masquer le menu

Il a plané haut, très haut

- 29 avril 2018 - Par Benjo DiMeo

Guillaume "volatile38" Diaz remporte l'EPT National de Monte Carlo devant 1 500 inscrits
La plus belle victoire de la carrière du Grenoblois, quatre ans après son premier titre en live


Guillaume Diaz
Quatre ans qu'il l'attendait. Quatre ans qu'il courrait après cette adrénaline que tous les joueurs de poker recherchent, et que seule peut procurer une première place. Quatre ans à se remettre en question, à travailler sans relâche, à garder la tête dans le guidon pour s'améliorer, encore et encore, pour perfectionner sa stratégie, son mental, sa préparation. Quatre ans à s'entraîner et gagner en ligne, y compris à 30 000 mètres d'altitude. Quatre ans à engranger régulièrement des résultats certes beaux, des résultats certes lucratifs, des résultats qui rythment et entretiennent le train de vie de tout pro du poker, des résultats qui valent leur pesant de "VGG" par SMS ou sur Facebook, mais des résultats forcément frustrants, n'occasionnant pas de belle photo finale ni de trophée à poser sur l'étagère : qui d'une deuxième place sur un World Poker Tour à Paris, qui de finales achevées trop tôt à Las Vegas, Macao ou Amsterdam, qui d'un podium sur le Winamax Poker Open de Dublin. Au poker, les deep runs permettent de survivre : ce sont les victoires qui nous font vivre.

Ce soir à Monte Carlo, en remportant le monumental EPT National devant 1 500 inscrits, Guillaume Diaz a mis un terme à une frustration qui courait depuis janvier 2014, date de sa dernière victoire en live et de son entrée dans le Team Winamax. Le petit volatile de jadis a grandi : qu'il semble loin, le temps où le jeune grinder arrachait sa place dans l'équipe en remportant le concours Top Shark, opération de recrutement annuelle de Winamax, et enchaînait immédiatement en gagnant un side-event sur l'EPT Deauville, son premier déplacement avec ses nouveaux coéquipiers. Entre temps, le caractère, la bonne nature et le talent de Guillaume ont assuré sa pérennité au sein du Team, et c'est comme un seul homme que ses coéquipiers ont célébré la victoire de leur frère d'armes ce soir, lui assurant à quelle point cette victoire à 250 000 euros était méritée.

Guillaume Diaz
Méritée ? Un terme qu'il est toujours risqué d'employer quand on parle de poker, Guillaume le sait aussi bien que les autres. "C'est dur de parler de mérite.Tout le Team méritait de gagner ce tournoi, pourquoi moi et pas un ValueMerguez, par exemple ? Il joue le meilleur poker de sa vie en ce moment. Et Gaëlle ? Quand il reste 20 joueurs, on à la même tapis, elle aurait pu être à ma place. Mais elle n'a rien pu faire avec les cartes qu'elle a eues."

Guillaume Diaz
Dans les bras de Gaëlle Baumann, éliminée en dixième place aujourd'hui


Les cartes, parlons-en justement. En trois journées ayant défilé à une vitesse folle, Guillaume a joué assez de coups poker énormes et rocambolesques pour remplir une année entière sur le circuit. C'est comme si les Dieux du poker qui nous regardent depuis là-haut avaient décidé de lui offrir un parcours sur mesure pour lui faire oublier les quatre dernières années, et maximiser son bonheur. Inscrit pour la troisième fois à un tournoi offrant trois journées de départ et deux fois plus de chances de participer, Guillaume s'était retrouvé à tapis dès la première main, avec une paire de Valets jouée préflop pour trente blindes. Si un tournoi de poker est un film, alors le film de Guillaume Diaz a débuté par un rebondissement improbable : d'entrée de jeu, ces Valets ont réussi à gagner contre deux As. Un signe annonciateur de ce qui allait suivre : des grosses mains en pagaille, des éliminations à la chaîne, non pas un carré, ni deux carrés, mais trois, un gros coin-flip en fin de Day 2 pour se sauver, une séquence ahurissante en demi-finales qui l'a vu éliminer quatre joueurs en succession... Nous ne vous ferons pas la liste de toutes les mains gagnées par Volatile38 depuis trois jours : les articles ci-dessous sont là pour ça, et ces confrontations que l'on appelle communément des "setup" ne suffisent pas à résumer le travail qu'a du accomplir Guillaume pour rempoter la plus belle victoire de sa carrière.

