masquer le menu

Winamax SISMIX Costa Brava 2019 : l'Aftermovie

- 7 juin 2019 - Par PonceP

On conclut cette première édition de folie avec le résumé en quelques minutes d'une semaine de fiesta, de pool-parties, de musique, de délires et du plus gros tournoi 6-max de la planète dans un Aftermovie qui ne nous donne qu'une envie : revenir le plus vite possible !

Vidéo par Fred Heusse, Benjamin Aubray et Julien Giraud

[Vidéo] Le SISMIX en 140 secondes

- 27 mai 2019 - Par Benjo DiMeo

2 036 joueurs de poker rassemblés à Lloret de Mar, Espagne pour le plus gros tournoi 6-max du monde et une fête dont on va avoir bien du mal à se remettre : revivez le SISMIX Costa Brava en 140 secondes !
 


Vidéo par Fred Heusse, Benjamin Aubray et Julien Giraud

Le meilleur des deux mondes

- 27 mai 2019 - Par Flegmatic

Piscine

Comme le dit si bien le papa de nos festivals live Matthieu Duran, il existe chez Winamax deux marques live fortes, pour deux ambiances bien distinctes. D'un côté, le Winamax Poker Open, créé en premier, avec la volonté d'en faire une gigantesque colonies de vacances pour adultes, où l'on vient entre potes histoire de satisfaire sa soif de jetons et de pintes plus ou moins fraîches. De l'autre, le SISMIX, et sa chaude ambiance mélangeant pool parties, jeu short-handed et soirées enflammées.

Groupe Joueurs

Cette année, à Lloret de Mar, pour la toute première édition de celui que l'on a essayé tant bien que mal d'appeler Winamax SISMIX Costa Brava, c'est comme si ces deux univers avaient fusionné pour ne faire plus qu'un. Car en plus de la myriade de qualifiés de tous horizons, des habitués qui ne manqueraient l'un de nos live pour rien au monde, des pros et autres divers regs, d'Espagnols que l'on espérait presque plus nombreux, ont débarqué toute une cohorte de joueurs du sud et de l'ouest de la France, dont un certain nombre plus ou moins à l'arrache, tandis que d'autres se regroupaient par paquets de douze - on exagère à peine - dans d'immenses villas non loin de Lloret.

Salle Pleine

On s'attendait à une déferlante, on a eu un tsunami. On était préparés pour un orage, c'est un ouragan qui nous est tombé sur le coin du crâne. Mais trêve de métaphores. Pour cette édition 2019 plus que pour n'importe quelle autre, nous étions prévenus et nous vous avions prévenus : désormais, le SISMIX est un événement qui se prépare longtemps à l'avance. Comme le concert de cet artiste ou ce match de Champions League que vous attendez depuis des plombes et dont les places sont vendues en quelques minutes.

Croupiers

Alors oui, c'est paradoxal avec un festival hors Winamax Poker Tour qui n'a jamais été aussi près de chez vous. Oui, nous avons appris de nos atermoiements logistiques. Oui, on se pose d'ores et déjà une tonne de questions sur l'année prochaine. On a déjà battu une fois un record du monde, celui du plus gros tournoi en 6-max de l'histoire du poker. On peut le refaire, et on vous fait entièrement confiance pour nous y aider.

Bandas

Vous êtes une telle bande de barjots et de passionnés que l'on se doit de vous proposer le meilleur à chaque nouveau rendez-vous. Mais rassurez-vous, des fous dangereux et des esprits talentueux, il y en a aussi plus qu'assez dans nos rangs. Que les prochaines réunions se tiennent à Lloret, Dublin, Marrakech, Paris, Tombouctou ou Mazières-en-Gâtine au fond qu'importe : on sait que vous serez là, on sait qu'on donnera tout et on sait que ce sera bien. Nos vemos cabrones!

CarbonRH

Bulle

Romain Lewis Selfie
À venir : une ultime vidéo best-of. Jetez un oeil sur le fichier des gagnants des tournois annexes pour découvrir les visages de tous ces gagnants que nous n'avons pas eu le temps d'évoquer cette semaine. Et rendez-vous sur notre chaîne Youtube pour le replay de toutes les tables télé de la semaine, y compris celle de la finale.

