masquer le menu
   

Une douzaine de Français aux portes de l'argent

- 11 juillet 2014 - Par Benjo DiMeo

Fin du Day 3



Il était 23 heures 37 quand les superviseurs ont donné le signal au micro, ordonnant la fin de la journée alors qu’il restait encore 53 minutes à jouer au programme du Day 3. La salle Brasilia était entièrement vide, si ce n’est pour une ultime table encore active où neuf joueurs tapaient le carton dans un silence absolu. Le passage du compteur à 747 restants signifiait la fermeture de cette table esseulée : à 50 éliminations de l’argent, le moment était opportun pour arrêter les frais, et donner rendez-vous vendredi midi à tous les survivants dans une seule salle : l’Amazon Room. Là, Jack Effel pourra prendre le micro pour dire « Mesdames et messieurs, le prochain Champion du Monde de poker se trouve parmi vous dans cette salle », faisant frissonner de plaisir tous les prétendants, qu’ils soient short-stack ou chip-leader. Ensuite, le coup d’envoi sera donné, et les places payées ne seront plus très loin…

Mais je m’avance. Parlons un peu de ce Day 3 accéléré, qui a vu 60% des 1864 partants du jour passer de vie à trépas. Encore une fois, les cartes n’ont pas été tendres pour nos Français. Dès le premier niveau, nombre de short-stacks ont mordu la poussière : Gabriel Nassif, Fabien Perrot, Ilan Boujenah, Imad Derwiche, Etienne Duran, notre qualifié Winamax venu de Tokyo… Même sanction pour Pierre Calamusa, Anthony Picault, Flavien Guenan, Grégoire Boissenot, Ronan Monfort, Quentin Lecompte, Julien Rouxel, Philippe Ktorza, Eric Sadoun, Michel Akrich, Benjamin Souriau et, en fin de journée, Clément Thumy.

L’international n’est pas en reste. On a beau avoir le talent, quand la réussite n’est pas là, il n’y a pas grand chose à faire. Toute la journée, les têtes de série ont défilé vers la porte de sortie : Dan Kelly, Daniel Negreanu, Theo Jorgensen, Johnny Chan, Jake Cody, Ted Forrest, Barry Greenstein, Ole Schemion, Erik Seidel, Marvin Rettenmeier, Antonio Esfandiari… La liste des éliminés sonne comme un who’s who du poker professionnel.

Jetons un oeil au Top 10 en fin de Day 3, selon PokerNews.com (des chiffres qui seront confirmés plus tard avec la publication du classement officiel)

Andrew Liporace (USA) 1,128 million
Mehrdad Yousetzadeh (USA) 1,124 m.
Raul Mestre (Espagne) 988,500
Jesse Wilke (USA) 975,500
Scott Blackman (USA) 935,000
Andoni Larrabe (Espagne) 923,000
Stephen Graner (USA) 911,000
Matthew Sedgeman (USA) 905,000
Magnus Karlsson  891,500
David Tuthill (USA) 850,000

Vous reconnaissez quelqu’un parmi ces détenteurs d’énormes tapis ? A la limite, Raul Mestre, et encore, il faut être un habitué des coverages EPT.

C’est l’une des choses que je préfère à propos du Main Event : son universalité. Certes, on aime voir en finale des JC Tran, des Phil Ivey (dont le gros tapis à stagné aujourd'hui, ce qui ne le rend pas moins dangereux), des Michael Mizrachi. Mais il est tout aussi excitant de se demander qui sera le prochain Jonathan Duhamel, le prochain Pius Heinz, le prochain Ryan Riess, Joe Cada ou Greg Merson, bref, qui sera le prochain joueur excellent-mais-pourtant-inconnu-auparavant à tirer son épingle du jeu. Nous entrons dans la phase du tournoi où nous allons de plus en plus écrire à propos de joueurs dont nous n’avions jamais entendu parler auparavant, y compris parmi les Français (souvenez vous de Sylvain Loosli l’an passé : seuls de très rares pros bien informés auraient pu prédire son parcours !), et nous sommes impatients de faire connaissance avec tous ces nouveaux visages venus du monde entier.

