masquer le menu

Ugo tout seul

- 15 décembre 2018 - Par Veunstyle72

44 joueurs restants et plus qu'un Français toujours en lice pour le million d'euros
Main Event 5 300 € (Day 3)

ept

Les archives de l'EPT se remplissent un peu plus, on va pouvoir y ajouter le Day3 de cette étape de Prague, puisqu'il n'y a désormais plus un seul jeton qui n'est pas enfermé dans un sac plastique. L'heure de fin a sonné pour les 44 derniers joueurs, qualifiés pour le Day4.

Parmi eux, un seul Français, qui continue de se battre contre vents et marées, il s'agit d'Ugo Faggioli. Le jeune homme de 27 ans termine avec 703 000 jetons (44 blindes), un tapis légèrement en dessous de la moyenne du tournoi (800 000), mais qui lui permet de continuer à rêver. Il a notamment profité du dernier niveau pour disputer pas mal de mains, à une table où "personne n'avait peur de mettre la pression. Et puis quand tu te mets à toucher un peu de jeu, ça aide."

Parti avec 460 000 à midi, Ugo a rapidement perdu quelques jetons, avant de se maintenir "pendant des heures, trois heures je pense", avec un stack qui oscillait toujours entre 350 000 et 450 000. "Mais la vraie bonne nouvelle, c'est vraiment quand j'ai changé de table, de position, que ça pas mal changé. Je défendais systématiquement mes blindes, mais je ne touchais pas beaucoup de jeu. Je me suis fait 3-bet rapidement, pour finalement tomber à 16bb au plus bas, au retour de ce dernier break. J'ai alors open shove quelques mains de suite sans me faire payer, pour remonter à 25bb, jusqu'à ce pot remporté ensuite, et qui m'a fait beaucoup de bien."

Ugo a open Roi-Valet en mp (24bb deep), défendu par les deux blindes. Un flop 2-3-5 rainbow apparait mais il n'est pas hyper serein à l'idée de c-bet : "Je me suis dit que placer un c-bet ici, pas sur que ce soit la meilleure chose à faire dans trois joueurs", mais Ugo a tenté de jouer de son image sérieuse et tight pour tout de même c-bet tout petit, à hauteur d'un tiers du pot. SB call pour découvrir un T : "Là, je give up, je préfère check", et ça tombe bien, puisque son adversaire l'a tout de suite imité. "River c'est un Valet. Il bet 60 000, je call, il avait une paire de 8."

ugo faggioli
Relancé à 35bb, Ugo se remet à savourer : "Ça fait du bien, forcément, après c'est vrai que la structure est tellement belle, que tu peux te permettre d'attendre un peu." Et la patience a payé, puisque les cartes sont donc arrivées comme par magie dans ses mains : "J'open As-Roi de coeur et Nathalie Teh à ma table, qui en foutait partout jusque là, qui était super aggressive me 3-bet en BB. Je push et elle snap fold. Ce sont des petits pots comme celui là qui font du bien."

Face à lui, Parker Thalbot (photo ci-dessous) aura également été un sacré client : "C'est quelqu'un de gentiment, de marrant. Et dans les dernières mains, j'open UTG 28 000 et il me 3-bet à 90 000. J'ai un stack pas évident à ce moment là pour ça, j'ai environ 580 000. J'ai min 4-bet, il a fold, et il m'a chauffé pour voir mes mains... et finalement je ne lui ai montré, et ça l'a un peu titillé ! J'avais une vraie main à part ça. Mais bref, je finis à 700 000, elle est quand même belle cette journée !"

parker talbot

Pour le second EPT de sa vie (le premier c'était à Barcelone cet été), Ugo ne tremble pas plus que cela, probablement un élément clé qui lui permet aussi d'être encore là : "J'ai passé une très bonne année globalement niveau poker, c'est cool d'avoir un peu de réussite en live. Je suis un jeune papa de 27 ans, mais ça fait quand même depuis 2013 que je fais le circuit. J'avais fait une pause ces deux dernières années pour ma famille, et là j'avais un peu envie de rejouer en live. Tout un tas d'éléments qui m'ont permis de perf' à droite à gauche."

