas le dernier durant les trois mois à venir...

Qui sont les November Nine 2015 ?

- 15 juillet 2015 - Par Kinshu

Joseph McKeehen (USA) 63,1 millions (wow !)
 Voir Joseph McKeehen en finale du Big One est tout sauf une surprise. On avait découvert cet Américain de 24 ans l'an passé, après le joli duel qu'il avait disputé et perdu contre Hugo Pingray en finale de l'épreuve Monster Stack. Et ce n'est pas un hasard si très tôt dans le tournoi, on avait mentionné que McKeehen avait le profil typique du November Nine, autant dans le look que dans le talent nécessaire pour en arriver là. On l'a vu machinalement exercer une pression constante durant les derniers jours, le plus souvent avec des jeux plutôt solides. Avec une facilité déconcertante, McKeehen a complètement écrasé ses adversaires à la bulle de la finale (signant au passage la dernière élimination de la journée) et s'est ainsi adjugé haut la main le statut de chipleader avec un tiers des jetons en circulation ! 

Zvi Stern (Israël) 29,8 m.
Chaque année ou presque, un joueur complètement inconnu de nos services se fraye un chemin en table finale. Cette édition, c'est Zvi Stern qui a tiré le bon numéro. Que sait-on sur ce joueur israélien ? Pas grand chose, hormis qu'il a le même patronyme qu'un magazine people allemand, qu'il aime bien réfléchir dix minutes pour prendre une décision et qu'il enregistre grâce à ce tournoi sa troisième place payée sur le circuit. Comment s'est-il retrouvé à ce stade du tournoi ? Zvi Stern et boule de gomme !

Neil Blumenfield (USA) 22 m.
L'homme au chapeau est l'un des joueurs les plus âgés encore en lice. Son fait d'armes le plus marquant remonte à 2008 lorsqu'il a remporté le premier Championnat de l'Etat du Nevada. Short-stack pendant un long moment lors du Day 6, l'Américain n'a pas hésité à partir de nombreuses fois à tapis pour se maintenir en vie.

Pierre Neuville (Belgique) 21,075 m.
Quelle bonne surprise de voir Pierre Neuville en finale du plus beau tournoi du monde ! Le Belge de 72 ans a démontré tout au long du tournoi qu'il était complètement à la page niveau poker et aussi téméraire, voire bien plus encore, que les joueurs les plus jeunes du circuit. Chipleader par intermittence, Neuville s'est révélé être un modèle d'endurance durant ces derniers jours, où la fatigue n'a pris le pas sur son poker aussi fantaisiste qu'efficace. Cette présence sur la toute dernière table du Big One vient récompenser Neuville de huit années de régularité sur le circuit (trois secondes places sur des tournois EPT et WSOP !) où sa gentillesse hors du commun a marqué tous ceux qui l'ont cotoyé. Quelle fraicheur !

Max Steinberg (USA) 20,2 m.
L'expérimenté Américain compte deux places de runner-up et un titre WSOP (dans un tournoi à 1 000 dollars en No-Limit Hold'em en 2012) à son palmarès, pour un total de plus d'1,9 millions de dollars de gain en live. Parmi les short-stack au départ de la journée, Steinberg a rapidement doublé son tapis en début de Day 7, grâce à une paire d'As opposée à la paire de 8 de Daniel Negreanu. Remarqué pour ses costumes ajustés et son look impeccable tout droits sortis d'une couverture de GQ ou Maxim, Maxsera soutenu en finale par son vrai jumeau, Danny, lui aussi pro du poker.

Thomas Cannuli (USA) 12,25 m.
Le profil de Thomas Cannuli n'est pas sans nous rappeler celui d'un certain Joe Cada : Américain, la vingtaine d'années, la casquette vissée à l'envers, habitué à disputer de grosses parties de cash-game, ayant une très maigre expérience en tournois live, mais une confiance à toute épreuve. Cela s'est d'ailleurs ressenti dans le final de ce Main Event où l'on a vu le natif du New Jersey, encouragé par les illustres Brian Rast, Antonio Esfandiari et Sorel Mizzi (entre autres), être ultra agressif autour de la table. Alors, Cannuli peut-il connaitre le même destin que le champion du monde 2009 ?  

