masquer le menu

666 places payées un Vendredi 13 - RDV à 20h

- 13 juillet 2012 - Par Benjo DiMeo

Main Event - Place au Day 4

Coverage par Winamax

Nous allons suivre aujourd'hui la journée la plus excitante du Main Event, enfin c'est mon avis : celle où l'on atteint les places payées. J'en frissonne déjà : il s'agit de la plus grosse bulle de l'année avec 666 places payées, et autant de joueurs pour qui toute la tension accumulée en plus de 30 heures de jeu va s'évaporer en simultané quelque part au milieu de l'après-midi !

Au programme de ce vendredi :

- 20h (heure française) : le Multiplex Poker, la radio en direct de Vegas avec Benjo, Harper et Jipé : news live depuis les couloirs du Rio, Challenge Multiplex Poker (1€ freezeout) avec un voyage à Vegas pour 2 à gagner, et des tickets de tournois distribués généreusement par les animateurs. Nous serons à l'antenne jusque 22h15 environ.

- 21h (heure française) : le Day 4 du Main Event des WSOP avec Kinshu, qui sera rejoint par Benjo et Harper dès qu'ils ont terminé l'émission de radio.

Day 4 : Les forces Winamax en présence

Team Pro
Gaelle Baumann (Team Winamax) 599 000
Tristan Clémençon (Team Winamax) 577 000
Michel Abécassis (Team Winamax) 98 000

Qualifiés online
Rémy Cucak (Vainqueur King5) 213 000

Tableau de bord
747 joueurs restants, comme les Boeing (sur 6 598 entrants)
666 places payées
Blindes : 2,500/5,000, ante 500
Tapis moyen : 264,000

On s'arrête aux portes du bonheur

- 13 juillet 2012 - Par Benjo DiMeo

Main Event - Fin du Day 3



Qu'à t-on vu aujourd'hui au centre de convention du Rio, pour cette sixième journée du plus gros tournoi du monde ? D'abord, des éliminations, des tas et des tas. Plus de 1,000 des 1,765 compétiteurs qui étaient sur la ligne de départ à midi sont repartis des tables les mains vides, nous laissant à quelques éliminations de la bulle, qui éclatera à 666 joueurs restants. Une véritable boucherie, dirait t-on à l'inspecteur Bialès. Ensuite, nous avons pu observer la création des premiers tapis à 1 million et plus. L'américain Benjamin Alcober fut le premier à franchir cette frontière symbolique, suivi ensuite par Sean Rice et Dave D'Allesandro. Autre symbole, celui-là géographique : peu avant la conclusion provisoire de la partie, un superviseur annonçait au micro : "le champion du monde est dans cette salle !" En effet, pour la première fois depuis le début du tournoi samedi dernier, tous les joueurs du Main Event étaient réunis sous le même toit, celui de l'Amazon Room. Quoi d'autre ? L'histoire habituelle : des chip-leaders ont chuté de très haut (Daniel Negreanu), tandis que d'autres s'extirpaient des profondeurs du classement pour se monter d'énormes stacks (Greg Merson). D'autres avaient un gros tapis et ont continué de le faire progresser (Vanessa Selbst, Shaun Deeb), tandis que certains ont pratiqué à merveille l'art de la survie short-stack.

Quatre joueurs du Team Winamax étaient encore en piste pour représenter le W rouge en ce Day 3. Un seul a abdiqué : Marc Inizan, victime d'un As sur le turn, tombé là pour battre sa paire de Dames. Gaëlle Baumann n'aura pas réussi à garder sa couronne de leader (ce qui était de toute manière une tâche titanesque), mais se sera maintenue, faisant progresser son tapis d'une centaine de milliers d'unités ce qui, vu son avance en début de journée, représente un excellent résultat. Le magicien Tristan Clémençon a de son côté utilisé tous les tours de sa panoplie pour multiplier son tapis par 2 en l'espace de 10 heures de jeu. Parti en retrait, Michel Abécassis a d'abord joué le jeu de la patience, avant de se constituer un tapis confortable lui permettant de développer son poker. Il attaquera la marche vers les places payées avec 20 blindes.

