masquer le menu

Reçus 20 sur 20

- 26 mai 2019 - Par Rootsah

Des habitués, quelques étrangers, un Team Pro déjà passé par là, plusieurs nouvelles têtes
De 2 036 à 20 prétendants au titre : on vous présente le casting du Day 3

Tim Hartmann : le chip-leader qui vient de loin

Tim Hartmann 2
Comment un joueur Allemand se retrouve à disputer un festival de poker en Espagne au milieu de centaines de français ? La réponse ne va pas vous surprendre : "J'ai tenté un satellite sur Winamax, j'ai gagné du premier coup", lâche Tim Hartmann. En ligne, les recherches Google ne renvoient que peu de résultats sur Hartmann. "Je me suis fait enlever des moteurs de recherche", explique-t-il, tout en confirmant qu'il est bel et bien le Tim Hartmann ayant remporté 100 000 € en gagnant un gros tournoi à Dublin en 2012. En ligne, le natif de Breme (nord de l'Allemagne) ne joue pas des gros buy-ins : "25 dollars en moyenne". Il s'est pointé à Lloret de Mar avec un ami, et s'est qualifié pour le Day 2 sur le Day 1A, où il a terminé parmi les chip-leaders. Le second tour a bien débuté pour lui, avec l'élimination avant la bulle d'Adrien Delmas ("Je relance avec As-Dame, il shove 13BB avec As-9"). En fin de journée, Tim s'est retrouvé du beaucoup côté de plusieurs "coups standards" (dixit) qui l'ont conduit à éliminer plusieurs joueurs. "J'ai du en sortir quelque chose comme 8 aujourd'hui." Un run décent (sic) qui lui permet d'emmener 15 millions au Day 3. C'est presque le stack moyen de la TF ! "J'ai bien aimé cette année. Je suis resté plusieurs heures de suite avec les mêmes joueurs, notamment ce jeune Youtubeur [CarbonRH, NDLR]. Lui, il m'a fait un sacré bluff. Dans un pot où je l'ai 3-bet, je mise 25% sur le flop 7-3-3. Il paie. Turn : Roi. Je mise 75%, et là il shove. On avait des stacks de chip-leader, je me dis 'no way il bluffe ici !' Je jette un Roi et il me montre As-Valet !" Le genre de spectacle qu'on aurait aimé voir se poursuivre au Day 3, mais Tim a fini par prendre sa revanche sur la jeune star au cours des dernières mains de la journée.

Morgan Aceto : un rush qui se poursuit

Morgan Aceto 2
En seconde position, on retrouve celui qui a longtemps mené les troupes avant le rush du chipleader allemand : Morgan Aceto, que l'on vous a présenté plus tôt dans cette journée et qui termine avec un très beau 12 785 000, soit 80 blindes pour le Day 3. Le jeune grinder cannois a vécu la journée idéale, où tout passe comme une lettre à la poste : "Tous les setups étaient en ma faveur, commence le vainqueur du Leaderboard des WSOPC Cannes il y a un peu plus d'un mois. J'ai très très bien floppé, et tous mes bluffs sont passés. Je n'ai jamais réussi un tel deeprun sur un tournoi aussi important, j'espère que ça va continuer jusqu'au bout !" 34e du SISMIX en 2017, le qualifié Winamax a déjà amélioré son score et visera beaucoup plus haut ce dimanche.

Hayg Badem : à l'aise, le gus

Hayg Badem 2
"C'est mon tout premier Day 3 et d'ores et déjà ma meilleure perf' en live." C'est avec surprise que nous avons entendu Hayguss nous donner ces deux informations, tant il nous semble croiser partout cette véritable figure de proue de Wam-Poker. Gros joueur online, grand amateur de Deuce to Seven devant l'éternel et surtout nouveau shark de nos satellites - il s'est qualifié trois fois pour le Main Event et une sur le High Roller, qu'il a bouclé en douzième position. "En une semaine ici, je n'ai joué que deux tournois, s'amuse-t-il, et je n'ai à repasser par le payout qu'une fois, pour re-entry le Main.

