masquer le menu
   

Ressac en vue

- 10 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Fin du Day 2C


La première moitié du Main Event est derrière nous. Pour dire vrai, il était temps. Je ne suis pas sûr que j’aurais été en état pour observer une autre de ces journées tsunami, où des vagues de joueurs déferlent sans relâche pour inonder trois salles de poker grandes comme des aérogares. Jour après jour depuis dimanche, nous observons ces salles remplies à craquer se vider progressivement tout au long de journées de douze heures… Pour les voir remplies à nouveau dès le lendemain matin. C’est l’effet « Un jour sans fin » propre aux Day 1 et Day 2 du plus gros tournoi du monde, et dont nous avons observé aujourd’hui la dernière phase, avec 2747 joueurs sur la ligne de départ du Day 2C. Après ce (long) round d'introduction, la seconde moitié du tournoi va défiler beaucoup plus vite devant nos yeux, avec un field se rétrecissant à toute vitesse. Nous ne sommes plus qu'à 24 heures de l'argent, et à 72 heures du top 100, qui sera joué dans une Amazon vidée de ses tables. On connaîtra les neuf finalistes mardi soir... Mais je m'avance.

La Grande Faucheuse a fait son oeuvre avec autant d’intensité que lors des Day 2A et 2B : le taux d’éliminations est respecté, et à minuit, on ne comptait pas plus de 1100 joueurs encore en course. Les Français ont autant morflé que les autres, avec nombre de sorties, certaines très douloureuses. On pense notamment à Ilan Boujenah, dont la paire de Rois s’est fait craquée par As-Roi au cours d’un pot qui aurait pu lui donner le chip-lead, ou presque. ElkY, lui, a perdu avec une paire d’As en main (brelan en face), tout comme Alexandre Réard, rapidement éliminé en début d’après-midi. Un tas d’autres chouchous de la communauté ont quitté le tournoi aujourd’hui : Erwann Pecheux, Yorane Kerignard, Nicolas Cardyn… Les plus rares Arnaud Mattern et Renaud Desferet ont subi le même sort, de même que Sébastien Comel, pourtant en possession d’un gros tapis à midi.


16 Français passent le Day 2C

Au milieu de toutes ces éliminations Françaises, nous avons dénombré 16 représentants Tricolores (un de plus que pour le Day 2A/2B) emballant leurs tas de jetons respectifs au moment où retentit le gong, peu avant une heure du matin. Voici la liste :

Paul-François Tedeschi 179,700
Harry Touil 172 600
Rémi Castaignon 132,000
Maxime Chilaud (Qualifié Winamax) 129,900
Damien Lhommeau 116,000
Victor Choupeaux 106,600
Maxime Adam 81,000
Valentin Messina 78,500
Emile Petit 75,100
Pierre Milan 69,500
Stéphane Benadiba 69,000
Nesrine Koudourli 61,600
François Tosques 43,900
Philippe Ktorza 36,200
Brian Benhamou 34,500
Olivier Decamps 30,600

(Moyenne : 115,000 environ)


Un fidèle lecteur reconnaîtra sans peine la quasi-totalité de ces noms. Mais entre les champions EPT, les grinders online, les vainqueurs WiPT et j’en passe s’est glissé un nom pas encore mentionné jusqu’à présent : Maxime Adam, qui pour une raison que j’ignore ne figurait pas dans les listes officielles publiées par l’organisation (on ne le connaissant ni d'Eve ni d'... Non rien). Un jeune joueur ayant apparemment fait le voyage avec Paul-François Tedeschi, et disputant les WSOP pour la première fois. Le Corse est d’ailleurs très en forme, ayant multiplié son tapis par trois aujourd’hui. Il est accompagné au sommet par Rémi Castaignon et Maxime Chillaud, qui ont rendu une copie plus que solide aujourd’hui.

