masquer le menu
   

661 joueurs avancent au Day 4, dont 8 Français

- 11 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Fin du Day 3



C’est aux alentours de 22 heures que le Main Event a connu le moment de bonheur qu’espéraient 6,420 joueurs, mais auquel seulement mille ont eu droit : l’entrée dans les places payées, venant récompenser trois jours d’intenses efforts pour ceux ayant fait montre d’assez de réussite et de talent pour arriver jusque là. Vous pouvez revivre ce moment haut en couleurs en consultant notre compte-rendu rédigé sur le vif.

Les joueurs éliminés aujourd’hui (on en a compté 1,100, grosso modo, au cours des dix heures de jeu de ce Day 3) peuvent se diviser en deux catégories : ceux qui sont repartis les mains vides, et ceux qui ont fait l’argent. La majorité des 31 Français se sont rangés dans la première catégorie aujourd’hui, avec pas moins de vingt de nos compatriotes sautant avant la bulle, depuis Olivier Decamps, éliminé peu après le coup d’envoi à midi, jusqu’à Roy Daoud, infortuné bubble-boy officiel de cette édition 2015 (et donc à ce titre récompensé d’une entrée pour l’édition 2016 du tournoi, ce qui relativise un peu sa déception) en passant par Antoine Saout, Jimmy Guerrero, Pierre Merlin, Flavien Guenan, Victor Choupeaux, Brian Benhamou, Pierre Milan, Rémi Castaignon, Valentin Messina, Emile Petit, Stéphane Benadiba, ou encore le qualifié Winamax Bastien Venhard. L’élimination Tricolore la plus surprenante du jour fut sans aucun doute celle de Louis Linard : alors qu’il avait entamé la journée en tant que leader du clan Français, Labrik a explosé en vol dès le premier niveau du Day 3, perdant énormément de jetons (trop ?) avec une paire de Dames battue.

Après la bulle, nous avons vu sortir coup sur coup trois amateurs éclairés du circuit Français, dont la patiente a été récompensée par un min-cash : Gilles Huet (993e, de justesse !), Jean Montury, et notre turfiste préféré Philippe Ktorza.

Alors qu’il ne reste plus que 675 prétendants au titre, qui seront pour la première fois réunis dans l’Amazon Room samedi à midi, quelles sont les chances Françaises ? Elles sont au nombre de huit :

Nesrine Kourdourli 649,000
Harry Touil 500,000
Paul-François Tedeschi 443,500
Yehoram Houri 405,000
Patrick Bruel (Team Winamax) 266,500
Maxime Chilaud (Qualifié Winamax) 139,500

Damien Lhommeau 84,000
Anthony Picault 59,000



Notre chip-leader Français est donc une "leadeuse" : Nesrine Kourdourli, installée à Boston depuis son mariage avec le pro Américain Tim O'Reilly. Ness a entamé la journée avec un stack de 61 600 et n'a pas tardé avant de multipler son tapis par trois. Elle s'est ensuite maintenue toute la journée avant de doubler une dernière fois dans le dernier niveau, grâce à une couleur max floppée contre un adversaire parti à tapis avec une over-paire. A noter que son mari sera lui aussi au rendez-vous du Day 4 avec 201,000 unités. 


"J'ai beaucoup appris aujourd'hui !" C'est par cet humble constat que Patrick Bruel a conclu son Day 3 en emballant un tas de jetons valant 266,500, soit presque la moyenne. Terminant la journée à une table de fous furieux assis derrière des montagnes de jetons, P14B en a vu de toutes les couleurs, et a gagné autant de gros pots qu'ils en a perdus, ses bonnes mains de départ n'ayant toujours pas passé l'épreuve du showdown. Le boss du Team avouera regretter deux ou trois de ses décisions aujourd'hui, mais achève la journée sur une bonne note, en payant flop et rivière le bluff d'un adversaire avec une paire de 8 sur un board 772TJ : bien vu, il se voit montrer un KQ loin derrière.


