masquer le menu
   

654 joueurs survivent au Day 2AB

- 9 juillet 2015 - Par Florence

Un chipleader américain, 15 Français toujours en lice, voilà un aperçu de ceux qui seront là au Day 3.

Top 10

1. Amar Anand (USA) 603,500
2. Calvin Lee (USA) 500,700
3. Luther Tran (USA) 479, 700
4. Charles Chattha (Royaume-Uni) 423,300
5. Alan Mastic (USA) 400,000
6. Sotirios Koutoupas (Grece) 393,000
7. Joe Lu (Canada) 387,400
8. William Molson (Canada) 370,300
9. Daniel Fuhs (USA) 368,800
10. Brian Hastings (USA) 367,300

Les Français

65. Louis "Labrik" Linard 222,400
126. Yehoram Houri 173,000
167. Roy Daoud 150,100
198. Patrick Bruel (Team Pro Winamax) 134,800
252. Anthony Picault 113,200
324. Pierre Merlin 92,000
447. Antoine Saout 63,600
480. Patrick Caverivière 56,600
490. Bastien Venhard (Qualifié KING5) 53,700
500. Jean Montury 52,000


517. Flavien Guenan 49,400
520. Gilles Huet 48,800
546. Freddy Caisson 41,500
571. Martial Blangenwitsch 34,400
Jimmy Guerrero 34,000

Le Main Event enclenche la seconde

- 9 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Fin du Day 2A/2B



Le deuxième tour du Main Event : celui où la cadence augmente, où les pots se font plus gros, les coin-flips se multiplient, où les déceptions sont amplifiées et l'adrénaline monte tandis que certains, déjà, commencent à se voir en haut de l’affiche. Vous trouviez que le taux d’éliminations de 30% observé lors du Day 1 était encore un peu faiblard ? En ce Day 2A/2B, vous voilà servi : 60% des joueurs qui étaient sur la ligne de départ à midi sont repartis du Rio les mains vides et les espoirs anéantis. Forcément : après un premier tour résolument égalitaire où tout le monde entame la partie avec un tapis identique, le Day 2 est le jour des disparités : ceux qui ont accumulé des jetons la veille font parler la poudre, pendant que les short-stacks tentent désespérément de se tirer d’affaire. Au menu de toutes les tables, donc : des coin-flips, des tirages, des 3-bets à tapis avant le flop. Du côté des chip-leaders, l’inflation était de mise : là où le meilleur joueur du Day 1 s’en est tiré avec un peu moins de 200,000, le nouveau boss du tournoi (en l’occurence l’Américain Amar Anand, en photo ci-dessous) termine le Day 2 avec 603,500. Premier joueur à dépasser les 500 000, il s'est emparé de la tête du classement au retour de la pause dîner.

En ce qui concerne le clan Français : de 34 joueurs en course à midi, le field s’est progressivement rétréci pour chuter à 15 restants en fin de journée. Une certaine logique a été respectée car les sortants sont principalement les joueurs qui possédaient peu de jetons à l’entame du match : Michel Pomaret, Hugo Pingray, Grégory Benac, Lorenzo Lavis, Julien Sitbon, Etienne Durand ou encore Laurent Benhayoun ont ainsi chuté rapidement aujourd’hui. Le qualifié Winamax Joël Durfort aura tenu beaucoup plus longtemps, ne rendant les armes qu’en toute fin de journée. Plus surprenante fut l’élimination de Thomas Sobolewski trois heures à peine après avoir débuté sa partie avec un très gros stack. Au petit jeu du poker « ninja », Gilles Huet semble être très fort : parti avec 30,100 ce matin (la cave de départ plus un jeton noir de 100), on l’aura retrouvé toujours au poste avec 48,800 en fin de journée.