Présent sur la quasi intégralité de nos festivals live, Hayg - c'est son prénom - marche donc dans les traces de ses potes du forum Sylvain 'Sylleo', Cédric 'smiths2000' ou encore Glenn 'domino7', pour ne citer que ceux-là, tous passés par là avant lui. Avec un tapis de 7,9 millions qui le place dans le haut du panier, en quatrième position, il peut même légitimement espérer de très belles choses dimanche. Un espoir qu'il s'est offert grâce à un formidable hero call contre le vainqueur du High Roller Jon Ander Vallinas. Le genre de coup qui peut métamorphoser une fin de tournoi. "Derrière, j'ai grind tranquillement, à base de petits 3-bets."

Venu à Lloret de Mar avec beaucoup d'ambitions mais aussi, comme beaucoup de pros, dans l'optique de préparer les WSOP - "Je compte arriver à Vegas autour du 20 juin, pour attaquer par le Monster Stack" - Hayguss a l'occasion de transformer cette petit virée espagnole en détour gagnant. Une chose est sûr, en plus de son frère, qu'il a emmené dans ses valises, ce sympathique géant pourra compter sur le soutien d'une bonne partie de la communauté online francophone.

Adrien Guyon : abonné aux deep runs

Adrien Guyon 2
En embuscade avec le 6e tapis du jour (5 785 000), Adrien Guyon était très satisfait de sa journée, durant laquelle il s'est montré très actif comme à son habitude : "Je suis hyper content, j'ai beaucoup bluffé. Je ne me suis jamais retrouvé à tapis couvert avant la fin du Day. C'est comme ça qu'il faut jouer dans ce type de tournois, il ne faut jamais se mettre en danger. J'avais toujours une main quand je jouais des gros pots." Le Top Shark 2015, 6ème du dernier Winamax Poker Open en septembre dernier (juste un extrait de l'un des plus beaux palmarès au global sur nos events live) sait ce qu'il doit faire pour rejoindre la table finale.

Xavier Campeny : le dernier régional de l'étape

Xavier Campeny
Notre tout premier festival en Espagne a certes attiré une foule impressionnante, mais ne nous leurrons pas : les locaux étaient en minorité face à l'invasion de français. Forcément : cela fait neuf ans que nous organisons des tournois live pour eux, alors que les Espagnols ne nous connaissent vraiment que depuis juillet dernier. Xavier Campeny est le dernier représentant ibérique d'un SISMIX ayant rassemblé entre 10% et 20% d'espagnols (l'estimation est d'Alex, notre homologue sur winamax.es)

Xavier connaît bien le Gran Casino Costa Brava : il y a travaillé durant deux ans lorsqu'il ouvrit ses portes en 2010. Ces temps-ci, il étudie pour valider ses acquis en sciences sociales et travaille dans le même temps comme serveur. Le trentenaire est donc un joueur récréatif, alternant entre parties avec les copains et tournois en ligne. "Ma copine sera là pour me soutenir, et si je vais en finale, sans doute que des copains vont venir. Je suis du coin, il leur sera facile de prendr la voiture. Il faut que je reste chanceux, car le niveau est élevé !"

Kool Shen : back dans les bacs (qu'il n'a jamais quittés)

Kool Shen 2
Incroyable mais vrai, alors qu'il ne reste plus que 20 joueurs en course à l'aube de ce Day 3, sur 2 036 entrées recensées, l'un de ceux-là peut prétendre à une deuxième couronne sur un Main Event SISMIX ! Ce joueur, ce n'est pas n'importe qui puisqu'il est à la fois le dernier représentant du Team Winamax, le meilleur joueur de poker / rappeur de la planète et le vainqueur de l'édition 2016, Kool Shen. "Franchement, c'est fou, avoue l'intéressé. Je ne pense pourtant pas m'adapter forcément mieux à ce genre de field que n'importe quel autre joueur du Team, mais mon image joue sûrement pour moi. Peut-être que certains osent un peu moins me jouer."

