masquer le menu
   

470 joueurs franchissent le Day 1A

- 6 juillet 2015 - Par Kinshu

Un coup d'oeil sur le classement à l'issue du Day 1A...

Top 10

1. William Kakon (USA) 152,325
2. Gjergj Sinishtaj (USA) 149,100
3. Alex Tran (USA) 142,700
4. Tomas Altamirano (USA) 141,700
5. Patrick Madden (USA) 140,500
6. Gabriel Monthan (USA) 137,175
7. Tom Bedell (Espagne) 134,900
8. Charles Sylvestre (Canada) 133,025
9. Dario Sammartino (Italie) 129,850
10. Stephen Costello (USA) 125,825

Les Français

155. Yehoram Houri 56,000
375. Marc Inizan 19,750
395. Gabriel Nassif 17,775

Le reste du field (sélection)

31. John Monnette (USA) 98,750
42. Jorryt van Hoof (Pays-Bas) 90,650
45. Kevin Schaffel (USA) 89,575
51. Mike Matusow (USA)  88,225
64. Jonathan Duhamel (Canada) 82,700
67. Fabian Quoss (Allemagne) 80,100
69. Pierre Neuville (Belgique) 79,625
70. Raul Mestre (Espagne) 79,425
88. David Bach (USA) 72,850
90. Chanracy Khun (Canada) 72,625

95. Vivek Rajkumar (USA) 71,500
147. Charles Carrel (UK) 58,600
163. Andy Black (Irlande) 53,850
197. Anton Morgenstern (Allemagne) 47,400
206. Max Pescatori (Italie) 46,075
239. Barry Shulman (USA) 40,050
246. Anton Wigg (Suède) 39,000
255. Benny Spindler (Allemagne) 37,225
348. Kevin Vandersmissen (Belgique) 22,850
466. Sergio Castelluccio (Italie) 5,175

Blindes à la reprise : 250/500 ante 50

Un coup d'envoi en catimini

- 6 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Fin du Day 1A


La première journée de départ du crû 2015 du Main Event des World Series of Poker est derrière nous, et comme chaque année, on pardonnera à l’observateur mal informé de ne pas avoir remarqué qu’il s’agit du plus gros tournoi de cartes du monde. Car la plus ancienne et la plus prestigieuse des compétitions de poker a depuis une dizaine d'année l'habitude de débuter au ralenti, la multiplication des journées de départ diluant l'affluence sur trois journées disctinctes. Ce fut encore le cas cette année, avec un Day 1A (programmé un lendemain de fête nationale, autant dit un jour de gueule de bois) peinant à remplir une seule des trois gigantesques salles du centre de convention du Rio.

Avec 741 inscriptions enregistrées pour la journée de dimanche, l’affluence s’inscrit dans la lignée de l’édition 2014 (771 partants il y a un an), ce qui ne nous laisse que peu de doutes sur la participation totale, et sur le statut mythique du Main Event. Non, on ne devrait pas avoir de problème pour atteindre les 6,500 inscriptions règlementaires. 

Pour aussi peu peuplée qu’elle fut, cette première journée de départ nous a quand même permis d’assister à quelques coups fracassants. Ceux, perdus, par Guillaume Diaz, entraînant son élimination rapide du tournoi. Ceux, gagnés, par les regs des tournois High Rollers Fedor Holz, Anton Morgenstern, Dario Sammartino, Jonathan Duhamel ou encore Jorry Van Hoof, leur permettant de se positionner dans les hauteurs du classement.

On pouvait compter sur les doigts des deux mains les Français engagés aujourd’hui (ou tout du moins les Français connus de nos services, car, contrairement aux tournois de type EPT, nous ne disposons pas d’un plan de table officiel nous permettant de repérer avec précision les joueurs que nous ne connaissons pas d’avance). Dix heures de jeu plus tard, une main suffit pour compter les survivants, après les éliminations de Guillaume Diaz, Fabrice Soulier, le qualifié Winamax David Colin et le chanteur Grégoire. En toute fin d'une journée qui ne lui offrit aucun répit ni rayon de soleil, Ludovic Riehl subit le même sort.

Nous ne dénombrons que trois Tricolores parmi les survivants. Il y a d'abord le revenant Marc Inizan, avec qui on a fêté avec plaisir son retour aux tables live. L’ancien Team Pro Winamax termine le Day 1A en dessous de sa cave initiale avec 19,750 unités. Même topo pour Gabriel Nassif, auteur (comme chaque année) de très belles perfs tout l’été : on le retrouvera au départ du Day 2A (programmé mercredi) avec 17,725unités. Runner-up mémorable du tournoi 42, Yehoram Houri s'en tire un peu mieux avec 56,000.  

Il fallait bien chercher pour trouver des têtes de série internationales au milieu d’un field plutôt composé d’amateurs et d’anonymes. On retiendra les éliminations de Billy Baxter, Erik Seidel, Andy Bloch, Tony Cousineau, et John Hennigan. De leur côté, Pierre Neuville, Abe Mosseri, Mike Matusow, John Monnette, Fabian Quoss et Vivek Rajkumar ont décroché leur qualification. 