Si on lui avait dit qu'il finirait avec 25 blindes pour aborder le Day 4, Davidi Kitai n'aurait sans doute pas signé. Car on le sait depuis un moment maintenant, le joueur du Team Winamax joue uniquement pour gagner, et jamais pour survivre. C'est dans cette optique qu'il a donc poursuivi sur sa lancée des journées précédentes, en attaquant sans relâche dès les premières orbites du Day 3, mais sans le succès escompté, Davidi voyant son tapis fondre petit à petit au rythme des showdowns pour la plupart perdants. Et puis la bulle s'est esquissé et Davidi s'est remplumé : notre Belge préféré ne s'est pas laissé berner par un bluff adverse et est ainsi rentré dans les places payées avec un tapis conséquent. Mais cela s'est gâté en toute fin de journée pour le pro Winamax. Un mauvais call tout d'abord, avec une paire de Rois sous-jouée pré-flop, sur un board hauteur As où il a payé deux mises turn et river pour finalement se faire montrer As-Dame. Puis sur la toute dernière main distribuée aujourd'hui dans laquelle Davidi a relancé et payé un 3-bet avec deux Valets, puis un c-bet sur le flop 10-5-5, avant d'abandonner sur un 8 turn après que son adversaire lui ait reclamé son tapis. « Je n'ai pas été en réussite avec mes premiums » analyse le joueur Winamax qui reste toutefois positif avec son tapis de 121,000 : « Je suis encore là, c'est le principal ! »

A l'international



Déjà chipleader à l'issue des Day 2, l'Américain Amar Anand a confirmé son statut en se classant en tête à la fin du Day 3 avec plus d'1,139 million de jetons. Il est suivi de près par Joseph McKeehen (photo), Brian Hastings ou encore Fedor Holz. Le field compte encore cinq Champions du Monde en la présence de Phil Hellmuth (1989), Jim Bechtel (1993), Joe Hachem (2005), Jonathan Duhamel (2008) et Ryan Riess (2013) [NDLR : J'avoue qu'on a peu craqué aujourd'hui en oubliant complètement de mentionner Jim Bechtel (OK, il est pas super connu) et Jonathan Duhamel (c'est déjà plus grave)] Daniel Negreanu, Pierre Neuville, George Danzer ou encore la Néerlandaise Fatima Moreira de Melo sont toujours en lice.


Daniel Negreanu a pris quelques coups en fin de journée (payant notamment une grosse mise rivière du joueur à droite sur cette photo alors que ce dernier était en value-bet avec deux paires à l'As), mais sera bel et bien au Day 4 avec un bon gros tapis de... 444,000, ça se s'invente pas.


Phil Hellmuth reste numéro 1 au hit-parade des fans de poker, qui se sont fait de plus en plus nombreux devant sa table tout au long de la journée


Maximum respect à William Wachter, 94 ans et 120,000 jetons (34BB) pour aller au Day 4. 

Les Français payés aujourd’hui (15,000$ chacun)

701e Philippe Ktorza
910e Jean Montury
993e Gilles Huet

Quelques têtes de série primées (15,000$ chacun aussi)

664e Kevin MacPhee (USA)
713e Scotty N’Guyen (USA)
725e David Benefield (USA)
758e Steve Zolotow (USA)
785e Faraz Jaka (USA)
789e David Bach (USA)
805e JC Alvarado (Mexique)
825e Allen Cunningham (USA)
897e Marc-André Ladouceur (Canada)
911e Hoyt Corkins (USA)
927e Amir Lehavot (Israël)
1000e Dustin Cooper (USA)

Et une entrée offerte pour l’édition 2016 du tournoi pour…

1001e : Roy Daoud (France/Canada)

Rendez-vous à 11h (20h en France) pour la onzième édition de notre Multiplex Poker spécial Vegas ! Le Day 4 débutera à 20 heures.

Ce à quoi Kinshu pense au moment d'éteindre son ordinateur

Les dernières salves du Level 15

- 11 juillet 2015 - Par Florence

Blindes 2 000/4 000 ante 500

Houri s'enrichit

Ce sont deux coups dans ce dernier niveau qui ont propulsé Yehoram Houri à 400 000 jetons. Le Français ouvre K7, c'est payé par le Cut-Off et le bouton. Sur le flop 7410, Yehoram check, le Cut-Off aussi. Le bouton prend alors le lead à 11 000, Yehoram envoie 29 000 et le Cut-Off fait tapis pour 80 000. Le bouton tank fold : sa paire de 4 pour brelan se retourne quand il rend ses cartes ! C'est payé en revanche par Yehoram. Le Cut-off possède As-10 de coeur. Une Dame à la turn et un 5 de carreau river plus tard, donnent la flush au Français qui grimpe à 320 000. Il remportera un autre pot important quelques minutes plus tard, trouvant une quinte au board avec Dame-10 de trèfle en main.