Aujourd'hui pourtant, c'est plutôt l'inverse qui s'est produit, entre une tentative de bluff qui a permis a Bruno de signer l'un sinon le plus beau hero call de ce Day 2 et un de ses voisins de droite qui n'a pas hésité à le 3-bet shove avec 97... pour remporter le lancer de pièce face à sa paire de 4. Passablement énervé après ce coup et retombé dans une zone orangée, KS a ensuite relancé la machine bien aidé par... le sweat de Sonny Franco. "J'avais froid, il me l'a prêté. Avec ça qu'est-ce que tu veux qu'il m'arrive ?," plaisante-t-il. Et cela n'a pas manqué : "Roi-Valet qui gagne contre As-Valet, Valet-9 qui fait quinte contre As-10, tout s'est bien passé !"

Un enchaînement de petits coups de pouce du destin, qui lui a permis d'empaqueter 2,3 millions de jetons, soit une petite quinzaine de blindes. Un tapis loin d'être mirobolant mais qui tient presque du quasi miracle, après deux journées de poker pleines particulièrement éprouvantes. Car ce Day 2, Kool Shen l'a bouclé dans la foulée d'un Day 1D qui s'était achevé à 3h30 du matin. "Le temps de décompresser un peu, je me suis couché à 5 heures du mat', souffle Bruno. Honnêtement, j'étais tellement claqué au retour du dinner break que j'ai eu envie d'abandonner. Mais tu ne peux pas faire ça ! Alors même s'il m'arrivait de baisser la tête et de fermer les yeux par moment, je suis reparti au combat." Un combat qu'il faudra poursuivre demain, pour espérer marquer encore un peu plus l'histoire de ce tournoi qui semble décidément fait pour lui.

Matthieu Rodriguez : un grinder en embuscade

Parmi les joueurs confirmés encore en course pour le Day 3, on retrouve également Matthieu Rodriguez, shortstack officiel des 20 survivants avec 1 485 000 jetons, soit moins de neuf blindes à la reprise. "Tout s'est bien passé jusqu'à 50 joueurs restants, analyse ce gros grinder de MTT sur Winamax.fr. J'ai monté un stack en jouant low variance, j'avais plus de 6 millions à un moment, puis j'ai perdu ce setup contre Adrien Guyon avec As-Roi contre deux Rois. Ça m'a fait changer de bloc, je suis descendu sous les 25 blindes et j'ai donc joué serré, pas le choix..." S'il parvient à doubler son tapis rapidement, nul doute que "Maracana" redeviendra un client sérieux dans la course à la table finale.

Les 20 joueurs du Day 3

Tim Hartmann (Qualifié Winamax.fr) 15 070 000 (94 BB)
Morgan Aceto (Qualifié Winamax.fr) 12 785 000 (80 BB)
Milos Babovic 8 270 000 (52 BB)
Hayg Badem (Qualifié Winamax.fr) 7 955 000 (50 BB)
Jeffrey Van den Heuvel 6 475 000 (40 BB)
Gregory Luttke-Grech 6 000 000 (38 BB)
Adrien Guyon 5 785 000 (36 BB)
Alexandre Fradin 5 000 000 (31 BB)
Xavier Campeny 4 150 000 (26 BB)
Filippo Lazzaretto 4 015 000 (25 BB)
Yves Sanchez 4 000 000 (25 BB)
Jimmy Bord 3 645 000 (23 BB)
Chee Wei Kwok 3 595 000 (22 BB)
David Pessoa 3 275 000 (20 BB)
Raphael Assidon 2 590 000 (16 BB)
Vincent Pastourel 2 500 000 (16 BB)
Bruno Lopes (Team Winamax) 2 305 000 (14 BB)
Leandry Ainonkpo (Qualifié Winamax.fr) 1 750 000 (11 BB)
Jeremy Conan 1 550 000 (10 BB)
Matthieu Rodríguez (qualifié Winamax.fr) 1 485 000 (9 BB)

Rendez-vous dimanche à 12h30 pour la suite, et la fin du SISMIX Costa Brava, ici-même et sur Winamax.tv !