Un paragraphe à caractère nécrologique, histoire de parler de ceux qui ne reviendront pas vendredi pour le Day 4. C'est les larmes aux yeux et le mouchoir à la main qu'on a perdu aujourd'hui des amis, des proches, voire même des parents tels que Yorane Kérignard, Stéphan Gérin, Idris Ambraisse, Pierre Canali, Karine Nogueira, Grégory Bénac, Jean Montury, Nicolas Chappuis, Guillaume Jenner, Anthony Picault ou encore Ronan Collet. A l'international, on a dit "allez salut" à Sam Farha, Nenad Medic, Gabe Kaplan, Nam Le, Nick Schulman, Ben Lamb, Shannon Shorr, Phil Galfond ainsi qu'aux champions du monde Pius Heinz, Peter Eastgate, Jerry Yang, Robert Varkonyi, Nadine Morano, ou encore Dan Harrington.

Parmi les têtes de série prêtes à martyriser la bulle, on compte notamment Sorel Mizzi, Jason Sommerville, Vivek Rajkumar, Antonio Esfandiari, Gavin Smith, Maria Ho ou JP Kelly, tous avec des tapis enviables.



Voici les hauteurs de tapis des joueurs français que nous avons pu croiser en fin de journée. Liste non exhaustive, bien sur : le point complet sera publié aux alentours de 20 heures, heure française. Entre parenthèses, j'ai pris la liberté d'insérer un symbole indiquant (de manière simplifiée) la progression du joueur aujourd'hui par rapport à son stack de départ. On constatera que la plupart de nos joueurs ayant survécu ont fait progresser leur tas de jetons.

Alban Juen : 740 000 (++)
Eric Le Goff : 620 000 (+++)
Gaelle Baumann (Team Winamax) : 599 000 (+)
Tristan Clémençon (Team Winamax) : 577 000 (++)
François Tosques : 426 000 (+)
Sebastien Clot : 389 000 (+++)
Gwennael Grandmougin : 389 000 (=)
Giuseppe Zarbo : 355 000 (+++)
Mesbah Guerfi : 339 000 (+)
Antoine Guyetant : 301 000 (=)
Nazim Guillaud : 275 000 (++++)
Marc Bariller : 275 000 (++)
Fabrice Bachellez : 273 000 (++)
Marc Negron : 259 000 (++)
Benjamin Saada : 243 500 (++)
Thibaud Guenegou : 240 000 (+++)
Valentin Messina : 219 500 (+++++)
Rémy Cucak (Vainqueur King5) : 213 000 (++)
Bruno Lopes : 197 500 (=)
Youcef Benzerfa : 195 000
Jerome Naye : 159 000 (=)
Klaus Patrot : 159 000 (=)
Gilbet Diaz : 137 000 (-)
Stephane Benadiba : 120 000 (++)
Johan Guilbert : 115 500 (=)
Jeremy Quehen : 115 000 (=)
Michel Abécassis (Team Winamax) : 98 000 (++)
Alexis Bouchiouane : 96,500 (++)
Fabien Perrot : 75 000 (=)

Statistiques et citations à la con

- Nombre de bisous claqués en fin de journée par Stéphane Bénabisou à un couvreur Winamax qui n'en demandait pas tant : 2

- Citation : "Putain les mecs, je crois qu'il y a Toby McGuire qui joue. Je suis quasi-sur que c'est lui." - Signé : un couvreur américain vers son boss. Les deux vont vérifier, et reviennent deux minutes plus tard : "Bon, en fait c'était Matt Marafioti." J'espère que le mec va garder son job comême.

- Citation : "Le Rhino je veux bien, mais pas ce soir." - Signé : un joueur français s'étant remboursé son buy-in du Main Event aux tables de Roulette du Wynn.

Tableau de bord
747 joueurs restants, comme les Boeing (sur 6 598 entrants)
666 places payées
Blindes : 2,500/5,000, ante 500
Tapis moyen : 264,000

Le million, le million !