Chip-leader Français au départ du Day 2B, Olivier Decamps a vécu une fin de journée difficile et entamera le Day 3 dans la zone orangée, avec moins de 20BB. Valentin Messina termine la journée avec le même tapis que douze heures plus tôt : son tapis s’est donc réduit de 140 à 50BB. Pierre Milan est dans la même situation. Après un début de journée prometteur où il s’empara du scalp du Champion du Monde Huck Seed, François Tosques s’est pris un méchant bad-beat après la pause-dîner, voyant sa paire d’As craquée par un 7 et un 5. Ouch ! Il devrait se contenter de moins de 30BB au Day 3. Damien Lhommeau progresse un peu, tandis que Philippe Ktorza stagne, possédant encore et toujours sa cave de départ après vingt heures de jeu au total. Last but not least, la dernière Française en course Nesrine Kourdourli (Alexandra Petitjean n’ayant pas réussi à tenir plus d’une heure aujourd’hui) entamera le Day 3 avec quarante blindes. 


Davidi Kitai, force tranquille


« Journée paisible... » Derrière sa nonchalance et sa décontraction habituelle, Davidi Kitai cache une réelle satisfaction. Car il faut toujours se méfier de l'eau qui dort : le pro Winamax a sans faire de vagues multiplié son tapis par quatre aujourd'hui. « Avec tous ces jetons, je vais être dur à aller chercher maintenant » s'amuse l'ingénieux belge dont l'habituel plan de jeu s'est déroulé sans accroc. Bénéficiant rapidement d'une image de joueur aussi bluffeur que collant, Davidi a pu  rapidement prendre la mesure de ses adversaires en remportant de nombreux pots avec des mains plus ou moins marginales, avec lesquelles il a le plus souvent extrait le maximum de jetons. À l'instar de ce Valet-10 de pique joué et gagné en fin de journée où Davidi s'est facilement fait payer une énorme mise à la rivière d'un board présentant pourtant quatre autres piques. Ce dernier gros pot empoché permettra à Kitbul d'attaquer le Day 3 avec 220,400, soit près de deux fois le tapis moyen. 

De son coté, Michel Abécassis a été privé de gâteau : la faute à un Victor Ramdin insolent de chance qui a éliminé le sage du Team Winamax en toute fin de journée avec une énième main de premier ordre trouvée par l'Américain. En l'occurrence deux Rois dominant la paire de 9 de Michel qui n'a pu s'en sortir avec 25 blindes au départ du coup.

En dehors de nos frontières

C'est l'Américain David Jackson qui mène le field avec plus de 408,000 jetons (c'est moins que le mec qui a terminé en tête des Day 2A/2B). Dans le Top 5, on retrouve l'Anglais Louis Salter, frère du runner-up de l'EPT Monte-Carlo 2014 Jack Salter.


Si Jamie Gold a rendu les armes dans le dernier niveau, quatre anciens vainqueurs du Main Event ont passé l'obstacle de ce Day 2C : Ryan Reiss (291,700), Scotty Nguyen (181,200), Joe Hachem (148,500) et Phil Hellmuth (88,800). Ils rejoindront Greg Raymer au Day 3.

A tout juste 21 ans,  l'Espagnol Adrian Mateos Diaz impressionne. Le vainqueur des WSOP Europe Enghien (c'était en 2013) a augmenté son tapis tout au long de la journée, passant de 88 000 à 285 000 pour s'inviter au Day 3 parmi les leaders. On retrouvera également les émblématiques Daniel Negreanu, Antonio Esfandiari et Eli Elezra.

Malgré ses nombreux supporters dans le rail, Phil Ivey a rapidement été éliminé, tout comme Huck Seed, Peter Eastgate et le nouveau numéro un mondial Anthony Zinno. L'Américain Ronnie Bardah a quant à lui échoué dans sa tentative d'atteindre les places payées pour la sixième fois consécutive.

Vendredi, on entre dans l'argent


C'est donc une Equipe de France à trente qui va tenter de rentrer dans les places payées comme un seul homme parmi 1,700 joueurs environ (cliquez ici pour vous rafraîchir la mémoire sur les survivants du Day 2A/2B). La bulle du Main Event est assurément l'un des moments poker les plus excitants de l'année. Nous serons sur place pour vous la raconter. Rendez-vous à 11h (20h en France) pour la radio, et une heure plus tard pour le coup d'envoi du Day 3 ! 

