masquer le menu
   

Level 4, je viens de faire un bluff en plâtre

- 8 juillet 2014 - Par Benjo DiMeo

Day 1C - Blindes 150/300 ante 25

6 683 participants : l'affluence est en légère hausse

OK, les chiffres officiels de la participation ont été communiqués : c’est un total de 6,683 joueurs qui ont pris part à l’édition 2014 du Main Event des World Series of Poker.

Une participation en hausse de 5% par rapport à l’édition 2013 (6,352 joueurs), qui a permis la constitution d’un prize-pool de plus de 62 millions de dollars.

Les 693 joueurs les mieux classés seront payés, avec un prix de 10 millions de dollars pour le vainqueur.

Fait très important : ce chiffre de 10 millions a été arbitrairement décidé par les organisateurs au moment d’annoncer le programme du festival en début d’année, avant même l’ouverture des inscriptions. En conséquence, l’échelle des prix (dont on ne connait pas encore la complète teneur à l’heure actuelle) sera forcément différente.

Car le vainqueur de l’édition 2013 Ryan Riess avait remporté une somme bien inférieure pour sa victoire : 8,36 millions de dollars. Du coup, les 331 joueurs supplémentaires inscrits cette année, qui permettent de gonfler la cagnotte globable de plus de 3 millions de dollars, vont en grande partie servir à financer cette première place sur-gonflée : plus de 50% de ces 3 millions iront au vainqueur, et le reste servira à payer les 45 min-cash supplémentaires (693 places payées contre 648 en 2013). Après ces deux déductions, il ne restera plus grand chose (grosso modo 400,000$), un plus grand chose qui sera dispersé équitablement entre les autres joueurs payés.

La seconde place valait 5,17 millions en 2013 : si les organisateurs conservent un chiffre équivalent pour le runner-up 2014, c’est un tête à tête à presque 5 millions de dollars que nous allons observer en novembre prochain !

Les rois contre les as !

C'est terrible les amis, terrible ! Ronan Monfort a eu les rois et est tombé contre les as... Vous voulez connaître l'ampleur des dégâts ? Lisez. Au hi-jack, Ronan relance à 600 avec les rois et est 3-bet à 1 550. Comme son adversaire est un joueur serré, Ronan se contente de payer.

T42

Pas désireux de faire grossir le pot immédiatement, Ronan check-call une mise de 2 200. Il fait de même sur le turn, une Q, pour 6 200. Il avouera plus tard avoir eu comme plan de check/fold sur la rivière si son adversaire, à qui il restait 18 000 de tapis, misait encore. Mais voilà, la rivière, c'est un K. Changement de plan, Ronan envoie 11 000 et est payé dans la seconde par son adversaire qui possède... deux as ! Le Français possède un tapis de 62 000.

Un jeton de perdu, un tilt de trouvé

Durant une main, un joueur à la table de Gaëlle Baumann a fait tomber un jeton de 500 par terre. Il est alors devenu complètement fou, se mettant à quatre pattes dans tous les recoins de la salle pour le retrouver. Bon, il est vrai qu'au début du tournoi, un jeton de 500, ça valait 133 dollars mais là, le mec a perdu toute sa concentration pour retrouver ce malheureux jeton, une blinde parmi les 140 qu'il a devant lui.

Après avoir cherché - en vain - dans la salle, il a fait appel à un superviseur pour savoir s'il était possible de lancer une investigation via les caméras de sécurité. Je crois que le responsable lui a fait le coup du "ouais, ouais, on s'en occupe" tout en gardant l'application Facebook ouverte sur son téléphone. Le pétage de plombs de notre larron a tout de même duré trente minutes, y compris après qu'il ait pris le tapis d'un type avec deux valets contre deux neufs (neuf flop, valet rivière) : "bon, j'ai peut-être gagné mais il me manque toujours mes 500 dollars". Allez, il faut faire le deuil mon grand. Bonne nouvelle à cette table, Gaëlle a doublé son tapis à 15 000 avec As-Roi contre As-Dix.

