masquer le menu

Il n'est pas numéro un pour rien

- 11 décembre 2019 - Par Rootsah

Stephen Chidwick remporte l'event le plus cher de l'EPT Prague
L'Anglais confirme son statut de numéro 1 mondial en tournois live
Super Highroller 50 000 € (Finale)

Chidwick5
Tiens, pour une surprise, ça c'est une surprise ! Le meilleur joueur de tournois live actuel qui s'adjuge le plus gros buy-in du festival poker majeur se jouant actuellement en Europe, voire dans le monde ? On n'y aurait pas cru une seule seconde !

Bon ok, on arrête la blague : en réalité, quoi de plus logique que de voir Stephen Chidwick remporter le Super Highroller de l'EPT Prague ? Même si on sait que la logique et le poker ne font pas toujours bon ménage, l'Anglais défie les statistiques : il enchaîne sans discontinuer les performances de choix sur le circuit depuis de nombreuses années, et occupe régulièrement la première place du classement GPI depuis deux ans, ce qui en fait actuellement le numéro un mondial en tournois live. Tenez, rien qu'en 2019, le joueur du Kent compile maintenant 26 places payées (dont six victoires) et 13 038 252 $ de gains sur le circuit live ! "C'est serré en tête du classement, alors j'espère que cette victoire m'aidera," a déclaré l'Anglais au micro de Pokernews.

Chidwick6
Un titre qui n'était pas gagné d'avance, puisque "Stevie", comme l'appelait affectueusement ElkY, avait débuté la finale à la troisième place en jetons. Mais le jeune trentenaire a rapidement pris le large en sortant Steve O'Dwyer en 4e place : "ll faut jouer chaque main en fonction des stacks, a expliqué le vainqueur. Le but est de se placer dans une bonne position de chipleader, car c'est là que l'on veut être en table finale pour ne pas avoir à risquer trop de jetons." Stephen a ensuite réglé le sort du pro Winamax Adrián Mateos Diaz (3e), pour se retrouver en heads up face à ElkY avec un très large avantage en jetons. Mais Chidwick a dû s'employer pour venir à bout du Français, pas loin de revenir à sa hauteur à deux reprises. Au final, c'est bien l'actuel 8e de la All-Time Money List (plus de 33 millions de dollars de gains en carrière) qui soulève le trophée et encaisse le chèque de 725 710 € alloué au vainqueur de l'épreuve.

Après avoir suivi de près ce Highroller, nous allons maintenant switcher sur le Day 1A du Main Event à 5 300 €, qui a débuté dès midi ce mercredi. A très vite sur notre coverage...

Résultats - Super Highroller 50 000 €
44 entrées (dont 14 re-entries) – Prizepool de 2 134 440 €

Chidwick7
Vainqueur : Stephen Chidwick (Royaume Uni) 725 710 €
Runner-up : Bertrand "ElkY" Grospellier (France) 501 590 €
3e : Adrián Mateos Diaz (Espagne, Team Winamax) 320 170 €
4e : Steve O'Dwyer (Irlande) 245 460 €
5e : Jean-Noël Thorel (France) 192 100 €
6e : Ben Heath (Royaume Uni) 149 410 €

ElkY, la France te dit merci

- 11 décembre 2019 - Par Rootsah

Bertrand "ElkY" Grospellier n'a pu renverser le numéro un mondial
Le Français remporte plus d'un demi-million d'euros
Super Highroller 50 000 € (Heads-up final)


ElkY6
On pensait le Français bien revenu dans la partie... Mais après la fameuse quinte flush qui lui avait permis de doubler sur Stephen Chidwick, ElkY n'a pas pu continuer sur sa lancée, perdant quelques petites mains et près de la moitié de son tapis. Alors qu'il ne possède plus que 2,4 millions, soit 24 blindes, Bertrand voit Chidwick relancer depuis le bouton. Il découvre AK, et choisit l'option aggressive : pas de 3-bet, ce sera tapis ! L'Anglais décide d'y aller avec Q10, et Bertrand a donc une nouvelle occasion de refaire son retard sur le numéro un mondial, surtout après l'apparition d'un flop 52J. Mais le turn est un 10 qui offre une paire à l'Anglais... ElkY ne joue plus qu'un As, un Roi ou une Dame, mais ne trouve pas d'aide sur la river 9.