En pleine bourre, Ugo savoure et ne préfère même pas regarder l'argent immédiatement : "Je suis déjà content du résultat, du parcours même si ça devait s'arrêter là. Les prix je ne les regarde pas spécialement, je m'applique pour le moment à passer palier après palier. J'ai compris que ça deviendra à être intéressant à 18 ou 15 joueurs."

Un Allemand en tête, pour changer

Et les autres alors ? Ça nous fait encore 43 autres joueurs dont il faudra s'intéresser demain. Le chipleader, presque sans surprise, est Allemand. Il se nomme Konstantin Farber et il a rangé pas moins de 2 millions de jetons, tout pile tout rond. Problème, il est apparu tout en haut du classement à la fin et n'a donc pas eu le priviliège de se faire mitrailler par toute la presse, nous y compris. 

Le Canadien Parker Talbot dont on parlait juste avant, se classe 4e (1,69 milion), la patronne Malaysienne de ce début de journée Nathalie Teh a franchi la ligne malgré les difficultés connues en fin de soirée (988 000), le Russe Andrey Pateychuk (849 000) est toujours en lice pour un doublé EPT, Tobias Peters (731 000) va pouvoir continuer à faire ses belles piles de jetons de maniaque, Anton Wigg (430 000) a décidé de faire profiter de sa plastique un jour de plus (et concourt aussi accessoirement pour le doublé EPT) alors qu'on va souhaiter tout le bonne humeur du monde au chasseur de fantômes qu'est Simon Pedersen (photo), qui termine avec 68 000 maigres jetons.  

simon pedersen

Dix de der pour les bleus

Mais qu'est-il donc arrivé au reste de l'équipe française ? Parce qu'avec pas moins de 11 représentants au Day 3, on espérait une team plus étoffée en fin de tournoi.. Pour Maxime Chilaud par exemple (137ème), cette journée n'aura pas duré plus de dix minutes. Le sympathique Frédéric Delval a ensuite cédé en 107ème place, avant l'élimination du dernier Team Pro Winamax, Sylvain Loosli (92ème pour 12 180 €).
Avec ses 30 blindes, Sylvain a degrindé; jusqu'à se retrouver avec huit maigres blindes. Parvenu à revenir dans le game, le Toulonnais a soudainement vu tous ses espoirs réduits à néant, quand ses deux As se sont fracassés sur les rois d'un adversaire... Certainement pas de quoi contenter le champion, qu'on devrait retrouver sur le Highroller à 10 300 € demain.

On déplore également l'élimination de la fratrie Conan, sortie à quelques minutes d'intervalle alors qu'Arthur (80ème) déroulait une partition sans fausse note. Son petit frère Marius a fait à peine mieux (78ème) mais continue d'engranger de l'expérience.

Deschamps

Les novices de l'EPT ont également rendu les armes les uns après les autres, comme Souhayl Fjer (112ème), Pierre Chiarelli (108ème), Christophe Larquemin (63ème) et Eric Géraume (51ème). Enfin, on retiendra la solide prestation de Rabah Ait Abdelmalek (49ème).

Quelques têtes d'affiche ont également donné leur stack, comme Jonathan Roy (98ème), le runner up de l'an passé Jason Wheeler (96ème), Walid Bou Habib (93ème), Luc Greenwood (71ème), Timothy Adams (68ème), Juha Helppi (58ème) et enfin Patrick Antonius (52ème)

stack

Le chipcount pour le Day 3

Konstantin Farber 2 000 000
Evangelos Bechrakis 1 941 000
Andrija Robovic (photo) 1 691 000
Parker Talbot 1 690 000
Grzegorz Grochulski 1 656 000
Alexandr Merzhvinskii 1 463 000
Artem Kobylinskiy 1 432 000
Dimitrios Michailidis 1 384 000
Liviu Ignat 1 148 000
Jani Vilmunen 1 063 000

robovic

Kent Røed 1 036 000
Joris Ruijs 1 011 000
Natalie Teh Siew Po (photo) 980 000
Xixiang Luo 962 000
Jia Tang 927 000
Sergei Bagirov 886 000
Carlos Branco 884 000
Andrey Pateychuk 849 000
Serhii Holodiuk 816 000