A deux, c'est toujours mieux

Notre Française Nesrine Kourdourli n'est pas venue seule pour ce Main Event, son mari Timothy Reilly (photo) l'a accompagné. Ce dernier a malheureusement fait doubler un short avec les Valets contre Roi-Dame, le short-stack trouvant une Dame à la river. S'il se maintient dans la moyenne, Nesrine compte actuellement plus de 300 000 jetons. Que dis-je, là voilà qui double avec une couleur max floppée contre une over paire : elle pointe aux alentours des 650 000.

Un cheval à terre

Philippe Ktorza a quitté le champ de course. En difficulté après être retombé à 40,000, soit dix blindes dans ce dernier niveau de la journée, il a fait tapis avec deux Rois après la relance de l'énorme chipleader installé en face de lui qui a trouvé le moyen de ne pas payer ! Le Français a ensuite patienté jusqu'à refaire tapis, avec As-Dame. Et ce même adversaire a cette fois payé, avec une paire de 10, et gagné le coinflip, éliminant Philippe en 701e position.

Les stars toujours là

De nombreuses têtes d'affiche sont toujours en lice : Fedor Holz et Fatima Moreira de Melo (photo), Jake Cody, Daniel Negreanu, Pierre Neuville, George Danzer, Brian Hastings et les champions du monde Jim Bechtel, Jonathan Duhamel, Phil Hellmuth, Joe Hachem, Scotty N'Guyen et Ryan Riess.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

« C'est Davidi Kitai le mec sous sa capuche avec qui tu parlais ? C'est un excellent joueur ! J'ai eu l'occasion de le regarder jouer en heads-up quand il avait gagné son bracelet en 2013, c'était vraiment agréable. » - Signé : un technicien d'ESPN qui aime le poker.

 L'Américaine Vanessa Selbst a confirmé sur les réseaux sociaux qu'elle n'avait pas participé au tournoi.

"Merci à tous pour les voeux d'anniversaire. J'ai aussi eu des questions donc laissez-moi clarifier : je n'ai pas joué le Main. Un conflit inévitable; extrêmement déçue."

 "Si j'avais gagné plus de 15,000 dollars, j'aurais été imposé. Je suis tellement heureux..." - Signé : un joueur Suédois sachant parfaitement se satisfaire de son min-cash.

Les couvreurs (et les joueurs) lorsque cette journée marathon se termine

Level 14, c'est maintenant qu'on ose

- 11 juillet 2015 - Par Florence

Blindes 1 500/3 000, ante 400

Huet dans les brancards

Aussi tendu qu'excité par l'enjeu durant la bulle, Gilles Huet a complètement lâché la pression une fois dans l'argent. Très shortstack, il a très rapidement saisi une chance de doubler son tapis en défendant sa petite blinde avec Ac4c sur une relance avant lui, entrainant également le joueur en grosse blinde. L'amateur français a alors poussé ses 2-3 BB restants en découvrant le flop As-Valet-7. Las, son voisin l'a payé avec As-Valet et éliminé Gilles. « Je suis super content, j'ai été short pendant une bonne partie du tournoi » confie à chaud Gilles, encore trempé par l'adrénaline et la tension de sa fin de parcours. Aux bras de son amie, aussi émue que lui, Gilles savoure en allant chercher son prix de 15,000 dollars : pour sa toute première participation au Main Event des WSOP, il a réussi là où plus de 5,000 joueurs ont échoué. « Que d'émotions ! » résume en choeur le couple qui va maintenant décompresser quelques jours avant de revenir sur le sol français.

Montury tari

Short-stack toute la journée, Jean Montury a rendu les armes quelques mains après être entré dans l'argent. Le Nordiste a d'abord perdu un coup important contre Joe Hachem. Le Français relance en milieu de parole avec A8 et l'Australien paye depuis la BB. Sur le flop 9K7, Montury c-bet et Hachem paye. Les deux joueurs vont ensuite check sur la turn 7 et la river A. "Je suis sûr que tu as le 7", dira en anglais dans le texte le vainqueur de l'EPT Malte à son adversaire. Hachem retourne en effet 7 et Jean perd le minimum, tombant à 36 000.

Le coup fatal aura lieu quelques mains plus tard en bataille de blindes. La SB relance, Montury envoie ce qui lui reste avec As-9 depuis la petite blinde. Il y a As-Valet en face. Pas de miracle au board et voilà un nouveau Français éliminé 910ème pour 15 000 dollars.