Benjo, Flegmatic, Rootsah et Alex
 

Un cocktail un poil trop bien servi

- 26 mai 2019 - Par Benjo DiMeo

Le Day 2 se termine avec 20 joueurs
Une journée riche de 410 éliminations
Main Event 500 €
Liste complète des joueurs primés


SISMIX
Chez Winamax, on aime bien voir les choses en grand. Parfois un peu trop, il faut bien l'admettre. Prenez par exemple le Day 2 du Main Event du SISMIX. Une journée XXL et survitaminée qui renfermait au moins cinq sous-journées, facile. Plusieurs tournois dans le tournoi, joués sous amphètes, pied au plancher. 430 joueurs au départ, seulement 20 après dix heures et demie de jeu : 95% d'éliminés en un jour ! C'est un record dont personellement j'aurais pu me passer - attention, unpopular opinion : le SISMIX a sérieusement besoin d'un Day 3 calé avant la finale.

On rembobine. Midi. La marche forcée vers la bulle, d'abord. 100 éliminés en une heure. Les soldats short-stacks envoyés en première ligne, chair à canon fragile et facile à faire tomber, et quelques-uns mieux armés mais qui trébuchent pourtant. Plusieurs notables vont tomber avant l'argent, y compris au sein du Team : Guillaume Diaz, Leo Margets, Adrien Delmas et même le tenant du titre, Adrian Mateos.

SISMIX
Gérard Carbo, l'un des short-stacks ayant réussi à se sauver des griffes de la bulle

Deuxième phase : on arrête tout. Coup de frein. La bulle est là. Personne ne veut sortir là, maintenant. Il ne se passe plus grand chose, mais quand il se passe quelque chose, toute la salle vibre à l'unisson. De longues plages d'ennui suivies de brefs instants de terreur pure : le poker résumé dans ces moments. Plusieurs short-stacks doublent, poussent des soupirs de soulagement, tapent dans les mains du rail. Les autres, ceux qui ne font qu'attendre, grognent : c'est long ! Une heure et demie passe. Puis, un reshove avec As-x, l'autre (vainqueur sur le Highroller il ya trois jours) avait ouvert avec deux Valets, snap-call, Valet au flop, c'est plié. Hommage à Laurent Prudhomme, éliminé en 292e place, la pire place. La pire ? Peut-être pas, en fin de compte : il ne repart pas les mains vides, on lui offre son entrée pour l'année prochaine.

Streaming
Winamax TV est restée branchée tout au long du Day 2

C'est reparti (sur plein de tables) : la machine à éliminations s'affole de nouveau. Les shorts qui ont patienté durant les 90 minutes de la bulle s'en donnent à coeur joie. Certains passent entre les gouttes, la plupart disparaissent. Des gros stacks s'évaporent aussi rapidement qu'ils ont été longs à s'ériger au cours des deux journées précédentes. A la caisse, le qualifié Expresso fait la queue derrière un reg online en train de discuter avec un livetard, l'amateur qui jouait son premier tournoi raconte un bad beat au finale de l'an passé, le vainqueur du Highroller se demander s'il reste encore des tournois à jouer demain. Même tarif pour tout le monde : la fin du rêve. Mais avec un min-cash en poche, le séjour est payé, on peut déjà songer au prochain tournoi, d'ici une heure ou d'ici un an. A bientôt Erwann Pecheux, enchanté Francisco, qualifié Expresso venu du nord de l'Espagne, Sébastien, on se revoit à Vegas avec tes potes du KING5, content de te revoir Fake, on se retrouve à Top of the Pok Card-Jacking ?