469 joueurs ont franchi cette "introduction de l'introduction", soit 65% de ceux qui étaient au départ d'une journée où l'on a assisté à beaucoup de coups joués de manière très agressive, sans doute un peu trop pour un Day 1...
 

La suite, c’est tout de suite


On retrouvera une bonne partie des joueurs du Team Winamax au départ du Day 1B, programmé lundi à midi (21h  en France), dont Bruno Lopes et Patrick Bruel. L’équipe gagnante du KING5 menée par Laurent Polito et Alexandre Réard sera aussi de la partie, pour un Day 1B qui s’annonce autrement plus peuplé que le précédent.

Level 5, un autre Top Shark trinque

- 6 juillet 2015 - Par Florence

Blindes 200/400, ante 50

Mikedou dans le rail

Une journée en enfer, voilà ce qu'a vécu notre Team Pro Ludovic Riehl aujourd'hui. Son parcours dans ce Main Event 2015 vient de s'achever, la faute au plus classique des coin flip. "Le joueur UTG ouvre à 850 avec 10 000 derrière. Pour l'anecdote, je lui demande s'il a encore des jetons de 5 000 avant même de voir mes cartes. Vu le spot, je jette une paire de 10 je crois. UTG+1 paye, et j'ouvre deux Dames. Bon, ben, tapis. UTG a As-Roi, il fait l'as turn." Mikedou voit un pot de 18 000 lui échapper, avant de rejoindre le rail, comme son collègue Volatile. Sale journée pour les Top Shark.

Nassif lutte

"Je me suis fait pourrir toute la journée". Habitué au statut de short-stack, Gabriel Nassif ne s'attendait pourtant pas à ce type de journée. "J'ai fait top set trois fois dans les premiers niveaux, mais je n'ai pas pris grand chose. Après j'ai mal joué plusieurs coups, j'ai spew quelques milliers de jetons. Et pour finir, je n'ai pas eu de cartes".

J'ai joué, j'ai chuté

La journée de 35% des participants du Day 1A résumée en cinq secondes

Anecdotes, statistiques et citations à la con

"Ils en sont où les Wina ? Mikedou, Volatile et Locsta ?" : dixit un joueur qui se croit toujours en 2012.

La tête de Pierre Neuville lorsqu'il est contraint d'abandonner sur un check-raise au flop

Level 5, l'heure où l'on se requinque

- 6 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Blindes 200/400, ante 50

Un double up et ça repart

"Je hit à moitié tous les flops". Mais à moitié seulement puisque notre Team Pro Ludovic Riehl était assez mal en point au milieu du niveau 5. C'était sans compter la générosité de son voisin de droite (Monsieur avec son livre). Après avoir fait doublé un premier adversaire, le prétendu amateur, titulaire de plus de 80 000, relance Under The Gun. C'est le moment que choisit Mikedou pour partir à tapis pour 5 325 en position UTG+1. Après un moment d'hésitation, le lecteur assidu (ou pas) s'acquitte de la mise et retourne... K8, bien dominé face aux Valets de l'Alsacien. Un board 5Q10104 plus tard et Ludovic Riehl peut respirer, avec 11 000 pions devant lui.

Juste à la table derrière, la Brésilienne Maria Mayrinck (35 000) continue de faire des siennes. "Tu me joues vraiment qu'avec des mains de m*'", interpelle-t-elle un adversaire. "Ne le prends pas personnellement", lui répond celui-ci. "Je le prends très personnellement", poursuit Maria dans un mélange d'ironie et d'agacement.

Colin frit

David Colin a semble-t-il coulé : le qualifié Winamax est introuvable et à son siège est installé un joueur ayant une tête de poisson. Des signes qui ne trompent pas quant à une élimination certaine du français qui a dû être pris dans les filets de l'un de ses adversaires.

Roulé-boulé

Il y a des joueurs adoptant le style de jeu « small ball » , d'autres préférant celui « grosse boule ». Comme à cette table où deux joueurs ont eu envie de partir à tapis dans un pot de 5BB. Le flop affiche 4K4 et le premier larron check-raise directement à tapis pour 20 000 la mise à 1 500 du second. Ce dernier se gratte la tête vingt-six secondes avant de payer avec 84, ce qui est bien, mais pas top, puisque son adversaire est devant avec A4. Sans le faire exprès, ce dernier a donc trouvé le moyen de récolter le maximum de jetons dans ce spot. C'est bien joué.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

 "J'ai failli m'endormir en faisant le tour de la salle", signé un couvreur dont on respectera l'anonymat.  

Voilà le résultat quand on décidé d'imprimer sur sa chemise son fond d'écran Windows XP favori

A quoi rêve un couvreur à une heure de la fin de sa journée ? 
 