Si Sylvain Loosli et Adrien Guyon ont tiré leur révérence après la pause-dîner, ce ne fut pas une journée complètement noire pour le Team Winamax, grâce à la belle partition jouée par Patrick Bruel, qui a charmé ses adversaires tout au long de ce Day 2A/2B tout en les délestant régulièrement de leurs jetons. Déjà auteur d'un superbe Day 1, le jovial Louis "Labrik" Linard a continué sur sa lancée aujourd'hui, et termine tout simplement en tête du clan Français. Il entamera le Day 3 avec 140 blindes, excusez du peu.

Louis Linard et Bastien Venhard en mode WPO Dublin

Nombre de visages familiers du circuit Français ont franchi le second tour, et profiteront d’une journée de pause jeudi avant de tenter de rentrer dans l’argent durant le Day 3 : Anthony Picault, Pierre Merlin, Antoine Saout, Jean Montury, Flavien Guenan… Ils seront accompagnés par quelques visages moins connus mais très performants aujourd’hui : Yehoram Houri, Roy Daoud, Patrick Caverivière, Freddy Caisson, et le qualifié KING5 Bastien Venhard. Nous continuerons bien sûr de faire plus ample connaissance avec eux et de surveiller de près leurs progrès tout au long des prochains jours.

Découvrez le classement complet des 15 premiers Français qualifiés pour le Day 3 :

Louis "Labrik" Linard 222,400
Yehoram Houri 173,000
Roy Daoud 150,100
Patrick Bruel (Team Pro Winamax) 134,800
Anthony Picault 113,200
Pierre Merlin 92,000
Antoine Saout 63,600
Patrick Caverivière 56,600
Bastien Venhard (Qualifié KING5) 53,700
Jean Montury 52,000
Flavien Guenan 49,400
Gilles Huet 48,800
Freddy Caisson 41,500
Martial Blangenwitsch 34,400
Jimmy Guerrero 34,000

A vue de nez, le tapis moyen oscille autour de 110,000, et les blindes au début du Day 3 seront fixées à 800/1,600. Aucun de nos joueurs n’est donc en danger immédiat, même si le bas du tableau devra bien sûr être vigilant.

Du côté des internationaux, c'est avec plus du triple de la moyenne que reviendront vendredi le Grec Sotirios Koutoupas, vainqueur de l'EPT Deauville en 2014, l'Anglais Jake Cody, l'Américain Brian Hastings, déjà vainqueur de deux bracelets cette saison, le Belge Pierre Neuville (photo) ou encore le jeune prodige allemand Fedor Holz.

Ils ont conforté leur rang : le vainqueur du Higroller for One Drop le Canadien Jonathan Duhamel, son compatriote Marc-André Ladouceur, le Joueur de l'Année de l'an passé l'Allemand George Danzer, l'Anglais Charlie Carrel, les Américains Daniel Coleman, Justin Bonomo et Kevin MacPhee.

Greg Raymer, vainqueur du Main Event en 2004, est toujours en course alors que son compatriote Chris Moneymaker a rapidement rendu les armes, éliminé par l'homme qui marche sur l'eau en ce moment, Daniel Coleman.

La deuxième journée aura été fatale aux Américains Jason Mercier, Phil Galfond, Patryush Buddiga et Kevin Schaffel. C'est fini aussi pour les Allemands Ole Schemion et Dominik Nitsche, les vainqueurs EPT Anton Wigg et Dimitar Danchev, les Italiens Mustapha Kanit et Max Pescatori et les féminines Jennifer Tilly, Annette Obrestad et Sofia Lovgren.

Le rêve éveillé de Tom Yates

C'est une vraie belle histoire des World Series Of Poker qu'est en train d'écrire Tom Yates. Il y a quelques mois, ce joueur originaire du Yorkshire (Angleterre) tentait sa chance sur un satellite au prix d'entrée le plus bas possible ,1 centime seulement, et remportait un ticket pour un autre satellite, à 1 dollar cette fois. Sept épreuves de ce type plus tard, dont une dernière à 1,500 dollars, et on imagine une réussite insolente, Tom décrochait son sésame pour l'épreuve reine des championnats du monde ! Mais le plus beau chapitre de ce conte de fée est encore à écrire : le joueur anglais a franchi les journées préliminaires avec succès et c'est avec un tapis proche de la moyenne qu'il reviendra au Day 3 tenter de transformer ce magnifique freeroll en un billet de 15,000 dollars, ou plus, bien entendu.