YoungFanta
Acte suivant : la consolidation. Les chip-leaders comptent désormais leurs jetons en millions. Mais les chip-leaders de maintenant ne sont pas forcément ceux d'hier. On perd en cascade quelques-uns des animateurs des Day 1A, 1B, 1C, 1D, dont YoungFanta (photo) : le favori du CP avait le vent de face aujourd'hui. Le Main Event n'occupe désormais qu'une toute petite partie de la salle, les spectateurs sont plus nombreux que les joueurs. Les coups de poker changent de forme. On voit de moins en moins la rivière, sauf lorsque les jetons sont partis préflop. A ce stade, le poker n'est plus tant un jeu de cartes qu'un jeu de jetons. Les cartes parlent, certes, mais les chips font la conversation, ce sont eux qui envoient les messages avant le flop, au flop, sur le turn et la rivière. Le plus important ce ne sont pas les cartes, etc, etc. CarbonRH marque la table télé de son empreinte et enchaîne les gros pots devant une armée de viewers grandissante. Dernier pro du Team, Kool Shen s'inspire de Davidi Kitai, autant par ses hero calls musclés que par sa patience quand les cartes désertent le navire. Les regs de Winamax font leur loi : EN_VACANCES, Maracana et quelques autres montent des pions. Haygus porte haut la bannière du forum Wam-Poker, nous claque lui aussi un hero call de légende.

Pool party
Deux heures du matin. Epilogue. Dans toutes les têtes : la fatigue s'est installée. Ceux qui sont encore là sont soit les plus endurants, soit les plus en veine, ou alors une combinaison des deux. Tous ont forcément le Day 3 en tête, certains peuvent même s'imaginer en finale. Les spectateurs sont toujours aussi nombreux sur le stream, un peu moins dans la salle. Il faut dire que la compétition est rude : les side events font plus que jamais le plein. 547 inscrits sur le Monster Stack, plus de 100 sur le Ladies, un record, et ce alors qu'on a viré tous les mecs qui ont essayé de s'inscrire (on a les noms, si vous retentez le coup c'est tricard for life, les gars). Et ceux qui ont sauté ou n'ont pas envie de jouer ont rejoint la piscine, pleine à craquer pour le set de la tête d'affiche du festival, Henri PFR. Musique house de qualité, certains en perdent leur chemise et trébuchent dans la piscine, sans remarquer la présence d'EnjoyPhoenix dans le DJ booth.

Pool party
Le gong retentit. Le dernier quart d'heure fut terrible. Un allemand auquel on n'avait pas trop prêté attention fait le ménage et construit des gratte-ciels de jetons bleus, orange, gris. Les milliers de fans de CarbonRH qui squattent le stream depuis douze heures pleurent la disparition de leur chouchou en 21e place. Mais the show must go on, dès midi ce dimanche. L'ultime journée du SISMIX. Pour l'un des 20 joueurs du Day 3, cela sera une journée à 120 000 euros.

Benjo

Liste complète des joueurs primés sur le Day 3

Carbon s'arrache

- 26 mai 2019 - Par Flegmatic

Ronan 'CarbonRH' est le dernier sortant de la journée (21e, 5 300 €)
Main Event 500 € (Day 2)

CarbonRH OUT 2

Le feuilleton de la journée, ce fut lui. Placé en feature table durant la majeure partie de ce Day 2, Ronan Houssein a fait rêver de longues heures durant les milliers de viewers massés devant Winamax TV et sa propre chaîne Twitch, sur laquelle il a eu la gentillesse de relayer notre flux vidéo. Même si son parcours s'est arrêté aux portes du Day 3, à une très belle 21e place pour 5 300 €, la frustration et l'hébêtement semblaient dominer chez celui qui est beaucoup plus connu sous le pseudo 'CarbonRH', longuement consolé après son élimination par la croupière chargée d'enregistrer les sortants.

CarbonRH

D'abord volontaire et téméraire, sur la lancée d'un Day 1 solide et d'un début de Day 2 canon, Ronan s'est cependant rapidement heurté à un os nommé Tim Hartmann. De loin le joueur le plus expérimenté autour de la table, l'Autrichien s'est montré très agressif et a malmené tous ses voisins, à commencer par notre jeune WIP, qui s'est quelque peu mis à déjouer à mesure que les pots lui échappaient et que son tapis diminuait. "J'ai fait trop d'erreurs qui m'ont conduit à là où j'ai terminé, avouait Ronan avec déjà beaucoup de justesse et de recul. Mais bon, je n'ai pas de regret, j'ai kiffé mon tournoi."