Le clan Français : réduit, mais costaud

Paul-François Tedeschi (470,000) : Décrit comme imperturbable et doté d'un sang froid à toute épreuve, Paul-François a semblé être rattrapé par la pression en fin de journée lorsqu'il a perdu quelques pots, étant satisfait que la journée soit écourtée par les organisateurs. Il faut dire qu'il a perdu un bon paquet de coups à tapis préflop où il était favori ! Néanmoins, une rencontre finale avec les as contre les dix lui a permis de garder son statut de chipleader tricolore pour le Day 4.

Tony Blanchandin (424 000 / en photo) : Appliqué et efficace, le qualifié Winamax a multiplié sa cave par deux durant la journée, bénéficiant notamment d'une rencontre où sa paire d'as s'est retrouvée à tapis avant le flop contre as-roi. Très respecté sur ses sur-relances à table, Tony n'a jamais semblé trembler durant la journée et a fait preuve d'une impressionnante décontraction.

Yorane Kérignard (410 500) : 13. C'est le coefficient multiplicateur du tapis de Yorane aujourd'hui ! Cantonné à un tapis de vingt blindes durant quatre niveaux, le Français a doublé avec As-Dame contre une paire de Dix pour se donner de l'air, et a ensuite martyrisé sa table, commençant par rentabiliser parfaitement un As-Roi avant de ne plus laisser respirer ses adversaires jusqu'à monter à un tapis de cent blindes.

Maxence Dupont (380 000) : Dans l'argent du tournoi en 2012 et 2013, Maxence va sans doute réaliser la passe de trois. Le jeune grinder, aussi discret qu'efficace, n'a jamais été en danger au cours d'une journée qui lui a permis d'accentuer un peu plus encore son avance en jetons. Il entamera le Day 4 avec 95 blindes.

Arnaud Mattern (321 000) : En démarrant à une table « facile », Arnaud Mattern n'a eu aucun mal à monter du pion durant les premières heures de jeu. Stoppé net dans son ascension à la suite d'un badbeat (une paire d'as vaincue par un as-roi faisant couleur), Arnaud n'a toutefois pas paniqué, et au contraire mis les bouchées doubles dans son entreprise de grind pour finir avec un tapis supérieur à la moyenne.

Hicham Hilmi (320 000) : Dans le ventre mou du classement une bonne partie de la journée, Hicham a lancé les hostilités avant la pause dîner, en multipliant par près de trois son tapis ! Il a ensuite déroulé, grimpant jusqu'à près d'un demi-million de jetons, avant de perdre quelques plumes sur la fin, la faute à une histoire de kicker sur un flop où lui et son adversaire avait trouvé trips. Pas de quoi frustrer Hicham qui termine avec plus que le tapis moyen.

Jean-Jacques Zeitoun (260 000) : On a encore jamais parlé dans notre reportage de ce régulier de l'Aviation Club de France que nous avons rencontré aujourd'hui. Mais à chaque fois que nous sommes passé devant sa table, Jean-Jacques avait un tas conséquent de jetons devant lui. C'est donc sans surprise qu'on le retrouve en fin de journée avec un tapis de 65 blindes.

Pedro Canali (145 000) : Assis à une table difficile, Pedro a avant tout essayé de maintenir son tapis à flot. Avec succès : restant en permanence assis derrière un tas de jetons représentant autour de 150 000, il se présentera à la bulle avec un tapis de 35 blindes. Pas de quoi martyriser la table, mais de quoi - sauf accident - entrer dans l'argent sans trembler.

Frederic Bertrand (141 500) : Lui aussi était inconnu de nos services jusqu'à ce jour. Frederic n'est cependant pas novice en matière de tournois live, ayant déjà à son palmarès quelques belles places d'honneur, notamment sur le circuit hexagonal. Au terme d'une journée où il s'est maintenu à flot, Frederic nous a confié avoir perdu un gros coup à tapis quelques instants avant le gong final. Il reviendra au Day 4 avec 35 blindes.