- 13 juillet 2012 - Par Benjo DiMeo

Main Event - Day 3

Le dernier niveau de la journée a débuté dans l'Amazon Room, où sont désormais rassemblées la majorité des tables du Main Event - il n'en reste plus qu'une poignée dans la Brasilia. Si on ne va pas atteindre les places payées ce soir pour des raisons de logistique, on va fortement s'en approcher !

Aux alentours de 21h, l'annonce a été faite au micro par Nolan Dolla dans l'Amazon Room : un joueur avait passé le cap du million de tapis. On en parle ci-dessous mais avant, des news de notre "chip-leadeuse" à nous :

Gaëlle conquiert de nouveaux mondes



Quand les cartes ne sont pas au rendez-vous et que la dynamique ne se prête pas à des vols de blindes répétés, rien de tel qu'un petit… Angry Birds ! « N'écris pas ça, ça fait pas sérieux ! » sourit Gaelle. Oh, ce qui ne fait pas sérieux, c'est de finir des Levels avec seulement deux étoiles au compteur. Heureusement, des bouquins comme Angry Bird : passer pro sont disponibles aux éditions Bevand. Il reste deux heures de jeu pour tenter de débloquer un nouveau monde… ou pour monter des pions dans le Main Event, je sais plus trop. « J'ai perdu deux petits pots puis ai réussi à voler les blindes pour maintenir mon tapis. » confiait la pro Winamax avant la pause. Avec 390 000 jetons devant elle, 'O RLY' a une centaine de blindes à faire fructifier. Le statut de leader appartient au passé, mais Gaëlle reste solidement installée dans la bien nommée zone de confort.

Benjamin Alcober est le premier joueur à passer le million



Le titre dit tout : Ben Alcober, joueur californien au palmarès modeste jusqu'ici (6 petites places payées aux WSOP depuis 2008, quelques résultats mineurs par-ci par-là, on a surement affaire à un pro des cash-games de Los Angeles, EDIT : En fait pas du tout, Harper me souffle qu'il travaille pour le Marquee, la boîte de nuit de l'Aria, c'est exactement le genre d'info qu'Harper saura à tous les coups et pas moi, en gros le mec est "placier", c'est le type que l'on appelle pour réserver une table, et il touche un pourcentage sur les consos, apparemment le gonze connaît tout ce qui se trouve comme fêtards en ville) a officiellement passé la barre du million en fin de Level 4. Il avait entamé le Day 3 avec un stack de 236,300.

Je ne cesserai jamais d'être étonné par le poids de la structure dans la ligne narrative d'un tournoi : peu importe les joueurs présents, peu importe le style de jeu pratiqué, le rythme est toujours le même, les paliers sont toujours franchis selon le même calendrier, et cette fameuse structure décide de tout, ou presque. Pour s'en convaincre, on va remonter un peu dans le passé...

Retour vers le futur

Il y a trois ans, presque jour pour, nous étions en train de couvrir le Day 3 du Main Event des WSOP 2009. A peu près à la même heure à laquelle Nolan Dalla annonçait au micro qu'Alcober était le premier joueur à franchir la barre du million en jetons, je publiais à trois ans d'intervalle une news intitulée : "Il reste 1,000 joueurs et Ludovic Lacay est chip-leader"



Ludovic Lacay allait ensuite porter son million de tapis jusqu'à la 16ème place du Main, pour presque 500,000 dollars de gains

Trois ans plus tard, l'édition 2012 du Main Event des WSOP a rassemblé à peu près autant de joueurs (6,598 contre 6,494 en 2009), et ces deux paliers symboliques (1,000 joueurs restants, 1 million en jetons) ont été atteints presque exactement au même moment du tournoi.

J'ai passé un peu de temps ce soir à relire les articles écrits durant l'édition 2009 du Main, d'abord car ce fut ma préférée sur toutes celles que j'ai pu couvrir depuis 2006 (tellement de français avaient été deep : Soulier, Benyamine, Cuts, mon pote Julien Brécard, etc, et bien sur Antoine Saout, plus Phil Ivey en finale), et aussi parce que le nombre d'entrants similaire entre cette édition et celle qui nous intéresse cette semaine nous permet de nous situer avec relative précision dans le tournoi (heure de la bulle, durée des journées, etc).