De la part de tout le staff Winamax et du Gran Casino Costa Brava, merci à tous pour votre enthousiasme et à très bientôt !

Benjo, Flegmatic, Chriis, Rootsah, PonceP, Álex et Manuel
Photos par Caroline Darcourt

Tim Hartmann remporte le SISMIX Costa Brava

- 27 mai 2019 - Par Benjo DiMeo

Tim Hartmann
"J'ai passé la semaine à vous parler en français, en espagnol, en anglais aussi. Au final, je remets le titre à... un joueur allemand." L'ironie de la situation n'a pas échappé à Matthieu Duran, notre big boss du live. Notre toute première excursion en terres espagnoles s'adressait à cette cohorte de nouveaux joueurs ayant découvert Winamax au cours des dix derniers mois, ainsi qu'à nos fidèles francophones. En définitive, le titre s'échappe vers Brême, Basse-Saxe. L'école allemande, qui fait tant de dégâts sur le circuit Highroller depuis tant d'années, frappe sur notre "petit" festival low-cost. Est-ce si surprenant ? Après tout, ce premier SISMIX Costa Brava est officiellement le plus gros tournoi de poker 6-max du monde, autrement dit un tournoi favorisant des joueurs agressifs mais à la tête froide, calculateurs mais capables de moves gonflés.

Finalistes SISMIX
Dès le départ de l'ultime journée du tournoi, Tim Hartmann faisait figure de favori : il avait terminé le Day 2 au poste de chip-leader parmi les 20 joueurs restants d'un tournoi en ayant compté 2 036. Arrivé en table finale en ayant maintenu son tapis, il a vaincu une table finale aux profils variés. L'enthousiasme du barman hollandais Jeffrey Van Den Heuvel. La fougue juvénile de Morgan Aceto, le grinder pas farouche, et de Leandry Ainonkpo, étudiant en médecine plein de confiance. La sérénité de Hayg Badem, favori des forums francophones, dont la fidelité à nos tournois live fut récompensée par une grosse finale, et son meilleur résultat après des années de deep runs. Et enfin, la témérité d'Yves Sanchez, le dernier amateur du tournoi, qui a crânement tenté sa chance face à un adversaire plus expérimenté que lui.

Tim Hartmann
Tim avait débuté la finale avec le second tapis. Mais très vite, des difficultés sont apparues : "La finale est arrivée très rapidement, et comme je n'avais pas joué de gros pots, je suis arrivé avec 20 millions [67BB]. Il y a eu des joueurs shortstacks tout le long, et quand j'étais parmi les chipleaders au départ de la TF, ce n'était pas évident à gérer, d'autant que je ne touchais pas un board, et que mes bluffs ne passaient pas. En plus, j'avais le chipleader à ma gauche, ce n'était pas facile. Et quand je suis passé shortstack, je ne pouvais pas faire n'importe quoi, à cause des écarts de prix dans le payout. Après j'ai gagné deux flips, et ça s'est décanté."

Tim Hartmann
Tim a finalement atteint le heads up contre Yves Sanchez avec un désavantage en jetons de 2 contre 3, mais a su faire parler son skill pour renverser la vapeur : "J'étais très confiant concernant mon jeu en heads up, je savais que j'étais solide, c'est ça qui a fait la différence. Je voulais absolument repartir avec les 100 000 €." Au bout du compte, Tim, qui s'était assuré un gain de 80 782 €, empoche les 20 000 € alloués au vainqueur, et encaisse un total de 100 782 € sur ce tournoi. Tout juste suffisant pour améliorer son meilleur score en live, signé sur un tournoi à Dublin en 2012. Mission accomplie donc pour celui dont la présence au SISMIX était dûe à un satellite remporté sur Winamax dès sa première tentative. Tim n'en revenait pas d'avoir gagné le SISMIX, et pas n'importe lequel. "On est toujours content quand on gagne un tournoi, mais je ne réalise pas encore que j'ai gagné le plus gros 6-Max de l'histoire du poker. D'ailleurs, c'était mon premier tournoi live dans ce format, et je trouve ça fun, il y a beaucoup d'action."

