masquer le menu

Mikalai Pobal signe le deuxième doublé EPT de l'histoire !

- 17 décembre 2019 - Par Flegmatic

Sept ans après sa victoire à Barcelone, le Biélorusse l'emporte pour un nouveau million d'euros
Norbert Szecsi (589 880 €) termine runner-up au terme d'un heads-up à sens unique

Mikalai Pobal Win Groupe

Cinq ans et huit mois. Pendant cinq ans et huit mois, le monde du poker a attendu en vain qu'un deuxième joueur rejoigne Victoria Coren Mitchell dans le rang des double vainqueurs de Main Event EPT. Jusqu'à ce mardi 17 décembre 2019 où Mikalai Pobal est sorti de sa boîte. Qui ça ? Oui, avouons-le d'entrée de jeu, le Biélorusse n'est pas le joueur le plus médiatique ni même le plus connu du circuit, mais il y a une bonne raison à cela. Après sa victoire à Barcelone en 2012, celui qui n'était alors qu'un jeune homme de 28 ans à la coupe de cheveux façon Beatles décide de ne pas utiliser le million d'euros remporté en terre catalane pour parcourir les plus gros festivals de la planète. Au contraire, il se fait même très discret, revenant tout de même les deux années suivantes vers la ville de son exploit, avec une place payée à la clé. Entre les deux, rien ou presque, à part quelques tournois low stakes du côté de Minsk et une excursion à Monaco en 2016.

Qualifié online sur la room au pique rouge pour ce Main Event, Pobal fait donc son retour à Prague. Et quel retour ! Pour quelqu'un qui disait ne plus rechercher que le plaisir pur en jouant en poker, le voici désormais avec un deuxième trophée EPT à poser à côté du premier et un million d'euros supplémentaire en poche. Deux titres EPT en seulement seize lignes live sur le circuit... Cela a de quoi laisser rêveur. Vicky Coren était la première joueuse à remporter deux Main Events, Mikalai Pobal devient le premier joueur. Autre point commun : tous deux ont espacé leurs victoires de plus de sept ans. Quitte à poursuivre le parallèle, on peut tout de même noter que la Britannique a devancé à l'époque un total de 952 joueurs pour décrocher ces deux titres (397 à Londres et 555 à San Remo), là où Pobal en a surclassé 2 234.

"Il n'y a pas eu de finale plus difficile que l'autre, avouait Pobal après avoir posé pour les photographes. Bien sûr, celle de Barcelone fut très compliquée physiquement. Nous avions commencé avec huit joueurs au lieu de cinq ici et parce qu'elle s'est poursuivie jusqu'au petit matin avant que je ne décroche la victoire. Cette fois, cela s'est terminé à une heure beaucoup plus raisonnable, mais quant au niveau de jeu de mes adversaires, j'ai dû batailler dans les deux cas."

Le circuit European Poker Tour a cela de précieux qu'il ne sacre qu'une poignée de champions chaque année, sur des Main Events qui n'ont que peu évolué, gardant, à quelques exceptions et destinations plus ou moins "exotiques" près, des prix d'entrée élevés et des fields de plusieurs centaines de joueurs. Là où il est désormais possible de remporter un bracelet WSOP pour 500 $ ou moins, ou de dépenser une fortune pour se retrouver face à une poignée de high stakeurs, le Main Event EPT ne s'offre pas si facilement, et ne livre son verdict qu'au bout de cinq ou six journées pleines de poker. Il n'a pas sacré que des cadors mais il ne s'est jamais bradé et a permis à de futurs pointures de se révéler. Les nombreux joueurs à avoir échoué à plusieurs reprises en finale, ou ceux qui ont trébuché à une marche d'un second titre (n'est-ce pas Mike McDonald, Mark Teltscher ou Kevin MacPhee ?) pourront vous le dire : soulever le trophée une fois relève de l'exploit. Que dire alors d'un joueur qui parvient à remettre le couvert, et après autant de temps ?

