masquer le menu

Au dessus des normales saisonnières

- 23 mai 2019 - Par Benjo DiMeo

Notre premier festival en Espagne dépasse toutes nos espérances

SISMIX
On nous dit parfois que nos tournois de poker, c'est un peu too much. Trop d'action. Trop de formats différents, du Deep stack au Deglingo, de midi à minuit. Trop de teuf, de musique, de décisions qu'on regrette. Trop de picole et de tournées générales qui font hurler le banquier une semaine plus tard. Trop peu de sommeil. Trop peu de bankroll restante. Trop de fous rires. Trop de bets perdus. Trop triste au moment de partir. Mais aujourd'hui à Lloret de Mar, le SISMIX fut littérallement too much. Il y avait trop de monde.

SISMIX
Entre Winamax et le poker live, c'est une histoire qui remonte à 2007. On a commencé simplement. Un petit rassemblement en Tunisie (si tu t'en souviens, désolé : tu es vieux), puis un partenariat avec un circuit freeroll établi, le France Poker Tour. De belles rencontres avec des amateurs de toute la France, une grosse finale à San Remo puis à l'ACF l'année suivante. En 2010, on veut notre tournoi à nous. Payant, mais pas trop cher. Direction Dublin, pour trois ou quatre tournois en 6-max, le temps d'un beau week-end de septembre. On s'est bien marrés, on n'avait qu'une envie c'était de recommencer. L'année d'après, on s'est dit "Tiens, on va faire un quiz pour les joueurs éliminés, ça va les faire marrer." Carton. Puis on a rempli la Grande Halle de la Villette une fois, deux fois, à chaque fois, et on a invité les clubs sur le Trophy. Puis on a rajouté des fléchettes, puis du beer pong. Puis de la musique, à fond. Puis on a invité des vrais DJ, et on a fait ça dans une vraie boîte. Puis on a investi la piscine. Et ainsi de suite.

SISMIX
A chaque édition, on rajoute des trucs, en bordel, dans tous les sens, comme dans une bonne et grosse juteuse paella qui n'en finit pas de mijoter. Et ce bordel semble vous plaire parce qu'à chaque édition, vous venez plus nombreux.

SISMIX
Cette année, la nouveauté, c'était l'endroit : Marrakech étant mise en pause en ce mois de mai, on n'avait pas trop le choix : il fallait absolument aller faire coucou à nos nouveaux joueurs espagnols, qui nous ont découvert à l'été 2018. Cap sur Lloret de Mar !

SISMIX
Une station balnéaire populaire à quelques kilomètres de Barcelone. Accessible. Abordable. Dôtée des installations adéquates. On savait que cela allait marcher. On s'était préparés à une grosse affluence. Ce qu'on ne savait pas, c'est que ça allait autant marcher. 402 joueurs uniques sur le premier des quatre Day 1 du Main Event du SISMIX 2019, c'est plus que l'affluence totale du premier WPO Dublin en 2010 !

SISMIX
Votre enthousiasme nous fait chaud au coeur. Il nous fait un poil flipper mais il nous confirme dans l'idée que nous pouvons - que nous devons ! - voir grand. Vous étiez nombreux et vous serez encore plus nombreux jeudi et vendredi, pour les Day 1B, 1C et 1D. Le raz-de-marée ne fait que commencer.

Benjo

79 joueurs franchissent un Day 1A pop corn

- 23 mai 2019 - Par Benjo DiMeo

Main Event 550 € (Fin du Day 1A)

SISMIX
80% d'éliminés dès le premier tour du Main Event ! Re-entry ou pas (et les circonstances, on l'a vu et on y reviendra, nous ont aujourd'hui forcé à placer le curseur sur "ou pas" en switchant sur un format freezeout au parfum old school), ce taux est parfaitement normal sur nos évènements live en 6-max. La structure a beau être deep-stack (50 000 unités au départ, blindes 100/200, augmentation toutes les trente minutes), le temps fait son affaire (dix heures de jeu au total) et le système short-handed force chacun à se mettre dans des situations moins confortables qu'en full ring, et prendre des risques avec des mains pas toujours premium. Sachant que la structure prévoit 15% d'ITM, la bulle ne devrait être qu'une formalité sur le Day 2. Mais pour y assister, il faudra attendre samedi : il nous reste encore trois Day 1 devant nous.