"J'étais short-stack toute la journée, je suis plutôt content, en plus je marque des points (au classementGPI) grâce à cette perf", confessait Jean Montury depuis le rail.

Le Boss se remplume

Alors que la période de la bulle lui aura été favorable, Patrick Bruel vient de grimper au-dessus des 365 000 jetons. Suite à une ouverture à 7 000 UTG d'un des chipleaders de la table, P14B décide de 3-bet à 19 000 et voit son adversaire 4-bet à 50 000. Le chanteur s'acquitte de la mise. Le flop vient 9-2-3 et le relanceur initial poursuit son agression à 50 000, une nouvelle fois payée. Sur un 10 à la turn, UTG envoie de nouveau 50 000. Patrick choisit alors de faire tapis.Son adversaire passe rapidement. Sûrement à raison puisque l'acteur et chanteur possédait les Dames.

Un coup charnière

La période avant la bulle a souri à Davidi Kitai : le pro Winamax s'est remis dans le sens de la marche en attrapant le bluff de l'un de ses adversaires. Avec une paire de Valets, Kitbul a relancé puis payé un 3-bet, puis call 18,000 sur le flop 5-6-2. Et check-call 35,000 sur le 7 rivière alors que le 6 turn avait été checké. Son adversaire, un joueur plutôt âgé, n'a pu montrer mieux que Roi-Dame et a ainsi permis à Davidi de grimper à 235,000.

Lhommeau craque les As

Après avoir passé la bulle avec 20 blindes, Damien Lhommeau vient de trouver un double up salvateur. Suite à une ouverture UTG, le Saumurois paye UTG+1 avec une paire de 9, tout comme cinq autre joueurs. Le flop vient 9-6-2 avec un tirage couleur. Le relanceur initial effectue sa mise de continuation. Fort de son brelan max, le Team Pro PMU envoie son tapis. Tout le monde passe sauf le joueur UTG en possession des As. Une turn et une river anodine plus tard et voilà Damien Lhommeau détenteur de 150 000 jetons.

Pas si Venhard que ça

C'est juste avant la pause dîner et donc la bulle que le qualifié KING5 Bastien Venhard a rendu les armes. Ce Day 3 fut un long chemin de croix pour Bastien qui s'est fait déblinder aux fils des orbites. Et puis il a fini par pousser son tapis (6 blindes) avec As-10 après une relance avant lui d'un joueur qui s'est permis de réfléchir... avant de payer avec paire de 3. Bastien est alors passé miraculeusement à côté d'un board Roi-9-8-Dame-8 scellant son élimination dans l'épreuve.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Les couvreurs quand ils doivent écrire au plus vite le post de la bulle

Mille délivrances

- 11 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

La bulle éclate dans le Main Event


Au tour d’un joyeux repas au magnifique restaurant Roma Deli (loin du strip, que des locaux, accueil sensass, bouffe inoubliable, et Davidi qui régale, merci, c’est surement bon pour le karma), nous avions encore faim. 

Faim d’une bonne grosse bulle bien grasse et juteuse, avec des cris de joie et des pleurs, car parole de reporter : l’entrée dans les places payées du Main Event est le moment poker préféré de l’année pour tous ceux qui, comme nous, sont payés pour regarder des gens jouer aux cartes et ensuite écrire dessus

Ma neuvième bulle du plus beau tournoi du monde (ma première en 2006, j’ai raté celle de 2011) fut tout aussi excitante que les précédentes, mais plus courte que la moyenne : à peine deux coups joués en main par main.


Avant que le ‘hand for hand’ ne démarre véritablement, il fallait d’abord passer de 1,051 à 1,002 joueurs. Ce fut fait en une heure à peine, durant laquelle on a assisté à l’élimination de Jan Heitmann, et Mike Matusow, entre autres. Aussi, on a vu un Anthony Picault faire tapis deux fois sans être payé, Yehoram Houri perdre un pot énorme avec As-Roi (il paie flop, turn et rivière sur Roi-x-x-As-Valet et tombe contre Dame-10), et Patrick Bruel monter à 180,000 (Roi-Dame rentabilisé sur un board Dame-Valet-x-x-9).

21H25 - Il reste 1,002 joueurs. Jack Effel s’empare du micro pour lancer officiellement le processus de main par main. Il rappelle le principe : tous les croupiers vont donner simultanément le prochain coup, et devront se lever de leur siège une fois la main terminée. La main suivante n’est donnée que lorsque tous les croupiers sont debout. Si un joueur est à tapis payé, on attend que tous les coups soient terminés avant de jouer le coup.