Pour relire notre reportage au Main Event 2009, c'est par ici (le coverage de la finale, en particulier, me donne encore des frissons aujourd'hui - quel pied ce fut d'y être en personne !)

#susuwsop



Le vent a tourné pour Tristan Clémençon : de retour de break après deux niveaux « à oublier », le benjamin du Team Winamax a complètement inversé la vapeur. Le voilà complètement remis en selle avec 430 000 à l'aube du dernier niveau de la journée.  

Les coups clés disputés par Tristan dans ce 14ème niveau :

#1 : « SUPEROGER47 » entame sa folle remontée en partant all-in turn avec QPiqueJCoeur contre KPique8Trèfle sur un tableau JTrèfleTPique5Pique7Pique. Tristan évite les balles river et double ainsi à 160,000.

#2 : Dans un multiway qu'il initie en relançant avec 4Coeur5Coeur, le pro Winamax touche une couleur sur le flop 8Coeur7Coeur2Coeur. Il c-bet à 19 000 et se fait payer un seul adversaire. Ce dernier check-raise à tapis sur un second barrel à 33 000 effectué par Tristan sur le turn, une QCarreau. Le Français call et s'adjuge le pot de 360 000 sans même voir la river puisque son opposant est drawing dead avec 6Trèfle9Trèfle.

#3 : Tristan call en position une relance à 7 000 du joueur UTG+1. Il fait de même sur le flop JCoeurTCarreau3Trèfle en payant un c-bet à 8 500. Rebelote sur un APique turn : 'SUPEROGER47' call 15 500. Sur la river 9Pique, Tristan change de vitesse et relance à 73 000 le troisième tonneau adverse d'un montant de 25 000. Certainement léger, l'adversaire du tricolore instafold.

Le minimum syndical

Valentin Messina a évité le pire en perdant le minimum au cours d'une grosse rencontre qui, heureusement pour lui, a accouché d'une souris. Le gagnant du France Poker Tour 2010 possède encore 200 000.

Tout part d'une relance à 6 500 (blindes 1 500/3 000 ante 400) au bouton de « Valvegas94 » en possession d'une paire de Valets. Le joueur en grosse blinde place alors un 3-bet à 15 500. Prudent, le Français se contente de payer.
Le flop 2-5-6 est checké par les deux parties. Valentin call ensuite une mise à 12 000 sur le turn, un 3 avant de faire de même en payant 30 000 sur un nouveau 3 river. Bien lui en a pris puisque son adversaire lui révèle deux beaux barbus !

Yo les bros



Ce bon vieux degen de Johan « YoH_Viral » Guilbert est toujours présent dans le tournoi avec un tapis de 145,000. Son plus gros coup de la journée ? Il l’a perdu avec une paire de Valets au cours d'un tableau JCoeur8Coeur4Coeur9CoeurQCoeur contre un adversaire italien qui avait trouvé une quinte flush avec 9PiqueTCoeur en mains.

Statistiques et citations à la con



- Joueur portant un parapluie en guise de couvre-chef encore présents dans le tournoi : 1

- "Cassage" du jour :
> Joueur à une table, se levant et criant : "YES ! YES ! THAT'S WHAT I'M TALKING ABOUT !!"
> Un autre à dix tables de là : "And... what are you talking about ?"

- Citation : "Wow, je viens de chatter un groooooos pot. J'ai essayé de faire folder un brelan sur KTrèfleQTrèfle4Pique9Carreau pour l'ensemble de mon tapis. Il m'a SNAP avec un brelan de 44 mais mon TTrèfle8Trèfle a trouvé sa rivière. J'ai 540,000." - Signé : Vanessa Selbst sur Twitter. La vie est belle.

