Winamax

Day 2 : le bilan chiffré

- 13 mars 2022 - Par Rootsah

View

Day 1A : 418 inscriptions (re-entries inclus) / 134 restants (dont 14 Français) - Chipleader : Jack Sinclair (Royaume-Uni) 317 900
Day 1B : 740 inscriptions / 288 restants (dont 37 Français) - Chipleader : Mihai Hanu (Roumanie) 304 700
Day 2 : 455 joueurs / 119 restants (dont 13 Français) - Chipleader : Ezequiel Waigel (Argentine) 955 000

Top 10

Kuliberda
Ezequiel Waigel (Argentine) 955 000
Dawid Kuliberda (Pologne) 909 000
David Huspeka (Rép. tchèque) 871 000
Andreas Boelling (Allemagne) 836 000
Alexandros Kolonias (Grèce) 812 000
Leonardo Romeo (Italie) 804 000
Andrea Cortellazzi (Italie) 655 000
Piotr Nurzynski (Pologne) 617 000
Manuel Labous (France) 617 000
Robert Heidorn (Allemagne) 585 000

13 Français

Schwaederle
Manuel Labous 617 000
Laurent Cessy 445 000
Alexandre Amiel 400 000
Paul-François Tedeschi 365 000
Serge Chechin 316 000
Cédric Schwaederle 261 000

Ekinci
Yunus Ekinci 222 000
Damien Gayer 182 000
Antoine Saout 169 000
Bruno Fitoussi 165 000
Bruno Lopes (Team Winamax) 91 000 
Tristan Forge 85 000
Arnaud Enselme 74 000

Reste du field (sélection)

Ensan
Tom Vogelsang (Allemagne) 570 000
Jack Sinclair (Royaune-Uni) 551 000
Duco ten Haven (Pays-Bas) 514 000
Hossein Ensan (Allemagne) 510 000
Dinesh Alt (Suisse) 466 000
Adrian Mateos (Espagne, Team Winamax) 434 000
Martin Kabrhel (Rép. tchèque) 401 000
Dimitar Danchev (Bulgarie) 332 000
Simeon Naydenov (Bulgarie) 315 000
Mohamad El-Rais (Suisse) 298 000

Dvoress
Dominik Panka (Pologne) 245 000
Daniel Dvoress (Canada) 244 000
Rafael Moraes (Brésil) 224 000
Jorryt van Hoof (Pays-Bas) 206 000
Juan Pardo (Espagne) 202 000
Armin Rezaei (Autriche) 147 000
Ana Marquez (Espagne) 99 000
Conor Beresford (Royaume-Uni) 90 000

Le seat draw pour le Day 3

Tableau de bord
119 joueurs restants (sur 1 190 entrées)
Tapis moyen : 300 000
Blindes au départ du Day 3 : 3 000 / 6 000, BB ante 6 000
Prix assuré : 11 140 €

La France qui gagne

- 13 mars 2022 - Par Flegmatic

Avec 13 représentants au Day 3, les Bleus sont chauds bouillants
Parmi eux, Kool Shen, qui défendra les chances du Team W avec Adrián Mateos
Main Event - 5 300 € (Fin du Day 2)

Cessy
Les joueurs français composaient 11% du field total du Main Event de l'EPT Prague. À la fin des six niveaux de 90 minutes joués durant ce Day 2, le pourcentage est rigoureusement respecté, puisque 13 d'entre eux se sont hissés au Day 3 sur les 119 survivants. Si on en doutait encore, le poker français se porte bien, et ce tournoi nous montre que l'école bleue fait éclore sans discontinuer des joueurs de qualité. Et derrière le gros chipleader du clan tricolore Manuel Labous, 610 000 et 9e au chipcount provisoire - promis, on vous le présente demain -, quel meilleur exemple pour le prouver que Laurent Cessy (photo), l'un des autres tapis conséquents des Tricolores ? 