Joshua Beckley (USA) 11,8 m.
En moins d'un an, le grindeur online aura atteint une autre dimension avec ce statut de November Nine. Régulier des sites de poker du New Jersey, Joshua Beckley n'a débuté le jeu en live que l'été dernier, après avoir longtemps squatté les tables d'Ultimate. Short-stack officiel à 10 joueurs restants, l'Américain a remporté un flip avec As-Dame contre paire de 9 pour sa survie dans le tournoi.

Patrick Chan (USA) 6,225 m.
Régulier des tournois entre 100 et 1 000 dollars de buy-in, le New-Yorkais Patrick Chan vit clairement son "one-time". Le jeune homme a trouvé une paire d'As au bon moment pour éliminer le Canadien Max Greenwood en possession de la paire de Valets, peu avant la pause dîner lors du Day 6. 

Federico Butteroni (Italie) 6,2 m.
20ème du Monster Stack (pour plus de 45 000 dollars) et vainqueur du tournoi quotidien du Rio (235$ de buy-in pour 31 000$) il y a trois semaines, l'été de Federico Butteroni s'achève en beauté. Joueur méconnu, sa seule performance notable date de 2010 avec une 15ème place dans un IPT à San Remo. L'Italien a passablement agaçé ses adversaires lors de l'avant-dernière journée, prenant beaucoup de temps dans toutes ses décisions. Le Romain a déjà fait mieux que son compatriote Sergio Castelluccio, 13ème en 2013. Il lui restera encore un effort à faire pour dépasser Filippo Candio, 4ème en 2010. Avec 15BB, Federico est, en compagnie de Patrick Chan, le short-stack officiel.

Siège 1: Zvi Stern (Israël) 29,800,000 (74 bb)
Siège 2: Pierre Neuville (Belgique) 21,075,000 (52 bb)
Siège 3: Joshua Beckley (USA) 11,800,000 (27 bb)
Siège 4: Max Steinberg (USA) 20,200,000 (50 bb)
Siège 5: Thomas Cannuli (USA) 12,250,000 (30 bb)
Siège 6: Joe McKeehen (USA) 63,100,000 (160 bb)
Siège 7: Patrick Chan (USA) 6,225,000 (15 bb)
Siège 8: Federico Butteroni (Italie) 6,200,000 (15 bb)
Siège 9: Neil Blumenfield (USA) 22,000,000 (55 bb)

Blindes : 200,000/400,000, ante 50,000

Les prix restants

Vainqueur : 7,680,021$
Runner-up : 4,469,171$
3e : 3,397,103$
4e : 2,614,558$
5e : 1,910,971$
6e : 1,426,072$
7e : 1,203,193$
8e : 1,097,009$
9e : 1,001,020$

Les éliminations du jour

10. Alexander Turyansky (Allemagne) 756,897$
11. Daniel Negreanu (Canada) 526,778$
12. George McDonald (Royaume-Uni) 526,778$
13.Matt Guan (USA) 411,453$
14. Justin Schwartz (USA) 411,453$
15. Tom Kearney (USA) 411,453$
16. Dave Stefanski (USA) 325,034$
17. David Peters (USA) 325,034$
18. Kilian Kramer (Allemagne) 325,034$
19. Erasmus Morfe (USA) 262,574$
20. John Allan Hinds (USA) 262,574$
21. Mario Sequeira (USA) 262,574$
22. Anton Morgenstern (Allemagne) 262,574$
23. Blake Bohn (USA) 262,574$
24. Chris Brand (USA) 262,574$
25. Fedor Holz (Allemagne) 262,574$
26. Chad Power (USA) 262,574$
27.James Magner (USA) 262,574$

