masquer le menu

Découvrez les finalistes du SISMIX Costa Brava

- 26 mai 2019 - Par Benjo DiMeo

Une table finale de joueurs online
Rencontre avec les 7 prétendants au titre

Siège 1 : Jeffrey Van den Heuvel - 27 ans, Amsterdam
5,2 millions (17 BB)

Jeffrey Van den Heuvel
"I fucking love it !" Je crois qu'on a trouvé le prochain slogan des tournois live Winamax. Pour sa toute première participation au SISMIX, Jeffrey Van den Heuvel est extatique et ne mâche pas ses compliments. "Le tournoi est fabuleux, les croupiers sont super-efficaces et ça joue vite, on ne peut pas demander mieux." Le Néerlandais joue au poker depuis une dizaine d'années, mais il ne s'y est mis sérieusement que depuis deux ans. Barman à mi-temps à Amsterdam, il consacre 3 à 4 jours par semaine au poker, quasiment exclusivement en live. Il vient d'ailleurs de réaliser sa plus belle perf' en mars dernier, en remportant le Starter du WPT Deepstacks d'Amsterdam pour 25 000 €. Et l'ambiance au SISMIX, on en pense quoi ? "L'ambiance est folle, mais je passe trop de temps aux tables pour vraiment en profiter. Avec mes potes, on a essayé de s'inscrire au tournoi de beerpong, mais on est arrivés trop tard. Pas grave, on a organisé notre propre tournoi à la maison."

Jeffrey s'est inscrit directement au Day 1A et, s'il a bien terminé la journée avec 325 000, il a eu quelques frayeurs au Day 2. "Je me suis retrouvé à la bulle avec 6 blindes, et me voilà en finale. Je ne peux pas me plaindre, et ça aide à amortir la déception si je venais à être éliminé rapidement." Sans doute la meilleure des manières d'anticiper un mauvais coup, mais on lui souhaite surtout d'améliorer son plus beau score en live et de poursuivre sa belle lancée de 2019. D'ailleurs, tu feras quoi si tu gagnes les 120 000 €, Jeffrey ? "Je jouerai encore plus. Tout simplement." Bonne chance, ou plutôt veel succes, comme on dit chez toi.

Siège 2 : Yves Sanchez - 60 ans, Perpignan
19,3 m. (64 BB)

Yves Sanchez
Doyen de cette table finale, Yves Sanchez est avant tout un grand amateur d'un jeu que les plus jeunes n'ont probablement jamais connu, le poker fermé. "C'est pour cette raison que le jeu à six par table me plait autant, explique le quasi local de l'étape, une heure seulement reliant Lloret de Mar et sa belle ville de Perpignan. "Les blindes tournent plus vite, on ne peut pas se cacher, c'est tout ce que j'aime !" Chef d'une entreprise d'import/export dans les fruits et légumes qui traite majoritairement avec l'Espagne, Yves n'est pas un joueur régulier ces temps-ci, se contenant de quelques parties de cash-game ou du gros tournoi à 1 000 € de l'EPT Barcelone - anciennement appelé Estrellas. Chip-leader à la fin du Day 1A, il a connu "une reprise difficile," avant de parvenir tout de même à boucler son Day 2 avec 25 blindes. Amateur assumé, Yves se "méfie de tout le monde" autour de cette finale. "Techniquemenent, je sais très bien que je ne suis pas au niveau par rapport aux autres. J'ai plus tendance à jouer à l'instinct." Un instinct qui l'a donc porté jusque-là, avec également un peu de réussite, notamment lorsqu'il a craqué la paire d'As d'Adrien Guyon lors des demi-finales. Venu à Lloret "avec un ami qui n'a pas passé le Day 1 et est donc reparti," il pourra tout de même compter sur le soutien de ses proches à distance. "Je sais qu'il y a du monde qui regarde." Et puis, en cas de victoire, ils n'auront pas à attendre longtemps avant de se retrouver.