Jeudi : place au Day 2C

Nous vous donnons rendez-vous jeudi à partir de 11h (20h en France) pour notre décrochage radio en direct, écoutable depuis l’appli poker Winamax où à cette adresse. A midi, le Day 2C débutera avec 39 Français au départ dont Michel Abécassis, David Benyamine, Olivier Decamps, Valentin Messina, Emile Petit, Camel Meriem... Rafraichissez vous la mémoire en attendant le départ avec la liste complète des partants de ce Day 2C.

Une bière et au lit ! On se retrouve très, très vite...

Florence, Benjo & Kinshu

Level 10, c'est bien si t'es toujours en lice

- 9 juillet 2015 - Par Florence

Blindes 600/1200 ante 200

P140000B

Patrick Bruel est en train de terminer le second tour du Main Event dans une forme olympique, avec deux brelans touchés coup sur coup durant le Level 9, et bien rentabilisés qui plus est. Je suis arrivé à sa table juste à temps pour être témoin du second, grâce auquel P14B a éliminé un joueur qui a eu la mauvaise idée de miser tous ses jetons (pour deux fois le montant du pot) avec KsJc sur un turn K746. Face à la paire 77 de Patrick, le sort de ce joueur était déjà scellé. Le boss du Team pointe désormais à plus de 140,000.

Montury, tout lui sourit

Alors qu'il était pointé à 20 000 avant la pause dîner, le vainqueur de l'EPT Malte Jean Montury a repris du poil de la bête. Le voilà compté à 50 000 dans le dernier niveau de la journée. "J'ai doublé une fois, m'explique le Nordiste. Un coin flip banal, paire de 10 contre As-Dame. Une Dame est venue au flop mais accompagnée tout de suite d'un 10." Je le retrouve à la relance pré-flop en milieu de parole, payée par le Hi-Jack. Sur le flop KJ10, Jean c-bet à 3 100, suffisant pour faire passer son adversaire. "Tu peux rester dans le coin s'il te plaît ? J'avais les Rois", me lance-t-il, rieur.

Merlin, la force du grind

Arrivé à une nouvelle table, Pierre Merlin fait bien mieux que de s'accrocher. Après avoir ouvert en début de parole, Pierre voit la SB payer et la BB squeeze à 8 000. Seul le Français s'acquitte de la somme. Sur le flop 7J7, la BB poursuit son agression à 7 200, c'est payé par Pierre. Les deux joueurs vont check à la turn 2 et sur la doublette du Valet river. La BB dévoile As-Roi mais ça ne gagne pas face à la paire de 10 de Lenchanteur. À la force du grind, le jeune homme grimpe à 68 000 à une heure de la fin de la journée.

Les As, des fois ça casse

Après avoir vu deux joueurs limper avant lui (yep, il y a encore des pots non relancés préflop en fin de Day 2 du Main Event), Martial Blangenwitsch envoie 21,000 et tapis. La joueuse assise en grosse blinde (je crois que c’est la copine de Kevin MacPhee, je l’ai croisée à Monte Carlo mais j’ai oublié son prénom, enfin vous vous en foutez) paie sans trop attendre - elle possède 17,000, donc un peu moins que l’ami Martial. Les deux limpeurs se tâtent mais abandonnent finalement.

Martial retourne une paire de Valets. Miss MacPhee est en tête avec deux jolis As. En tête ? Pas après le flop J65 qui donne l’avantage à Martial.  Dépitée, notre joueuse s’en va tandis que Martial me fait une grimace, du style « C’était moche, mais je prends. » Le voilà qui remonte à 40,000.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

 Toujours en lice dans le tournoi, Antoine Saout apparaît pourtant comme éliminé dans le chipcount de WSOP.com. Un petit mot en douce à l'un des couvreurs du site et le voilà réintégré.