Norbert Szecsi

D'autant que cette seconde victoire, Mikalai Pobal est allé la chercher avec le coeur et, forcément un peu de réussite. Tout aurait aussi bien pu se terminer sur un lancer de pièce, joué et remporté à quatre joueurs restants contre Gaby Livshitz (4e, 316 780 €), qui ne savait pas encore qu'il allait se faire emporter quelques minutes plus tard par une véritable tempête biélorusse. Alors que l'on pensait Norbert Szecsi intouchable (photo), d'abord à cause de son incroyable numéro réalisé lors du Day 5, puis aujourd'hui quand il a repris les rênes du tournoi, enfin un joueur se positionnait en sérieux concurrent... moins d'une heure après être tombé à dix blindes. Même lorsque le Hongrois est repassé en tête en sortant le Brésilien Ricardo Da Rocha (3e, 421 450 €), tout le monde s'accordait à dire qu'il n'aurait pas la partie facile.

Et de fait, s'est même produit tout l'inverse. Lancé rapidement après une tentative de deal avortée (autant pour nos prédictions de début de Day 2), le heads-up final se transforma en véritable promenade de santé pour Mikalai Pobal. C'est bien simple, le Biélorusse a remporté la quasi totalité des quelques mains disputées, dont une capitale dès les premiers instants du duel, avec les deux paires max pour éventer un trois barrel bluff du Hongrois et prendre une avance déterminante. À l'image de sa seconde partie de finale, la dernière main jouée par Pobal ne fut qu'une formalité, prenant la forme d'un 3-bet puis d'un call avec deux beaux Rois, qui n'ont pas tremblé à un seul moment face à la paire de 9 de Szecsi.

Vainqueur il y a quelques semaines pour 400 000 $ d'un High Roller à 10 300 $ aux Bahamas, comptant parmi les potes et stakeurs qui ont financé la victoire online à 2,2 millions du Français Benjamin Chalot, le Magyar aurait également eu tout du beau vainqueur, représentant le joueur en pleine confiance et en pleine forme financière qui profite à fond de son momentum. Mais aujourd'hui, rien ne pouvait empêcher la belle histoire biélorusse de s'écrire sous nos yeux, sortie de nulle part et en même temps forme d'évidence. Peut-être ne reverrons-nous pas Mikalai Pobal avant un long moment sur un Main Event EPT. Mais entre temps, son nom ne sera plus oublié.

EPT Prague Main Event 5 300 € - Résultats
1 154 entrées (re-entries inclus) - 5 596 900 €

Mikalai Pobal Win

Vainqueur : Mikalai Pobal (Belarus) 1 005 600 €
Runner-up : Norbert Szecsi (Hongrie) 589 880 €
3e : Ricardo Da Rocha (Brésil) 421 450 €
4e : Gaby Livshitz (Israël) 316 780 €
5e : Tomas Paiva (Portugal) 241 230 €
6e : Luke Marsh (UK) 177 420 €
7e : loorent (France) 134 610 €
8e : Dietrich Fast (Allemagne)
9e : Gab Yong Kim (Corée du Sud) 74 770 €

Les Français primé sur l'EPT Prague 2019

Il remporte 134 610 €
7e : Laurent Michot

Il remporte 38 900 €

Pierre - Gaëlle

20e : Pierre Calamusa (Team Winamax) 38 900 €

Ils remportent 20 540 €
35e : Gaëlle Baumann (Team Winamax)
36e : Giuseppe Zarbo
39e : Roland Chassing
40e : Sylvain Loosli

Ils remportent 14 550 €
61e : Antonin Teisseire
62e : Mohamed Mokrani
69e : Erwan Louer

Ils remportent 12 150 €
84e : Ouri Cohen
87e : Erwann Pécheux

Il remporte 10 970 €
110e : Johann Zeitoun

Ils remportent 9 850 €
129e : Kalidou Sow
141e : Ibrahim Senoussi

Ils remportent 8 960 €

Kool Shen

144e : Kool Shen (Team Winamax)
152e : Clément Génon-Catalot
154e : Ivan Deyra (Team Winamax)
159e : Jonathan Therme

L'heure est venue de mettre un point final à ce dernier reportage de l'année. On se retrouve en 2020 avec de nouveaux festivals passionnants en perspective, à commencer par la Gran Final du Winamax Poker Tour Espagne fin mars et le très excitant retour des WSOP-Circuit à Paris au Club Pierre Charron. D'ici là bonne fin de semaine et joyeuses fêtes de fin d'année avec ceux que vous aimez. À bientôt !