Moyenne 800 000

Diego Zeiter 756 000
Tobias Peters 731 000
Ramzey Idriss 713 000
Ugo Faggioli 700 000
Michal Schuh 655 000
Guenter Halak 648 000
Ivan Zhechev 626 000
Maciej Rogacki 626 000
Laurynas Levinskas 523 000
Ludvig Sterner 464 000
Armin Mette 442 000

teh

Anton Wigg 430 000
Andriy Mertengren 415 000
Henrik Hecklen 373 000
Teymur Valiyev 337 000
Tomas Macnamara 335 000
Marcin Kreft 330 000
Pim Gieles 314 000
Fabio Damaso 287 000
Gor Kazarian 246 000

Vlada Stojanovic 198 000
Sergiu Covrig 180 000
Paul Michaelis 180 000
Vicent Bosca (photo) 162 000
Simon Pedersen 66 000

bosca

Le prizepool restant à distribuer :

Vainqueur : 1 020 000€
Runner up : 600 810€
3e : 422 600€
4e : 316 000€
5e : 242 560€
6e : 179 360€
7e : 136 720€
8e : 97 420€
9e : 75 520€

10e - 11e : 62 690€
12e - 13e : 56 310€
14e - 15e : 50 610€
16e - 17e : 44 920€
18e - 20e : 39 230€
21e - 23e : 33 540€
24e - 27e : 28 130€
28e - 31e : 23 740€
32e - 39e : 20 610€
40e - 44e : 17 540€

La liste des joueurs ITM (137 joueurs au départ du Day 3, 93 joueurs éliminés)

salle

Il reste 44 joueurs (sur 1174 inscriptions)
Level 21 à venir - Blindes 8000/16000 BB Ante 16000
Moyenne : 800 000
Gain assuré : 17 540€

Reprise des hostilités à midi avec pour seul et unique plan d'atteindre les 16 derniers joueurs.

Deux hommes à la mer !

- 15 décembre 2018 - Par Rootsah

Eric Géraume et Rabah Ait Abdelmalek ont sauté du navire bleu. Il ne reste plus qu'un Français à bord à 48 joueurs restant
Main Event 5 300 € (Day 3)


Aïe aïe aïe ... Les Bleus viennent de perdre deux de leurs trois derniers représentants coup sur coup, Eric Géraume et Rabah Ait Abdelmalek. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on ne s'y attendait pas. Jugez plutôt :

Pour Eric Géraume, tout allait bien. Fidèle à sa stratégie depuis le début du Day 3, le Français jouait solide, sans prendre aucun risque inutile, et était tranquillement assis derrière un tapis de 543 000. Mais on dirait bien qu'il a fini par perdre patience... Eric relance à 25 000 en position UTG avec 1010, et se fait 3-bet à 65 000 par son voisin de gauche, avec lequel il avait "un petit historique" selon ses propres termes. Plus loin, Joris Ruijs décide de 4-bet à 140 000. "Il était très aggressif, assure le Français. Du coup, je décide de prendre le spot, et je fais tapis." Si son voisin passe, Joris prend son temps avant de payer avec AK

Couvert, Eric Géraume joue donc son tournoi sur un coinflip : s'il trouve un 10 sur le flop 106K, son adversaire n'est pas mort. Le turn est un 6, qui laisse encore deux outs au Néerlandais pour l'emporter, pour un improbable full house... Et c'est un K qui tombe sur la river !

Eric Géraume 3
Abasourdi, Eric reste quelques secondes assommé sur sa chaise. Et au moment d'aller récupérer son gain de 17 540 € pour sa 51ème place, il s'interrogeait : "Est-ce que j'ai bien fait d'y aller ? Il était hors de question de suivre hors de position. As-Roi, c'était le top de sa range ici..." Eric aura le temps d'y réfléchir, mais peut trouver des raisons de se consoler, puisqu'il atteint l'argent pour son baptême du feu sur un EPT. Joris Ruijs s'envole au chipcount avec 1 650 000.



Rabah Ait Abdelmalek 3
Innatendue, c'est aussi comme cela que l'on peut qualifier l'élimination de Rabah Ait Abdelmalek. Fidèle à son style solide, expert du jeu shortstack, le Français possédait une trentaine de blindes, et on savait qu'il ne ferait pas d'erreur. Mais au poker, tout va très vite: vingt minutes après la reprise, Rabah se retrouve à jouer un coinflip pour un pot de 40 blindes avec As-Roi contre 8-8, un 8 au flop enterrant ses espoirs de remporter ce coup. Tombé à 67 000, soit 5,5 blindes, le joueur parisien saisit un spot pour shove avec A6, et trouve un payeur avec Carlos Branco, muni de 55. Le board KQ8910ne lui permet pas d'améliorer... "Dommage, c'était une belle main pour faire tapis avec mon stack", déplore le Français. Rabah encaisse 17 540 € en récompense de ses efforts.

