masquer le menu
   

Joe McKeehen sur le toit du monde

- 11 novembre 2015 - Par Florence

Crédit photo WSOP.com 

Il n'y aura donc pas eu de retournement de situation : le grand favori Joe McKeehen, large chipleader à l'entame de la table finale, a dominé de la tête et des épaules la dernière ligne droite du Main Event des WSOP 2015. Après avoir éliminé six de ses huit adversaires en finale, dont son compatriote Josh Beckley (4 469 171$) lors du tête-à-tête ultime, l'Américain s'empare du titre le plus prestigieux du monde du poker et de l'incroyable somme de 7 680 021 dollars. 

Rappelez-vous : Kinshu était prêt à mettre un billet sur McKeehen dès le niveau 16 ! 

Dans les sommets du classement depuis le milieu du Jour 3, Joe McKeehen a éclaboussé de son talent (et de sa réussite!) le Main Event des WSOP 2015. Le grindeur de 24 ans, originaire de Philadelphie, est loin d'être le premier venu : il compte un titre WSOP Circuit à son palmarés et a fini runner-up du Monster Stack des WSOP l'an passé, remporté par un certain Hugo Pingray. Grâce à ce titre de champion du monde, McKeehen compte désormais près de 10 millions de dollars de gainen tournoi live ! 

Le classement de la table finale 

Vainqueur Joe McKeehen (Etats-Unis) 7 680 021$ 
Runner-up Josh Beckley (Etats-Unis) 4 469 171$ 
3e Neil Blumenfield (Etats-Unis) 3 397 103$ 
4e Max Steinberg (Etats-Unis) 2 614 558$ 
5e Ofer Zvi Stern (Israël) 1 910 971$ 
6e Thomas Cannuli (Etats-Unis) 1 426 072$ 
7e Pierre Neuville (Belgique) 1 203 193$ 
8e Federico Butteroni (Italie) 1 097 009$ 
9e Patrick Chan (Etats-Unis) 1 001 020$ 

Le replay vidéo du dénouement : 

Joe McKeehen sur la voie royale

- 10 novembre 2015 - Par Florence

Ils ne sont plus que trois à pouvoir prétendre au titre tant convoité de champion du monde 2015. Trois nouveaux joueurs ont été éliminés dans la nuit de lundi à mardi du Main Event des WSOP. 

C'est Thomas Cannuli, short-stack officiel, qui a rendu les armes dès la deuxième main de la soirée. Et pourtant le jeune Américain a trouvé les As au parfait moment, lorsque Steinberg lui a demandé son tapis après avoir ouvert avec paire de 10 et vu Cannuli lui revenir dessus. Mais un 10 au flop est venu doucher les espoirs du benjamin de cette TF. Sûrement le pire bad beat de sa vie... Une sixième place qui lui rapporte tout de même 1 426 072 dollars. 

Zvi Stern, le tankeur fou de la première soirée, s'est ensuite empalé sur les As de Josh Beckley, avant de s'incliner en cinquième position (1 911 423$). L'Israëlien a poussé ses maigres blindes restantes avec As-Valet, dominé par As-Roi chez Blumenfield. 

Enfin, Max Steinberg terminait sa course au pied du podium. Après avoir laissé filer de précieux jetons, la 143ème main de la TF lui a été fatale, son re-steal avec As-Valet ne passant pas contre le As-Dame de McKeehen, encore lui, bourreau de son quatrième joueur en TF. Le joueur de Fantasy League empoche 2 614 558 dollars pour sa quatrième place. 

Crédit photo WSOP.com 

C’est donc terminé pour les deux outsiders Steinberg, techniquement l’un des meilleurs joueurs, et Stern, deuxième tapis à l’entame de la TF, tandis que McKeehen se retrouve en position idéale avec 67% des jetons. 

Chipcount 
Joe McKeehen 128 825 000 
Neil Blumenfield 40 125 000 
Josh Beckley 23 700 000 

Echelle des gains 
Vainqueur 7 680 021$ 
Runner-up 4 469 171$ 
3e/ 3 397 103$ 

Reprise sur des blindes 500 000/1 000 000, ante 150 000, à 3 heures du matin (3h30 en différé avec les cartes dévoilées) pour le dénouement de cette grande messe du poker mondial.

Pierre Neuville 7ème, McKeehen poursuit sa domination

- 9 novembre 2015 - Par Florence

C'est peu après 2h30 du matin que la retransmission en différé sur ESPN a débuté, offrant ainsi aux téléspectateurs la possibilité de voir les cartes des joueurs pour le grand final du Main Event ds WSOP 2015. Retour sur les faits marquants de cette première soirée de table finale. 

*Daniel Negreanu et Phil Hellmuth ont rejoint Kara Scott pour la présentation de l'épreuve. 

*2h39 : le champion 2014 lui-même, le Suédois Martin Jacobson, monte sur la scène pour lancer le "shuffle up and deal". L'an passé, il lui avait fallu 328 mains pour l'emporter. 

*Le premier coup de cette TF est remporté par Max Steinberg, vêtu d'un superbe costume bleu réalisé pour l'occasion. L'Américain s'empare des blindes après avoir relancé avec Roi-Valet. 