Pobal neuve

- 17 décembre 2019 - Par Flegmatic

Mikalai Pobal passe de short stack à chipleader...
...en éliminant Gaby Livshitz (4e, 316 780 €)

Mikalai Pobal

Passer en moins d'une heure de short stack à dix blindes à nouveau favori pour le titre avec un tapis multiplié par plus de onze. Vous pensez que c'est impossible ? Pourtant, c'est exactement ce que vient de réaliser Mikalai Pobal ! Alors qu'il ne sont plus que quatre à table après l'élimination de Tomas Paiva (une top paire qui ne tient pas contre la gutshot doublée d'un flush draw chez Gaby Livshitz), le Biélorusse 3-bet shove avec AK et gagne le lancer de pièce contre la paire de Dames de l'Israëlien. Trois mains plus tard, le vainqueur de l'EPT Barcelone 2012 trouve une paire de Dames au bouton et pousse tout au milieu derrière une nouvelle ouverture de Livshitz, qui paie et s'incline avec sa paire de 10.

Mais Pobal ne s'arrête pas là, trouvant notamment un brelan de 10 river pour prendre un autre gros pot à Livshitz avant d'aller chiper quelques pions à Szecsi grâce à un joli call réalisé avec une paire de Rois sur un board hauteur As. À ce moment là, le Biélorusse est déjà revenu au niveau du Hongrois tandis que Livshitz, chipleader quelques minutes plus tôt, vient de laisser échapper la moitié de son tapis, pour chuter à 6,5 millions.

Gaby Livshitz OUT

Sauf que le good run de Pobal ne semble pas vouloir trouver de fin aujourd'hui. De grosse blinde, et derrière un limp de l'Israëlien en SB avec AQ, l'ami Mikalai trouve... deux As et opte pour une relance à 325 000, avant de just call le 3-bet à 1,4 million de Gaby. Le flop est aussi dramatique pour ce dernier qu'il est beau pour Pobal : QJ3.

Comme l'on pouvait s'y attendre, la machine se met alors à s'emballer : continuation bet pour 725 000, relance à 1,7 million et tapis pour 5,21 millions. Pobal paie dans la seconde et, malgré un 5 taquin sur le turn, met fin au parcours de l'Israëlien après le 7 river. Avec cette quatrième place bonne pour 316 780 €, Gaby Livshitz signe de loin son meilleur résultat à une table de poker, mais il risque de se repasser pendant longtemps le scénario de sa dernière heure sur ce Main Event, absolument catastrophique.

À l'inverse, Mikalai Pobal se retrouve en un temps éclair au firmament, avec un tout nouveau tapis de 17,785 millions. Il devance désormais Norbert Szecsi (12,115 millions) et Ricardo Da Rocha, qui fait office de short stack avec 4,7 millions soit moins de trente blindes. Surtout, le voici désormais en pole position pour réaliser un improbable doublé EPT, sept ans après son titre à Barcelone, déjà pour un million d'euros.

14 finales pour 2 titres tricolores à Prague

- 17 décembre 2019 - Par Flegmatic

Salle Tournois

Encore une belle quinzaine à Prague pour le clan tricolore qui a engrangé plus d'1,6 million d'euros en une petite cinquantaine de tournois. Un joli total dû en bonne partie à un trio de joueurs en pleine bourre en cette fin d'année 2019, à commencer par ElkY, qui nous a offert les premiers frissons du festival. De retour au premier plan, Bertrand s'est invité sur deux tables finales de tournois High Rollers, dont celle de l'épreuve la plus chère à l'affiche, le SHR à 50 000 €, bouclé en deuxième place pour 500 000 € après un heads-up final haletant contre le numéro 1 mondial Stephen Chidwick.