21H29 - Un croupier dont le coup est terminé se lève et quitte la salle. « Hey, Corey ! » lance t-il à un collègue posté contre le mur, les mains dans les poches. « Remplace moi, faut que j’aille pisser ! »

21H34 - Pas de sortant durant la première main. On passe à la seconde.

21H37 - Un technicien ESPN fonce d’un pas pressé. « Tapis payé dans la zone Tan », aboie t-il dans son talkie walkie. Je le suis jusqu’à la table 351 où je découvre que…

21H39 - C’est Roy Daoud qui est à tapis ! Le Franco-Canadien a posé ses derniers 21,500 de BB après une relance de la petite blinde. Il ne lui reste plus qu’à patienter.


21H42 - Dieu que c’est long : je n’aimerais pas être à la place de Daoud, qui sourit pourtant, et pianote sur son téléphone.

21H45 - Apparemment, un joueur aurait sauté dans la salle Brasilia, à 300 mètres de là : Jonas Lauck, d’une façon bien douloureuse, quinte contre quinte supérieure. Il ne reste donc plus que 1,001 joueurs, et Daoud attend toujours que l’on décide de son sort…


21H47 - Les jeux sont enfin retournés, la concentration humaine est au maximum autour de la table, et Jack Effel commente en direct. 

55 chez Daoud, en tête contre le 75 adversaire.

Flop : Roi-9-4. Jusqu’ici tout va bien…

Turn : Roi. Murmure collectif chez les joueurs et les nombreux spectateurs. Daoud peut maintenant buller de trois façons supplémentaires.

Rivière : le 9 !!! L’adversaire de Daoud a trouvé deux paires sur le tableau, et son kicker 7 est valide !

21H50 - Jack Effel annonce l’élimination de Jonas Lauck : toute l’Amazon Room érupte, mais Jack Effel ne termine pas sa phrase : il faut d’abord vérifier une dernière fois que le compte des joueurs est bon.

21H52 - Un joueur venant de se qualifier avec seulement DEUX jetons est particulièrement content, et nous gratifie d’un magnifique cri de Tarzan.


21H56 - « Congratulation players, you are in the money in the Main Event of the World Series of Poker ! » La délivrance pour 1,000 joueurs qui hurlent à l’unisson, avant de se précipiter sur leur téléphone portable. « Chérie, j’ai fait l’argent ! »

21H57 - Comme Roy Daoud et Jonas Lauck ont sauté sur la même main, il faut procéder à un tirage au sort pour déterminer le gagnant du prix reservé au bubble boy : une entrée pour le Main Event. Un tirage au sort qui se jouera à la carte la plus haute. Roy tire un Valet, son adversaire un 7 : joli lot de consolation pour le Franco-Canadien ! 

Plus d'images :

La petite tape que donne Robbie, le superviseur, sur l'épaule de Roy me donne presque envie de pleurer tellement c'est touchant

Jean Montury, trolleur de bulle

Le superviseur Charlie a parfaitement géré cette opération militaire qu'est la bulle

Des dizaines de membres du staff sont mobilisés pour gérer l'afflux d'éliminés post-bulle

Famille et amis sont nombreux à venir encourager leurs proches venant de franchir une étape cruciale du tournoi
ITM avec peu de jetons, Gilles Huet peut laisser éclater sa joie
Un cri de Tarzan sera même poussé dans la pour le coup bien nommée Amazon Room
Le moment se prête à un selfie
Les masseuses ne sont pas en reste
Jay Pee, reporter de choc en direct de la bulle, préparant son sujet audio pour l'émission de radio de demain matin
Et qui de mieux que Patrick pour une interview à chaud ?
Deux tables isolées dans la Brasilia auxquelles personne n'a prêté attention
Ils sont nombreux à s'être qualifiés avec à peine une ou deux blindes de tapis

11 Français entrent dans les places payées du Main Event

- 11 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo











Nes Kourdourli, Patrick Bruel (Team W), Maxime Chilaud (Qualifié W)











Gilles Huet, Philippe Ktorza, Yehoram Youri











Damien Lhommeau, Jean Montury, Paul-François Tedeschi











Anthony Picault, Harry Touil

Mais aussi...











Davidi Kitai (Team W)