- Citations : "Ca fait déjà 27 minutes et les portes sont encore fermées." Quelques minutes plus tard : "Laissez nous rentrer bande de jambons ! N'annoncez pas une pause de 20 minutes si c'est pour la faire durer 30. Ouvrez ces putains de portes. Y'a des centaines de gens entassés dans le couloir." - Signé : un Jason Mercier en tilt sur Twitter.

- Citation : "YAAAAARGL !!!! YAAARRRRRGL !!!! " - Un cri proche de l'inhumain, poussé par Giuseppe Zarbo. On a entendu le franco-italien depuis le banc de presse, malgré que sa table soit située à cent mètres de notre poste de commandement. Deux solutions : soit il a trouvé sa rivière, soit un piano vient de lui tomber sur le gros orteil.

Tableau de bord
819 joueurs restants (sur 6 598 entrants)
666 places payées
Blindes : 2,000/4,000, ante 500
Tapis moyen : 241,000

Benjo, Harper et Kinshu

Level 14 : La bulle commence à poindre au loin

- 13 juillet 2012 - Par Harper

Main Event - Day 3

Il n'a pas trouvé ses marques

C'était une journée sans pour Marc Inizan… Voyant son tapis fondre tout au long de la journée, 'LocSta' a finalement trouvé un spot pour doubler en plaçant un 3-bet/call à tapis avec une paire de Dames. Tombé contre As-Dame, il voit un cruel As apparaitre au turn, scellant ainsi son destin dans ce Main Event. Le breton pourra néanmoins encore encourager trois joueurs du Team Winamax dans ce tournoi : Gaelle Baumann (400 000), Michel Abécassis (180 000) et Tristan Clémençon (qui a doublé à 160 000).

Rixe dans la Brasilia



Il n'en vient pas aux mains mais aux poignets : Eric 'Rix29' Le Goff est en train d'envoyer d'énormes « sacoches bretonnes » dans la Brasilia Room. Avec 600 000 de tapis, le breton est certainement notre chipleader français à l'heure actuelle. Il ne passe pas cinq minutes sans qu'il ne soit impliqué dans un pot 3-bet. S'il ne compte actuellement aucune place payée aux WSOP et un bilan somme toute modeste de 35 000$ de gains en live, il faudra se méfier d'Eric qui fait partie des fins limiers bretons dans l'équipe composée notamment de Marc Inizan et Ronan Collet.

Français également repérés dans la Brasilia Room : Bruno Lopes (150 000), François 'francisco83' Tosques (340 000), Stéphane Benadiba (180 000) et Loris Courco (125 000).

Le coup du lapin



Dernière victime tricolore en date dans ce Day 3 : Ronan Collet. Le discret breton était en mode « resteal » depuis un moment. Quelques fois light, « Ronando » s'est cependant crashé avec une main tout à fait légitime : en bataille de blindes il pousse son tapis avec A-J et se fait payer par sa voisine armée d'une belle paire... de 10 ! La pièce tombe alors du mauvais côté pour le Français qui se retrouve complètement crippled avec moins de 3 blindes. La suite est anecdotique : le micro stack de Ronan part au milieu avec T-9. Un adversaire le paye avec K-6 et touche deux paires à l'issue du board.  Fin de l’aventure.

Les vainqueurs du King5 encore représentés



Dernier membre de la MaryTeam (équipe vainqueur du King5) encore en course, Rémy Cucak a bien failli voir son parcours brutalement s'interrompre. A tapis avant le flop avec une paire de Neufs contre As-Valet, il voit un Valet immédiatement apparaitre au flop… Prêt à remballer ses affaire, 'LE-FISH' (c'est son pseudo, hein) voit le croupier distiller un petit Neuf des familles à la rivière ! Le voilà de retour à 150 000.

Slow Ride, take it easy



Michel Abécassis réalise pour le moment une des meilleures opérations comptables de ce Day 3. Certes, son tapis de 185,000 le place légèrement en dessous de la moyenne, loin derrière les chip-leaders, mais 1/ cela représente tout de même 60 blindes et surtout, 2/ MIK22 possédait seulement 26,000 au départ de la journée sept heures plus tôt. J'ai discuté rapidement de cette belle progression avec l'intéressé, qui m'a une fois de plus chanté les louanges de la structure, dont la profondeur permet aux joueurs de faire preuve de patience sans pour autant voir leur stack fondre à toute vitesse.