S'il repartent avec un portefeuille légèrement moins garni, ses deux poursuivants Jean-Noël Thorel et Alexandre Réard ont eux connu la joie de soulever un trophée dans la capitale tchèque, sur deux tournois diamétralement opposés : le High Roller Single Day à 25 000 € pour le premier, au field petit mais costaud et le National High Roller à 2 200 € pour le second, face à près de 1 000 joueurs. Avantage final à la marque toutefois chez JNT, 5e du Super High Roller suscité. Bien sûr, nous n'oublions pas non plus la très belle septième place sur 1 154 entrants de notre loorent national sur le Main Event, qui nous aura fait vibrer durant de longues heures.

Côté Team Winamax, le grand gagnant se nomme évidemment Adrián Mateos. Dans la foulée de son doublé aux Bahamas, la máquina a d'abord remporté un troisième tournoi consécutif (!), avant de décrocher la médaille de bronze sur le SHR. Édition plus contrastée en revanche pour ses compères au W rouge qui, en dehors de Pierre Calamusa et Gaëlle Baumann, qui ont poussé le bouchon jusqu'au Day 4 du Main Event, les deep runs furent bien trop rares à notre goût.

Event #1 - NLHE 10 300 € - 61 inscriptions

ElkY

5e : Bertrand 'ElkY' Grospelllier 48 520 €
Mais aussi... Adrián Mateos (Team Winamax), vainqueur pour 177 500 € (Article)

Event #2 - NLHE 1 100 € - 275 inscriptions
3e : Levy Tzur 25 740 €
5e : Mathieu Maroccini 16 290 €

Event #7 - NLHE Hyper Turbo 1 100 € - 143 inscriptions
4e : Alexandre Réard 12 200 €

Event #8 - NLHE 25 000 € - 28 inscriptions

Jean-Noël Thorel

Crédit photo : Neil Stoddart / PokerStars

Vainqueur : Jean-Noël Thorel 248 740 €

Event #11 - NLHE EPT Cup 330 € - 1 941 inscriptions
Runner-up : Jonathan Fhima 51 300 €

Event #12 - NLHE Super High Roller 50 000 € - 44 inscriptions

Runner-up : Bertrand 'ElkY' Grospelllier 501 590 € (Article)
5e : Jean-Noël Thorel 192 100 € (Article)
Mais aussi... Adrián Mateos (Team Winamax), 3e pour 320 170 € (Article)

Event #16 - NLHE National High Roller 2 200 € - 970 inscriptions

Alex Reard

Vainqueur : Alexandre Réard 342 810 € (Article)

Event #20 - NLHE Main Event 5 300 € - 1 154 inscriptions

loorent

7e : loorent 134 610 € (Article)

Event #28 - NLHE Hyper Turbo 550 € - 254 inscriptions
3e : Joffrey Lhote 12 240 €
9e : Pascal Mouysset 2 630 €

Event #43 - NLHE Deepstack 2 200 € - 228 inscriptions
6e : Jonathan Therme 21 410 €

Event #46 - NLHE Turbo 220 € -102 inscriptions
5e : Jean-Luc Sanfratello 1 510 €

Event #47 - NLHE 6-Handed 2 150 € - 129 inscriptions
Runner-up : Paul-François Tedeschi 51 205 € (après deal)

Event #48 - NLHE 6-Handed 5 200 € - 35 inscriptions
6e : Léo Boisbaudry 11 880 €

Event #49 - NLHE Super Hyper Turbo 1 100 € - 36 inscriptions
5e : Alexandre Viard 3 110 €

Podium des meilleurs Français

1er : Bertrand 'ElkY' Grospelllier 550 100 €
2e : Jean-Noël Thorel 440 840 €
3e : Alexandre Réard 355 010 €

Qui sont les cinq finalistes de l'EPT Prague ?