Florence, Kinshu & Benjo

Level 10, jusqu'à la lie on boit le calice

- 10 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Blindes 600/1 200 ante 200

Un mont sans Michel

Le dernier niveau du Day 2 aura été fatal à notre MIK.22 national. Le joueur du Team Winamax a été victime d'un Victor Ramdin très en veine aujourd'hui. Pour la énième fois de la journée, ce bon vieux Victor a ouvert, au cutoff de surcroit. Avec une paire de 9 au bouton, Michel a alors choisi une option légitime en plaçant un 3-bet à 6,300. Mais l'Américain a surenchéri en réclamant le tapis de Michel qui a hésité un moment avant d'engager ses derniers 24,000. Hélas, Victor était encore une fois armé jusqu'aux dents, le pro de la maison PS révélant une paire de Rois. La main suivant ce 80/20 gagné et l'élimination de Michel Abécassis, Victor a d'ailleurs remporté un nouveau pot avec... deux As !

 À défaut de jetons, Michel possède encore quelques dollars en poche

Et Tosques, une paire d'As craquée

Auteur d'un très bon départ, François Tosques vient de perdre tout l'avantage acquis au cours de la journée, dans l'avant-dernier niveau. Après une relance en début de parole à 2 100, le Français ouvre deux As et relance à 5 200, c'est payé.

Le flop vient A104, le relanceur initial mise 2 600, payé par François.

Turn 6 : nouveau barrel à 2 600, relancé à 11 500, payé.

L'action s'emballe sur la river 8. Troisième barrel à 8 000, 38 000 chez 'francisco83', tapis pour 12 000 de plus, bien évidemment payé. Mais le Français découvre 75 en face pour la quinte. Avec désormais 40 000 devant lui, il reste un niveau au protégé PMU pour se refaire.

Toujours les mêmes

Parmi les chipleaders, on retrouve des joueurs bien connus de nos services : l'Espagnol Adrian Mateos Diaz (260 000, en photo), vainqueur du dernier EPT Monte-Carlo et le champion du monde 2013 Ryan Riess (280 000).

Tout fout le Decamps

Chipleader du clan français au début de journée, Sébastien Decamps se bat désormais pour survivre en cette fin de Day 2. Avec 45,000,soit près de 40 blindes, le Toulousain n'est tout de même pas en danger. Mais on sent bien que d'un point de vue psychologique, les dernières heures ont été dures à vivre. « Je suis passé à côté de tous mes flops aujourd'hui » confie d'ailleurs le vainqueur du dernier Winamax Poker Tour pour qui le gong sonnant la trêve serait sans doute bénéfique.

Anecdotes, statistiques et citations à la con


Celui-là je le propose à sosiesdemerde ou pas ?


Nos yeux ne quittent pas Pierre Milan, encore en lice pour un deep-run WSOP de plus.  'Montoya' a trouvé un double up avec une paire de Valets contre une paire de 10 pour revenir à 64 000.


 Suivi par son armée de fans, Phil Hellmuth a quitté la Brasilia pour rejoindre la Pavilion et s'installer aux côtés de Maxime Chillaud. Au passage, Philou s'est arrêté à l'entrée de la seconde salle pour signer des autographes, créant un embouteillage et stoppant net la file de joueurs transférés avec lui d'une salle à l'autre. En toute détente le mec.

Level 9, ce n'est pas le moment d'appeler les keufs

- 10 juillet 2015 - Par Kinshu

Blindes 500/1 000 ante 100

Rémi facile

Rémi Castaignon est bien parti pour rejoindre Louis Linard (chipleader tricolore du Day 2A/B) dans les cimes du classement. Rémi comptabilise un tapis de 210,000 à deux heures de la fin de journée grâce notamment à un joli pot gagné avec une main à potentiel : Q8.

Le vainqueur de l'EPT Deauville 2013 a attaqué à 2,200, puis payé un 3-bet à 4,500 afin de découvrir un flop Valet-9-2 sur lequel il a check-call 5,000. Sur le 10 turn lui faisant rentrer sa quinte ventrale, Rémi alors pris l'initiative en misant 13,500. Payé, il a remis une couche sur le Valet rivière, en demandant 36,500 à son adversaire qui a payé et mucké.