Giuseppe Zarbo (135 000) : Un bon départ et puis ensuite des heures un peu plus sombres pour Guiseppe qui a dû cravacher pour rallier le Day 4. Mais le Franco-italien est solide et n'a rien laché, trop enjoué à l'idée d'enchainer pour la quatrième année consécutive une place payée dans le Big One.

Alexandre Crouan (94 000) : Journée compliquée pour le qualifié Winamax ! Diminiué physiquement à la suite d'ennuis gastriques, le Day 3 d'Alexandre s'est limité à de la survie. Shortstack de bout en bout, il a réussi à se maintenir grâce à une paire de rois et une paire d'as lui ayant permis de doubler. Avec 23 blindes, il devra lutter pour intégrer les places payées.

Kool Shen pour la passe de trois

Après 2012 et 2013, 2014 ? Déjà payé dans la plus belle épreuve du monde ces deux dernières années, Bruno Lopes est en passe de se hisser dans l'argent pour la troisième fois consécutive. L'an dernier, il abordait la bulle avec un tapis de 168 000, et avait réussi à atteindre une très honorable 201ème place. Cette année, c'est avec 447 500 qu'il débutera cette quatrième journée !

"J'ai beaucoup touché" reconnait Kool Shen. Mais il a également pratiqué un poker agressif et audacieux, comme avec ce tirage couleur à trèfle où il a poussé son tapis dans un pot de deux fois la moyenne sur le turn, déclenchant d'importants maux de crâne à son adversaire qui a fini par passer.

Ce pot l'a hissé au rang de capitaine de la table, et Bruno a pu mettre une belle pression sur ses adversaires durant la dernière heure de jeu, ce qui lui a permis de multiplier sa cave initiale par cinq durant la journée, grâce notamment à un dernier 6-bet à tapis sur deux adversaires. "J'avais les rois", commente Bruno avec le sourire. Heureux que cette fatigante journée se termine, le joueur du Team Winamax abordera la bulle avec un tapis de 110 blindes.
 

Jeudi : le jour le plus excitant

Ah, la bulle du Main Event : chaque été, c’est le point culminant des World Series of Poker. On la préfère même à la conclusion des demi-finales et la découverte des November Nine, car rien ne peut dépasser le frisson ressenti devant une salle entière soulagée, joyeuse et émue d’écrire son nom au palmarès du plus beau tournoi de poker du monde.

Comme chaque année depuis 2008, ce moment sera à vivre sur Winamax.fr. On se donne rendez-vous à 20h (heure Française) pour le Multiplex Poker en direct du centre de convention. Puis une heure plus tard pour le coup d’envoi de notre reportage écrit.

Bonne journée à tous !

Benjo, Harper & Kinshu

Level 15, les éliminations vont bon train

- 11 juillet 2014 - Par Benjo DiMeo

Day 3 - Blindes 2 000/4 000 ante 500

Le rythme des éliminations continuant d'être appuyé, le Day 3 devrait se terminer au beau milieu de ce niveau 15...

Un coup qui n'existe pas

Au bouton, Paul-François Tedeschi ouvre une paire de valets. Il veut alors relancer à 8 000 mais un jeton orange de 5 000 lui glisse des doigts : il doit se contenter de payer, sans que personne ne s'aperçoive vraiment de l'erreur. Tim Reilly check sa grosse blinde et les deux joueurs voient un flop J56. Hop, brelan. Tim mise 6 000 et le Corse veut piéger en se contentant de payer. Arrive le turn, un 4. Le traquenard commence à se monter. Tim mise 16 000 et, à nouveau, Paul-François paie juste. Rivière : 3. Aïe ! Quand Tim mise 31 000, le Français a beau réfléchir, il ne parvient pas à se résoudre à passer son brelan... Mauvais choix : l'Américain retourne T2 pour un tirage couleur transformé en quinte. Un pot le faisant chuter à 300 000, mais de meilleures nouvelles arrivent dans ce même article pour Paul-François.

Tedeschi dans la colle

C'est un Paul-François Tedeschi très émoussé qui se bat actuellement pour ne pas flancher. « J'ai perdu des pots à tapis pré-flop avec paire d'as contre paire de rois, as-dame contre as-9, as-dame contre as-8, et aussi ce coup avec les valets » (voir juste au-dessus) confie le Corse, visiblement pressé que cette journée se termine.