Ugo Faggioli porte donc le poids des espoirs tricolores sur ses seules épaules pour la suite de ce Main Event.

Antonius-Sahamies
Tombé à 28 000, soit moins de trois blindes, après avoir perdu flush over flush, Patrick Antonius n'a pas réussi la remontada et a rejoint dans le rail Ilari "Ziigmund" Sahamies, l'un de ses vieux camarades des parties High-Stakes

Larquemin s'est perdu en route

- 15 décembre 2018 - Par Rootsah

Main Event 5 300 €

Christophe Larquemin 3
Depuis le troisième break, Christophe Larquemin voyait son tapis fondre comme neige au soleil. Il avait notamment dû abandonner turn contre son voisin, chipleader de la table... Dans un pot à quatre joueurs, le Français paye une mise de 50 000 sur un flop A-10-2 rainbow, et entend son adversaire annoncer all-in sur le turn 6... Il passe en se laissant 90 000. Christophe va ensuite défendre sa grosse blinde sur une relance, et là encore va snap-fold sur une mise river.

Au final, le Français tombe à 35 000, soit 3,5 blindes, qu'il va finir par envoyer au milieu avec 6-6. Payé par A-10, Larquemin perd ce flip pour sa survie et termine donc 63ème pour un gain de 14 520 €, le second plus gros cash de sa carrière en tournoi live. "A mon niveau, c'est déjà pas mal, relativisait Christophe. J'ai peiné dans la conservation de mon stack, et je ne fait pas assez de volume pour contrer la variance."

juha helppi
Nous perdons donc l'un de nos quatre derniers français, qui a été accompagné un peu plus tard par l'un des grands noms du field : Juha Helppi. Tombé à 280 000, le Finlandais s'est d'abord fait marcher dessus par Anton Wigg, ce qui lui a coûté un bras : le Suédois limp, et Juha check son option. Il va ensuite payer une première mise de 15 000 sur le flop Q24, avant de miser 25 000 sur un turn 8. Payé par Wigg. Ce dernier check sur un K river, et Helppi mise 30 000. Mais il a la surprise de voir Anton relancer à 103 000... Dubitatif, Juha s'aligne mais ne peut montrer mieux que le K10 du Danois. "Pourquoi as-tu payé au turn ?", lui demande ensuite le Finlandais.

Tombé à 110 000, Juha open-shove au hi-jack dans la foulée, est payé par Idriss Ramsey en SB, et perd le flip de la survie avec Q-J contre 3-3. Il termine 58ème pour 14 520 €, ce qui constitue le quatrième cash de sa carrière sur un Main Event EPT Prague (le premier était en 2008 !) et sa 42ème place payée sur un tournoi EPT. Un reg, un vrai.

Timothy Adams (68ème) et Luc Greenwood (71ème) remportent la même somme pour leur deeprun.

A la quatrième pause de la journée (19h04), il restait 52 joueurs pour disputer le cinquième et dernier niveau du Day 3 (blindes 6 000/12 000 BB Ante 12 000, average 677 308).


alice
Mini-chipcount :

Anton Wigg 1 100 000
Eric Géraume 556 000
Rabah Ait Abdelmalek 300 000
Ugo Faggioli 280 000
Patrick Antonius 89 000

Antonius fait de la résistance

- 15 décembre 2018 - Par Veunstyle72

Le field devient mi figue mi raisin, mais il reste quelques bonnes vieilles têtes
Attention quand même au tilt...
Main Event 5 300 € (Day3)