À sa table, Philippe Ktorza (35,000) et Mélanie Weisner (40,000) sont eux dans une zone beaucoup moins agréable.

Le Team Pro au rapport

 Michel Abecassis : "J'ai shove Roi-5 pour prendre les blindes. King-Five, obligé ! Je suis passé alors de 13 000 à 16 000. Puis j'ai doublé grâce à un resteal As-7 contre Roi-Dame. J'ai rarement vu un tel désert de cartes aujourd'hui. Une livraison de 8 et 3, 7et 2 etc". Le Doc est pointé à 40 000 environ avant le dernier niveau de la journée.

 David Kitai : "Depuis que j'ai changé de table, j'ai gagné pas mal de coups sans showdown. Des deux barrels qui passent en général." Le Belge est ainsi passé de 165 000 à la pause dîner à 210 000 au maximum pour finalement aborder le niveau 10 avec un peu plus de 180 000.

Choupeaux chaud

En manque d'action, Victor Choupeaux s'est fait plaisir. Le blondinet s'est lancé de façon intrépide dans une main en relançant à 5,100 au bouton avec 45 suite à une ouverture à 2,200 du cutoff, puis en plaçant un 5-bet à 18,000 après le 4-bet à 10,200 de son adversaire, profilé comme aggressif, qui n'a pourtant plus que 20,000 de tapis derrière. Coup de folie ou coup de génie ? En tout cas, le Français a réussi son pari, son voisin abandonnant sur le champ !

À l'extérieur

Gros régulier des tournois en ligne (pseudo : « Sr Croissant ») mais aussi live de Winamax (on l'a notamment vu à Dublin ou plus récemment à Marrakech), Alex Goulder est largement dans les temps de ce Day 2C. Avec un confortable tapis de 100,000, le jeune anglais peut largement prétendre au Day 3 de l'épreuve.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Le parcours de notre WIP Camel Meriem a pris fin dans ce niveau. Avec deux places payées sur l'ensemble du festival, l'ancien footballeur des Girondins de Bordeaux repartira de Las Vegas le plein de confiance, après des WSOP 2015 réussis.

Il a bien grandi le gamin qui tenait le premier rôle dans le clip mondialement connu des Bomfunk MC's : Freestyler

La table finale du tournoi média

Level 9, c'est pas tout de suite qu'on fera la teuf

- 10 juillet 2015 - Par Florence

Blindes 500/1 000 ante 100

Benjo et Florence ayant rapidement rendu les armes dans le Media Event, nous voilà de retour pour cette fin de Day 2C.


Même si je ne suis que simple spectateur au milieu de ce grand cirque qu’est le Main Event, les débordements d’émotion dont je suis régulièrement témoin sont parfois trop intenses pour être supportables. 

J’atteins mes limites lorsque, par exemple, faisant un tour des tables pour repérer les hauteurs de tapis des Français, j’aperçois Ilan Boujenah que je n’avais pas encore eu l’occasion de saluer aujourd’hui. Ilan est debout à côté de sa table, et je m’approche d’un air guilleret. Comment ça va ?

« 300,000…. »
« Ah, mais c’est génial, ça ! »
« Non… 300,000, le pot que j’ai perdu… »

Je regarde sa table. Devant son siège, son téléphone et un petit flacon de lotion désinfectante. Mais pas de jetons.

« Deux Rois contre As-Roi, contre le seul mec qui me couvre à la table. Il ne joue que l’As sur la rivière, aucun tirage, rien. C’est le seul mec qui pouvait m’éliminer. »

La déception d’Ilan est presque palpable, et insoutenable. Que puis-je dire ? Il n’y a rien dire. Je sais ce qu’il ressent. Je connais la déception que génère l’élimination du Main Event, à fortiori sur un coup de poker aussi malchanceux et impitoyable, un coup qui lui aurait donné le tapis moyen équivalent à 700 joueurs restants, alors qu'ils seront encore plus de 1700 au départ du Day 3 demain. Comme tant d’autres dans ce tournoi, Ilan a donné son meilleur et n’était pas maître de son destin au moment où la rivière est tombée. Il n’y a rien à faire. Juste l’écouter tant qu’il a envie de parler, le laisser se défouler un peu, ça fait du bien, puis le regarder partir. Ce jeu peut être si cruel.

