masquer le menu
   

Un Brunson passe à deux doigts du bracelet

- 4 juillet 2014 - Par Benjo DiMeo



En choisissant d’emprunter le même chemin que son père et devenir lui aussi joueur de poker professionnel, Todd Brunson savait dès le départ qu’il aurait à vivre le reste de ses jours dans l’ombre d’un géant, et qu’il lui serait bien difficile de devenir autre chose qu’un « fils de ».

Mais en fin de compte, le rejeton ne s’en est pas trop mal tiré, bâtissant au fil des années une excellente réputation autour des grosses tables de cash-game de Las Vegas, s’asseyant régulièrement à la même table que le papa. Et, reproduisant une dynamique père-fils orageuse vieille comme le monde, les deux se disputent régulièrement concernant leurs talents respectifs au poker. « Je sais, je sais », soupire Doyle lorsque Todd remet en question la façon de jouer de son géniteur, « je suis l’idiot qui a enfanté d’un génie. »

Au milieu des années 2000, les deux avaient mis de côté leurs querelles, faisant équipe (en compagnie d’une ribambelle de pros) pour faire face au banquier Texan Andy Beal, venu les défier un par un en duel pour des enjeux astronomiques, comme l’a raconté l’écrivain Michael Craig dans l'inoubliable ouvrage « The Professor, The Banker and The Suicide King. » Etonnamment, ils n’avaient été que très peu de pros à réussir à battre l’excentrique milliardaire, qui avait passé des centaines heures à peaufiner sa stratégie sur un ordinateur, et réclamé des parties toujours plus chères afin de faire sortir les joueurs de leur zone de confort. Parmi les gagnants de ces duels où des millions de dollars se sont échangés : un certain Todd Brunson. Cette fois, le père ne put que s’incliner devant les talents du fils.

Jeudi soir, Brunson junior a manqué de peu un second bracelet sous les yeux du daron, entamant la finale avec le chip-lead et naviguant tranquillement jusqu’à l’ultime duel contre Matt Grapenthien. Un duel marathon qui tournera finalement à l’avantage du joueur du WIsconsin, qui remporte là sa première victoire de marque sur un tournoi live.



Sixième place pour Phil Hellmuth, qui chassait là son 14e bracelet



Une vraie légende du jeu nous a gratifiés de sa présence, abdiquant en 8e position à l'âge de 90 ans : Henry Orenstein, inventeur du concept des caméras "hole cards" permettant de filmer les cartes des joueurs dans les tournois télévisés.



Photo : Jamie Thomson

Event #61 : Stud - 10,000$ - 102 entrants
Vainqueur : Matt Grapenthien (USA) 268,473$
Runner-up : Todd Brunson (USA) 165,891$
3e : James Obst (Australie) 103,895$
4e : Ben Yu (USA) 75,227$
5e : Steve Landfish (USA) 58,793$
6e : Phil Hellmuth (USA) 46,885$
7e : Henrik Hecklen (Danemark) 38,073$
8e : Henry Orenstein (USA) 31,419$