Inconnu jusqu'ici de nos services, nous avons pourtant affaire à un joueur très sérieux. "À la base, je suis un joueur de cash-game live, en Suisse et maintenant à Marbella, car je suis installé en Espagne, commence Laurent. Mais je suis aussi un joueur online, notamment sur Winamax, où j'avais même gagné un package pour le Main Event WSOP il y a quelques années, en partant de 150 €... J'avais sauté avec deux As contre deux Rois chez Scotty N'Guyen ! Sinon, avant le Black Friday, je jouais sur sur Full Tilt Poker. Je joue depuis longtemps, mais depuis le début de l'année, j'ai décidé de m'y remettre sérieusement. Je suis coaché par YoH ViraL, et je travaille énormément mon jeu, près de 40 heures par semaine. Pour l'anecdote, c'est moi qui l'ait éliminé aujourd'hui !" Laurent récolte donc les fruits de son investissement : "Il y a une grosse différence, mon ressenti est bien meilleur, je comprends mieux les codes du live, comme les sizings par exemple." Fort de sa bankroll montée en cash-game, Laurent a donc décidé de se lancer sur les tournois live : il s'agit ici de son deuxième EPT, après celui de Malte il y a plusieurs années. Et sur ce tournoi, on peut dire qu'il a pour l'instant pris la bonne décision, puisqu'après avoir démarré avec 80 500, il pointe à 445 000, notamment après avoir valorisé deux couleurs et en perdant un minimum de coups au showdown, malgré "des tables difficiles depuis le début."

Enselme
Derrière Laurent, on retrouve donc 11 autres Français, dont les valeurs sûres Alexandre Amiel (400 000), Paul-François Tedeschi (365 000), Antoine Saout (169 000), le tout récent runner-up de l'APO 2500 Arnaud Enselme (75 000, photo), Bruno Fitoussi (165 000), Tristan Forge (et donc le shortstack Kool Shen (voir ci-après). Ils sont secondés par le solide Serge ChechinDamien Gayer ou encore d'autres têtes que nous découvrirons davantage ce dimanche comme Cédric Schwaederle et Yunus Ekinci.

Le rappeur et la machine

Kool Shen - Adrián Mateos

Au moment de se réunir entre membres du Team Winamax pour la traditionnelle photo de fin de journée, c'est la confusion : mais où est donc Davidi Kitai ? En table télévisée depuis le retour de la pause dîner, le Belge reste introuvable. C'est finalement son ancien voisin de table Antoine Saout qui lève le mystère sur ce que l'on soupçonnait déjà. "Oui, il est sorti, confirme le Breton. Il a d'abord perdu avec As-Dame contre As-Roi chez moi. Il tombe alors à 1 000, remonte à 30 000 puis perd avec As-8 contre As-Dame." Bien que payé, Kitbul rejoint ainsi au rang des sortants du jour Pierre Calamusa, François Pirault et Gaëlle Baumann, éliminée à deux places de la bulle sur "un flip illégitime".

Il faudra donc se contenter de deux W rouges au Day 3 de ce Main Event praguois : Kool Shen et Adrián Mateos. Deux survivants qui n'ont pas exactement connu la même journée. Trois fois mieux loti que son compère ce midi, Bruno a vu son stack partir dans toutes les directions, avant de se stabiliser au moment de partir manger. Et puis, ce fut le désert de cartes. "J'ai vu tous les départements... Le Var, l'Isère aussi dans l'autre sens, le 45 - je ne sais même pas ce que c'est. Franchement même les Yvelines je prenais." Patiemment, KS a attendu son spot... qui s'est avéré plus compliqué que prévu : sur la rivière d'un board avec deux Valets et deux 8, il a dû abandonner une paire de Rois. C'est finalement grâce à un double up avec Roi-5 contre As-7 qu'il est parvenu à se donner un peu d'air. Il aura 91 000 à faire fructifier demain, soit une quinzaine de blindes.