Level 4, on ne se laisse pas abattre

- 6 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Blindes 150/300, ante 25

The Come Back Kid


Largement absent du circuit des tournois live depuis trois ans, Marc Inizan a retrouvé avec plaisir les joies du poker "en dur" à Las Vegas. "J'ai une table plutôt facile à jouer, je relance beaucoup, mais pour l'instant je n'ai pas trop connecté avec les flops.» L’ex-membre du Team Pro oscille donc autour de sa cave de départ, avec 31,000 unités, largement assez pour continuer à s'amuser. Et sinon, comment ça va ? « Bien ! Je joue beaucoup moins au poker qu’avant. Quand je joue, c’est en cash-game et sur Winamax. Là, ça fait du bien de refaire du live. Je joue au Bellagio en 2$/5$, je m’éclate. Les mecs ne te donnent quasi aucune décision difficile. Quand ils sont max, ils te relancent tout de suite, quand ils ne sont pas max, il se contentent de check/call. Tu sais toujours où tu en es, il n’y a jamais de 3-bet light. »

Qui peut le plus peut le moins

Le clan Français, déjà peu important en début de journée, s'est affiné après la pause-dîner. Fabrice Soulier a rejoint Guillaume Diaz dans le camp de ceux pour qui les WSOP 2015 sont terminés (et sur une horreur, par dessus le marché). Il se pourrait bien que Grégoire ait subi un sort peu enviable : le siège qu'il occupait en début de tournoi est maintenant squatté par un autre joueur.
 

Le chum Sylvestre


Si les Français ne se bousculent pas au portillon, il faut aller chercher les bonnes nouvelles du côté de nos cousins québécois. C'est en effet un résident de Saint-Bruno, Charles Sylvestre (photo), qui trône tout en haut du chipcount avec plus de 140 000 jetons.

Ca arrive aux meilleurs


Du côté des sortants, les têtes de série ne sont pas en reste. Le grandiose Eric Seidel a lui aussi annoncé son élimination sur Twitter, 24 heures après s'être glissé dans l'argent d'un pharaonique tournoi à 500,000$ l'entrée organisé par le casino Aria (7e sur 43 pour 860,000 dollars, c'est Brian Rast qui a empoché le pactole de 7,525 millions de brouzoufs). Même punition pour Barny Boatman (pourtant auteur d'un excellent départ), Andread Hoivold, Erik Cajelais, Andy Bloch, John Gale, Billy Kopp...

Mikedou dans le dur

Soirée compliquée pour Mikedou qui peine à remporter des coups et voit peu à peu ses jetons partir chez ses divers adversaires. Trois coups parmi d'autres ayant coûté cher à notre pro Winamax, tombé à 13 000 dans ce Day 1A :

- Ludo ouvre avec AK, puis c-bet sur le flop QQ9. Check-raisé, il décide de payer et call une seconde salve sur le 5 turn. Un check collégial sur le 2 rivière ne lui permet pas pour autant de remporter le pot, son adversaire dévoilant QT.

- Ludo relance avec Valet-10 et paye ensuite un 3-bet. Il paye une première mise sur un flop Roi-Dame-8, mais refuse d'en payer une seconde sur un nouveau Roi turn.

- Ludo attaque en fin de parole et obtient un call des deux joueurs en blindes. Il ne dégaine pas sur le flop KT9 après un check de ses adversaires, mais effectue un c-bet décalé après un nouveau check sur le K turn. Payé une fois, il n'envoie pas une deuxième mise après un autre check sur la Q rivière. Et il fait bien, puisque le joueur en petite blinde retourne QJ pour la quinte.

Petit Génie


Les tournois se suivent et se ressemblent pour le jeune prodige allemand Fedor Holz (photo). Il pointe déjà à plus de 100 000 jetons à l'approche de la fin du niveau 4. Et il vient qui plus est d'éliminer un adversaire.

Après une ouverture en premier de parole à 800, payée par le joueur en position d'UTG+2, le bouton squeeze à 2 500 et Holz acepte le défi depuis la grosse blinde, tout comme le joueur UTG+2. On assiste alors à un check collectif sur le flop 526. La turn vient un 9 et Holz prend le lead à 3 000, avant d'entendre son opposant UTG+2 annoncer tapis pour 12 000. Si le bouton passe rapidement, le jeune allemand paye de façon tout aussi rapide avec sa paire de 9 pour brelan trouvé turn. C'est largement suffisant face à 58. Holz trouvera même un full house avec la rivière 6.

Captain Fouras


Devinette (difficulté : niveau 1)

Dans cette vitrine d'une échoppe installée dans les travées du Rio, combien d'objets peuvent vous êtes utiles dans la vie quotidienne ?

Réponse :
0

Anecdotes, statistiques et citations à la con

 Spotted : Une couvreuse tête en l'air confondre Mohsin Charania avec ce mec là (photo).

 "C'est tout ce que je fais, compter des jetons et actualiser le chipcount toutes les 15 minutes" - Signé un journaliste WSOP.com un brin agaçé. Courage, plus que neuf jours à tenir !