Avec son titre de meilleur joueur des WSOP 2015, Georges Danzer fait désormais partie des immortels de la Brasilia Room, le poster géant qui orne ses murs est là pour le prouver. L’Allemand termine le Day 2A/2B avec un gros tapis.

William Wacher, doyen du Main Event à 95 ans ayant servi dans la Marine Marchande durant la Seconde Guerre Mondiale, devrait normalement se qualifier pour le Day 3 avec un stack bien au dessus de la moyenne. 

Les reporters à Vegas quand il faut se lever le matin

Level 9, il est encore un peu tôt pour faire la teuf

- 9 juillet 2015 - Par Kinshu

Blindes 500/1,000 ante 100

Parterre de stars

Le field se réduit à vue d'oeil dans l'Amazon Room. Et pour cause, la salle réunit les rescapés du Day 1A, là où l'affluence a été la plus faible. Des grands noms du poker international sont encore présents autour de la vingtaine de tables. J'ai notamment repéré le Belge Pierre Neuville (250 000) et le Canadien Jonathan Duhamel (160 000) plutôt bien fournis en jetons. C'est plus compliqué en revanche pour les Italiens Sergio Castelluccio et Dario Sammartino. L'Anglais Charlie Carrel, les Allemands Fedor Holz et Fabian Quoss (photo) sont toujours en lice.

L'Américain Amar Anand (photo) a repris la tête du classement au Québecois Charles Sylvestre, assis à sa droite. Il est le premier joueur à dépasser les 500 000 jetons.

Oh le Venhard

Aux côtés de Louis Linard, porte-drapeau idéal du clan tricolore, avec toujours une fortune devant lui (220,000), Bastien Venhard a décollé de la zone orange (celle où vous n'avez pas assez de jetons pour pratiquer un poker raffiné, mais trop pour partir à tapis comme un cinglé) grâce à un coinflip qui a tourné en sa faveur, un As-Roi dominant une paire de Valets adverse. Le gagnant du KING5 2015 est grimpé d'un trait à 66,000.

Ah l'Huet, gentil alouette

Quel plaisir de voir en 2015 des joueurs avec encore un peu d'humanité en eux, laissant transpirer leur joie de disputer le plus beau tournoi du monde. Gilles Huet fait partie de cette minorité rafraichissante : cet amateur passionné (et éclairé) a joué un coinflip décisif après avoir déjà doublé une première fois.

Gilles 3-bet à 6,500 en milieu de parole après une relance à 2,100 du joueur UTG et voit son voisin de gauche placer un 4-bet à 18,000. Après le fold du joueur UTG, le Français tremble d'excitation, et après quelques dizaines de secondes, il dépose ses derniers jetons au milieu avec paire de Dames. Opposé à As-Roi, Gilles évite les balles sur le board dégainé par le croupier tout en frétillant sur son siège. Ce joli pot le remet en selle dans cet avant-dernier niveau de la journée dans lequel il possède désormais une quarantaine de blindes.

Loosli au tapis

Malheureusement pour notre Team Pro Sylvain Loosli, son parcours dans ce Main Event s'arrêtera au Day 2. Avec moins de 12 blindes, il n'a pas résisté à une confrontation As-Valet contre As-Roi.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

« Ladouceur me défonce. » - Une citation aussi poétique qu'érotique signée Anthony Picault, toujours dans les mêmes eaux avec 70 blindes de tapis.

« Ça va finir en sit & go leur affaire » - Une réflexion collégiale faite en traversant l'Amazon Room de plus en plus vide.

Quand un joueur se fait check-raise sur le flop après avoir misé avec top paire

Level 9, il ne faut pas se voir plus gros que le boeuf

- 9 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Blindes 500/1,000, ante 100

Guyon, un requin à la mer

Nos deux Team Pro Sylvain Loosli et Adrien Guyon ont connu un destin similaire lors de leur dernière main jouée avant la pause dîner. Après un bluff raté, le premier n'a plus que 17 000 jetons devant lui à faire fructifier. Quant au second, tombé à 17 000 aussi, il rendra les armes au retour de la pause. Après une ouverture du minimum en début de parole, payée trois fois, le Top Shark envoie son tapis en BB avec Roi-Valet. Un des payeurs s'acquitte de la mise avec une paire de 5. Le flop As-Valet-2 donne de l'espoir au Poitevin mais un 5 à la turn donnera l'avantage à son adversaire.