Guillaume Diaz
"La chance est la rencontre de la préparation et d'une opportunité", dit le célèbre proverbe. Prêt, Guillaume Diaz l'était, s'engageant dans ce tournoi immédiatement après le séminaire annuel du Team Winamax organisé à quelques dizaines de kilomètres de Monte Carlo. Trois jours "au vert" à faire du sport et discuter théorie avec les coéquipiers. Trois jours à se ressourcer en groupe, à "construire un collectif", trois jours à poursuivre la réflexion qui anime le groupe le reste de l'année : comment progresser ? Comment gagner encore un peu d'avance sur le reste de la compétition ? Comment minimiser le facteur chance ? Car si il n'était question que de chance, vous ne seriez pas en train de lire ces lignes. Si Guillaume a soulevé le trophée ce soir, c'est aussi grâce à ses gros bluffs, ses prises de risque, ses gros folds aussi, l'intense pression qu'il a fait subir à ses adversaires lorsqu'il avait des jetons, sa patience infinie dans les moments de creux. Toutes les choses que le travail, et non la chance, sont en mesure d'apporter à un joueur.

Architecte de ce grand rendez-vous annuel, le coach Stéphane Matheu savourait l'instant tout autant que son poulain, appréciant une nouvelle réussite post-séminaire. "En 2014, Davidi a gagné le SISMIX tout de suite après, et a ramené un bracelet de Vegas. En 2016, LeVietF0u allait en finale sur l'EPT Monte Carlo, et l'année dernière, c'était encore Davidi qui allait en finale sur le Rocher. Il y a toujours une part de chance, mais j'aime à penser que le Team sort toujours gonflé à bloc du séminaire !"

Guillaume Diaz
"C'est une sensation kiffante, la plus kiffante", nous confiait Guillaume à chaud, alors que l'excitation de la victoire était loin d'être retombée. "Ca n'arrive pas souvent, et dans mon cas ça faisait longtemps, je commençais à en avoir un peu marre ! Mais je ne peux même pas me plaindre : quatre ans, en termes de tournois live, ça ne représente pas grand chose. Une victoire, ça dépend forcément du run, et là, j'ai eu toutes les cartes que je voulais. Forcément, c'est agréable."

"Hier, sur le Day 2, j'ai vraiment cru que j'allais me faire éliminer tout à la fin, sur le coin flip. J'étais trop excité, la journée avait été folle. Aujourd'hui, je suis arrivé en confiance. J'avais bien analysé mes adversaires, je sentais que je pouvais faire quelque chose. En finale, quand le joueur Italien a pris le contrôle, je me disais que la deuxième place était possible. Puis j'ai doublé deux fois contre lui au retour du dîner : il a joué trop agressif, et derrière il a pris un coup au moral pour la première fois, je me suis autorisé à me voir finir gagnant. A trois joueurs restants, j'étais 'dans la zone', comme disent les sportifs."

"Le rôle de Stéphane dans tout ça est crucial. Il te parle en permanence, il t'aide à te calmer, il t'aide à clarifier ce que tu penses, il te fait te poser les bonnes questions. S'il n'était pas là, j'aurais sans doute beaucoup plus de mal !"

Guillaume Diaz
Guillaume retrouvera dès dimanche le chemin des tables de poker, pour participer au Day 1B du Main Event. Recommencer à zéro dès le lendemain de la plus victoire de sa carrière, n'est-ce pas un peu absurde ? La réponse est catégorique : "Non, pas depuis que je vois le circuit comme un long travail ininterrompu. On travaille toute l'année pour être capable de rejouer et se remotiver après avoir perdu cinq tournois de suite : on doit pouvoir être capable de jouer au lendemain d'une victoire, non ? [rires]. En tout cas, je préfère la seconde situation à la première !"