15 BB, c'est un tout petit peu moins que ce qu'avait Adrián Mateos pour démarrer le Day 2, ce qui n'a pas empêché l'Espagnol d'empaqueter 434 000 jetons, ce qui représentera 72 belles blindes demain. C'est bien simple : tout au long des six niveaux de 90 minutes disputés aujourd'hui, le tapis de la máquina n'a fait que grossir. Et on sait que le Madrilène n'est jamais plus dangereux que lorsqu'il est en confiance.

Se méfier de l'eau qui dort

Waigel
Si les Français ont été performants lors de ce Day 2, ils sont cependant assez loin du chipleader argentin Ezequiel Waigel (955 000, photo), suivi par le tombeur de Gaëlle Baumann, Dawid Kuliberda (909 000), alors que le vainqueur du Main Event des WSOP Europe 2019 Alexandros Kolonias (812 000) et le champion de l'EPT Barcelone 2018 Piotr Nurzynski sont aussi recensés dans le Top 10. Un peu plus loin, on retrouve Tom Vogelsang (570 000), Jack Sinclair (551 000), Dinesh Alt (466 000), Dominik Panka (245 000), Martin Kahbrel (401 000), Daniel Dvoress (244 000), Juan Pardo (202 000), Rafael Moraes (224 000), Jorryt Van Hoof (206 000) ou encore Ana Marquez (99 000). Pas énormément de noms ronflants donc, mais on sait que les fields des EPT regorgent de joueurs online tout aussi peu connus du grand public que très compétents.

De la casse, forcément

ElkY

Avec plus de cinquante Français sur la ligne de départ de ce Day 2 et un taux d'élimination qui frôle les 75%, nombreux furent les joueurs tricolores à rendre les armes aujourd'hui. Et la liste (non exhaustive) des sortants du jour a de la gueule. Benjamin Chalot, Imad Derwiche, le vainqueur du 4 Million Event de janvier Samy Dubonnet, Ugo Faggioli, Nicolas Dumont, Rémi Castaignon, Quentin Roussey, Jimmy Guerrero, Alexandre Réard, Johan Guilbert, Ouassini Mansouri, Benjamin Souriau, Mesbah Guerfi, ElkY, ou encore Ivan Deyra : ils sont tous repartis bredouilles de ce Main Event.

Nicolas Burtin

Mais du beau monde a également atteint les places payées, comme les deux potos Nicolas 'Chevre.Miel' Vayssières (166e) et Nicolas 'Cap Haddock' Burtin (135e). On a un moment cru à un début d'embellie pour le second, qui a remporté le flip de la survie avec As-9 contre une paire de 8, mais ses deux 8 à lui se sont ensuite empalés contre les deux Rois du même joueur. "Il a fait carré floppé, je n'ai pas trop vibré," a plaisanté le membre du Stream Gang, visiblement pas plus touché que cela. Entre les deux, ont également disparu le chipleader tricolore de ce Day 2 Kevin Montalto (163e) ou encore le Champion du Monde Online Arthur Conan (143e).

La partie reprendra à 12 heures précises ce dimanche, au level 17 (blindes 3 000/6 000 BB Ante 6 000), pour un average à 300 000 jetons. Les 119 survivants sont déjà assurés d'empocher le gain correspondant au troisième palier du payout, soit 11 140 €. Bonne nuit à tous, et rendez-vous dans une dizaine d'heures pour la suite du coverage en direct du Hilton !

Sortis, mais grandis

- 12 mars 2022 - Par Rootsah

Main Event - 5 300 € (Day 2)

Une bonne trentaine de sortants en 30 minutes, c'est ce à quoi on pouvait s'attendre une fois passée la bulle de ce tournoi. Parmi ceux qui n'ont pas résisté bien longtemps, Nicolas Vayssières, qui a cédé avec As-9 contre K-J à tapis préflop pour ses derniers 20 000. Mais le 17e du dernier Main Event WSOP semble défier la variance. "Pour mon premier 6-Max 5k aux WSOP, j'étais chipleader à 100 left. Pour mon premier Main Event WSOP, je l'étais aussi à 50 left. Alors si j'avais fait la bulle pour mon premier EPT, ça aurait fait tâche..." Sans compter qu'avec sa 166e place bonne pour un min-cash à 8 830 €, Chevre.miel signe sa troisième place payée en trois tournois sur cet EPT Prague. Il y en a certains qui ont le chic pour réussir leurs grandes premières...