Lhommeau n'aime pas les femmes

Monté à 140 000 après avoir éliminé une joueuse paire de 8 contre As-Roi, Damien Lhommeau vient de perdre consécutivement deux pots avec les dames. Une main qui lui avait déjà fait perdre pas mal de pions quand son adversaire avait touché un carré floppé.

C'est d'abord un pot de 12 000 jetons qui va échapper au Français, les Dames contre les Rois. Puis la main suivante, il s'acquitte du tapis adverse sur un board hauteur valet avec une doublette du 5. Encore une fois sa paire de Dames est battu par la paire de Rois de son adversaire. Le Team Pro PMU possède tout de même encore 77 000 jetons devant lui. 

Milan rejoint le rang


Alors qu'il avait réussi à atteindre les 90 000, les dernières minutes n'ont pas été de tout repos pour Pierre Milan. Sur une ouverture d'un joueur en milieu de parole, le runner-up de l'Event 25 défend de BB. Le flop vient 675 et les deux joueurs check. Sur la turn 10, Pierre prend le lead à 2 600, c'est payé. Après un check du Français sur la river A, le relanceur initial mise 4 300, suffisant pour faire passer Pierre. Son adversaire montre K8 ! Avec moins de 30 000, rien n'est encore perdu pour le Français. 

Pour son ami de la Team Timmy Sebastien Comel, les WSOP 2015 sont terminés. Tombé à 40 000, il a perdu coup sur coup deux confrontationx As-Valet contre Roi-Dame puis As-Roi contre As-Dame.
 

Scotty wins


Daniel Negreanu relance à 2,200 depuis le hi-jack. Scotty N’Guyen est de petite blinde et complète. Les deux légendes sont en heads-up sur le flop A32, qui ne provoque pas d’action. Le turn est un 6 et c’est Scotty qui prend l’initiative en envoyant 3,000. Payé aussitôt par Daniel. Rivière : 10. Scotty mise 7,000. « J’aime l’argent », dit Negreanu en jetant prudemment un A. Bien vu : Scotty était nutsé avec une couleur floppée QJ.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

C'est terminé pour notre qualifié Winamax Benoît Triestini. Au retour de la pause dîner, le résident maltais va une nouvelle fois trouver une paire de Rois, et une nouvelle fois se la faire craquer, par une paire de 8.

Récapitulons les sortants Français du Day 2C jusqu’à présent… Nous pouvons confirmer les éliminations de :

Alexandra Petitjean
Romain Paon
Arnaud Mattern
Rony Halimi
Bernard Guigon
ELkY
Benjamin Nicolas-Teboul (Qualifié Winamax)
David Benyamine
Fabien Perrot
Nicolas Cardyn
Renaud Desferet
Erwann Pecheux
Yorane Kerignard
Nicolas Le Floch
Benoît Triestini (Qualifié Winamax)
Ilan Boujenah
Alexandre Réard (Vainqueur KING5)

Ceux pour qui nous avons des doutes, car nous n’arrivons pas à les retrouver :

Romain Bresmond
Florent Liagre
Harry Touil
Karim Lehoussine
Vincent Robert 

En ce qui concerne ceux qui restent, voici quelques hauteurs de tapis (cette liste est incomplète) :

François Tosques 130,000
Paul-François Tedeschi 130,000

Maxime Chilaud 95,000 (Qualifié Winamax) (remonté de 24,000)
Victor Choupeaux 66,000 (« Card dead et la table est horrible »)
Emile Petit 65,000
Nesrine Kourdourli 55,000
Philippe Ktorza 38,000
Brian Benhamou 25,000
Michel Abécassis (Team Winamax) 20,000


L'humeur est à la déconne à la table Ramdin/Abécassis


A la table de Maxime Chilaud, la Grande Maître d'échecs Jen Shahade. Une Almira Skripchenko à l'Américaine ?


Reconnaissez-vous Phil Laak derrière ce grotesquement gigantesque masque de protection ?