Alors que la finale du Highroller bat son plein (trois joueurs restants, Mustapha Kanit vient de sortir, Romain Lewis a du se contenter de la 5e place), procédons à un bref flashback sur le premier des quatre Day 1. Ils étaient 402 joueurs sur la ligne de départ à midi, ils n'ont été que 79 à quitter le casino avec un ticket pour le Day 2. (Cliquez ici pour le classement complet)

Sanchez
Notre chip-leader du jour s'est éclipsé sans demander son reste aussitôt après compté et emballé ses jetons. A propos d'Yves Sanchez, on se contentera donc pour le moment de vous indiquer un stack de 702 000. Soit 100 BB pour le Day 2. Fluide.

Carbon
Juste derrière Yves, un encarté WIP ! Ronan de son prénom, CarbonRH de son pseudo. Gros kif pour le gamer aujourd'hui, qui multiplie son tapis par plus de 10 pour son premier tournoi live depuis le WPO. "On s'est bien entraînés depuis Dublin", assure son acolyte Sacha (le twitcheur "PyroSC"), qui n'a pas perdu une miette des progrès de son pote aujourd'hui. "On n'a pas l'habitude de ces buy-ins. Nous, c'est plutôt le Cocktail et l'Afterwork !" Bah : au vu de la diversité du field du SISMIX, on peut considérer le Main Event comme un Cocktail géant.

Leo Margets
Le Team W a été bien occupé sur le Highroller aujourd'hui, avec 7 pros au Day 2. Quelques membres de l'équipe ont crâmé leur bullet sur le Day 1A du Main Event (Sylvain Loosli, Gaëlle Baumann, Pierre Calamusa - ils auront la possibilité de retenter le coup sur le Day 1D Turbo), mais pour Leo Margets, la journée fut paisible et se termine avec 233 000 jetons en poche. Dans la moyenne, donc.

Rayane
Vous connaissez bien son visage si vous squattez Winamax TV les dimanches et lundis soirs : Rayane alias Moktavarium s'est amusé à tracer des parallèles entre ce SISMIX les tournois qu'il joue régulièrement en direct sur Top of the Pok. "Ma table au début, c'était le Cocktail à 5 €. Un cocktail bien servi ! Puis, petit à petit, c'est devenu le Prime Time à 50 €... Mais bon, pas celui du dimanche avec tous les regs, plutôt un Prime Time de semaine, pas trop dur !" Après avoir pointé à 280 000, Rayane a perdu quelques plumes et devra se contenter de 170 000 au Day 2.

Quid de tous les joueurs, amateurs, pros et regs mélangés que nous vous avons présentés tout au long du Day 1A via des portraits et brèves interviews ? Las : la plupart ont été éliminés. On espère qu'on ne leur a pas porté l'oeil, mais les faits sont là : Jérôme Sgorrano, Aurélie Dassi, Mike Alonso, les wameurs Sylvain "Sylleo", Ronan "E.SALA", Glenn "domino7", Jean-François "bob lamar", les WIP Zack Nani et Jok'Air, la qualifiée Poker Savoie Sylvie "leelo73490", Tony "Astarion", Maxime "Titan_FR", Valentin "GTObar", David "mad_thorgal" de Bourges... Tous ont été éliminés ce mercredi. On se console en signalant les qualifications d'une poignée de joueurs que nous avons mentionné dans ces colonnes : Mehdi Merai (298 000), François "starbob" (bien placé avec 399 000), le portugais Henrique Pinho (un poil short avec 98 000), Salem "Freeman" (235 000), et Florent Marques (241 000).

Top 10

Yves SANCHEZ 702 000
Ronan HOUSSEIN 558 000
Arthur DEGOIS 533 000
Tim HARTMANN 530 000
Louis MARETTE 507 000
Alexandre REGNIER 507 000
Jennifer DOUMANE 494 000
Jordi PITAULT 479 000
Laurent VILLARD 467 000
Antonio SAEZ ZAMORANO 422 000

Le Day 1B débutera jeudi à midi avec un casting de joueurs entièrement neuf puisque, rappelons-le, décision a été prise de transformer le Main Event en un tournoi freezeout à l'ancienne. Il restera tout de même une dernière chance aux éliminés, sous la forme d'un Day 1D Turbo (rounds de 15 minutes !) programmé vendredi soir.