Astedt
Autre éliminé de marque : un certain Nickas Astedt (152e) victime avec Guiseppe Rosa (151e) d'un strike signé Daniel Dvoress (qui grimpe à 320 000 jetons). Car le Suédois est en forme olympique : aux 8 830 € gagnés ce soir, il faut en effet ajouter 58 830 € pour sa seconde place sur le 10 200 € d'ouverture, et 112 540 € pour une nouvelle seconde place deux jours plus tard, là encore sur un 10k ! Légende du poker online, où il totalise, selon diverses estimations, plus de 35 millions de gains en tournois (notre Team Pro João Vieira fait d'ailleurs partie des seuls joueurs pouvant le concurrencer dans ce domaine), Lena900 est assurément l'un des génies du poker moderne, et son élimination du Main Event est forcément une bonne nouvelle pour le field restant, surtout vu son run actuel. En attendant, nul doute qu'on le reverra sur les plus gros tournois restant à jouer d'ici jeudi, à commencer par le 25k prévu dimanche. Attention à lui !

Auparavant, Mathieu Di Meglio a aussi rendu les armes, en 172e place. Et le Marseillais s'en contente : "J'ai vraiment souffert depuis hier. C'est mon deuxième ITM sur cet EPT" (il a aussi min-cash sur l'Eureka). Sinon, Mathieu est un joueur plutôt multicartes : "Je joue sur le Net depuis des années, j'y ai fait des petites perfs. Mais je suis plutôt un joueur de cash-game, notamment au casino d'Aix-en-Provence, et durant les festivals. Depuis 2-3 ans, j'essaie de me mettre doucement aux tournois, c'est la deuxième fois que je viens faire l'EPT Prague, où j'avais déjà fait un ITM en 2019. Là, il y encore des 1k ou des 2k à jouer... Je n'ai pas dit mon dernier mot pour cette édition !"

Parmi les derniers sortants, on recense également Gianluca Speranza (161e), Kevin Montalto (163e) et Christophe Malaurie (158e), tous récompensés d'un chèque de 8 830 € également.

Fitoussi
Parmi les joueurs toujours en lice, et outre Juan Pardo qui semble bien s'amuser en jouant avec son tout petit tapis depuis le passage de la bulle ("Il ne saute jamais", nous confirme notre collègue espagnol Alex, qui rail le spécialiste des high-rollers avec le sourire aux lèvres), on dit coucou à Bruno Fitoussi. Pointé à 165 000 à notre passage, soit 32 blindes, l'ancien runner-up du Poker Players Championship des WSOP nous confie qu'il est content d'avoir passé la bulle, car il est "card dead depuis 4 ou 5 heures. Je survis, j'attends le bon moment." Même si le Texas Hold'em n'est probablement pas le meilleur jeu de ce spécialiste des variantes, on lui fait confiance pour ne pas s'envoyer en l'air prématurément...

C'est l'histoire d'une bulle...

- 12 mars 2022 - Par Flegmatic

Vingt Français et trois membres du Team Winamax atteignent les places payées
Main Event - 5 300 € (Day 2)

Bulle

Ralentissement à l'approche du moment fatidique, dernier cassage de table, double recomptage de l'organisation pour s'assurer que les places payées n'ont pas été atteintes par mégarde, déclenchement du main par main, short stacks qui doublent avec la meilleure main dans un attroupement généralisé de joueurs, officiels, reporters et autres cameramen : cette bulle praguoise, la première sur un Main Event EPT depuis plus de 26 mois, a coché absolument toutes les cases.

