masquer le menu
   

Un coup d'envoi en catimini

- 6 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Fin du Day 1A


La première journée de départ du crû 2015 du Main Event des World Series of Poker est derrière nous, et comme chaque année, on pardonnera à l’observateur mal informé de ne pas avoir remarqué qu’il s’agit du plus gros tournoi de cartes du monde. Car la plus ancienne et la plus prestigieuse des compétitions de poker a depuis une dizaine d'année l'habitude de débuter au ralenti, la multiplication des journées de départ diluant l'affluence sur trois journées disctinctes. Ce fut encore le cas cette année, avec un Day 1A (programmé un lendemain de fête nationale, autant dit un jour de gueule de bois) peinant à remplir une seule des trois gigantesques salles du centre de convention du Rio.

Avec 741 inscriptions enregistrées pour la journée de dimanche, l’affluence s’inscrit dans la lignée de l’édition 2014 (771 partants il y a un an), ce qui ne nous laisse que peu de doutes sur la participation totale, et sur le statut mythique du Main Event. Non, on ne devrait pas avoir de problème pour atteindre les 6,500 inscriptions règlementaires. 

Pour aussi peu peuplée qu’elle fut, cette première journée de départ nous a quand même permis d’assister à quelques coups fracassants. Ceux, perdus, par Guillaume Diaz, entraînant son élimination rapide du tournoi. Ceux, gagnés, par les regs des tournois High Rollers Fedor Holz, Anton Morgenstern, Dario Sammartino, Jonathan Duhamel ou encore Jorry Van Hoof, leur permettant de se positionner dans les hauteurs du classement.

On pouvait compter sur les doigts des deux mains les Français engagés aujourd’hui (ou tout du moins les Français connus de nos services, car, contrairement aux tournois de type EPT, nous ne disposons pas d’un plan de table officiel nous permettant de repérer avec précision les joueurs que nous ne connaissons pas d’avance). Dix heures de jeu plus tard, une main suffit pour compter les survivants, après les éliminations de Guillaume Diaz, Fabrice Soulier, le qualifié Winamax David Colin et le chanteur Grégoire. En toute fin d'une journée qui ne lui offrit aucun répit ni rayon de soleil, Ludovic Riehl subit le même sort.

Nous ne dénombrons que trois Tricolores parmi les survivants. Il y a d'abord le revenant Marc Inizan, avec qui on a fêté avec plaisir son retour aux tables live. L’ancien Team Pro Winamax termine le Day 1A en dessous de sa cave initiale avec 19,750 unités. Même topo pour Gabriel Nassif, auteur (comme chaque année) de très belles perfs tout l’été : on le retrouvera au départ du Day 2A (programmé mercredi) avec 17,725unités. Runner-up mémorable du tournoi 42, Yehoram Houri s'en tire un peu mieux avec 56,000.  

Il fallait bien chercher pour trouver des têtes de série internationales au milieu d’un field plutôt composé d’amateurs et d’anonymes. On retiendra les éliminations de Billy Baxter, Erik Seidel, Andy Bloch, Tony Cousineau, et John Hennigan. De leur côté, Pierre Neuville, Abe Mosseri, Mike Matusow, John Monnette, Fabian Quoss et Vivek Rajkumar ont décroché leur qualification. 

469 joueurs ont franchi cette "introduction de l'introduction", soit 65% de ceux qui étaient au départ d'une journée où l'on a assisté à beaucoup de coups joués de manière très agressive, sans doute un peu trop pour un Day 1...
 

La suite, c’est tout de suite


On retrouvera une bonne partie des joueurs du Team Winamax au départ du Day 1B, programmé lundi à midi (21h  en France), dont Bruno Lopes et Patrick Bruel. L’équipe gagnante du KING5 menée par Laurent Polito et Alexandre Réard sera aussi de la partie, pour un Day 1B qui s’annonce autrement plus peuplé que le précédent.