Et puis, au vu de la forme actuelle du Team Winamax, déjà gagnant à Paris en mars via Ivan Deyra, puis à Barcelone en avril via Davidi Kitai, on aurait tort d'en vouloir à nos pros de battre le fer tant qu'il est chaud...

Benjo

Et un freeroll à 30 000 $ en bonus !

Guillaume Diaz
Cerise sur le gâteau de cette victoire à 250 000 euros : en remportant cet EPT National, Guillaume a gagné au passage un "Platinum Pass" pour la PCA 2019, offert par l'organisateur PokerStars. Le Platinum Pass, c'est un ticket d'une valeur de 30 000$ (tournois + frais annexes) pour le monumental Highroller que PS organisera en janvier prochain aux Bahamas. Encline à mettre le paquet face à l'emergence de la concurrence de Party Poker, la marque au pique rouge à garanti 8 millions de dollars sur cette épreuve à 25K$, et ajoute de sa poche 1 million pour le vainqueur ! Au total, 300 Platinum Pass seront distribués tout au long de 2018, pour moitié à des vainqueurs de tournoi, pour moitié... au hasard ! Ainsi, sur cet EPT National Monégasque, un tirage au sort a été effectué en début de Day 2, sous la forme d'un flip géant. Devinez qui a terminé en seconde place de cette loterie, pour un gain de zéro ? Un certain Frederico Petruzzelli. Décidément...

Revivez la victoire de Guillaume : tous nos articles sur l'EPT National Monte Carlo

Les mouches n'ont pas changé d'âne

- 29 avril 2018 - Par Benjo DiMeo

Frederico Petruzzelli éliminé en seconde place (143 000 €)
Guillaume Diaz avait décidément toute la baraka de son côté
Event #3 - EPT National 1 100 € (Day 3 et Finale)


Deal ?
Pendant un instant, un deal a semblé possible entre les deux derniers joueurs de l'EPT National. Cette entente cordiale serait arrivée comme une conclusion logique à une finale disputée sur un ton amical et enjoué, avec plus de blagues et fous rires que la moyenne habituelle. Mais après une brève discussion, que les deux joueurs souhaitaient avoir, l'idée a rapidement été abandonnée. Le directeur du tournoi Toby Stone a montré aux deux joueurs ce que donnerait un partage des gains au pro rata des jetons : c'est là que Frederico Petruzzelli a mis fin à la négociation. Sans animosité aucune : simplement, l'Italien estimait, probablement à raison, qu'il n'avait pas assez de jetons pour parvenir à un arrangement pouvant satisfaire à la fois lui et Guillaume Diaz.

Heads Up
Alors le dernier duel a commencé. Frederico s'est jeté tout entier dans la bataille, poussant à fond ses tendances naturelles à l'agression. Sur le premier gros pot du duel, il parvient à faire douter Guillaume sur la rivière : le pro du Team Winamax abandonne sa main sans payer pour voir un showdown. L'Italien remonte, un peu. Tout est encore possible.

Frederico Petruzzelli
Jusqu'à cette main, jouée à vitesse grand V, à l'image de la finale, à l'image de la journée : relance à 650,000 au bouton, 3-bet à 2,2 millions chez Guillaume, click-back à 4,8 millions chez Frederico, snap-shove, snap-call, les jeux sont retournés, le public s'avance tout entier pour ne rien rater :

99 chez Guillaume,
AQ chez Frederico.

Le proverbial coin-flip d'une vie ! Et même si l'auteur de ces lignes sait que rien n'est jamais joué d'avance, le déroulement des trois derniers jours ne me laissait envisager qu'un seul scénario possible. Un scénario où le croupier retournait le dernier tableau du tournoi. Un tableau du genre... 1010783.