Elle fut même banale au point que le sortant ne fut autre que celui qui traînait en fond de classement au retour de la dernière pause de la journée : Henrique Gois (à gauche, au premier plan). Aucun setup de l'espace, aucun craquage venu de nulle part, simplement un joueur qui, une fois l'ante et la grosse blinde posée, a décidé de mettre au milieu ses derniers 4 000 jetons (soit moins d'une blinde) avec une paire de 5, suite à une ouverture en début de position d'un certain Valentino Konakchiev. Même avec une poubelle comme T5, le Bulgare n'a évidemment d'autre choix que de payer et trouve un 10 dès le flop pour libérer les 174 autres joueurs de ce Main Event. 

À un peu plus d'une heure de la fin de ce Day 2, ils sont tous assurés d'encaisser au moins 8 830 €. Parmi ces petits chanceux, on dénombre pas moins de vingt Français, ainsi que trois membres du Team Winamax : Adrián Mateos, Kool Shen et Davidi Kitai, ce dernier faisant actuellement des siennes en table télévisée. En espérant maintenant retrouver le plus possible d'entre eux au Day 3.

Tableau de bord
175 restants (sur 1 190 entrées)
Blindes : 2 000 / 5 000 / 5 000
Tapis moyen : 204 000
Prochain sortant : 8 830 €

Bulle 2
Dans l'enfer de la bulle

Un mal pour des biens

- 12 mars 2022 - Par Rootsah

Gaëlle Baumann chute à trois marches des places payées
Plusieurs Français doublent au bon moment
Main Event - 5 300 € (Day 2)

 

Il reste 177 joueurs en lice pour 175 places payées : c'est la pré-bulle, et nous avons des bonnes et des mauvaises nouvelles à vous annoncer... On commence par quoi ? On va dire la mauvaise, car elle concerne malheureusement l'un des membres du Team W : Gaëlle Baumann. Avec une trentaine de blindes en sa possession, elle se contente de limper sa small blind contre la big blind du gros stack de la table, Dawid Kuliberda, en mode ultra-aggro (tout comme Martin Kabrhel sur une autre table). Celui-ci décide de mettre notre joueuse à tapis, et O_RLY choisit de jouer son tournoi avec une paire de Neufs. Elle tombe contre K-10 offsuit, et le Polonais frappe le turn pour mettre fin aux espoirs de la Strasbourgeoise dans ce Main Event. "Le coinflip illégitime", a-t-elle commenté dans le tchat du Team W. Un bon coup sur la tête pour le clan Winamax, car on la voyait passer la bulle sans coup férir...

Nicolas Vayssières

Car s'il y avait une pièce à mettre sur des éliminations tricolores avant l'argent, plusieurs joueurs auraient eu les faveurs des pronostics. En fâcheuse posture, Nicolas Vayssières a ainsi trouvé un double-up avec A-8 contre 5-5, avant d'open-shove 11 blindes au low-jack sans être payé. Il avoue ensuite qu'il n'était pas certain de son play... Nicolas Burtin alias Cap Haddock était également tombé bien bas, après avoir perdu contre carré. "Je limp UTG avec Roi-Dame off, la small blind complète, et nous sommes trois sur un flop 10-10-2, explique t-il. Tout le monde check, comme sur le turn K, et la river est un 10 sur laquelle un joueur mise 30 000, en léger overbet. J'hésite avant de call, mais il a le Dix... " Peu après, le streamer 3-bet shove 70 000 avec KJ et se fait payer par J8. Malgré un tableau un peu flippant, le grinder s'en sort.

Alexandre Amiel, lui, était mieux loti avec un stack de 100 000. Un tapis que l'ami du Team W a engagé au milieu avec deux Rois, payé par un joueur avec As-Roi. Aucun As ne vient ternir le tableau, et le producteur est encore plus tranquille pour passer la bulle.