Paul-François a toutefois retrouvé un peu d'énergie (et de confiance) en éliminant un adversaire. Il ouvre à 8 000 en milieu de parole puis 4-bet à 34 000 après un 3-bet à 18 000 du joueur au bouton qui 5-bet all-in pour 120 000 avec T0T ; le Français call avec A0A et (cette fois) ne se fait pas trahir par le croupier. Paul-François peut souffler un tapis toujours largement au-dessus de la moyenne.

La couleur de l'argent

Évoluant à une table compliquée, Pedro Canali n'a pas vu son tapis fluctifier durant la journée : il pointe toujours à 150 000. "Le tour coûte 10 000 désormais, c'est cher !" analyse Pedro avec le sourire, "mais j'ai toujours 35 blindes, pas de panique." Surtout à une cinquantaine de places de l'argent : nombreux sont les joueurs à jouer la bulle en possédant un tapis inférieur à vingt blindes !

Thumy refroidi

Si Clément Thumy a passé l'épreuve du flip, il n'a pas survécu à celle du 20/80. Le grinder français a en effet rendu les armes suite à une confrontation à tapis avant le flop entre sa paire de dames contre la paire de rois d'un adversaire, le tout pour un pot d'une quarantaine de blindes.

Après les as, les rois

Amenuisé au fil des orbites, Alexandre Crouan a vu son tapis reboosté à l'aide d'une paire de rois. Un openshove d'un soixantenaire local pour une douzaine de blindes en début de parole puis un fold jusqu'à lui et le qualifié Winamax n'avait plus qu'a call avec ses deux beaux barbus. Cinq briques plus tard et « Skip » repassait au-dessus des 100 000 jetons.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

0 : c'est le nombre de fans restant près de la table 436 après l'élimination de la star de la NBA Paul Pierce.

Level 14, comme 14 Français restants

- 11 juillet 2014 - Par Benjo DiMeo

Day 3 - Blindes 1 500/3 000 ante 300

Ce Main Event est en train de fondre à l’oeil nu ! OK, le rythme des éliminations n’est plus aussi élevé qu’en début de journée (2,5 joueurs la minute), mais on continue de perdre plus de 200 joueurs par niveau, si bien que les organisateurs se demandent si l’on ne va pas devoir arrêter la journée avant l’horaire prévu par le programme : il reste en effet moins de 860 joueurs avant le début de l’ultime niveau du Day 3, et la structure prévoit 693 places payées. Il est en tout cas hors de question de jouer la bulle ce soir : au Main Event, la tradition est de la faire sauter en début de journée, quand superviseurs et croupiers ont les batteries pleines pour gérer ce cap compliqué, plutôt qu’à la fin, quand tout le monde est lessivé.

Parmi les nombreux éliminés, on trouve hélas plein de Français...

Denis de justice

Après une intense bagarre tout au long de la journée, Thomas Denis a fini par quitter le tournoi à la suite d'une rencontre inévitable. Au cut-off, l'agressif chipleader de la table relance à 6 000 et le qualifié Winamax place un 3-bet au bouton à 16 000 avec une paire de dames. Lorsque le chipleader lui envoie 35 000, il n'hésite pas très longtemps avant de pousser son tapis de 100 000 mais est immédiatement payé par une paire de rois... Fin de l'aventure pour le Français qui échoue à 200 places de l'argent.

Le million, le million

Le premier joueur à passer la barre du million en jetons est un joueur du nom de Mehrdad Yousefzadeh. Son ancêtre à mélangé le sachet du Scrabble et tiré des lettres au hasard, je vois pas d’autre solution pour expliquer ce nom. Un joueur d’échecs Américain, d’après une recherche Google, et dont les premiers résultats sur le circuit poker datent de 2003, avec notamment un min-cash dans le Main Event en 2005.