Victoire
Ainsi se terminait l'EPT National de Monte Carlo : l'expérimenté et agressif joueur de cash-game Frederico Petruzzelli, stacké, dit-on coulisses, par quelques sharks Italiens, s'inclinait en seconde place face à un Guillaume Diaz intouchable de bout en bout, remportant sa première victoire en live depuis 2015, et de loin la plus belle victoire de sa carrière.

Hug
A venir : le compte-rendu de la belle victoire de Guillaume !

Il aura chèrement vendu sa peau

- 28 avril 2018 - Par Benjo DiMeo

Adbullatif Attia achève son combat de short-stack ninja en troisième place (100 000 €)
Event #3 - EPT National 1 100 € (Day 3 et Finale)


Abdullatif
Il n'était pas le finaliste avec la stratégie la plus flamboyante. Ses prises de risques furent peu nombreuses. Son tapis a rarement dépassé les dix blindes. Mais ce n'est pas pour rien si une partie du rail Français massé derrière la table était venue pour lui : Abdullatif Attia a mené un impressionnant combat de short-stack tout au long de la finale, avec le sourire et une énergie communicatives, ne cessant de se tourner vers ses supporters pour plaisanter.

Partant peu, mais partant bien à tapis - les rares fois où on l'a payé, il a réussi à doubler - l'amateur originaire de Nancy a survécu tellement longtemps avec peu de jetons qu'il a fini par en rigoler lui-même. "Mais c'est pas possible ! Quand est-ce qu'ils m'achever ?"

Au final, c'est Guillaume Diaz qui se chargera de la chose, trouvant une paire de 6 au moment où Abdullatif avait envoyé ses jetons avec K2. Un 6 tombera dès le flop, témoignage, si besoin était d'en faire la preuve, de la qualité du run de Guillaume sur cette épreuve.

L'amateur signe là sa plus belle performance sur un tournoi live avec une troisième place valant 100 000 beaux euros. Jusqu'à ce soir, son meilleur score était une place de runner-up sur un tournoi à 170 € l'entrée !

Abdullatif


Abdullatif
Le heads-up final de l'EPT National opposera donc un Guillaume Diaz en position archi-dominante sur Frederico Petruzzelli, avec 35,55 millions de tapis contre 9,45 millions chez l'Italien ! La partie va reprendre aux blindes 150 000/300 000.

En jeu : 250 000 euros pour le vainqueur, et un sacré bonus : un "Platinum Pass" d'une valeur de 30 000 $ pour aller disputer le méga High Roller à 9 millions de dollars des Bahamas en janvier 2019 !

La Main de Dieu !

- 28 avril 2018 - Par Benjo DiMeo

Volatile38 élimine Danilo Cangianiello sur un coup d'une autre planète
Event #3 - EPT National 1 100 € (Day 3 et Finale)


Maradona
Il joue bien, il joue aussi bien qu'il a jamais joué de sa vie, et en plus... Il chatte. Comme un goret. Comme un mutant. Comme un Maradona en quart de finale du Mundial 1986, Guillaume Diaz vient d'être touché par la Mano de Dios. Cette main Divine qui vous envoie une rivière depuis le ciel pour vous permettre de remporter un gros pot, un de plus, et d'éliminer un adversaire à quatre joueurs restants de l'un des plus gros tournois de l'EPT Monte Carlo.

Dans les faits, le coup que Volatile38 a joué pour éliminer le sympathique Danilo Cangianiello est tout ce qu'il y a de plus classique. L'Italien a trouvé deux Rois au moment où Guillaume trouvait As-Roi : personne ne sera surpris en apprenant que les 5 millions (20BB) de Danilo sont partis au milieu, et que Guillaume était de la partie.

Non, ce que l'on retiendra, c'est le déroulé du board par le croupier. L'excitation dans le public Français massé en nombre derrière la table est montée crescendo. Jusqu'à cette incroyable rivière :

La Main de Dieu


Carré


Carré
Incroyablement, il ne s'agit même pas du premier carré de 5 trouvé par Guillaume aujourd'hui : en début d'après-midi, il éliminait Victor Ilyukhin avec une pocket paire de 5 qui faisait brelan au flop et trouvait le dernier 5 rivière !