- 17 décembre 2019 - Par Flegmatic

Biographies par Jan Kores (PokerStars)
Traductions par Flegmatic

Siège 1 : Mikalai Pobal (Belarus), 35 ans - 4,74 millions de tapis (47 BB)

Mikalai Pobal

Présent ici en tant que qualifié online, Mikalai Pobal fait partie des trois joueurs biélorusses à avoir déjà soulevé un trophée de Main Event EPT. C'était à Barcelone, en 2012, où cet ancien étudiant en Relations Économiques Internationales (vous ne savez pas ce que c'est ? moi non plus) avait dominé un field de 1 082 joueurs (il n'y avait pas re-entries à l'époque) pour un gain de 1 007 500 €. Depuis Pobal s'est fait discret sur le circuit, que ce soit live ou online, ne revenant que brièvement, notamment à Barcelone, sur la terre de son exploit, où il signé deux autres places payées. Selon ses dires, il se contente aujourd'hui "de prendre du plaisir en jouant" et comptait d'abord faire de ce séjour à Prague un voyage familial, après avoir remporté un package online. Finalement, il s'est retrouvé à table six jours d'affilée, et avoue se sentir bien pour cette finale. "Mon expérience à Barcelone aide, explique-t-il. Je suis beaucoup plus calme." Plus de sept ans après sa victoire, Pobal a donc une chance aujourd'hui de rejoindre Vicky Coren Mitchell au rang des double vainqueurs de Main Event EPT. Une performance qui serait d'autant plus incroyable que le Biélorusse ne compte que seize places payées au total... dont cinq sur des Main Events EPT.

Le parcours de Mikalai sur le Main Event

Day 2 : 192 600 (22e / 415) 
Day 3 : 162 000 (93e / 141)
Day 4 : 1 394 000 (8e / 41)
Day 5 : 2 780 000 (8e / 12)
Day 6 : 4 740 000 (4e / 5)

Siège 2 : Ricardo Da Rocha (Brésil), 26 ans - 7,925 m. (79 BB)

Ricardo Da Rocha

Si le Ricardo Da Rocha actuellement assis autour de la dernière table de ce Main Event est bien celui qui nous avons trouvé sur Hendon Mob, il est de loin le moins expérimenté des cinq finalistes en live. À son maigre tableau de chasse, cinq places payées seulement au Brésil pour... 3 500 $ de gains. Autre preuve majeure : il s'agit de son tout premier voyage en Europe. Pour son coup d'essai sur un Main Event EPT, voilà ce qui s'appelle un coup de maître. Mais ne le prenez pas pour un bleu pour autant, ce jeune joueur de 26 ans originaire de Rio Pardo (une petite ville dans le sud du Brésil), est bel et bien un professionnel, qui joue majoritairement online. En train de réaliser la plus grosse perf' de sa carrière, Da Rocha garde pourtant les pieds sur terre : "Je vais viser le maximum," avance-t-il, avant d'ajouter qu'il n'a pas encore de plan prédéfini pour l'année prochaine... même si une première place ici devrait l'inciter à participer au prochain PSPC à Barcelone. Quand il n'est pas en train de cliquer sur des boutons, Da Rocha se passionne pour le football, "comme tout Brésilien qui se respecte," supportant les couleurs du Grêmio Porto Alegrense.

Le parcours de Ricardo sur le Main Event

Day 2 : 110 700 (108e / 415) 
Day 3 : 120 000 (104e / 141)
Day 4 : 735 000 (19e / 41)
Day 5 : 2 830 000 (7e / 12)
Day 6 : 7 925 000 (2e / 5)

Siège 3 : Tomas Paiva (Portugal), 28 ans - 3,38 m. (33 BB)

Tomas Paiva

Même s'il ne compte que sept places payées en live (bientôt huit avec ce tournoi), du haut de ses 28 ans, Tomas Paiva est un joueur régulier depuis de nombreuses années avec une solide expérience online. À l'image d'un certain João Vieira, Paiva fait partie de ces top regs portugais qui ont prouvé leur talent sur la plupart des tournois online les plus relevés de la planète. À son palmarès, une multitude de titres et de tables finales sur des tournois WCOOP et SCOOP. Comme plusieurs de ses compatriotes, il a longtemps beaucoup moins fait parler de lui aux tables live, même s'il s'est invité en sixième place du High Roller à 10 300 € l'an passé, ici même à Prague, pour 117 340 €. Après Luis Medina à Monte-Carlo et Giovani Torre à Barcelone, Tomas Paiva est le troisième finaliste EPT lusitanien de l'année et tient un lourd poids sur ces épaules, puisque cela fait plus de dix ans et la victoire d'Antonio Matias à Vilamoura que le Portugal attend de célébrer un nouveau Champion EPT.