On ne saurait pour l’heure expliquer comment Yousefzadeh a fait fructifier son tapis. Phil Ivey est assis à sa droite avec un tapis diminué, mais finalement pas de beaucoup : Ivey possède 330,000 en fin de Level 14, contre 500,000 en début de journée.  Et 330,000, ça reste encore énorme alors que les blindes vont passer à 2,000/4,000, ante 500.

La mif se rebiffe

Derrière l'hécatombe française, deux tricolores ont réussi à doubler leurs tapis : les amis Clément Thumy et Yorane Kérignard.

Derrière une relance de Dan Smith second de parole à 7 000 et un 3-bet du bouton pour 15 500, Clément pousse son tapis de 44 000 depuis la petite blinde avec AQ. Dan passe mais pas le bouton, qui paie avec 99. Une Dame au flop assure au Français un double up à 100 000 jetons.

C'est un coup plus alambiqué qu'a joué Yorane (photo, à droite). Derrière une relance, il 3-bet depuis la grosse blinde à 19 000 et est payé. Sur un flop 78A, Yorane préfère check et son adversaire fait de même. Le Français envoie alors 21 000 sur un T au turn et est payé. À nouveau, il check une Q à la rivière et son adversaire lui demande son tapis de 44 000. Après réflexion, il engage la somme avec As-Roi. Bien vu, son adversaire bluffait ! Ce pot lui permet de grimper à 200 000.

Il connait la musique

Infatigable cet Arnaud Mattern, il en a vu d'autres il faut dire, lui qui écume le circuit pro depuis 2005. A tapis avec AA contre AK pour un pot contenant l'équivalent d'un tapis moyen, le Français a trouvé le moyen de perdre, son adversaire trouvant non pas trois piques, mais quatre piques sur le tableau !

Quelque peu endommagé, Arnaud est revenu à la force du poignet, multipliant les relances et empilant les pions. Il a notamment passé un bon petit bluff de derrière les fagots, plaçant trois belles banderilles avec 67 sur un tableau 6Q9AK, son adversaire abandonnant très rapidement sur la rivière. A deux heures du terme de la journée, Arnaud est donc bien en place avec un tapis de 330 000.

Déjà vu



Parmi les neuf finalistes du Main Event 2013, seuls deux sont encore en course : Amir Lehavot (plutôt short) et Mark Newhouse, confortablement assis derrière un tapis de 510,000. Rappelons que Newhouse avait été le premier éliminé de la finale, n’ayant pu jouer que quelques mains avant de voir disparaître son short-stack. En cas de finale cette année, il serait le premier November Nine a répeter son exploit. Mais il est encore un peu tôt pour y songer…

Le Brésil, c'est bientôt fini

La salle Brasilia vit ses dernières heures… On n’y trouve plus qu’une douzaine de tables, dont celle de Giuseppe Zarbo, dernier Frenchie (Italo-Frenchie, même) encore en course dans cette salle. Zarbo est plutôt gêné par la présence de Jon Turner à sa droite. « Il a gagné des millions en ligne », me dit Zarbo (pseudonyme « PearlJammer »). « Il était très calme toute la journée, puis il a changé de vitesse : il joue tous les coups. » Il ne les gagne pas tous, cependant : témoin cette main ou Turner 3-bet de petite blinde face au bouton, se fait payer, et envoie deux barrels sur AQ83 avant de checker sur la rivière, un 5. « Hauteur 9 », annonce t-il. Son adversaire empoche les jetons avec un petit KQ.

Quelques chip-counts dans la Brasilia :

Nick Schulman 70,000
Vladimir Schmelev 200,000
Jon Aguiar 100,000
Christina Lindley 50,000
Jon Turner 250,000
Brett Richey 180,000

Les Français sautent, sautent, et sautent encore

Autre sortie Française que l'on suspectait depuis quelques temps : Philippe Ktorza, confirmée par l'interessé via Facebook.

On peut probablement en dire autant de Benjamin Souriau, Eric Sadoun et Michel Akrich, que nous n'avons pas croisés depuis un bail.

Il ne reste donc probablement guère plus d'une quinzaine de Français encore en course à 150 places de l'argent (dont un joueur du Team et deux qualifiés Wina). Le chiffre le plus bas depuis l'édition 2008 du Main Event !