Danilo
On tire un gros coup de chapeau à Danilo Cangianiello, qui a pris le bad-beat avec classe. "Irréel, irréel", a t-il répété en souriant avant de se diriger vers la caisse pour collecter son gain de 74 120 euros.

Guillaume Diaz est plus que jamais chip-leader, il n'a plus que deux adversaires à battre, et avec une telle combinaison de forme et de talent, on se demande comment Adbullatif Attia et Frederico Petruzzelli vont bien pouvoir remonter.

Les prix restants

Vainqueur  250 000 €
2e 143 000 €
3e 100 000 €

Mrakes, le bat blesse

- 28 avril 2018 - Par Benjo DiMeo

Event #3 - EPT National 1 100 € (Day 3 et Finale)

Michael Mrakes
Michal Mrakes était l'un des meilleurs joueurs de cette finale. Je dis "étais", car le Tchèque vient de sauter en cinquième place. Son retour de pause-dîner avait pourtant bien débuté, avec l'élimination d'Abraham Passet d'entrée de jeu. Las : l'heure qui suivit ne fut qu'on long "degrind" avec nombre de pots perdus pré ou postflop. Aux blindes 100,000/200,000, cela ne pardonne pas.

Au moment de jouer sa dernière main, Michal était favori avec As-Dame contre le As-9 de Frederico Petruzzelli. Après un flop 10-8-Valet, sa domination n'était plus si certaine. Un 10 a laissé entrevoir un frustrant split, mais la rivière 7 fut encore pire : Petruzzelli était passé devant.

Michael Mrakes
Michal Mrakes est éliminé en cinquième place : il remporte 57 840 €, quatre mois après sa troisième place sur l'EPT Prague.




 

Le plus gros pot du tournoi !

- 28 avril 2018 - Par Benjo DiMeo

Il reste cinq joueurs et le nouveau chip-leader s'appelle Guillaume Diaz
Volatile38 a joué, et gagné le plus gros pot du tournoi face à Federico Petruzzelli
Event #3 - EPT National 1 100 € (Day 3 et Finale)


Guillaume Diaz
La proverbiale vapeur s'est complètement renversée au cours des trente minutes qui ont suivi la pause-dîner ! En difficulté avec moins de 30BB, Guillaume Diaz a doublé son tapis à deux reprises en l'espace de dix coups, les deux fois sur le désormais ex-chip-leader Frederico Petruzzelli. La casquette de capitaine de la table est désormais portée par Guillaume !

Il faut dire que l'Italien s'est peut-être montré un poil trop agressif. Enfin, on vous laisse juges :

#1
Frederico ouvre au bouton. De grosse blinde, Guillaume fait tapis (26BB) avec AJ. L'Italien paie avec Roi-Dame ! Le flop apporte un Roi de pique, puis un 9 de pique, puis un 8 de pique. Double-up sans souffrir ! Maintenant en possession de 11 millions, Volatile va maintenant pouvoir jouer un vrai gros pot contre Frederico...

#2
Guillaume est UGT et ouvre à 500,000. De grosse blinde, Frederico 3-bet pour 1,8 million. Guillaume marque un temps de pause et paie.

Flop 722. On ne peut plus dry ! Cela ne va pas empêcher le coup de s'emballer méchamment. Frederico va envoyer 3 barrels successifs : 1,5 million au flop, puis 2,6 millions sur le turn 10, puis enfin tapis sur la rivière K. Cette ultime mise ne pouvait pas être payée plus vite par Guillaume, et pour cause, il avait floppé le full max avec sa pocket paire de 7 ! Comme le coup est à tapis, Frederico est obligé de montrer sa main : il retourne piteusement... J8 ! Guillaume aurait pu avoir hauteur As que ça aurait été pareil. (Bon, il aurait peut-être pas payé, ce qui change quand même à peu près tout.)

