masquer le menu
   

Level 5, bientôt on trinque

- 8 juillet 2014 - Par Benjo DiMeo

Day 1C - Blindes 200/400 ante 50

Combien qu’on gagne ?

Gif

L’échelle des prix est maintenant connue, et l’on peut-être rassurée : le garanti forcé de 10 millions de dollars n’affecte que très peu le reste de l’échelle des prix. Si ce n’est pour le duel à 5 millions de dollars qui va se jouer tout à la fin du tournoi, bien entendu…

Voici l’échelle des prix, avec entre parenthèses le différentiel par rapport à 2013 :

Vainqueur : 10,000,000$ (+1,638,430$)
Runner-up : 5,145,968$ (-28,389$)
3e : 3,806,402$ (+78,579$)
4e : 2,848,833$ (+56,300$)
5e : 2,143,174$ (+36,281$)
6e : 1,622,080$ (+21,056$)
7e : 1,235,862$ (+10,506$)
8e : 947,077$ (+2,427$)
9e : 730,725$ (-2,499$)

Un aperçu du reste des prix :

10e : 565,193$ (-8,011$)
20e : 286,900$ (-1,492$)
50e : 152,025$ (+962$)
100e : 52,141$ (+1,389$)
200e : 44,728$ (+1,738$)
300e : 33,734$ (+1492$)
500e : 20,228$ (-4,252$)
600e : 18,406$ (-700$)

Un qualifié en vogue

Qualifié via la promotion Objectif WSOP le 25 mai dernier sur Winamax, Arnaud 'fournez35000' Fourel dispute son premier Main Event. Et a pris un bon départ, puisqu'il pointe à 60 000 à une heure de la fin de journée. "J'ai pris pas mal de petits pots puis un plus important où je fais un couleur avec A7 contre une quinte sur un tableau AQ8-J-K avec trois trèfles."

Gaëlle joue au poker

Tiens, et si on restait un orbite avec Gaëlle Baumann pour voir comment se débrouille la (presque) finaliste de l'édition 2012 ?

 UTG+1, Gaëlle relance à 800, voit la grosse blinde défendre et se prend un check/raise de 1 100 à 6 000 et tapis sur un flop KT3. Elle passe.

 UTG, Gaëlle relance à 800 et prend les blindes.

 Derrière une relance à 800, Gaëlle défend sa grosse blinde puis abandonne sur un flop que je n'ai pas vu. C'est pas ma faute, c'est ce jeu, 2048, il faut vraiment que je le désinstalle.

 En petite blinde, Gaëlle complète pour 400 puis mise 600 sur un flop Q63. Son adversaire passe.

 Au bouton et alors que le pot est déjà ouvert, Gaëlle passe.

Au cut-off, la pro Winamax relance et voit la grosse blinde défendre. Le tableau 2T2-6-A est checké jusqu'à la rivière où Gaëlle envoie 1 200. Check/raisée à 3 000, elle abandonne rapidement.

 Au hi-jack, Gaëlle relance à 800 et voit le bouton pousser son tapis pour 7 000. La petite blinde paie avec As-Dame, Gaëlle passe et le petit tapis retourne Roi-Dame. Il est éliminé.

 En milieu de parole, Gaëlle passe.

 UTG+3, Gaëlle passe.

UTG+2, Gaëlle relance à 800 et prend les blindes

Bilan comptable : la joueuse du Team est passée de 17 000 à 15 000. C'est du sport, le Main Event !

Un homme pressé

Benveniste

Mariage en Corse samedi, retour sur Paris le dimanche matin, transfert de l'aéroport d'Orly à celui de Roissy avec un départ pour Vegas en passant par Londres. Arrivé dimanche soir à Sin City, Bruno Benveniste a tout juste dormi quelques heures avant d'attaquer le Day 1C ce lundi. Forcément un peu fatigué, le directeur de la publication du magazine Poker 52 a décidé de louper la moitié du troisième niveau pour aller se reposer. Revenu au moment de la reprise post pause-dîner, le Parisien manque toujours un peu de sommeil, mais cela ne l'affecte apparemment pas côté poker, Bruno ayant près du double du tapis de départ à deux heures de la fin de la journée.

Laurent facile

Logo

L'année dernière, Laurent avait terminé le Day 1 avec près de 80 000 jetons. Le membre historique de Club Poker est bien parti pour atteindre le même score cette année.

« Il a beaucoup touché et a bien joué » confie Patrick Sacrispeyre qui est assis deux crans à sa gauche. « J'ai joué deux gros pots sans showdown dont un gros bluff » tempère Laurent qui connait l'importance de ce dernier niveau : « C'est un peu le moment où peut mettre la pression, mais il ne faut pas faire d'erreurs » explique le régulier des cercles parisiens qui flirte avec les 65 000 jetons.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

 50 000 : c'est, sur blindes 200/400 ante 50, le tapis directement poussé par un joueur second de parole avec KQ dans un pot non ouvert. Après un fold général, notre ami révèle "ne pas avoir su comment jouer cette main."

« Coin-coin-coin-coin-coin-coin-coin-coin-coin-coin-coin-coin-coin-coin-coin-coin » - Signé : un reporter Français en train de perdre les pédales devant son ordinateur.

« Il a toujours une tête de con celui-là. Y’a pas une photo où il a pas une tête de con ? » - Signé : un photographe peu satisfait de sa dernière fournée de clichés.