Les 79 survivants du Day 1A

La bosse du poker

- 22 mai 2019 - Par Rootsah

Main Event 550 € (Day 1A)

Jonathan Therme 2
On a appris à le connaître depuis quelques années qu'il fréquente le circuit live : Jonathan Therme est un joueur sérieux. Cartes en main, le Bordelais a une nouvelle fois fait le taf dans ce Day 1A, puisqu'il avait monté plus de 200 000 jetons peu avant la fin de la journée, grâce à un grind efficace. "Je me suis offert le scalp d'Adrien Delmas !" sourit-il en montrant le mini-trophée gagné à cette occasion, et récompensant l'élimination d'un Team Pro Winamax. "Je suis aussi les progrès de la relève bordelaise, comme Mike Alonso ou Nicolas Plantin, qui ont débuté le poker comme moi à PokerSphère. Il y a une bonne génération qui arrive !" On sait que notre Team Pro Romain Lewis faisait lui aussi partie des premiers joueurs issus de PokerSphère à se faire connaître sur le circuit...

Son grind, John le travaille sans relâche depuis son récent emménagement à Malte dans une coloc' de joueurs, avec Paul Guichard, Florian Ribouchon et Jeremy Jehanne. "Bon, ces derniers temps, moi j'ai bossé et eux pas trop... On n'a pas encore trouvé notre vitesse de croisière. Mais je joue beaucoup online, je travaille mon jeu grâce notamment aux Masterclass de Nick Petrangelo sur le site de coaching Upswing Poker. Je fais une heure ou deux d'études de vidéos chaque jour, j'essaie de comprendre le jeu GTO pour pouvoir l'exploiter. Je fais cinq sessions de tournois online par semaine en ce moment, et je découvre le .com. Il faut s'adapter : par rapport au .fr, c'est bien plus aggro, tout part facilement préflop, il y a beaucoup de check-raises... Au bout d'une semaine et demi, je suis à peu près even."

Autant dire que le joueur de 29 ans délaisse un peu le live ces derniers temps, notamment depuis la fin de son contrat Pro Dream PMU. "Je me suis qualifié pour ce SISMIX, c'est pour cela que je suis là. Le live coûte cher sans sponsoring !" Et d'ailleurs, ça fait quoi de jouer sans logo sur la poitrine ? "Je passe davantage incognito, et ça me va. Avant les joueurs me surjouaient, d'autres m'évitaient... Tout est redevenu plus normal." Joueur sponsorisé : une expérience que John aimerait toutefois bien vivre à nouveau : "Je vais probablement tenter la Top Shark Academy 2020. Je pourrais être le premier à faire le doublé !" En revanche, pas de Vegas cet été pour Therme, qui prefère bosser son jeu.

En attendant, "Corback" devrait quand même se lâcher pendant deux jours. "Je ne suis pas encore sorti depuis que je suis arrivé ici. Mais après ce Day 1, j'aurai deux jours off, donc j'ai pris les bracelets pour entrer aux soirées si besoin..." Le Bordelais est d'ailleurs en quête d'un partenaire pour le Winamax Beer Pong Open qui aura lieu ce jeudi. "On s'est beaucoup entraîné avec Louis « Labrik » Linard (ex-gros régulier de Winamax.fr). J'ai fait les quarts de finale il y a deux ans, et je veux au moins atteindre les demies cette année !" Si vous cherchez un coéquipier sérieux, vous savez donc à qui vous adresser !

Deux médailles, deux destins

- 22 mai 2019 - Par Flegmatic

Main Event 550 € (Day 1A)

Si l'on vous demande qui a gagné l'édition 2018 du SISMIX, vous allez sans doute vous demander si on ne serait pas en train de vous prendre pour des jambons. "Fastoche, Adrián Mateos bien sûr !" En revanche, si l'on vous met un pistolet sous la tempe en vous réclamant les noms des runner-up et troisième derrière la máquina espagnole, on ne serait pas surpris que vous vous mettiez à bégayer en implorant notre clémence.

Medhi Merai

Rangez vos prières et respirez un grand coup, on les a retrouvés pour vous. Agent immobilier parisien, père d'un petit garçon de quatre ans et amateur complètement assumé, Medhi Merai est de retour sur ce tournoi après sa troisième place de l'an passé, qui lui avait rapporté un peu plus de 45 000 €. "Et j'en suis au même point que l'année dernière juste avant le dinner break, précise-t-il, assis devant un stack d'environ 25 blindes. Bon, sauf que j'avais dû re-entry deux fois pour en arriver là. Visiblement, cette année, ce ne sera pas possible."