Le parcours de Tomas sur le Main Event

Day 2 : 71 400 (212e / 415) 
Day 3 : 237 000 (62e / 141)
Day 4 : 767 000 (7e / 41)
Day 5 : 4 405 000 (2e / 12)
Day 6 : 3 380 000 (5e / 5)

Siège 4 : Norbert Szecsi (Hongrie), 28 ans - 7,35 m. (73 BB)

Norbert Szecsi

À quelques jours de célébrer ses 29 ans, Norbert Szecsi a l'occasion de s'offrir un joli cadeau groupé pour son anniversaire et Noël. Venu de Budapest, il est le joueur le plus expérimenté de ce club des cinq, avec 71 places payées depuis 2010 et surtout plus de 3,1 millions de dollars de gains. Qui plus est, ce grand pote de Benjamin Chalot est le seul Hongrois à détenir deux bracelets WSOP, avec un premier titre décroché sur un 1 000 $ à Vegas et le second sur un Mixed PLO / Hold'em à 1 500 € l'an passé à Rozvadov, agrémentés de deux places de runner-up au Rio en 2014 et 2016. Malgré tout cela, son plus gros gain vient de Barcelone, où il a deal à trois l'an passé le High Roller à 10 300 € pour 626 357 €. N'oublions pas non plus sa récente victoire à 400 000 $ obtenue tout récemment sur un autre High Roller à 10 300 $ aux Bahamas. Actuellement troisième de la All-Time Money List hongroise, il pourrait passer en première place devant Marton Czuczor en cas de Top 2. Un Top 2 qui lui semblait promis hier, alors qu'il était en train de marcher sur la table avec près d'un tiers des jetons en circulation à huit joueurs restants, mais plusieurs gros coups perdus contre le joueur au Siège 5 lui ont valu de dégringoler au chipcount. Ne nous y trompons pas pour autant, il fait toujours figure de favori pour le million à la gagne.

Le parcours de Norbert sur le Main Event

Day 2 : 165 000 (36e / 415) 
Day 3 : 190 000 (82e / 141)
Day 4 : 1 978 000 (3e / 41)
Day 5 : 6 715 000 (1er / 12)
Day 6 : 7 350 000 (3e / 5)

Siège 5 : Gaby Livshitz (Israël), 34 ans - 11,205 m. (112 BB)

Gaby Livshitz

Habitué du circuit depuis 2014, Gaby Livshitz est aussi ce que l'on pourrait appeller un top reg' aux échecs, en sa qualité de Grand Maître, avec actuellement 2 452 points au classement FIDE (les connaisseurs apprécieront). Aux tables live, l'Israëlien ne se débrouille pas trop mal non plus, avec plus de 420 000 $ amassés, principalement en Europe. Quoi qu'il arrive aujourd'hui, Livshitz est assuré de signer son plus gros résultat, même s'il reste tout de même sur une deuxième place à 1 100 $ sur un tournoi Merit à 2 000 $ du côté de Chypre. Pour les Français, il reste évidemment celui qui a mis fin au superbe parcours de loorent, lorsque le Français s'est empalé avec sa top paire sur la quinte trouvée turn de l'Israëlien.

Le parcours de Gaby sur le Main Event

Day 2 : 117 000 (96e / 415) 
Day 3 : 301 000 (44e / 141)
Day 4 : 2 053 000 (2e / 41)
Day 5 : 3 925 000 (4e / 12)
Day 6 : 11 205 000 (1er / 5)

Blindes au départ de la finale : 50 000 / 100 000 / 100 000
Tapis moyen : 6 924 000

Les récompenses des finalistes

Vainqueur : 1 005 600 €
Runner-up : 598 880 €
3e : 421 450 €
4e : 316 780 €
5e : 241 230 €

Le call de trop

- 16 décembre 2019 - Par Flegmatic

loorent éliminé en septième place (134 610 €)
Le Day 5 s'achève avec cinq joueurs
Main Event 5 300 € (Fin du Day 5)

loorent - Mikalai Pobal

Et dire que le 28e niveau de ce Main Event nous avait déroulé le plan parfait ! Plus que jamais en danger à la reprise, loorent s'était complètement extirpé de la zone rouge à la faveur de deux double ups consécutifs, avec que Dietrich Fast, estampillé nouveau short stack, ne se fasse sortir (8e, 96 100 €) par un Mikalai Pobal lui aussi en regain de forme.