"Ce n'est vraiment pas un tournoi comme les autres", explique l'amateur de guacamole en bol. "On a le temps, même avec une vingtaine de blindes il n'y a pas le feu au lac." Plus que n'importe quel autre tournoi, la structure profonde du Main Event à ce pouvoir étrange de donner l'impression aux joueurs qu'ils sont "short" alors même qu'ils ont 30 ou 40BB, un stack qui représente pourtant un montant plus qu'enviable dans les tournois comme ceux de l'EPT.

Peut-être est-ce du au fait qu'aux tables non loin, on peut voir des joueurs ayant déja 150, 200 voire 300 blindes, je ne sais pas. Mais toujours est-il que la patience paie au Main Event : Michel en est la preuve. "Bon, j'ai eu un peu de chance aussi", concède t-il. "Deux coins flips gagnés, un petit miracle hier... Et un timing pour le moment sans faille."

Un autre exemple pour illustrer mon propos : Greg Merson. Ce joueur du Maryland (capitale : Baltimore) avait entamé le Day 3 avec un piteux stack de 16,000. Sept heures de jeu plus tard, le voilà qui pointe dans le top 10 avec 710,000 !

Comme à la maison



Expulsé de la Brasilia Room, comme de nombreux joueurs au fur et à mesure des éliminations, Nazim Guillaud a atterri à une table plutôt solide (David Bakes - 170k, Thibaud Guenegou - 160k et Kenny Hallaert - 110k). Cela ne l'empêche pas de grinder petit à petit : le jeune homme, qui a tout gagné (ou presque) sur les rooms en ligne françaises, possède un tapis de 245 000.  

Le sacocheur Lyonnais



Dans la partie haute du classement lors de la reprise ce midi, Gilbert Diaz est vite retombé dans le ventre mou, la faute à un setup d'entrée de jeu (couleur au Roi contre couleur à l'As qui lui a coûté 50k) assorti d'une multitude de petits pots perdus. Descendu au plus bas de la journée à 80 000, l'amateur Lyonnais s'est toutefois bien repris en distillant quelques salves bien placées. « Quand j'envoie une sacoche, ils ne me répondent pas ! » confesse Gilbert qui pointe maintenant à 170 000.

Rencontre au In-N-Out



Par hasard, je me suis retrouvé assis à côté de deux participants au Main Event lors de ma pause-dîner au fameux In-N-Out Burger, alias le-meilleur-fast-food-de-la-planète-entière (et de loin). Bon, moi, les conversations entre joueurs de poker au resto, je les fuis comme la peste, parce que des 3-bets et des bad beats et des fish de malade et des check/raises et des retards et des spew, j'en entends suffisamment parler le reste de la journée. Mais là, il s'agissait d'amateurs complets tout à fait sympathiques venus du Texas. Deux braves types d'âge mur avec des petits enfants et tout et tout, qui réalisaient un rêve en participant pour la première fois au Main Event. Tous les deux short-stacks en ce Day 3, bien entendu, j'imagine bien les nits en train de serrer les fesses alors que la bulle commence à pointer son nez au loin, mais ils s'amusent. Eussent t-ils été français, ils m'auraient assurément servi l'expression "Que du bonheur" pour décrire leur expérience, car leurs grands sourires tandis qu'ils me racontaient leurs mains contre des pros en disaient long sur le plaisir qu'est en train de leur procurer l'expérience du plus gros tournoi du monde. Comme je l'ai souvent écrit (ND : c'est Benjo qui parle ici), le poker que je préfère, c'est celui des amateurs, ceux qui viennent en freeroll au Winamax Poker Tour comme ceux (un poil plus aisés) qui se paient l'entrée à 10,000$ du Main Event pour se faire kiffer, et ils sont nombreux au rendez-vous. J'espère bien les revoir demain au moment de la bulle, assis à la table avec une banane grande comme ça. Et j'espère que les amateurs seront représentés lors de la finale en octobre : donnez moi des Darvin Moon, des Chris Moneymaker et des Dennis Philips !