Bertrand "ElkY" Grospellier termine donc ce Super Highroller à une frustrante seconde place, après près de trois heures de duel , mais n'en retirait cependant aucune amertume, au contraire. "J'ai eu de la chance d'arriver jusque-là, nous a-t-il confié. J'ai eu de la réussite dans les moments-clés, notamment lors de cette main où j'ai doublé contre Jean-Noel. Je suis content, je pense avoir bien joué, et quand on a des bonnes cartes en plus, c'est plus facile..."  Lucide, Bertrand était conscient d'avoir affronté un excellent joueur en HU : "Stephen est un adversaire très difficile. C'est marrant, on jouait déjà ensemble sur Internet il y a dix-onze ans, justement sur des Sit&Gos heads-up ! En tout cas, ça fait très plaisir d'être au milieu de tous ces grands joueurs." Après s'être prêté à quelques selfies (Bertrand a visiblement de nombreux fans à Prague, où est présente une grosse colonie française), ElkY nous a aussi confié qu'il allait bientôt faire son retour aux tables de poker parisiennes : "Je vais aller faire un tournoi à Notthingham, et après je serais au Club Pierre Charron pour les WSOPC notamment. Ça fait plaisir de revenir à Paris, je n'y ai pas joué depuis longtemps !" Vous savez donc où croiser l'idole en France l'année prochaine...

ElkY7
S'il échoue à une marche d'un nouveau titre prestigieux en 2019, lui a remporté un bracelet lors des WSOP-Europe à Rozvadov en octobre, Bertrand a tout de même de quoi se réjouir avec cette perf', réussie chez lui, à Prague : il encaisse un demi-million d'euros, son plus gros cash depuis sa seconde place au Highroller One Drop des WSOP 2017, après avoir atteint la 5e place du Highroller d'ouverture pour 48 100 €. Cette 21e place payée en 2019 lui permet de conforter sa place en tête de la France All-Time Money List. Son dauphin au classement Benjamin Pollak, challenger revendiqué depuis deux ans, a du pain sur la planche... En tout cas, ce résultat prouve qu'ElkY est un joueur de tournoi très polyvalent, capable de dominer une flopée de joueurs amateurs sur un petit buy-in à field massif, ou de prendre la mesure d'une poignée de Highrollers sur les tournois les plus chers d'Europe. Et surtout que celui qui reste la grande star du poker français est toujours d'attaque pour faire vibrer les fans de poker tricolores...

En attendant la prochaine perf' du Français, c'est donc Stephen Chidwick qui remporte le Super Highroller de l'EPT Prague 2019 !

Chidwick4

ElkY fait de la résistance

- 11 décembre 2019 - Par Rootsah

ElkY ne se laisse pas faire et revient dans le match
Super Highroller 50 000 € (Heads-up final)


ElkY3
Ouais, il est coriace le petit Français ! Si Stephen Chidwik pensait qu'il pouvait plier rapidement l'affaire dans ce duel, il a dû vite déchanter. Enfin, connaissant la classe du champion anglais, on imagine qu'il était loin de sous-estimer son adversaire, qui gagnait le PCA en 2006 quand le Londonien n'avait encore aucune ligne répertoriée sur Hendon Mob. Mais tout de même : cela fait déjà plus de deux heures que les deux joueurs s'écharpent, et ElkY, qui possèdait presque six fois moins de jetons que son adversaire au départ du HU, est revenu dans les pas de l'Anglais !

On rembobine. ElkY a commencé par doubler son tapis, avant de retomber à 1,6 millions, soit 20 blindes à ce moment. Au bout d'une heure d'affrontement, il trouve une nouvelle fois un double-up pour remonter à 2 700 0000, puis déjoue un gros bluff de l'Anglais avec une top paire, ce qui lui permet de revenir quasiment à hauteur de son adversaire. Mais Chidwick reprend ensuite sa marche en avant, et arrive au premier break de ce duel avec 8 220 000 contre 2 780 000, soit 82 blindes contre 27 chez le résident pragois. Puis, après quelques mains en faveur de l'Anglais, survient ce coup :

Dans un pot limpé, les deux joueurs voient un flop semblant propice à l'action 364, qui est pourtant checké. Sur le turn A, ElkY attaque le premier, pour 100 000, mais Chidwick réplique avec une relance à 350 000. Bertrand pose les jetons demandés au milieu, et le croupier retourne une river 7. Et de l'action, il va y en avoir sur cette carte : ElkY mise 350 000, et Stephen pousse son tapis, immédiatemment suivi par Bertrand. Et pour cause, il flash très vite 75 pour une quinte flush ! Chidwick, un peu surpris, retourne AQ pour la flush max, mais pas assez max cette fois-ci...

Board2
Soulagé, ElkY revient à 4 750 000, tandis que Stephen Chidwick tombe à 6 250 000. Déjà en réussite depuis le début de ce tournoi, comme il nous le confiait hier, Bertrand semble de nouveau béni par les Dieux du poker...