Revenu dans le coeur du peloton de chasse à la poursuite d'un Norbert Szecsi qui venait de perdre quelques plumes, le dernier Français de ce tournoi semble alors en plein regain de forme. Et ce n'est pas un pot perdu suite à un 4-bet de Pobal qui allait le décontenancer outre mesure. Pour preuve, on l'a même vu envoyer deux barrels en bluff pour remporter un joli pot aux dépens du Brésilien Ricardo Da Rocha.

Sauf que voilà, avec un classement resserré autour de la trentaine de blindes en bas de peloton, le spectre de l'élimination planait toujours sur le Parisien. Pourtant, la dernière main de loorent sur ce Main Event n'avait pas si mal démarré que cela. Derrière un open de Gaby Livshitz avec J10, Laurent poursuit avec la stratégie qui lui avait si bien réussi face à Szecsi et paie au cut-off avec AQ. Avec KQ en grosse blinde, Tomas Paiva se fait un plaisir de compléter.

loorent OUT

Tout le monde trouve un petit, et même un gros quelque chose sur le flop Q96. À tel point que tout le monde paie le continuation bet à 225 000 de l'Israëlien. Le turn est beaucoup moins beau côté français, un 8. Laurent n'a plus aucune chance de gagner cette main, mais il ne le sait pas encore. C'est pour cela qu'il est le seul à payer le deuxième barrel, cher, de Livshitz, à hauteur de 875 000. La rivière est un 2. Les ultimes 1,8 million de jetons du Français sont demandés. Ce dernier peut-il trouver un fold ? Vous l'avez bien entendu compris, la réponse est non, non sans avoir dépensé son ultime time bank.

La mine est déconfite, le regard bas. Après avoir été aussi longtemps en difficulté, avoir déjoué les dieux du bust pendant autant d'heures, alors que tout le monde ou presque lui prédisait une sortie rapide, il y avait de quoi se sentir quasiment invincible. Mais ainsi va la réalité du poker de tournoi, implacable et imperturbable. "J'ai passé ma finale à faire des mauvais calls, furent les premiers mots prononcés par loorent à sa sortie, se référant également à celui signé plus tôt contre Mikalai PobalNe pas 3-bet préflop était un choix, mais évidemment, j'aurais dû le faire. Une fois arrivés river, je sais qu'il n'a pas la couleur... Et puis, je n'avais plus de time bank, c'était une décision compliquée."

Une chose est sûre, cette décision ne remet aucunement en question la ténacité dont à fait preuve loorent sur ce tournoi, jouant le rôle du parfait petit équilibriste short stack pendant presque deux journées complètes, progressant petit à petit, palier par palier. Combien auraient perdu patience et tout envoyé au premier As ou à la première paire venue ? Une patience et une force mentale qui valent bien d'être récompensées à hauteur de 134 610 €, en récompense d'une septième place sur 1 154 entrants dont il risque bien de se rappeler longtemps. GG loorent !

Luke Marsh

Le temps de taper ces quelques paragraphes, le dernier niveau prévu au programme aujourd'hui a pris fin... avec l'élimination de Luke Marsh (photo) en sixième position pour 177 420 €, sorti par Ricardo Da Rocha. Avant cela, Livshitz avait pris le pouvoir sur cette finale, à la faveur de deux pots remportés coup sur coup contre Norbert Szecsi. On se retrouve demain matin pour les présentations détaillés des cinq derniers prétendants au titre.

Chipcount à la fin du Day 5

Gaby Livshitz (Israël) 11 205 000
Ricardo Da Rocha (Brésil) 7 925 000
Norbert Szecsi (Hongrie) 7 350 000
Mikalai Pobal (Belarus) 4 740 000
Tomas Pavai (Portugal) 3 380 000