*Dès la deuxième main, Joe McKeehen, énorme chipleader, met ses adversaires (Chan et Butteroni) à tapis depuis le bouton, avec As-4 dépareillé. Après un moment d'hésitation, son compatriote Patrick Chan engage ses jetons avec Roi-Dame off. La meilleure main restera devant, scellant le sort de Chan à la neuvième place (1 001 020$) : l'éliminé le plus rapide de l'histoire des November Nine ! 

*Federico Butteroni rend les armes à la huitième place (1 097 009$). Short-stack officiel, l'Italien n'a rien pu faire pendant près de deux heures, partant une première fois à tapis depuis le cut-off avec Dame-9 de trèfle sans trouver de payeur. Finalement, sa meilleure main de la soirée, As-Valet, va se heurter au As-Roi de McKeehen (encore lui), envoyant le jeune homme dans le rail après plus de trois heures de jeu.

*La fin de la belle histoire pour le vétéran Pierre Neuville. Après deux gros coups perdus, le Belge a dû s'incliner en septième position (1 203 193 $). C'est d'abord contre le jeune Thomas Cannuli qu'il laissait filer de précieux jetons, touchant une quinte avec sa paire de dames quand son adversaire avait fait couleur. Puis Neuville en cédera une autre partie contre Blumenfield au cours d'une confrontation As-Roi contre paire de 4 (top paire VS brelan). Tombé à cinq blindes, le coup final lui sera asséné par McKeehen : son As-Valet de trèfle n'a pas tenu contre Valet-6 de coeur. 
On pouvait lire beaucoup d'émotions sur le visage du sympathique belge, qui laisse forcément un peu déçu tous les francophones. Mais quelle performance ! 

*Les salves entre Blumenfield et Stern : les deux hommes n'ont pas hésité à se relancer et se sur-relancer avec des mains assez faibles. 

*Joe McKeehen a éliminé cinq joueurs consécutifs et possède la moitié des jetons en circulation à six joueurs restants. 

*Reprise cette nuit à 1H30 du matin heure française (2H pour le streaming avec les cartes dévoilées) sur les blindes 300 000/600 000, ante 75 000. 

Chipcount
Joe McKeehen 91,450,000 
Ofer Zvi Stern 32,400,000 
Neil Blumenfield 31,500,000 
Max Steinberg 16,000,000 
Josh Beckley 10,875,000 
Thomas Cannuli 10,425,000

Après trois mois d'attente, le dénouement arrive enfin !

- 9 novembre 2015 - Par Florence

117 jours se sont écoulés depuis la fin des WSOP 2015 à Las Vegas et la révélation des November Nine du Main Event. C'est ce soir au Penn&Teller Theater du Rio que les heureux élus se retrouvent pour le dénouement tant attendu de cette grande messe du poker mondial. 

Qui succédera au Suédois Martin Jacobson et deviendra le champion du monde 2015 ? Début de réponse à partir de 2 heures du matin heure française. Un peu plus de 57 minutes de jeu sont encore à disputer dans le niveau 35, blindes 200 000/400 000 ante 50 000. 

C'est la chaîne américaine ESPN qui retransmettra l'évènement en léger différé (30 minutes), avec les cartes dévoilées. Un streaming est disponible pour quelques dollars sur le site internet de la chaîne. 

Chipcount officiel 

Siège 1 Ofer Zvi Stern (Israël) 29 800 000 (74,5 BB) 
Siège 2 Pierre Neuville (Belgique) 21 075 000 (52,68 BB) (le véteran, 72 ans) 
Siège 3 Joshua Beckley (Etats-Unis) 11 800 000 (29,5 BB) 
Siège 4 Max Steinberg (Etats-Unis) 20 200 000 (50,5 BB) (le seul détenteur d'un bracelet) 
Siège 5 Tom Cannuli (Etats-Unis) 12 250 000 (30,625 BBb) (le plus jeune, 23 ans) 
Siège 6 Joe McKeehen (Etats-Unis) 63 100 000 (157,75 BB) (large chip Leader avec 32,7% des jetons en circulation, un record ces 10 dernières années) 
Siège 7 Patrick Chan (Etats-Unis) 6 225 000 (15,56 BB) 
Siège 8 Federico Butteroni (Italie) 6 200 000 (15,5 BB) (le short stack officiel) 
Siège 9 Neil Blumenfield (Etats-Unis) 22 000 000 (55 BB) 

L'échelle des gains 

Vainqueur 7 680 021 $ 
Runner-up 4 469 171 $ 
3/ 3 397 103 $ 
4/ 2 614 558 $ 
5/ 1 910 971 $ 
6/ 1 426 072 $ 
7/ 1 203 193 $ 
8/ 1 097 009 $ 
9/ 1 001 020 $

Le Pierre dure plus longtemps que le bois

- 15 juillet 2015 - Par Benjo DiMeo

Chaque année, les neuf joueurs qui atteignent la table finale du plus long tournoi du monde font le même constat : le Main Event est une compétition épuisante. L'écrasante majorité d'entre eux n'affichent qu'une vingtaine ou une trentaine d'années au compteur, ce qui ne les empêchent pas d'afficher une mine épuisée au terme des sept journées de treize heures que durent les phases préliminaires. 