D'ailleurs, en parlant d'amateurs, le dernier représentant de l'équipe gagnante du King5 Rémy Cucak est assis au fond de l'Amazon Room avec un tapis d'environ 25BB.

Le Top 10 selon WSOP.com

Benjamin Alcober (USA) 980,000
AJ Jejelowo (inconnu) 870,000
Sean Riche (USA) 840,000
Greg Merson (USA) 710,000
Dane Lomas (USA) 705,000
Daniel Rudd (UK) 696,000
Armando Fernandez (USA) 675,000
Eric Legoff (France) 625,000
Jacob Balsiger (USA) 615,000
Erik Hellman (Suède) 595,000

La fête est finie

Pour ceux là, point de place payée, et encore moins de table finale :

Sam Farha
Barry Greenstein
Vicky Coren
Nenad Medic
Gabe Kaplan
Nam Le
Jerry Yang (champion 2007)
Robert Varkonyi (champion 2002)
Nick Shulman



Jerry Yang triomphant lors de l'édition 2007. Une scène que l'on ne risque pas de revoir de sitôt. Photo : PokerListings

Statistiques et citations à la con

- Nombre de porteurs de sweats à capuche à la table de Michel Abécassis : 5 (3 sur la tête, 2 "off")
- Nombre de chaises sur lesquelles est assis Michel Abécassis : 2 ("notre table est plus haute que les autres, regarde !" Je jette un oeil : en effet.)

- Nombre de joueurs au départ du Day 3 dont le nom de famille est "Martin" : 5 (3 américains, 1 français, 1 norvégien)
- Nombre de joueurs au départ du Day 3 dont le nom de famille est "Chevènement" : 0

- Nombre de bisous envoyés par Stéphane Bénabisou aujourd'hui : 24

- Citation : "Un type perd un pot de 300,000, presque tout son tapis, en table télé. Les équipes d'ESPN lui demandent de jeter ses cartes, les récupèrent ensuite, puis les montrent à la caméra ! Dégueulasse !" - Signé : Nick Gibson sur Twitter. J'ajoute mon grain de sel : les équipes d'ESPN sont insupportables, en particulier les caméraman qui, du fait qu'ils portent une grosse caméra sur l'épaule, se croient autorisés à ignorer quiconque se trouverait sur leur passage tandis qu'ils sprintent à travers la salle pour capturer à temps des images de Daniel Negreanu en train de voler les blindes au bouton. Connards.

Tableau de bord
909 joueurs restants (sur 6 598 entrants)
666 places payées
Blindes : bientôt 2,000/4,000, ante 500
Tapis moyen : 217,000

Benjo, Harper et Kinshu

On est passé sous la barre des 1,000 joueurs

- 13 juillet 2012 - Par Benjo DiMeo

Main Event - Day 3

Une frontière symbolique a été franchie peu avant la pause-dîner, le nombre de joueurs restants dans le Main Event est désormais une somme à trois chiffres ! Ce qui représente tout de même pous de 700 éliminations en 6 heures de jeu à peine. Avant que les joueurs ne partent manger, voici les dernières infos...

Comment ça c'est possible de perdre un coup ?



« C'est nul ce jeu quand on perd ! » sourit Gaelle Baumann en interrompant une moue ironique. Ayant débuté la journée en position de chipleader, 'O RLY' a perdu de sa superbe en retombant à 400 000 jetons. Mais, hé, c'est toujours deux fois la moyenne ! Désormais assise à une table où figure Marc Bariller, la vétérane (ça se dit ? Je pense pas) Mimi Tran et un joueur ricain assez connu dont j'ai le nom sur le bout de la langue, mais rien à faire, ça me revient pas, la joueuse du Team Winamax va tenter d'appliquer à nouveau les standards qui ont fait sa force lors du Day 2 : agression et asphyxie de la table. Mais dans deux heures. Parce que d'abord, faut aller manger. C'est important de manger. Gaëlle reviendra du dîner avec plus de 130 blindes dans son tapis.