Avec cette main incroyable (une de plus !), Guillaume se propulse à 22 millions, la moitié des jetons de la table alors qu'il ne lui reste plus que quatre adversaires à battre ! Pendant ce temps, Frederico est défait avec moins de 7 millions restants.

Abraham Passet
Au retour de la pause-dîner, Abraham Passet a perdu le flip fatal contre Michal Mrakes (88 < As-Roi). Il se contente donc de la sixième place, bonne pour 4 000 €

6 joueurs restants : l'ICM est Roi

- 28 avril 2018 - Par Benjo DiMeo

3 éliminations en 3 heures de finale
Guillaume Diaz reste stable
L'Italien Frederico Petruzzelli possède 50% des jetons !
Event #3 - EPT National 1 100 € (Day 3 et Finale)


Après trois heures de finale, les joueurs se sont vus accorder une pause de 75 minutes. Ils sont six à bénéficier de ce dinner-break : nous avons perdu trois joueurs. De fait, il aura fallu attendre un peu avant de pouvoir observer de l'action : ce n'est qu'au bout de deux heures que la première élimination de la finale s'est produite.

Sorin Sufragiu
Hier soir, Sorin Sufragiu m'avait demandé de le prendre en photo. "C'est mon premier gros tournoi", m'expliqua t-il dans un excellent Français, et il est vrai que son excitation était palpable et faisait plaisir à voir. Aujourd'hui, durant les pauses, je l'ai tour à tour vu demander un selfie à Gaëlle Baumann puis Davidi Kitai. Appliquant une stratégie serrée et sérieuse, le Roumain a joué son dernier coup en mode short-stack avec la main préférée du Davidi sus-cité : Q9. Fréderico Petruzzelli le paie avec J-9, et le board tombe Roi-Valet-Dame-10-6, offrant une qiunte à l'Italien.

Giuseppe La Guardia
Un peu plus tard Giuseppe La Guardia opte pour un bizarre 4-bet all-in sans véritable fold equity avec QJ : Frederico Petruzzeli (encore lui) avait 3-bet avec une main légitime, As-Roi, et n'est pas fait prier pour payer. Le board Roi-Roi-9-Dame-2 laisse les positions en l'état.

Danilo Cangianiello
Enfin, juste avant le dîner, au tour du joueur le plus connu de la table de s'incliner. Discret en finale, le légendaire gamer Randy "nanoko" Lew a engagé ses derniers jetons avec As-Roi après une relance de Michal Mrakes. Derrière, Danilo Cangianiello (photo), qui couvre Randy mais pas Michal, annonce tapis. Michal se tâte et finit par payer. Il montre deux Valets : la pointure du dessus par rapport à Danilo, qui retourne deux 10. Strike en vue ? Non : Danilo floppe un 10 ! L'Italien à l'enthousiasme communicatif triple son tapis et prend la pose avec Randy, tandis que Michael prend le pot extérieur.

Danilo Cangianiello
Randy Lew et Danilo Cangianiello


Guillaume Diaz
Vous aurez remarqué qu'il manque quelqu'un dans ce résumé : Guillaume Diaz. Notre Team Pro n'à hélas que trop peu joué durant ces trois heures. En fin de niveau, Volatile a bien failli jouer un coup à tapis, lorsque le survivant Abdullatif Attia (toujours short-stack, toujours vaillant) a envoyé directement all-in pour 4 millions après une ouverture à 500 de Guillaume. Ce dernier s'est longuement tâté, tentant la résolution par le dialogue ("Tu as envie de te faire payer ? Je suis sûr qu'on à la même main...") avant d'abandonner, montrant un As. Il était très probablement derrière : Abdullatif a montré As-Roi.

Voici les positions à six joueurs restants : avec un chip-leader Italien possédant 50% des jetons, un short-stack à 16BB, et des prix restants allant de 44 000 à 250 000 €, la notion d'ICM n'a jamais été aussi importante. Probablement que plusieurs des finalistes sont en train de passer le dîner devant une calculatrice...