Tim Hartmann
A ce titre, il ne faut pas s'attendre à croiser Tim sur de plus gros tournois dans les prochains mois : "Je vais simplement profiter de cet argent, et boire des coups ! Pour moi, le poker est juste un hobby, je reste un amateur passionné. Je ne sais pas vraiment de quoi l'avenir sera fait..." Tim Hartmann s'impose en tout cas comme un digne représentant de la brillante école du poker allemand, qui rafle tout sur son passage depuis des années : "Franchement, je ne peux pas l'expliquer. Vraiment, je ne sais pas pourquoi nous avons autant de résultats..."

SISMIX Costa Brava - Résultats
2 036 joueurs - Dotation 895 840 €

Tim Hartmann
Vainqueur : Tim Hartmann
(Qualifié Winamax, Allemagne) 100 782 € après deal

Runner-up : Yves Sanchez (France) 84 934 € après deal
3e : Morgan Aceto (France, Qualifié Winamax) 80 782 € après deal
4e : Hayg Badem (France, Qualifié Winamax, France) 44 000 €
5e : Landry Ainonkpo (France, Qualifié Winamax, France) 32 000 €
6 : Jeffrey Van Den Heuvel (Pays-Bas) 24 000 €
7e : Alexandre Fradin (France) 17 990 €

Tous les joueurs primés sur le Main Event
Tous les joueurs primés sur les Side Events

Rootsah & Benjo

Tim Hartmann

Sanchez et sans reproche

- 27 mai 2019 - Par Benjo DiMeo

L'amateur Yves Sanchez éliminé en seconde place (84 934 €)
Main Event 500 € (Day 3)


Yves Sanchez
"Il était meilleur que moi." Au sortir de l'ultime duel du SISMIX, Yves Sanchez est resté lucide. L'amateur avait été logiquement surclassé par un joueur allemand plus affuté que lui. Mais tout de même : il aura fallu à Tim Hartmann 75 minutes de mano a mano pour se débarasser de son dernier adversaire, au cours desquelles Sanchez était parvenu à reprendre la tête, et c'est un bad beat qui a provoqué la fin brutale de la partie, et par la même occasion du SISMIX.
 



Cette dernière main est on ne peut plus simple à raconter : Hartmann open-shove au bouton avec son énorme tas de jetons. Sanchez paie avec ses dernier 25 millions (20 BB). Avec sa paire de 7, il est devant la paire de 3 de Hartmann.

Un flop 2510 est retourné. Hartmann possède le 3 de pique ! Le turn 4 lui rajoute quelques chances supplémentaires.

La rivière n'est ni un pique, ni un 3 mais un As rouge : Tim Hartmann a trouvé la quinte, le SISMIX Costa Brava est terminé !

Yves Sanchez
"Qu'est-ce qu'il se passe, maintenant ?" Ce qu'il se passe, c'est qu'un amateur de 60 venu de Perpignan va collecter 84 934 €. Pas de regrets chez Yves Sanchez, en tout cas pas beaucoup. "J'aurais préféré gagner, mais je suis très content." Yves est un joueur de poker de longue date, mais ce n'est qu'il y a une dizaine d'années qu'il a découvert le Texas Hold'em, après avoir été toute sa vie d'adulte un amateur du bon vieux poker fermé d'antant. Le SISMIX lui a particulièrement plu en raison de son format : "Jouer à 6 par table, c'est tellement mieux ! On s'engage dans plus de coups, ça convient bien à mon style. Je ne suis pas un bon joueur : je fais confiance à mes instincts." Un joueur old-school, donc, qui mais qui a plongé avec plaisir dans un format moderne qu'il ne connaissait pas jusque-là, payant des bluffs, tentant des moves, jouant à sa manière face aux petits génies de la stratégie formés sur le Net.

Le chef d'entreprise (import-export de fruits et légumes entre la France et l'Espagne) sera de retour rapidement : "J'ai un rendez-vous dès demain !" Et que va t-il faire de tout ce pognon ? "Je vais commencer par acheter mon ticket pour la prochaine édition." On sera là ! En tout cas on l'espère.