Level 8, c'est à notre tour de passer des flips

- 10 juillet 2015 - Par Florence

Blindes 400/800, ante 100

Triste main

Fin de niveau compliquée pour notre qualifié Benoît Triestini (photo) : il est tombé à 35 000 après une confrontation perdue avec les Rois contre As-Roi. De son côté, Stéphane Benadiba fait les montagnes russes : passé de 28 000 à 58 000 en deux niveaux, il est redescendu à 44 000 alors qu'approche la pause dîner.

Le grand et le Petit

Phil Hellmuth est un grand, littéralement et figurativement : le détenteur de 14 bracelets mesure bien deux mètres, et attire derrière les barrières une armée de fans ne le quittant pas d’une semelle (taille 46, la semelle). C’est simple : l’Américain à l’égo surdimensionné fait tellement de l’ombre à ceux qui l’entourent que j’ai failli passer à côté de la présence à sa table d’un Français bien connu de nos services.

« J’ai 65,000 », nous confie Emile Petit. C’est un peu plus que ce avec quoi il a débuté la journée, mais la partie semble plutôt difficile. « Je suis plutôt card dead. J’ai briqué le flop trois fois de suite avec As-Roi, et pris un petit pot la quatrième fois. Vu le flow de la partie, je suis content d’avoir ce stack. » 

Et Hellmuth ? « Rien de spécial. Il est drôle, tout de même. Il a bien tilté en passant de 90,000 à 25,000, puis il a gagné deux flips avec les Valets et As-Roi pour remonter. » 

Nous observons Hellmuth 3-bet un joueur avant le flop. La parole revient à ce joueur qui opte pour un 4-bet à tapis. Hellmuth passe en renâclant, et menace : « La prochaine fois, je snap-call ! » Bien entendu Phil, bien entendu.

Erwann pécho

Le recordman français de places payées de cette 46e édition des WSOP avec 5 ITM ne rentrera pas une sixième fois dans l'argent cette année. Erwann Pecheux s'est embarqué dans un coup avec KT, en payant au cutoff une relance à 1,600 du hijack, puis en étant le seul à call le 3-bet à 4,800 du bouton. Erwann a ensuite machinalement check-call 5,000 sur le flop T77, puis check-raise à tapis pour 19,000 après une deuxième salve à 10,000 envoyée sur le 2 turn. Payé par son adversaire armé de AA, il n'a pas eu la chance d'être sauvé par la rivière.

Le poker à l'envers

Alors Davidi, comment on fait pour monter un joli stack dans les WSOP ? « J'ai perdu avec toutes les grosses mains, comme paire de Dames ou paire de Rois. » explique le pro Winamax. « Par contre, j'ai gagné avec Dame-5, 9 et 7, ou encore Valet-4. » C'est original !

Ce Dame-5 justement, il nous l'explique. « Il me check-raise sur Dame-10-2, je paye, mais je fais ensuite affaire à un bet de 18,000 dans un pot de 16,000 sur le 2 turn. C'est chaud non ? » Effectivement, c'est une belle sacoche mon amiral ! « Je paye quand même, puis ça check-check sur un 6 rivière. » Et alors, il avait quoi ? « 7 et 8 : le gars était en complet carnaval » Bien vu l'artiste.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Après l'Amazon, c'est au tour de la Brasilion Room de se vider.

Voici la horde de fans massée derrière la table Hellmuth/Petit. Quelques tables plus loin, c'est la même rengaine pour le Canadien Daniel Negreanu. Les fans sont toujours au rendez-vous : qui a dit que le poker passait de mode ?

 Parmi ceux qui vont aller dîner le coeur lourd faute d’avoir encore des jetons en leur possession : Mike McDonald, les Champions du Monde Robert Varkonyi et Peter Eastgate, Kristy Arnett, Isaac Baron, Tommy Vedes, et le Français Yorane Kérignard.

Le railbirder pro : il ne lui manque plus que la table de camping et la bouteille de Pastis

Pendant la pause dîner, vos serviteurs iront disputer le Media Event. Bonne chance à nous, le titre de Gaëlle Baumann est en jeu ! Le premier couvreur à sauter devra retourner bosser : on risque de jouer un poil sérré !