masquer le menu
   

On commence à y voir plus clair

- 12 juillet 2014 - Par Benjo DiMeo

Fin du Day 4 - Moins de 300 joueurs restants

La quatrième journée du Main Event... Plus communément appelée « Bubble Day ». Pour les joueurs, c’est la journée la plus joyeuse, synonyme d’entrée dans les places payées, et donc d’une première étape franchie sur le chemin des récompenses, après trois longues journées à batailler. Pour les observateurs et les fans, c’est la journée la plus importante en termes de narration. Celle où l’histoire du tournoi commence véritablement à s’écrire.

Des dix journées des championnats du monde (si l’on compte les multiples Day 1 et Day 2), c’est celle où le rythme est le plus frénétique. Nous sommes entrés à midi dans une Amazon Room : douze heures plus tard, nous quittons une salle où ne subsistent qu’une trentaine de tables, et quelque chose comme 295 survivants. Le Main Event a enfin atteint une taille humaine, plus proche des EPT et WPT auxquels nous sommes habitués en Europe.

Pour les joueurs encore en course, ce qui n’était encore qu’un rêve il y a quelques jours est maintenant un poil plus palpable : maintenant que 95% des participants au tournoi ne sont plus en course, l’hypothèse d’une table finale ne semble plus ridicule… En tout cas pour les joueurs les mieux classés.

Ils ont été éliminés aujourd’hui : Olivier Busquet, Phil Galfond, Daniel Alaei, Phil Ivey,  David Paredes, Abe Mosseri, JJ Liu, Tony Hachem...

Ils n’ont PAS été éliminés aujourd’hui, et peuvent donc encore rêver du titre de Champion du Monde et des millions qui vont avec : Dan Smith, Maria Ho, Brian Hastings, Martin Jacobson, Matt Waxman, Mark Newhouse, John Kabbaj, Brian Townsend et sa moumoute rockabilly des années 50 (on publie une photo demain, promis), Vitaly Lunkin, John Juanda, Jeff Madsen, Kevin MacPhee,

Il reste encore 7 Français en course

Nous avons déjà l’occasion de nous étendre là-dessus : cette année, les Français ont été moins nombreux à disputer le Main Event, et ils sont logiquement moins nombreux à être encore en course quatre jours après le coup d’envoi. En 2013, nous avions vu 24 Tricolores entrer dans l’argent : aujourd’hui, ils étaient moitié moins à franchir ce cap crucial (cliquez ici pour revivre notre récit détaillé de ce moment ô combien excitant). Et au cours de cette journée, le contingent s’est amoindri encore un peu plus, avec les sorties de Giuseppe Zarbo, Frédéric Bertrand, les qualifiés Winamax Alexandre Crouan, Tony Blanchandin et enfin Bruno « Kool Shen », dernier joueur du Team Winamax en course, et payé trois étés de suite sur le Main Event.

Mais il est encore trop tôt pour tirer un bilan négatif de ce Main Event ! Tenez : ils sont encore 7 dans la course, pros et amateurs mélangés, dont certains avec de très beaux tapis....

Jean-Jacques Zeitoun (1,3 million / photo) : S'il y a un Français qui a passé une journée sans pression, c'est bien lui. Jean-Jacques a démarré avec un tapis confortable de 65 blindes qu'il a fait fructifier de façon linéaire au fil des quatre niveaux et demi disputés. Quelques gros coups sont bien sûr venus émailler son Day 4, notamment après la pause dîner où le régulier de l'Aviation Club de France a éliminé un joueur avec deux paires qui se sont finalement transformées en full, ou ce pot dans lequel il s'est fait payer deux énormes banderilles avec une paire de rois avant que son adversaire n'abandonne sur une troisième mise rivière. Serein, concentré, détendu, le parisien de 46 ans a fini chipleader du clan tricolore avec deux fois le tapis moyen. Solide.

Yorane Kérignard (1,105 m.) : En 20 heures de jeu, Yorane a multiplié son tapis par quarante ! Le Français est impressionnant de maitrise. Quand on passe près de sa table, il n'est pas rare de le voir impliqué dans une main, mais en permanence, il garde le contrôle sur la taille du pot, se retrouvant régulièrement à voir des rivières dans des pots n'excédant pas les dix blindes. Jamais mis en danger aujourd'hui, il a notamment dépassé le million de jetons grâce à une couleur dominant deux paires.