Accaparé par son travail, Medhi n'a que peu eu le temps de toucher des jetons pendant douze mois, mais garde tout de même quelques jolis souvenirs. "J'ai terminé chipleader du Day 1A du WPT Deepstacks de Bruxelles, raconte-t-il. Et puis j'ai tout perdu sur un énorme setup avec les Rois contre les As de Guillaume Darcourt, qui était arrivé à ma gauche avec un énorme tapis. En début d'année j'ai aussi deep run le Main Event des WSOP-Circuit à Marrakech (37e sur 544, ndlr), celui que gagne Sonny Franco." D'un SISMIX à l'autre, pas dépaysé par ce changement de cadre ? "Non, au contraire, j'étais plutôt content de pouvoir découvrir un nouvel endroit. Même si, de temps en temps, je suis un peu nostalgique. Il était pas mal le Es Saadi quand même." Qui sait, peut-être y retournerons un jour...

Henrique Pinho

Lui avait tenu un peu plus d'une heure supplémentaire avant de plier à son tour face à la furia Mateos. Ancien joueur sponsorisé de la room au pique rouge, vieux routier du circuit européen, Henrique Pinho a aussi débuté son Main Event par le Day 1A, avec un tapis qui tourne autour des 100 000 jetons, soit une grosse trentaine de blindes avant de partir manger.

Trois mois après avoir signé son plus gros gain en carrière, le Portugais avait de son côté ajouté un titre de plus à son palmarès, en s'offrant le High Roller du WPT Deepstacks pour 44 500 €, toujours à Marrakech, au terme d'une finale où l'on retrouvait également Parham Ahoor, Marius Conan ou encore Jean Montury. Grand habitué du casino marrakchi, Henrique a lui aussi fait le déplacement sur la Costa Brava où il va tenter de décrocher sa première ligne espagnole depuis 2012. Vamos!

Titan_ES

- 22 mai 2019 - Par Rootsah

Main Event 550 € (Day 1A)

Maxime Conte
"Apporte-moi un peu de jeu !" Telle est la demande de Maxime Conte quand nous débarquons à sa table pour s'enquérir de ses progrès dans ce tournoi. "Ecoute, je ne sais pas si j'ai assez de blancheur en moi..." En attendant les As, si on discutait un peu ?

Pour ceux qui suivent le poker depuis une dizaine d'années déjà, Maxime était connu sous le pseudo de Titan_FR pour ses performances online. Ayant débuté le poker en 2006 et passé pro en 2012, ce grinder de MTT vit toujours des cartes, et réside à Dunkerque. D'ailleurs, il a gagné son package pour le SISMIX en remportant le championnat du club de sa ville, le Dunkerque Poker, disputé sur six mois ! Venu en Espagne avec un pote de son club qui est aussi son voisin, Maxime est à Lloret pour s'échauffer avant son départ pour Las Vegas. "Je vais rester plus d'un mois. Pour le programme, on verra au feeling... Si ça se passe bien, je ferai le Main Event WSOP."

Entre deux rares déplacements sur le circuit live, le joueur de 34 ans officie sur Winamax.fr sous le pseudo "Titan_2019" et joue tranquillement ce Main Event grâce à la "belle structure" du tournoi.  "Lundi, j'était trop loin dans la liste d'attente du Starter, du coup je suis allé à la piscine, c'est pas mal aussi !"

A l'instant où nous allons le quitter, nous voyons Max relancer à 4 000 UTG (blindes 1 000/2 000, 4 joueurs à table), et les deux blindes suivre. Max c-bet à 7 500 sur le flop 836 après deux checks, et la SB check-raise à 22 000... La BB tank, et part à tapis pour 30 000 ! Maxime shove à son tour pour un total de 70 000, et la small blind s'aligne...  Deux joueurs sont donc à tapis couvert, le coup est joué "à fond" ! Avec K8, Maxime va devoir hold contre A7 chez la SB et 52 chez la BB... Le turn est un J et la river un 2. "Je pensais bien que mon 8 était bon, car la SB n'avait pas surrelancé preflop, et je voyais la BB sur un tirage..." Maxime passe ainsi à 170 000, presque deux fois la moyenne. Alors, on dit merci qui ?