Siège 3 : Leandry Ainonkpo - 22 ans, Reims (Qualifié Winamax)
7,325 m. (24 BB)

Leandry Ainonkpo
Un sourire éclatant depuis le début du festival, une sympathie rayonnante et une bande de potes toujours présents pour le soutenir et assurer l'ambiance : Leandry Ainonkpo est le joueur rêvé pour le SISMIX Costa Brava, et c'est pourtant sa première participation. Vainqueur de la Campus League il y a deux ans, des problèmes de passeport l'avaient empêché de découvrir les pool-parties de Marrakech. Rebelote pour le WPO 2018, son emploi du temps d'étudiant en médecine l'ayant privé de Leisure Room. Mais cette fois, hors de question de ne pas participer à l'édition espagnole et c'est en se qualifiant sur un satellite online à 50 € que Leandry s'est offert le buy-in du Main Event. C'est son frangin qui lui a appris les bases à 15 ans, et il s'est immédiatement rué sur nos tables virtuelles une fois la majorité atteinte. Depuis, il a fait du chemin, avec de jolis succès sur les tournois petites et moyennes limites, dont des victoires sur le Cocktail et l'After Work, entre autres. En live, il s'est illustré à la Grande Motte en remportant près de 8 000 € sur le FPO. Un palmarès qui risque de s'étoffer lourdement à l'approche de cette table finale.

Qualifié du premier coup sur le Day 1C, il a vécu un tournoi sans soubresaut, avec le soupçon de réussite nécessaire pour atteindre la dernière table après avoir doublé deux fois dès les premières mains du Day 3. Il a déjà un plan pour contrer l'inarrêtable Tim, et n'a pas peur de grand monde. Il compte surtout sur sa sérénité pour l'aider à prendre les meilleures décisions. "J'ai l'impression que beaucoup de joueurs se relâchent aujourd'hui. Le plus dur reste à faire : aller chercher les 120 000 € de la victoire. Après, je pourrai faire la fête avec mes potes, garder 50 000 € pour jouer au poker et investir le reste." Une tête bien faite et qui reste sur les épaules, on comprend mieux pourquoi il a autant de supporters dans le rail.

Siège 4 : Alexandre Fradin - 37 ans, Montpellier
8,025 m. jetons (27 BB)

Alexandre Fradin
Déjà croisé à plusieurs reprises sur le circuit, aussi bien à Vegas, Barcelone que Monte-Carlo, Alexandre Fradin s'est entièrement consacré à notre jeu favori depuis quelques années, mais joue en fait online "depuis 2006-2007 et l'époque des .com. Et puis maintenant, je suis sur un peu tous les sites." Déjà venu deux fois à Dublin pour le WPO, ce Montpelliérain a lui aussi profité du déménagement du SISMIX pour s'y rendre pour la première fois. "Et puis les dates coïncidaient plus ou moins bien, notamment avec celles des WSOP," où il a de nouveau prévu de passer de longues semaines. "Il y a beaucoup de tournois entre 500 et 3 000 $ qui m'intéressent." Pour se glisser sur sa deuxième grosse finale en terre espagnole (il a terminé runner-up d'un WPT National à Madrid en 2016 pour 49 000 €), Alexandre a pas mal fait le yo-yo. "J'ai swing tout le long de mon tournoi et encore plus aujourd'hui. J'ai doublé dès la première main où j'ai eu un peu d'action, entre 18 et 12 joueurs restants je n'ai pas joué une main et j'ai encore doublé deux fois derrière, notamment avec Valet-9 en bataille de blindes contre Adrien Guyon." S'il n'a pas prévu "de gros spew en perspective - mais on trouvera" avec les 120 000 € de la victoire, on est prêt à parier qu'il s'offrira quoi qu'il arrive une belle soirée en ce dimanche, avec toute sa bande de potes venus à Lloret de Mar, et qui ne faiblit par sur les encouragements depuis hier soir. "C'est mon équipe KING5 en fait, précise-t-il. Pour l'occasion, on avait tous pris des pseudos en "Michel", pour s'appeler logiquement la Team Michel." Alors allez Michel !

Siège 5 : Tim Hartmann - 29 ans, Brême, Allemagne (Qualifié Winamax)
20,125 m. (67 BB)

Tim Hartmann
Qualifié pour le SISMIX sur un satellite online dès sa première tentative, Tim Hartmann se décrit comme un joueur récréatif. "Je suis étudiant, c'est principalement un hobby." Un hobby qui lui a tout de même rapporté 100 000 € après une victoire sur un gros tournoi en Irlande en 2012, un score qu'il pourrait bien améliorer aujourd'hui. "J'ai découvert le poker avec des amis à l'époque où c'était en plein boom, il y a une dizaine années." Venu de Brême avec un ami, Tim est tombé aussi bas que 15 000 lors du Day 1A, avant de connaître un beau rush lors du Day 2, entamé avec l'élimination d'Adrien Delmas avant la bulle et s'achevant à deux heures du matin avec la sortie du chouchou des viewers du stream, Ronan "CarbonRH". Tim n'est plus chip-leader mais ses 67BB et son style appliqué (à l'allemande, dirons-nous) lui permettent d'envisager le meilleur résultat possible. Mais, toujours prudent, il l'affirme : "tout le monde est solide à cette table, je n'ai pas vu d'erreurs."