Guenan prend son temps

A la table du finaliste de l'an passé l'Américain Billy Pappas, c'est l'embellie pour Flavien Guenan (photo), passé de 20 000 à 60 000 juste avant la pause. Même chose pour Pierre Merlin 'Lenchanteur.', pointé à 45 000 : "je suis content, je ne suis pas parti à tapis couvert. J'ai juste resteal plusieurs fois et connu un rush de cartes au retour du break." Pourvu que ça dure. 

Il sort Durand

Etienne Durand a joué son dernier coup avec en sa possession dix blindes, un As, et une Dame. En face, une paire de 6 qui reste en tête malgré un Valet et un 10 prometteurs sur le flop.

Le qualifié Winamax est donc éliminé en milieu de Day 2A/B mais peut se consoler avec la satisfaction d’avoir, pour la deuxième année consécutive, joué le plus gros tournoi du monde en quasi-freeroll grâce à une qualification une nouvelle fois décrochée sur Winamax.

Y'a quoi dans ton casque ?

« Si t'as envie de sacocher, viens donc faire un tour à Lambé
Si tu lâches un 4-bet pour folder, viens donc faire un tour à Lambé
Si quand t'es de blinde tu vas pisser, viens donc faire un tour à Lambé
Si t'en as marre de passer, viens donc faire un tour à Lambééééééééééé »


Dans le milieu de l'après-midi, Anthony Picault se stimulait à table en écoutant du Matmatah à fond les ballons. Normal pour un Breton, non ? Alors Antho, c'est quoi les cinq artistes qui tournent en boucle dans ta playlist quand tu joues ?

« J'ai toujours le même iPod depuis 4/5 ans, je n'ai jamais changé la musique, du coup, c'est toujours la même chose »

The Black Eyed Peas
Kanye West
Matmatah
Téléphone
Amy Winehouse (« ça c'est plus en débout de tournoi, quand il n'y a pas encore les antes »

Et vous, vous écoutez quoi à table ?

Le saviez-vous ?

Quel est le moyen de locomotion le plus utilisé à Las Vegas après la voiture ?

Réponse :

Anecdotes, statistiques et citations à la con

 Faisons le point sur les sortants Français du jour, ils sont plutôt nombreux, en particulier parmi ceux qui possédaient un petit tapis en début de journée (logique, me direz-vous)

Gabriel Nassif
Marc Inizan
Thomas Sobolewski
Gaëtan Balleur (Vainqueur KING5)
Laurent Benhayoun
Pascal Law
Adrien Guyon (Team Winamax)
Bastien Venhard (Vainqueur KING5)

Gregory Benac
Hugo Pingray (Qualifié Winamax)
Michel Pomaret
Julien Sitbon
Etienne Durand (Qualifié Winamax)

A l’international, nous avons perdu deux joueuses emblématiques et détentrices de bracelets : Jennifer Tilly et Annette Obrestad, ainsi que Dutch Boyd, Tom Marchese, Todd Brunson, Ashton Griffin, Michael Tureniec, Erick Lindgren, Carlos MortensenKevin Schaffel et le finaliste de l'édition 2014 Jorry Van Hoof.

"Tout le monde vient de se lever pour applaudir le joueur le plus âgé du tournoi, un vétéran de la Seconde Guerre Mondiale. C'eût été gênant s'il avait été Allemand." - Signé : un Dutch Boyd délicieusement acide. 

Notre confrère Steven de Club Poker quand il regarde les filles dans le rail


Nos pros lorsqu'ils n'ont que dix minutes pour manger parce que la bouffe est arrivée super en retard