masquer le menu
   

Des profils différents, une passion identique

- 27 juin 2014 - Par Benjo DiMeo


Event #51 - No-Limit Hold’em Monster Stack 1 500$ (Day 1)
 

Le vétéran

A 28 ans, Ludovic Lacay dispute les World Series of Poker pour la huitième année consécutive. Même si ce n’est pas à Las Vegas que le joueur du Team Winamax a accompli les plus belles performances de sa carrière (tout de même, cette 4e place dans le PLO 10K en 2010, et les demi-finales du Main Event l’année précédente, ce n’est pas rien), Ludovic connaît les couloirs du Rio comme sa poche. Et sait comment maximiser ses chances dans un gigantesque tournoi « low cost » tel que le Monster Stack.

« C’est important d’être à la table dès le coup d’envoi à midi, car on est assuré d’avoir en face de soi une majorité d’amateurs, et les joueurs amateurs ont tous des qualités différentes les uns des autres, des défauts différentes, et des manies différentes. Il faut pouvoir les repérer le plus tôt possible. »

Malgré la profondeur massive des tapis en début d’épreuve (15,000 jetons et blindes 25/25), Ludovic ne s’est pas amusé à aller voir 100% des flops. « Tout le monde le fait, du coup c’est bien d’aller à contre-courant. J’ai joué plutôt serré en début de partie. » Une stratégie payante pour le moment : Ludovic affiche 27,000 de tapis après trois heures de jeu.

(A noter que je me suis un peu trop avancé en annonçant la présence de tous les joueurs du Team au départ du Monster Stack. De fait, entre les supporters de la Belgique, les mecs qui voulaient profiter de la piscine, ceux qui ont un Day 2 aujourd'hui, et ceux qui ont un autre tournoi à jouer demain, ils ne sont que trois au départ de ce tournoi : les deux Ludo et Patrick Bruel, qui fera son entrée pour le flight de 17h)
 

Le noob de Vegas

Cela fait plus d’un an que Quentin Lecomte a décroché sur Winamax sa qualification pour les World Series of Poker, remportant un package Sunday Surprise lui donnant le droit de disputer une épreuve à 1,500 dollars et une épreuve à 1,000 dollars.

Mais il fallait bien que jeunesse se passe, et comme de nombreux autres grinders avant lui, Quentin a du attendre d’atteindre la majorité légale aux Etats-Unis (21 ans) avant de pouvoir enfin accomplir son premier pèlerinage à Vegas. Un grand moment pour tout joueur de poker qui se respecte, qu’il soit amateur ou professionnel, et un grand moment que Quentin a préféré aborder de manière sereine et professionnelle, après vingt heures d’un voyage interminable. « Je suis arrivé lundi, et je me suis reposé jusqu’à mon premier tournoi aujourd’hui. J’aurai une semaine sans poker à la fin de mon séjour pour me rattraper côté fêtes ! »

Pour l’heure, Quentin savoure ses toutes premières mains aux WSOP, après avoir passé tant d’étés à suivre les Championnats du Monde à distance sur Internet. Son stack : 18,000.
 

Le joyeux anniversaire

Il faudra que je prenne les adresses des potes d’Arnaud Antoine. Ils m’ont l’air d’être des types super sympas. En guise de cadeau d’anniversaire, les gonzes on tout simplement offert à l’informaticien un voyage à Las Vegas ! Histoire d’épicer un peu le voyage, un autre pote - un certain Cyril « Don Limit » André a financé la participation d’Arnaud au Monster Stack. Et c’est ainsi que ce pur amateur (un tournoi live au compteur, il y a quelques années, et des MTT à 10€ sur Winamax de temps en temps) est assis aux tables des Championnats du Monde, un peu nerveux mais en plein kif. « Je me suis entraîné un peu au Caesar’s hier », confie t-il.
 

La star d’Hollywood

James Woods fait partie de ces célébrités dont la passion de poker a survécu aux modes. Régulier des parties High Stakes de Los Angeles et des World Series of Poker depuis une dizaines d’année, la légende Hollywoodienne (si vous n’avez jamais vu Il était une fois en Amérique, laissez tombez, je vous unfriend et je vous bloque) est un vrai fondu de poker, la seule raison de sa présence à Las Vegas. « Les boîtes de nuit, les spectacles, je m’en fous », confie t-il au webzine PokerListings. « Je suis là pour jouer aux cartes. » Une autre chose qu’adore Woods : la conduite. Rendez-vous compte que ce maboul a fait le trajet de Rhode Island à Vegas en voiture. Soit une ballade de 4300 kilomètres ! Peur de l’avion ? « Non, j’adore traverser le pays en bagnole. »