Siège 6 : Morgan Aceto - 23 ans, Nice (Qualifié Winamax)
26,2 m. (87 BB)

Morgan Aceto
Il est notre chipleader officiel, et ce n'est pas vraiment une surprise. Car depuis le début du Day 2, Morgan Aceto marche sur l'eau dans ce Main Event. « Pourtant, j'étais tombé à cinq blindes lors du Day 1A, puis j'ai eu un gros rush de cartes pour finir à 322 000. » Cet étudiant en psychologie, qui a dévouvert les cartes en jouant au poker fermé dans son enfance avant de se mettre au Hold'em il y a trois ans, a continué son ascension lors du Day 2. « J'ai fini avec 12 millions, le second tapis ». Puis Morgan s'est porté au sommet du chipcount aujourd'hui : il entamera la TF avec 26 200 000. « Forcément, j'ai beaucoup chatté, concède le Niçois. Quand j'étais derrière je suis passé devant, et quand j'avais les meilleures mains, elles ont tenu... J'ai aussi bénéficié des bons setups. » Qualifié sur Winamax.fr il y a deux mois, Morgan avait prévu de jouer ce SISMIX dans tous les cas : « J'aime la paella et la siesta ! Enfin, surtout la siesta... » Mais autant dire que vu le temps passé aux tables, Morgan n'a pas eu le temps de dormir, ni de faire la fête d'ailleurs : « Ah si, j'ai bu un jus d'ananas hier soir », rigole le jeune homme de 23 ans, dont le format de jeu préféré reste les Expresso sur Winamax, même s'il confie jouer un peu de tout, tant en live qu'online. Ce n'est pas sa première grosse finale en live : pour battre son highscore, il devra terminer au moins sixième (avec un tel stack, cela ne devrait être qu'une formalité). Pour cela, celui qui est venu à Lloret avec un ami d'enfance devra venir à bout de six joueurs, dont certains qu'il craint plus que d'autres : « Tim Hartmann à l'air très bon, et en plus il est Allemand ! J'aurai préféré qu'il soit Saoudien... Yves Sanchez me semble lui assez solide et agressif. » Une chose est sûre, Morgan Aceto fait figure de favori à l'entame de la partie.

Siège 7 :  Hayg Badem - Paris (Qualifié Winamax)
15,675 m. (52 BB)

Hayg Badem
Développeur web de métier, Hayg Badem a découvert le poker avec son frère il y a une quinzaine d’années, sans être sûr qu’ils connaissaient vraiment les règles à l’époque. C’est en 2012 qu’il a ouvert son premier compte online, passant à la vitesse supérieure dans l’apprentissage du jeu. Grand adepte du Deuce to Seven No Limit Single Draw, c’est dans cette variante favorisant l'agression qu’il obtient sa première victoire live à l’occasion du BPC Namur de 2015. L’année suivante, c’est sur internet qu’il signe ses meilleurs résultats, engrangeant près de 20 000 € en un mois. Hayg se souvient notamment d’un hero call avec King high à 4 joueurs restants sur l’XTRA, coup-clé l’ayant mis sur la voie de la victoire de ce même tournoi. Pour préparer cette nouvelle participation à un évènement live Winamax, Hayg s’était qualifié à trois reprises sur Internet (un record ? Peut-être bien), ce qui lui avait permis de re-entry le Day 1D après un Day 1A infructueux. Que ce soit sur les tables virtuelles ou en live, le membre de la communauté Wam Poker a d’ores et déjà signé sa plus belle performance. Pour cette table finale, il peut compter sur le soutien indéfectible de son frère, présent dans le rail pour l’encourager.

Les prix restants

Vainqueur : 120 000 €
Runner-up : 85 000 €
3e : 61 500 €
4e : 44 000 €
5e : 32 000 €
6e : 24 000 €
7e : 17 990 €

Le stream a débuté sur www.winamax.tv.

Tous les joueurs ITM sur le SISMIX