Maxence Dupont (1,014 m.) : Dans la lignée des journées précédentes, Maxence a joué la carte de l'offensive. Un flip gagné, une belle rencontre (paire de rois contre as-roi) et le jeune grinder rentrait dans le club des millionnaires. Mais la fatigue le rattrapant, Maxence a perdu un peu de sa superbe sur la fin de la journée. Mais assurait tout de même l'essentiel avec un beau tapis de 85 blindes. Pour sa troisième place payée d'affilée dans le Big One, Maxence est dans tous les cas assuré de signer sa meilleure performance dans le tournoi. 

Pedro Canali (587 000) : Débutant la partie avec 35 blindes, Pedro a dans un premier temps attendu que la bulle explose avant de prendre quelques risques pour revenir dans la partie. Présent sur une table filmée par les caméras d'ESPN, il a dans un premier temps doublé avec une paire de valets contre As-Roi puis pris un joli pot avec une paire d'as dans un coup compliqué où quatre joueurs étaient impliqués. Quelques bons spots de vols de blindes en fin de journée lui ont permis de terminer avec un tapis de cinquante blindes.

Hicham Hilmi (575 000) : Patient jusqu'à la bulle, Hicham est ensuite devenu très actif, multipliant les relances pré-flop et surtout les sacoches post-flop. Avec un succès certain, car son tapis n'a cessé d'évoluer une fois rentré dans les places payées. Mais son trop-plein d'agressivité couplé à un manque de réussite lui a ensuite joué des tours. Et Hicham est alors vite revenu à la case départ. Obligé de changer de vitesse et de faire le dos rond, ce qui lui a permis de remonter la pente. Ses deux dernières mains sont finalement représentatives de sa journée : un 4-bet light raté, son adversaire décidant de 5-bet shove, puis une paire de rois relancée qui n'a ramassé que les blindes. Le joueur francilien reviendra en Day 5 avec un peu moins de 50 blindes.

Paul-François Tedeschi (422 000) : La journée aurait pu être parfaite. Ayant perdu quelques plumes en début de journée, le Corse a doublé son tapis à la bulle, dans un moment de tension énorme où sa paire d'as ne devait pas se faire craquer par deux dames afin qu'il reste en vie. Le jeune Français a ensuite mis la marche en avant, et monté son tapis à force d'agression et grâce à deux jolis pots remportés, le premier avec brelan, le second en éliminant un adversaire sur un coin flip.

Mais à une heure de la fin de journée, Paul-François a commencé à perdre tous les pots qu'il a disputés, voyant ses top paires être battues et ses relances être contrées, notamment lorsqu'un joueur l'a 5-bet à tapis puis lui a montré un dix après un fold. Il reviendra en cinquième journée avec un tapis inférieur à la moyenne après avoir été un long moment au dessus du million de jetons.

Arnaud Mattern (300 000) : Imperturbable. Ayant oscillé entre trente et cinquante blindes toute la journée, Arnaud n'a jamais paru être en danger, semblant parfaitement géré son tapis en fonction de ses adversaires et de l'augmentation des blindes. Alternant la solidité - il a notamment passé une paire de dames avant le flop - et quelques bluffs audacieux, le Français a su maintenir sa barque à flot et reviendra au Day 5 avec un tapis de vingt-cinq blindes, une zone qu'il a prouvé savoir maitriser.
 

Dans trois jours, tout sera fini (ou presque)

A partir de maintenant, le plan est on ne peut plus simple. Au terme du Day 5 qui se jouera dimanche, il ne restera pas plus de cent joueurs. Le lendemain, on tombera à 27, et mardi soir, on connaîtra les neuf finalistes de l’édition 2014 du Main Event des World Series of Poker... Qui ne reviendront s'affronter dans trois mois, au mois de novembre !

Tableau de bord
297 joueurs restants (sur 6683 entrants)
Prix assuré : 33 784$
Blindes 6 000/12 000 ante 2 000
Moyenne : 675 000

Main Event - le programme

Samedi 5 juillet : Day 1A
Dimanche 6 juillet : Day 1B
Lundi 7 juillet : Day 1C
Mardi 8 juillet : Day 2A et 2B
Mercredi 9 juillet : Day 2C
Jeudi 10 juillet : Day 3
Vendredi 11 juillet : Day 4
Samedi 12 juillet : Day 5
Dimanche 13 juillet : Day 6 (jusque 27 joueurs)
Lundi 14 juillet : Day 7 (jusque 9 joueurs)