Siège 1 : Abdullatif Attia (France) 5 725 000 (+2 250 000)
Siège 2 : Michal Mrakes (Rep. Tchèque) 4 300 000 (- 3 200 000)
Siège 4 : Abraham Passet (Allemagne) 3 175 000 (- 125 000)
Siège 6 : Federico Petruzzelli (Italie) 22 025 000 (+ 13 025 000)
Siège 8 : Danilo Cangianiello (Italie) 4 650 000 (+ 2 650 000)
Siège 9 : Guillaume Diaz (France, Team Winamax) 5 125 000 (- 1 875 000)

Blindes 100 000 / 200 000

7e : Randy Lew (USA) 33 740 €
8e : Giuseppe La Guardia (Italie) 24 620 €
9e : Sorin Sufragiu (Roumanie) 18 910 €

Les prix

Vainqueur  250 000 €
2e 143 000 €
3e 100 000 €
4e 74 120 €
5e 57 840 €
6e 44 000 €

Federico Petruzzelli
Frederico Petruzzelli possède 50% des jetons !

La finale a débuté !

- 28 avril 2018 - Par Benjo DiMeo

Event #3 - EPT National 1 100 € (Day 3 et Finale)

Finale National
Cinq minutes après l'élimination de Gaëlle Baumann débutait déjà la table finale de l'EPT National, sans véritable pause pour laisser le temps aux couvreurs de recenser les joueurs et compter les tapis. La finale est donc en cours depuis une quarantaine de minutes au moment où je publie les infos suivantes, je me suis permis de mettre à jour les tapis pour tenir compte de ce qu'il s'était passé depuis le début de la finale (c'est à dire pas grand chose, à part le double up rapide du short-stack officiel de la TF, le Français Adbullatif Attia)

Siège 1 : Abdullatif Attia (France) 3 500 000
Siège 2 : Michal Mrakes (Rep. Tchèque) 7 500 000
Siège 3 : Randy Lew (USA) 4 400 000
Siège 4 : Abraham Passet (Allemagne) 3 300 000
Siège 5 : Giuseppe La Guardia (Italie) 2 900 000
Siège 6 : Federico Petruzzelli (Italie) 9 000 000
Siège 7 : Sorin Sufragiu (Roumanie) 1 500 000
Siège 8 : Danilo Cangianiello (Italie) 2 000 000
Siège 9 : Guillaume Diaz (France, Team Winamax) 7 000 000

Blindes : 50 000 / 100 000, BB Ante 100 000

Les prix

Vainqueur  250 000 €
2e 143 000 €
3e 100 000 €
4e 74 120 €
5e 57 840 €
6e 44 000 €
7e 33 740 €
8e 24 620 €
9e 18 910 €

Gaëlle n'ira pas en finale

- 28 avril 2018 - Par Benjo DiMeo

O RLY éliminée en 10e place (15 830 euros)
Event #3 - EPT National 1 100 € (Day 3 et Finale)


Gaëlle Baumann
Il ne reste plus que cinq joueurs par table (dix au total) lorsque Gaëlle Baumann se retrouve à tapis avant le flop. O RLY a appuyé sur la gâchette à la position du bouton, poussant 1,3 million (16BB) avec A6 après une relance au cut-off de Michal Mrakes. Ce dernier, que l'on avait croisé en finale de l'EPT Prague en décembre dernier (3e pour 332 000 €), n'hésitera pas longtemps avant de payer avec As-9.

Gaëlle Baumann
Aucune des cinq cartes du board ne viendra sauvra Gaëlle, qui se voit donc privée de table finale : son élimination en 10e place de l'EPT National lui rapporte tout de même 15 830 euros de prix.

Gaëlle Baumann
Là où Guillaume Diaz fut omniprésent durant les trois premières heures du Day 3, Gaëlle n'a guère eu d'autre choix que de rester en retrait, ses tentatives de rentrer dans le jeu rencontrant à chaque fois de la résistance. "C'était pas mon jour : j'ai déchatté mes spots, on m'a montré les nuts, mes squeezes sont pas passés, j'ai perdu plein de petits pots..." Bref, une longue agonie, mais qui ne doit pas faire oublier les deux journées précédentes de l'épreuve, où Gaëlle s'est régulièrement montrée dominatrice. De bonne augure pour le Main Event !