Tableau de bord
855 joueus restants (sur 6683 au départ)
Blindes : 2,000/4,000 ante 300
Tapis moyen : 235,000
 

Level 14, sous la barre des 1 000 joueurs !

- 11 juillet 2014 - Par Benjo DiMeo

Day 3 - Blindes 1 500/3 000 ante 300

L'écran affichant le nombre de joueurs restants est passé sous la barre des mille joueurs... Des 6 883 entrants, ils ne sont plus que 986 en course. Nous sommes à 300 places de l'argent.

Indigestion tricolore

Le retour de la pause diner fut difficile pour les Français... Trois de nos petits tapis viennent de rendre les armes.

Tombé à 100 000 jetons, Julien Rouxel (photo) a été le premier. Derrière un tapis pour 11 000 et une relance à 20 000 du bouton, il ouvre une paire de Valets en petite blinde et décide de pousser à son tour. Le bouton s'empresse de payer avec deux as et l'autre joueur à tapis révèle une des pires mains possible : As-Valet ! La dernière carte permettant de lui faire brelan n'est pas retourné par le croupier et le Français est éliminé.

Moins de trois minutes plus tard, Quentin Lecomte a pris le relais, poussant son tapis (treize blindes) en petite blinde avec Huit-Neuf. Mauvais plan, la grosse blinde a deux as. Un tableau plein d'espoir T36-J-2 plus tard, le jeune Français est éliminé.

Le troisième mousquetaire à tomber est Ronan Monfort. À tapis avec As-Roi contre As-Dame, il était favori pour doubler mais a vu une dame tomber sur le flop. Ouf, roi turn ! Mais c'était sans compter sur une autre dame à la rivière, éliminant 'roroflush' à trois heures de la fin de journée.

Il mitraille

Belle progression dans le classement d'Hicham Hilmi. Juste avant la pause dîner, le Français est passé de 90 000 à 290 000 en deux mains. Il y a eu ce hero call où Hicham relance avec TT puis paye un 3-bet avant de call trois banderilles au cours d'un tableau Q4554, l'emportant face à K8. Puis un coup à tapis avant le flop où ses KK ont logiquement battu le AJ d'un joueur qui avait 25 blindes.

Tedeschi maintient le rythme

Chipleader français en début de journée, Paul-François Tedeschi parvient à rester dans les hauteurs du classement. Derrière une relance d'un joueur premier de parole, le Corse se contente de payer en position avec AK. La grosse blinde paie également et tombe un flop 62Q. Check de la blinde, 10 000 chez le relanceur initial, payé par Paul-François et par la blinde. Le turn est un 4 : alors que la parole lui revient, le Français préfère prendre la carte gratuite. C'est un J. Il en profite pour value bet à 21 000 et est payé par la blinde, qui ne peut montrer mieux. Ce pot lui permet de grimper à 430 000.

Le Crouan est branché

En parcourant les travées du secteur Orange, c'est un « Skip » à tapis que nous retrouvons. Sa main ? Une belle paire d'as. En face ? Une belle paire également, les dames. Les cinq cartes communes ne viennent pas éléctrocuter notre qualifié Winamax qui revient au-dessus des trente blindes.

C'est bien trouvé, c'est bien Tony

Les As contre As-Roi à tapis pré-flop pour un pot de plus cent blindes : c'est la configuration idyllique dans laquelle vient de se retrouver Tony Blanchandin. Une chouette opération pour le qualifié Winamax qui se voit catapulter à 320 000 !

Anecdotes, statistiques et citations à la con

6 : le nombre de blindes auxquelles s'est laissé tombé JayPee avant de pousser son tapis sur le deepstack à 235$. Il a paumé.

« Do you know where is Phil Ivey ? » - Une question posée au moins quinze fois aujourd'hui par des fans inconditionnels du pro américain aux reporters Winamax.

« Y a n'importe qui dans ce rail : des femmes enceintes, des MILF, des hippies et des putes » - Signé : un animateur du Multiplex Poker un poil enervé après son élimination d'un tournoi à 235 dollars.