Quand, tout à coup, l'élimination

Quelques minutes après son hero call raté, Davidi Kitai a de nouveau vu la montre être appelée à sa table. Cette fois contre son adversaire. Sur un turn 3A84, Davidi envoie 11 800 dans un pot de 14 000, tout en se gardant 400 jetons derrière. La table demande le time contre l'adversaire de Davidi qui se contente de payer, puis pousse le tapis restant de Kitbul sur un 3 à la rivière. Le pro Winamax paie en un instant avec 57 et est devant AT. Double up !

Cinq minutes plus tard, la montre est de nouveau appelée ! Cette fois contre... Davidi Kitai. Et de nouveau par Daniel Negreanu alors que le Belge joue face au même adversaire contre qui il a raté son hero call. Sur un tableau 936J2, le jeune à casquette et aux lunettes bleues envoie 10 000 dans un pot de 20 000. Cela fait trois minutes que Davidi hésite quand le Canadien demande la montre. Le Belge finit par passer ce qu'il confiera être 89 et tombe à 25 000.

"Cela fait sept fois qu'on appelle la montre à cette table aujourd'hui" remarque Negreanu. "C'est dingue."

Dans la continuité, derrière un limp du bouton pour 300, Davidi relance depuis la petite blinde à 1 100 avec AA. Daniel Negreanu paie en grosse blinde et le bouton fait de même. Tombe un flop J72. Davidi mise 1 600, Daniel paie et le bouton relance à 10 000. Que veut dire une telle mise ? La main de Davidi est trop forte pour y réfléchir trop longtemps, il envoie son tapis pour 24 000 mais est instantanément payé par Valet-Sept. Rien ne vient l'aider et notre Belge préféré voit ses World Series s'achever. Pas de quoi être dégoûté : Davidi regagnera l'Europe avec un bracelet supplémentaire au poignet, son troisième au total !

Sacrispeyre fourra

Le Monsieur Propre du poker français a javellisé son voisin de droite : Patrick Sacrispeyre a tout d'abord craqué la paire de rois de son Américain d'adversaire, en payant avec QJ deux pralines flop et turn d'un tableau hauteur valet avant de faire tapis sur une dame rivière suite à la troisième pistache balancée par son opposant qui a bien entendu payé. Patrick a ensuite pris un nouveau pot face au même gus qui a limpé UTG, puis payé la relance à 1 500 de l'entrepreneur tricolore avant de donk-bet à 1 600 le flop 945 ; Patrick a alors immédiatemment placé une relance à 3 850 qui a fait fuir son adversaire. Dommage, Pat' avait une belle paire de rois. Et sinon, vous saviez que Monsieur Propre s'appelait Monsieur Net au Québec ou encore Don Limpio en Espagne ?

Abou de souffle

Cela fait des mois et des mois que j'entends parler d'Abou Sy par-ci d'Abou Sy par-là, et que je vois la frimousse de ce jeune homme apparaitre à toute heure de la journée en tête de mon News Feed Facebook ou dans les statuts de mes amis virtuels. C'est donc un grand moment pour moi aujourd'hui, puisque j'ai enfin pu rencontrer ce sympathique jeune homme assis anonymement au fin fond de la gigantesque Pavilion Room.

Après une poignée de mains amicale, Abou m'a raconté ses déboires. Depuis le retour de pause dîner, il a multiplié les coups de malchance : AK se faisant dominer par A8, full avec A5 craqué sur la rivière par un meilleur full, et comme clou du spectacle, un pot à tapis préflop perdu avec AA contre QJ après avoir payé le 4-bet all-in 33 blindes de son adversaire qui a directement floppé la couleur... Abou est donc à bout, devant désormais se battre avec un petit tapis de 10 000 jetons. Courage mon garçon !

Les TOC, on en parle ?


 

C'est un fait quasi-certain : à l'école maternelle, il n'y avait pas la moindre tâche dans les cahiers de coloriage de Carlos Mortensen...