antonius

Les Français tracent leur route, un peu chacun à sa façon, et plus globalement de façon plutôt pépouse, et du coup l'attention générale est plutôt portée sur quelques grands noms de ce jeu. Helppi était un exemple, mais il y en a d'autres. L'infatiguable éphebe Patrik Antonius agite toujours autant les foules en 2018, et ce tournoi n'échappe pas à la règle. Plus tôt dans la journée, Patoche a fait la connaissance d'Arthur Conan. Ce fut bref, et il me semble bien que le petit Conan n'a pas eu le temps d'échanger son numéro avec le Finlandais. Du coup, on a collé un autre Français aux basques de l'ancien Tennisman, en la personne d'Ugo Faggioli. "Eh, il faut que je te montre un truc, regarde ça !", me balance-t-il directement, en me montrant une vidéo sur son téléphone. Il s'agit d'une table de poker online sur winamax.fr, avec son pseudo et... Patrik Antonius en avatar, tiens donc ! Du online au live, il n'y a qu'un pas. Ugo le franchit d'ailleurs plutôt solidement, pour son premier deeprun sur un Main Event EPT, même si désormais, avec 300 000 en sa possession, soit 30 blindes, tout peut arriver. Le bon, comme le mauvais. 

Pour en revenir à Antonius, l'animal est là, mais la bête est blessée. Tombé à 330 000, après avoir perdu un coup contre l'Autrichien Markus Durnegger (durant lequel il avait open préflop, défendu en BB par Markus, puis check/check flop, call une mise turn et tank fold river sur un shove) Antonius a même franchi dans le mauvais sens, la barre des 100 000 jetons. Ça commence à sentir mauvais tout ça.

Markus_Durnegger
Markus Durnegger, à tapis contre Antonius. Pas folle la guèpe, le mec s'est senti attaqué du regard par Antonius, et a directement profité du hoodie pour se planquer

tobias peters
De son côté, le Hollandais Tobias Peters a eu droit au grand, au magnifique, au sublime AA vs KK préflop pour grimper 665 000 et éliminer au passage le sosie de merde de Damien Cayet, j'ai nommé le Finlandais Aku Joentausta. 

tom aksel bedell
Et sinon, cela bien 10 minutes que Tom-Aksel Bedell tourne en rond à côté de sa table, en faisant légèrement du bruit avec ses talonettes. La raison ? Le tilt, tout simplement mes amis. Il vient de fold AA sur T4J5T, après s'être fait deux fois call, puis check raise tapis river. Son adversaire, le Hollandais Joris Ruijs a retourné KQ et le tilt n'a fait qu'empirer depuis. Poker my friend.
EDIT : Ah ba c'est busto Tom, le temps d'écrire tout ça. Bisous à bientôt !

cecilia
Joris Rujis, le bluffeur qui rend fou les gens. Lâche ton téléphooone bro, et dis bonjour à notre charmante compatriote Cécilia !

C'est l'Amérique pour Géraume !

- 15 décembre 2018 - Par Rootsah

Main Event 5 300 €

Eric Géraume
Eric Géraume est l'un des quatre derniers français en lice dans ce Main Event alors qu'il reste 70 joueurs en course. C'est le moment de faire les présentations : "Je suis un joueur de cash game live à la base, explique le résident parisien. Cela fait dix ans que je joue, j'ai commencé en 2/4 € avant de passer à la 5/5 € et la 5/10 €. Mais depuis cinq ans, je me suis mis aux tournois, je fais des buy-ins entre 300 et 500 € avec quelques résultats... Donc j'ai décidé de m'investir là-dedans ! J'étais à Namur début décembre pour le BPC, et je me disais que si je faisais ITM, j'allais à Prague. Et donc me voilà !"

Un voyage qui coûte moins cher que prévu à Eric, qui avait prévu de direct buy-in mais a réussi à prendre son ticket sur un satellite live. "J'ai déjà fait un écart en terme financier sur ce tournoi, se réjouit celui qui dispute donc son premier EPT. Je veux juste passer le Day et aller le plus loin possible, donc je joue low variance, sans gamble. Si je mets des jetons au milieu, ce n'est pas pour rien. Je ne suis qu'un joueur amateur, je me régale avec cette incroyable structure, je suis sur un nuage."

Pour l'instant, ce gérant d'une entreprise de design intérieur est dans la moyenne avec un tapis de 450 000.

Ses trois compatriotes connaissent des fortunes diverses : Rabah Ait Abdelmalek est "dans la zone rouge" avec 20 blindes, tout comme Christophe Larquemin avec 250 000 : "Je gratte des paliers, car je n'ai pas beaucoup de cartes..." Quant à Ugo Faggioli, il ne fait que folder de son propre aveu, et pointe aussi à 450 000.