Level 13, Kool Shen se met à l'aise

- 11 juillet 2014 - Par Benjo DiMeo

Day 3 - Blindes 1 200/2 400 ante 300

La première moitié du Day 3 fut exactement comme on l’attendait : fast and furious, les éliminés se succédant vers la sortie en rafales compactes. Nombre de têtes de série ont chuté, parmi lesquelles le Champion en titre Ryan Riess, et une ribambelle de Français parmi ceux qui n’avaient pas entamé le Day 3 avec un gros capital. Alors que nous nous dirigeons vers la sortie pour une pause-dîner de 90 minutes, pas plus de 25 de nos représentants Tricolores sont encore en course...

Deux boules sur la table

Chaud d'action, notre Kool Shen ! Derrière une relance, il paie depuis la petite blinde et voit la grosse blinde également s'inviter à la fête.

T57

Bruno check, la grosse blinde mise 7 500 (la moitié du pot) et le relanceur initial relance à 18 300. Ça chauffe déjà pas mal mais Kool Shen n'en reste pas là et relance à 45 400 ! La grosse blinde passe rapidement mais pas le premier relanceur, qui paie après une minute d'hésitation.

8

Dix secondes de réflexion, puis Bruno pousse son tapis pour 195 000 ! À vrai dire, il couvre son adversaire, et lui réclame donc 130 000, soit à peu de choses près la taille du pot. De longues minutes vont alors passer, durant lesquelles son adversaire va se prendre la tête à deux mains, compter et recompter le pot, observer un Kool Shen impassible puis... passer. "Tu avais les dames ?" demande Bruno à son adversaire en s'emparant du pot. "Non, j'avais brelan de sept" lui répond-il, l'air abattu. A-t-il vraiment passé un brelan ? C'est possible, vu le nombre de fois qu'il a passé à le marteler à la table durant les minutes qui ont suivi. Kool Shen, lui, nous a révélé sa main : AJ...

Skip, Thumy : même combat

La partie se complique pour Alexandre Crouan et Clément Thumy : les deux joueurs sont désormais sous les trente blindes. Alexandre a notamment longuement hésité sur une mise de 22 200 dans un pot de 50 000 sur une rivière 73A-Q-8, dont deux piques au flop, mais a fini par passer après quatre minutes. Fait rare : Clément n'a plus que des jetons de grosses valeurs devant lui, preuve de son activité amoindrie récemment car, en volant les blindes, vous récupérez généralement ceux de petites valeurs.

Le yo-yo de Samow

Thomas Denis continue de connaitre des hauts et des bas. Tombé à 100 000, il s'est refait une santé en éliminant une joueuse avec paire de cinq contre As-Quatre puis en gagnant un coup à tapis préflop avec les dames contre As-Roi. Il possède 175 000 jetons.

Lecomte de fée ?

Laissé pour mort avec moins de trois blindes, Quentin Lecomte n'a pas dit son dernier mot. Il a sauvé sa peau une première fois, en gagnant un coup à tapis où sa paire de 9 a logiquement dominé le 87 adverse. Il a ensuite 3-bet shove avec AT après l'ouverture d'un joueur qui lui a fait le cadeau de passer. Enfin, un openshove non payé lui a permis de gratter quelques précieuses blindes supplémentaires. Le jeune français est toujours shortstack bien sûr, mais désormais avec un tapis d'une dizaine de blindes. 

Anecdotes et statistiques

2 : Le nombre d’anciens Champions du Monde encore en course en milieu de Day 2. Deux, c’est peu, alors que les places payées n’arriveront que dans 24 heures. Les deux gus en question sont Chris Moneymaker et Huck Seed.

Récapitulatif des sortants Français aujourd’hui

Imad Derwiche
Gabriel Nassif
Pierre Calamusa
Ilan Boujenah
Fabien Perrot
Anthony Picault
Etienne Durant (Qualifié Winamax)
Abdulaziz Abdulaziz
Flavien Guenan
Grégoire Boissenot

Tableau de bord
1080 joueurs restants (sur 6683 au départ)
Blindes : 1,200/2,400, ante 300 après la pause-dîner
Tapis moyen : 185,000