Alexander Turyansky, dernier éliminé de l'été

- 15 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Avec quatre (excellents) représentants parmi les 27 derniers joueurs du tournoi, l'Allemagne était en très bonne position pour occuper un ou plusieurs sièges en finale, et pourquoi pas rééditer l'exploit de Pius Heinz en 2011. Las : après les sorties de Fedor Holz (25e), Anton Morgenstern (22e), Kilian Kramer (18e), Alexander Turyansky est officiellement devenu le bubble boy de l'édition 2015 du Main Event, ruinant les chances teutonnes dans le plus gros tournoi du monde.

Le coup qui a scellé son destin est un banal coin-flip, le plus banal du Texas Hold'em en tournoi : AK poussé à tapis préflop en 4-bet pour 20BB contre les QQ du chip-leader Joe McKeehen.

Devant une foule toute entière debout, le croupier a retourné le dernier board de l'été : 7658J.

Pour ses efforts, Alexander Turyansky remporte 757,000 dollars, et des regrets qui ne le quitteront probablement pas avant longtemps.

Turyansky est à tapis, tout le monde retient son souffle !

La rivière ne sauve pas Turyansky qui est immédiatement consolé par ses adversaires

C'est l'effervescence dans la salle : les néo November Nine sautent de joie

Avec cela, on connaît le casting 2015 des November Nine : on y retrouve le Belge Pierre Neuville, 72 ans et un gros tapis. On vous en parle très vite dans un prochain article.

La planète poker toute entière est déçue

- 15 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Daniel Negreanu est éliminé en onzième place


Une seule carte a suffi à ce que le monde du poker tout entier ait le coeur brisé. Tout le monde, sauf l'Américain Joseph McKeehen, qui a endossé peu après minuit le rôle peu enviable de bourreau de LA superstar de ce tournoi, celle que la communauté tout entière voulait voir revenir disputer la finale en novembre. Las, un coup du sort a éliminé Daniel Negreanu en onzième place, cette même onzième place qu'il avait atteint il y a une éternité de cela, lorsqu'il était encore un jeune grinder prometteur et que le Main Event des World Series of Poker ne représentait que dix pour cent de ce qu'il est devenu aujourd'hui.

Le coup de théâtre s'est produit suite à un check raise à tapis de Negreanu pour quinze blindes avec A4 sur un flop AK10. Le chip-leader a payé avec J3, touchant une paire ne changeant rien sur le 3 turn.

Attendant que le croupier ne retourne la dernière carte, inexorablement liée à son destin, Daniel Negreanu est debout. Il a serré les poings une première fois en voyant tomber le turn. Il lui reste une carte à éviter contre un joueur qui joue virtuellement toutes les cartes du paquet : les carreaux, les Valets, les 3, la Dame.



Et c'est bien une Q qui sera distribuée, faisant littéralement s'écrouler Negreanu, sous les ovations déçues d'une salle qu'on n'avait jamais vue aussi comble. 


Avant cela, le Kid Poker avait parfaitement géré sa journée et avait intelligemment adopté un jeu très small ball afin de maximiser ses chances d'atteindre une table finale qu'il avait déjà manqué d'un cheveu en 2001 en finissant à la même place - onzième. L'élimination de Negreanu est un énorme coup de massue dans le final de cette 46e édition du Main Event qui perd là l'un des plus populaires et plus talentueux joueurs du milieu. Que ce soit ESPN, les autres médias, les organisateurs ou encore les spectacteurs venus en masse encourager leur chouchou, tous sont devastés par cette élimination, qui enlève à la finale pas mal de son piquant.

(Chose incroyable : quelques minutes après son élimination, Daniel Negreanu était déjà en train de s'esclaffer en voyant le GIF animé publié ci-dessus. Une attitude qui force le respect !)