Que dire alors, de la prestation de Pierre Neuville et ses 72 printemps ? A la naissance des joueurs les plus âgés de la finale du Main Event 2014, le Belge fêtait déjà son 41ème anniversaire. Du haut de nos trente et quelques années, Il nous est tout simplement impossible d'imaginer les émotions et les sensations qui ont traversé le retraité tout au long de ce marathon, et l'état de fatigue dans lequel il se trouvait ce soir au moment de savourer son exploit. C'est quelque chose que nous ne pourrons pas apprécier et comprendre avant un bon bout de temps.

Et c'est d'ailleurs un Pierre Neuville frais, alerte et malicieux que nous avons retrouvé peu après le dénouement de la journée, galvanisé par les évènements et ravi de nous en dire un peu plus sur son état d'esprit. "J'ai été nerveux durant une dizaine de minutes, à la fin. Je n'avais pas de cartes. Le reste de la journée, j'étais d'accord pour prendre des risques, mais lorsque je me suis rendu que je n'avais pas réllement besoin de jouer pour devenir November Nine, j'ai décidé de ne plus jouer. C'est d'ailleurs pour cela que je n'ai pas misé sur la rivière avec ma quinte. Je n'étais pas max. En face, l'autre avait lui le jeu max, il était déçu." 

C'est en janvier 2008 que nous avons découvert Pierre Neuville. Retraité après une longue carrière passée dans l'industrie des jeux de plateau. Il venait de quitter son poste de vice-président chez le géant Hasbro, auquel il avait vendu sa propre société de jeux en 1982, 23 ans après l'avoir fondée. Enfin libéré de ses contraintes professionnelles, Neuville pouvait revenir à ses premières amours, en l'ocurrence le poker, qu'il pratiquait déjà quarante ans plus tôt dans ses années étudiantes. Ses premières vacances en tant que retraité eurent donc lieu au Bahamas, et se soldèrent pas une accession en demi-finales de la PCA. Dès lors, Neuville allait entamer un long voyage quasiment ininterrompu à travers toute l'Europe du poker (plus le pélenirage estival aux WSOP), déroulant une succession semble t-il sans fin de places payées, finales et victoires. Jusqu'à ce soir, avec une accession en table finale du plus gros tournoi du monde qui sonne comme un consécration.  "C'est un accomplissement pour moi, après plusieurs années pendant lesquelles je n'ai jamais cessé de travailler mon poker. Je suis sûrement l'un des amateurs les plus passionnés au monde !" 

Pierre Neuville savoure son exploit avec son épouse Claudine


Il y a trois mois, devant tout le gratin du poker du Vieux Continent rassemblé à Malte pour la cérémonie des Trophées du Poker Européen, Neuville recevait un Award récompensant l'ensemble de sa carrière, marquée par deux secondes places à l'European Poker Tour, et une seconde place aux World Series of Poker, avec en filigrane une série record de 23 qualifications online successives aux tournois de l'European Poker Tour. "Je suis désolé de vous l'annoncer, mais ce n'est pas terminé", déclara t-il à l'assemblée, comme pour remarquer sur la nature nécrologique de ce genre de distinction. La suite s'est révélée prémonitoire. 

Connu de beaucoup pour sa gentillesse et son fair play à table, Neuville a trouvé le bon mot lorsqu'on lui a demandé quel était son favori en finale, ou plutôt le joueur qu'il craignait le plus. "Je vais probablement terminer deuxième, comme d'habitude !"  Avant d'ajouter que ses adversaires les plus dangereux étaient probablement Joe McKeehen et "le joueur chic" [Max Steinberg]. 

Pierre Neuville passera les trois mois le séparant de la finale à se préparer avec son épouse Claudine. "C'est mon coach personnel : tous les matins, elle m'emmène faire du fitness, s'occuppe de mon régime alimentaire, et on fait du sport ensemble. Je vais continuer de me concentrer sur mon mental. Je ne vais pas beaucoup jouer au poker, à part m'entraîner un peu online et l'EPT Barcelone." Qu'en pense Claudine ? "Il va sûrement gagner. Je suis très content pour lui, car je sais qu'il l'est. Il ne voulait pas jouer le Main Event, et regardez où on en est !"

"Les gens de mon âge ont l'air plus vieux que moi, le poker me conserve bien !", rigolait Neuville devant les journalistes tendant leurs dictaphones.  Johnny Moss, l'une des premières légendes de notre jeu préféré, était âgé de 81 ans lorsqu'il remporta son dixième et dernier bracelet de Champion du Monde au Binion's Horseshoe à la fin des années 80. Dans notre monde moderne du poker dominé par les vingtenaires biberonnés au jeu sur Internet, on répète ad nauseam la formule uséela valeur n'attend pas le nombre des années. En novembre, Pierre Neuville reviendra à Las Vegas pour prouver qu'à l'inverse, cette valeur n'est en rien usée par le nombre des années.