Samy Boutaleb
Auparavant, on avait perdu le sympathique Samuy Boutaleb, régulier du casino de St-Amand, en 11e place (15 830 € aussi)

Je crois que nous avons affaire à un serial killer

- 28 avril 2018 - Par Benjo DiMeo

Volatile38 franchit le mur du son en éliminant quatre joueurs consécutifs !
Chip-leader à 12 joueurs restants !
Gaëlle dans la zone orange avec 22 BB
Event #3 - EPT National 1 100 € (Day 3 et Finale)


Gaelle et Guillaume
Les deux premières heures de la journée sont derrière nous et elles n'ont été l'histoire que d'un seul joueur : Guillaume Diaz. Après le passage aux deux dernières tables (provoqué par les éliminations des Français Jacques Der Megreditchian et Fred Weiss en 18e et 17e place, respectivement), Volatile38 a tout simplement passé l'heure suivante à éliminer des joueurs. Méthodiquement, sans bavures, avec sang-froid, Guillaume a fait chuter lui-même le compteur de 16 à 12 joueurs, sans laisser une miette à ses adversaires qui, à ce stade, sont peut-être en train de prier afin d'être épargnés par le serial killer Français.

On récapitule les quatre coups de fusil de Volatar observés au cours des soixantes dernières minutes :

Carré !
Merci à O RLY pour la photo


Guillaume floppe un brelan de 5 sur Q59 contre trois joueurs : l'un d'entre eux, l'Anglais Victor Ilyukhin, check/raise à tapis avec 86. Turn : K. Rivière : 5 pour le carré !

Guillaume Diaz
Peu après, le Roumain Ionut Laurentiu Trifu est all-in préflop avec As-Dame : la paire de 10 de Guillaume reste en tête.

Même pas dix minutes plus tard, un joueur dont le nom m'a échappé (tellement l'action est rapide) est all-in préflop avec A3, pas de taille face à Guillaume qui a trouvé... Les Rois !

MAIN SUIVANTE, si si : Guillaume ouvre une paire de Dames et relance. Son voisin de droite se nomme Dragos Trofimov et 3-bet. Alors que les tables se vident (la pause vient de retentir), la parole revient à Guillaume qui ne voit aucun intérêt à 4-bet contre un joueur ayant 45BB. C'est simplement payé. Flop J1010. Guillaume checke, mais c'est pour mieux relancer à 755,000 après le c-bet de Dragos. Le coup n'en reste pas là : Dragos paie, le turn est un 6, et Guillaume réfléchit longuement avant de checker. Dragos marque un temps d'arrêt, puis dit "all-in."

Guillaume Diaz
La réfléxion de Guillaume va durer 8 longues minutes, montre en main, et sera en partie exprimée à voix haute :

"Mais qu'est-ce que tu fais, mon ami !...
Les fous comme toi, ils peuvent faire ça avec As-Dame ou As-Roi...
Je les connais, les fous comme toi...
Contre toi, je sais pas si je pourrai jeter...
Ton sizing au flop est louche...
"

Il y a 2,2 millions à mettre, et ce n'est qu'après la toute dernière minute du time demandé par Dragos que Guillaume va prendre sa décision, signifiant son intention en claquant une pile de jetons au milieu de la table. C'est payé !

Guillaume Diaz
Ce call est destiné à rester gravé dans la mémoire de Guillaume : il a vu juste, Dragos était bel et bien en bluff avec son As-Roi ! La rivière est un inoffensif 8 : Dragos Trofimov est éliminé, tandis que Guillaume Diaz passe chip-leader de l'EPT National à 12 joueurs restants.

Que d'émotions en si peu de temps !

Jacques Der Megreditchian
Jacques Der Megreditchian : 18e pour 9 700 euros

Fred Weiss
Fred Weiss : 17e pour 9 700 euros


Guillaume Diaz