CarbonRH OUT 1

Cette dernière main, c'est un K10 joué à fond de BB pour ses dix dernières blindes et qui s'est heurté à la paire d'As de Xavier Campeny, malgré un board QJ68K qui aura fait vibrer jusqu'au bout un rail fourni entièrement acquis à sa cause. L'aventure s'arrête donc ici pour le petit frère de Gotaga, qui vient donc de devancer plus de 2 000 joueurs sur le plus gros tournoi 6-max jamais organisé. Que de chemin parcouru depuis ce WPO 2018, où il semblait presque tétanisé à table. "J'adore le poker et je vais bien évidemment continuer de jouer !," concluait Ronan avant de quitter la salle en compagnie de Xari, LRB et autres Psyko17. Tu seras toujours le bienvenu ! 

Ben basculante

- 26 mai 2019 - Par Benjo DiMeo

Main Event 500 € (Day 2)

Les dernières minutes du Day 2 nous offrent un sacré condensé d'action. Les éliminations s'enchaînent, notamment grâce au travail de sape d'un mystérieux chip-leader autrichien nommé Tim Hartmann. Le grand chouchou des viewers vient de tirer sa révérence (on vous en reparle très vite), de même que l'un des meilleurs regs MTT de Winamax, Benjamin Saada. Comme d'habitude, EN_VACANCES a bien bossé cette semaine, mais cette 22e place doit sûrement avoir un goût d'inachevé. "J'ai perdu plusieurs coups de suite. Sur le dernier, je trouve Valet-10 off au bouton, j'envoie mes 17BB. C'est payé par deux Dames." Benjamin remporte 5 300 €, de quoi financer son prochain déplacement à Madrid d'ici deux semaines.

Autres sorties récentes : Kevin Loupiac, Roman Volkov, Anthony Boyer, Steeven Douat, Guillaume Gomez, le chip-leader du Day 1C Laurent Verrac, Youness Ait Hssain, Xavier Cantero...
 

Kool Shen a plusieurs vies

- 26 mai 2019 - Par Rootsah

Main Event 500 € (Day 2)

Bruno Lopes 4
Alors qu'il ne reste plus que deux niveaux à jouer dans ce Day 2 et que nous sommes tombés à 26 joueurs restants, Kool Shen est toujours en course pour le doublé SISMIX. Mais le rappeur est passé près de l'élimination : aux blindes 50 000/100 000, il décide d'open shove UTG (cinq joueurs à table), pour 1 600 000. Tout le monde passe jusqu'à Guillaume Gomez, qui réfléchit en big blind. Au bout d'une trentaine de secondes, le qualifié Club Poker annonce "Allez, payé," et retourne A10. Bruno Lopes est derrière avec J9, mais passe devant à l'issue d'un tableau 1038Q7, qui lui donne une quinte dès le turn. Une nouvelle fois dans ce Day 2, Bruno remporte donc un coup crucial pour sa survie, tandis que son adversaire, complètement crippled avec 100 000, est éliminé sur la main suivante (27e pour 4 300 €). Bah ouais, le pro Winamax est en réussite sur les Main Events SISMIX...

Pendant ce temps, Morgan Aceto est en train d'écraser la concurrence. Profitant de sa mauvaise image à table, il vient de pousser Laurent Verrac à 4-bet-shove K-Q offsuit, pour un total de 2 500 000, soit près de 25 blindes tout de même ! Sauf que cette fois, le grinder était armé jusqu'au dents avec deux As... Morgan Aceto, qui a vu Adrien Guyon débarquer à sa table, tutoie maintenant la barre des 10 millions. Laurent Verrac, co-chipleader du Day 1C, finit 26e pour 4 300 €.