Tableau de bord
Il reste 2 joueurs (sur 44 entrées)
16 minutes à jouer au level 21 (blindes 50 000/100 000 BB ante 100 000)
Gain assuré : 501 590 €

Heads-up final : ElkY va devoir cravacher

- 11 décembre 2019 - Par Rootsah

Le Français est loin derrière Stephen Chidwick au chipcount
Super Highroller 50 000 € (Finale)


HU
Nous y sommes : il est 15h30 à Prague, et c'est l'heure du duel final dans ce Super Highroller EPT Prague 2019. Si Adrian Mateos Diaz ne jouera malheuresement pas le titre, nous allons assister à un affrontement passionnant entre le numéro un mondial au classement GPI Stephen Chidwick, et le plus gros gagnant français de l'histoire en tournois live, Bertrand "ElkY" Grospellier.

Si l'Anglais s'impose naturellement comme le favori avec un avantage en jetons de près de six contre un, Bertrand va jouer crânement sa chance avec ses 26 blindes. D'autant plus qu'il y une récompense de 725 710 € à la clé pour le champion, tandis que le runner-up sera déjà bien loti avec 501 590 €. Il reste 9 minutes à jouer au level 19 (blindes 30 000/60 000 BB Ante 60 000). Allez Bertrand, tu peux le faire !

Stephen Chidwick 9 400 000 (156 BB)
Bertrand ElkY Grospellier 1 600 000 (26 BB)

Trophée

À un de ces quatre

- 11 décembre 2019 - Par Rootsah

Adrián Mateos n'a rien pu faire contre Stephen Chidwick
L'Espagnol finit sur le podium et ne sera pas sacré une 4e fois en un mois
Le pro Winamax repart tout de même avec 320 170 €
Super Highroller 50 000 € (Finale)

Adrian-Mateos-10
Tout va très vite au poker. Trop vite parfois. A peine le temps de savourer un double-up, qu'on se retrouve dans le rail quelques instants plus tard... C'est ce qui est arrivé à Adrián Mateos Diaz, alors qu'il ne restait plus que trois joueurs en course dans le Super Highroller.

Tombé à un stack de 900 000 jetons, soit 15 blindes, l'Espagnol est tout d'abord parvenu à se refaire sur ElkY. Le Français relance à 120 000 au bouton, et le pro Winamax défend sa big blind. Sur le flop J85, il place un check/raise à 300 000 sur un c-bet à 100 000, et ElkY s'aligne. Le turn est un 9 et Adrian part à tapis, pour 890 000. Bertrand demande un compte, et choisit de payer. L'Espagnol ne peut montrer mieux que Q7 pour un tirage de quinte ventrale, tandis que Bertrand est devant avec 108. Mais c'était sans compter sur le fait qu'Adrian surfe sur un beau good run depuis un mois : c'est bien un 10 qui sort sur la river, offrant un petit miracle à l'Espagnol, qui passe à 2 680 000 après ce coup. A ce moment, la dynamique semble privilégier un duel Adrián Mateos- Stéphen Chidwick pour le heads-up...

Adrian11
Sauf que rien n'est jamais acquis d'avance à ce jeu. Adrian ouvre ensuite à 130 000 au bouton, et entend Chidwick annoncer tapis epuis la Big Blind. "Amadi_17", qui possède davantage de jetons qu'ElkY à ce stade, se retrouve face à une grosse décision avec son A10. Mais au bout de son dernier timebank de 30 secondes, l'ex-numéro un mondial décide de payer. L'Anglais montre QJ, et Adrian va devoir éviter les balles. Tout va bien sur le flop 862, mais le turn est catastrophique : il s'agit d'un J. Adrian ne joue plus qu'un As sur la river, mais le croupier dévoile un inutile K, qui scelle l'élimination du Team Pro Winamax.

Adrián Mateos Diaz termine donc 3e de ce Super Highroller EPT Prague, pour un gain de 320 170 €, et frôle maintenant la barre des 20 millions de dollars de gains accumulés en tournois live durant sa carrière. Alors qu'il avait démarré la TF en position de chipleader, le Madrilène n'a pas pu conclure, pas franchement aidé par les cartes dans cette finale, et tombant sur deux joueurs en plein rush, ElkY et Stephen Chidwick. "Rien ne s'est bien passé aujourd'hui, vraiment, déplorait Adrián. Tous les réguliers ont doublé et je n'ai pas trouvé le moyen d'augmenter mon tapis, ni de battre Chidwick qui avait des montagnes de jetons et dominait la table. Je ne dirai pas que je suis triste, parce qu'une troisième position dans ce tournoi, c'est tout de même satisfaisant, mais j'aime toujours pouvoir me battre et aujourd'hui je n'ai pratiquement pas pu le faire."

De rush, il en est cependant question pour Adrián, qui réussit un nouveau résultat d'envergure sur le circuit live après trois grandes victoires glanées depuis un mois (deux titres aux Bahamas, et une autre ici-même sur le Highroller d'ouverture samedi). Après ce triplé déjà incroyable, l'Espagnol n'a pas pu repousser encore les limites, mais prouve une nouvelle fois qu'il fait partie des meilleurs joueurs de tournois de la planète.