Rendez-moi Sofia



La belle Sofia Lövgren vient de nous quitter… La suédoise n'avait qu'une quinzaine de blindes devant elle lorsque son As-Dame s'est heurté à une paire de Dames. Elle a alors ôté ses lunettes, pris une bonne respiration puis s'est levée, laissant transparaitre ses longues jambes avant de quitter la salle, créant un silence ému dans toute la salle… Enfin chez moi en tout cas. Donc, de quoi on devait parler ? Hein ? Valvegas ? Oui, bon, si vous voulez.

C'est que le vainqueur du France Poker Tour 2010 a connu une sacré journée. Démarrant le Day3 avec 49,600, il est désormais assis derrière un tapis de 275 000 (tout en venant de perdre un pot de 100 000 avec As-Dame contre As-Roi !). Il avait auparavant bénéficié d'un coup de chance, engageant son tapis avec As-Sept sur un flop hauteur Sept contre deux Dames. Il a fini en Full. Attention, la machine Valvegas semble lancée !

Départ en trombe



Parmi les autres Français ayant pris un départ canon : Alban Juen. Cet étudiant de l'École de Commerce Européenne de Lyon (Groupe INSEEC) (oui, bon, j'ai copié/collé son Twitter) a réussi à très rapidement grimpé à un tapis de 495 000, rejoignant ainsi les chipleaders. La suite fut moins évidente pour celui qui se fait surnommer 'HWolowitz', tombé à 365 000 avant de remonter à... 475 000 ! « La massage equity ! » s'amuse-t-il sur Twitter.

Thiba viole



Thibaud Guenegou poursuit son petit bonhomme de chemin dans ce Main Event. Le joueur tricolore est monté à 130 000 après avoir remporté un coup où il ne partait pas favori.

Suite à une relance UTG à 5 200, « Thibavol » 3-bet à 13 200 depuis le cutoff avec 8Pique6Pique. Mais c'était sans compter sur un papy dans les blindes qui se réveille en poussant ses derniers 30 000 au milieu. Le joueur premier de parole passe et laisse le Français, complètement commited (le terme signifiant que mathématiquement il est « obligé » de payer avec sa poubelle), call. Face à KCarreauQTrèfle, Thibaud hérite alors d'un tableau 5-4-3-2-J lui octroyant une quinte .

Jenner gît



Nouvelle élimination tricolore avec la sortie de Guillaume Jenner. Arrivé dans le rail voir où en était « Thibavol », le reg du Cercle Clichy-Montmartre explique sa sortie : « Je resteal 15 blindes avec K-Q, le chinois fou me paye avec K-9 et gagne le coup... ». Décidément, ils sont partout ces chinois fous !

Statistiques et citations à la con

- Nombre de couvreurs français partis voir une grosse rencontre de basket au Thomas & Mac Center à l'Université du Nevada : 2
- Nombre de couvreurs français ayant rencart au In-N-Out Burger ce soir : 1 (et il est plutôt content)

- Citation : « Mais toute sa vie il va chatter ? » - Signé un confrère américain en assistant au double-up de Jason Mercier avec JPique9Pique contre KCarreauTCoeur sur un flop TPique2Pique2Trèfle. Turn : 3Pique. River APique. L'américain est de retour à 180 000.

- Citation : « J'ai perdu une tonne de petits pots » - Signé Marc Inizan, tombé à 110 000.

- Nombre de joueurs ayant doublé avec paire de Rois contre paire de Dames sur un flop 8-7-7 durant la dernière heure : Au moins 1 - Michel Abécassis, désormais assis derrière un tapis de 165 000 !

Tableau de bord
999 joueurs restants (sur 6 598 entrants)
666 places payées
Blindes 1,500/3,000 ante 400
Tapis moyen : 166 600

Benjo, Harper et Kinshu